Livres
439 427
Membres
368 875

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-10T22:16:01+01:00

"Elle n'avait que vingt ans mais, en ce moment, elle apprenait vite. Ce serait dur. Elle ferait encore des erreurs. Mais elle avait compris un truc: rien n'était gratuit. il fallait voir les choses en face. ne pas se laisser abuser et se rappeler la vieille loi du troc. Donnant donnant: l'homme est un commerçant pour l'homme. On est soi-même son pire ennemi pour se troubler la vue, pour se raconter de belles histoires. parce qu'on veut toujours se donner le beau rôle. Et croire aux contes de fées, croire qu'on est la belle princesse endormie que le Prince Charmant va venir réveiller d'un baiser. Allongée sur le lit, les mains sur le ventre, peinarde en attendant qu'il franchisse les montagnes et les lacs, tue les dragons et les serpents, charme les crapauds et les licornes et vienne baiser votre cul de plomb...Que des mensonges! On devrait brûler les contes de fées. Ne jamais les lire aux petites filles!

Elle dormait du sommeil de la Belle au bois dormant et un Prince Pas Charmant du tout l'avait réveillée d'un pinçon. Cruel et efficace. Bien fait pour moi...Finis les sommeils à la praline, les rôles de princesse nunuche qui balance son cul et sourit benoîtement en clignant de l'œil. Elle ôtait son hennin, envoyait valser ses pantoufles de vair, se faisait la belle et retournait au macadam, à la rue, voir ce qui se passait vraiment."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Palmyre 2018-06-25T21:21:49+02:00

Après ce premier soir, Jean-Marie et Juliette se revirent fréquemment, chacun trouvant dans l'autre le reflet héroïque que seule son imagination avait osé polir. Avec Jean-Marie, Juliette devenait princesse au hennin brodé et à la lippe dédaigneuse. Assise dans les tribunes, elle tendait son gant au preux chevalier qui combattait pour défendre ses couleurs et permettait, à peine, à son souffle léger de venir se poser sur ses lèvres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:25:02+01:00

Quand on part sur un coup de tête, il faut revenir sur un coup d'audace.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:24:51+01:00

Ce doit être ça, l'amour : quand on ne peut pas expliquer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:24:42+01:00

Le désir s'entretient par tous les moyens, même les plus douteux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:24:32+01:00

Une femme et un homme se quittent rarement parce qu'ils se trompent, mais plutôt parce qu'ils s'ennuient.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:24:22+01:00

C'est ça le bonheur, l'impression d'exister très fort et d'avoir remporté une victoire... C'est une matiere volatile; il se pose un instant, le temps de se faire remarquer, puis repart. On respire, on deplie son thorax, on se dit "je suis bien", mais si on essaie de reproduire cet état si heureux, ça ne marche pas. Le bonheur se méfie des images, des clichés et se tire á toute allure.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:24:12+01:00

C'est qu'elles eulent réussir.Dans le béton,le mariage ou le journalisme,peu importe.Ce sont des grandes.C'est en ce sens que les personnages de Melle Pancol sont absolument modernes.Elles ne se soucient pas de savoir si elles ressemblent à Mme Bovary ou à la princesse de Clèves.Le XXe siècle leur colle à la peau.Qu'elles soient bcbg,caissière ou délurée en mini-jupe,elles ont oublié les critères , les clichés que leurs mamans voulaient leur imposer.Ce sont des terreurs.Des samourais prêtes à tout.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:23:57+01:00

[...] au monstrueux alibi du mariage qui permet à la femme de renoncer à elle-même avec la bénédiction de la société.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-13T15:23:44+01:00

Pour Juliette, Minette était née grand-mère. Ce qui la chagrinait surtout c'était la disparition d'un intermédiaire entre la mort et elle. La prochaine c'est maman, puis moi...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode