Livres
467 403
Membres
432 535

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Abyssos 2015-04-26T17:11:22+02:00

"La faille, dans cette théorie du karma, c'est que ça se saurait, depuis le temps, si se comporter comme un enculé était sanctionné par l'Histoire."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Abyssos 2015-04-26T17:13:01+02:00

"La vie se joue souvent en deux manches : dans un premier temps, elle t'endort en te faisant croire que tu gères, et sur la deuxième partie, quand elle te voit détendu et désarmé, elle repasse les plats et te défonce."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2017-03-26T09:36:17+02:00

Comme beaucoup de garçons de sa connaissance, Vernon vivait avec le souvenir de la fille qui était partie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par jelisetjecuisine 2015-08-08T13:14:11+02:00

Mais les gens de cette génération avaient été élevés au rythme de la Voix dans la Maison des secrets: un monde dans lequel le téléphone pouvait sonner à n'importe quel moment pour te donner l'ordre de virer la moitié de tes collègues. Eliminer son prochain est la règle d'or de jeux dont on les a gavés au biberon. Comment leur demander, aujourd'hui, de trouver ça morbide?

Afficher en entier
Extrait ajouté par PavillonRouge 2018-10-08T14:40:24+02:00

« Elle les repère avec son ventre : si elle a envie d’eux, c’est qu’ils ont les mains sales. Elle a le drame dans le sang, elle ne jouit qu’avec des mecs dangereux. Ceux qui veulent te faire la peau sont toujours les amants les plus courtois, sans quoi tu ne te laisserais pas faire. Personne n’accepte la première gifle si elle ne vient pas accompagnée d’un flot merveilleux d’excuses, de promesses, une intensité de ne pas vouloir te perdre, de ne pas envisager de te perdre. Ceux qui peuvent te tuer sont toujours ceux qui tiennent le plus à toi. Quand elle a vraiment envie d’eux, c’est qu’elle sent qu’ils pourraient la tuer. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par PavillonRouge 2018-10-08T14:35:30+02:00

« Le diable est un bon danseur, sinon personne ne le suivrait sur la piste. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par PavillonRouge 2018-10-08T14:33:45+02:00

«Toi et moi on est des rescapés d’industries englouties, alors.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par PavillonRouge 2018-10-08T14:33:34+02:00

« Les vraies meufs sont des mecs. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par PavillonRouge 2018-10-08T14:32:46+02:00

« Quand on est jeune on croit qu’on cicatrise : elle avait appris qu’on doit s’amputer pour survivre. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par SMichel 2019-07-26T09:52:42+02:00

Maintenant, chez Monoprix, il aimerait être venu avec son bazooka. La grosse blonde en short avec ses cuisses immondes qui se sape comme si elle était bonnasse alors que c’est une vache, une balle dans la tête. Le petit couple façon Kooples tendance catho d’ultra-droite, elle avec ses lunettes rétro et les cheveux tirés en arrière et lui avec sa gueule de beau gosse et son oreillette qui téléphone dans les rayons pendant qu’ils choisissent uniquement des produits super chers, tous les deux en imper beige pour bien montrer qu’ils sont de droite : une balle dans la bouche. Le thunard obèse qui mate le cul des filles en choisissant sa viande hallal : une balle dans la tempe. La youpine emperruquée avec ses nibards dégueulasses qui lui ont poussé juste au-dessus du nombril, il déteste les meufs qui ont des seins au milieu du ventre : une balle dans le genou. Tirer dans le tas, regarder les survivants déguerpir comme des rats et se planquer sous les rayons, toute cette racaille de merde rassemblée là pour s’empiffrer, avec leurs petites propensions à mentir, resquiller, tricher, passer devant, se faire mousser. Faire sauter tout ça. Mais il est papa, il est un homme marié, il est un homme adulte alors il ferme sa gueule, il remplit son caddie et il en bave de rage et encore en rentrant il va falloir ranger tout ça sinon Marie-Ange fera la gueule et une journée de plus sans écrire. Il a mal aux mâchoires à force de serrer les dents.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode