Livres
567 558
Membres
622 151

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Melodie-26 2021-03-03T15:37:14+01:00

« -Maudit sois-tu, Pénombre.

-Idem, ma petite chatte.

Elle sourit.

-Tu es vraiment une tête de nœud.

Il ajusta la position de ses jambes, et, écartant celles de Kat d’une poussée, il pressa son sexe massif et épais contre sa cuisse.

-Qu’en dis-tu maintenant?

-J’ai pris un risque aujourd’hui. Est-ce que tu ne pourrais pas juste me remercier pour le tuyau? C’était même après que tu m’as mise en colère dans la salle d’escalade. Comme si j’allais coucher avec Jinx. Je pourrais te donner un coup de poing pour ça. Il se trouve juste que tu me plaies pour une raison qui m’échappe en ce moment.

-Regarde-moi.

Elle refusa d’ouvrir les yeux.

-Pourquoi? Pour que tu puisses m’assommer avec d’autres questions et deviner les réponses parce que je baisse ma garde quand tu es aussi près de moi? Ce n’est pas juste.

-Je n’ai jamais dit que je le serais.

-Je n’ai jamais dit que je serais facile. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par mythik 2020-12-09T13:43:36+01:00

- Tu me poses un problème, Kat. Si c'est bien ton nom.

- Ça l'est. Tout le monde m'appelle comme ça.

- J'en doute.

- Pourquoi ? Qu'est-ce que mon nom a de si incroyable ?

- Tu es à l'OPH et ton nom veut dire « chat » ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par karinechouzier 2021-04-25T13:37:10+02:00

Il s'élança et Kat laissa échapper un cri quand il fit un saut périlleux dans les airs. Il se réceptionna en position accroupie et se leva.

- Facile.

Elle était trop stupéfaite ^pour parler. Il s'approcha avec un sourire.

- Les félins sont doués pour sauter et atterrir. Le sol est bien matelassé. Je ne voudrais pas faire ça sur une surface dure. Notre densité osseuse est plus importante que la vôtre mais nos os peuvent se casser. Au-delà de dix mètres, c'est risqué.

- Tu m'as l'air plutôt agile.

Il rit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melodie-26 2021-03-03T15:37:22+01:00

« -Tu ne me pourras pas à te haïr et je ne t’en veux certainement pas pour ce qui s’est passé. Ce n’est pas un crime d’accorder sa confiance à quelqu’un. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melodie-26 2021-03-03T15:36:58+01:00

« -Je te veux tellement parfois que je dois me faire violence pour ne pas te prendre… Certains de mon espèce ont pris des humaines pour compagnes. Ils ne sont pas aussi tourmentés que je le suis. Ils se sont mieux adaptés à la liberté et peuvent apporter à ces femmes des émotions positives et de la tendresse. Je n’ai rien de tout ça. Je ne tiens pas en place et m’adapterais mal à une relation stable. Je n’ai pas de cœur à donner. Je ne m’engage pas… Je ne recherche pas la compagnie des femmes. J’effraie la plupart d’entre elles. Elles me considèrent trop froid. Ce que je dis, c’est que je n’aurai jamais rien de plus que du plaisir physique à offrir. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melodie-26 2021-03-03T15:36:49+01:00

« -… J’aurais pu être pulvérisée avec ces salauds. Comment oses-tu? (Elle le fusilla du regard.) Je voulais juste venir à Homeland pour m’amuser un peu, rencontrer des Hybrides et donner quelques cours. C’était tout ce que j’avais prévu. Et maintenant je suis enfermée dans une pièce avec un idiot paranoïaque. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Folize 2021-01-03T14:43:10+01:00

Pénombre avait rendu tout cela possible.

- Je ne sais pas comment te remercier assez.

- Arrête de dire ça, gronda-t-il, les yeux étincelants de colère.

Ce qui incita Kat à s’énerver un peu aussi.

- Très bien. Va te faire foutre. C’est mieux ?

- Seulement si c’est une proposition.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naheiko 2020-12-19T13:48:13+01:00

La seule réaction de Pénombre fut de serrer les poings le long du corps. Elle était peut-être allée trop loin avec cette réponse, mais elle avait espéré qu'il aurait le sens de l'humour. Ce n'était pas le cas.

- Je ne suis pas d'humeur à jouer. Prends ça comme un avertissement. Je suis presque à bout de patience.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naheiko 2020-12-19T13:48:05+01:00

- Je suis désolée d'avoir essayé de t'aider. Je pensais qu'on était amis.

Il secoua la tête.

- Jamais.

La douleur intense que lui causa ce simple mot la blessa vraiment. Elle releva le menton.

- Très bien. Mon nom est Kathryn Decker et je travaille pour le labo de la criminelle de Bakersfield. Tu peux prendre tes règles et te les mettre où je pense.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lovelybook 2019-09-24T08:43:42+02:00

Prologue Katrina Perkins barely contained the anger that simmered inside. Robert Mason, her boss, always made her wish she could just draw her sidearm and shoot the bastard. It wasn’t a matter of if she wanted to put a bullet in him, it all boiled down to what body part she’d aim for first. It was a tough decision at times between his nuts or his big mouth. She fisted her hands behind her back to resist the urge to target both. “I’m going to prove these New Species bastards are criminal. They use their sovereign status to get away with shit. No more!” Katrina watched her boss pace. She wanted to stick her foot out and trip him every time he passed. He often ranted about his paranoid and idiotic theories that New Species were really public enemy number one. She was tired of hearing it. He’d been on a real tear for days after she’d overheard him ordering other agents to track the movements of a man named Jeremiah Boris, otherwise known as Jerry Boris. The person seemed to have disappeared and her boss believed the NSO was involved. It felt personal to Kat, though, as if her boss knew the guy or had a special interest. “I’ll keep digging until I can prove they played a part in the disappearance of Jerry if it’s the last thing I do.” He shot her an angry look. “He works for them.” She took a deep breath. “At Homeland or Reservation?” “Fuller Prison.” That surprised her. “I’ve never heard of the place. How is the NSO connected to a prison?” “It’s classified.” He lowered his voice. “Unofficially, it’s where they incarcerate anyone who used to work for Mercile Industries.” Her respect for her boss lowered even more. She’d be fired and he’d bring her up on charges if she shared restricted information the way he just had. She didn’t pry, not willing to be a party to his breach of conduct. Curiosity tugged at her though, making her wonder where it was located and if the NSO actually ran it. “Jerry is a good man but he is afraid of them.” She kept her lips sealed, refusing to be baited. Anyone who was a friend of Mason’s couldn’t be upstanding. She’d wondered how he’d gained the position ever since he’d been transferred to lead her department. He was rash, too emotional, bordering on nuts in her opinion. The only explanation she could think of was that he’d either kissed some major ass, blackmailed his way to the top or was related to someone important enough to call in some favors. “They also do vile things to women. I think they drug them and get them addicted to something similar to heroin. It’s the only reason women would allow those bastards to stick their peckers in them.” She decided to try reason again. “Sir, I don’t believe that’s true. I’ve watched a few of those women interviewed on television and didn’t spot any indication that they were drugged.” He glared. “Their pupils appear normal, their speech clear and their movements are fluid,” she explained, resenting that she had to. Signs of drug use were taught to every agent. “Maybe it’s a hormone thing,” her superior muttered, pacing again. “You know, like making them nuts. Someone would have to be insane to allow one of those animals to screw them. It’s sick. Women might as well start going on all fours in front of their dogs and just avoid the NSO completely.” She flexed her fingers, which were almost itching for her gun again, and hated her boss with a passion. She took that insult personally. “It’s not their fault what they are, sir. They were created by Mercile Industries and didn’t have a say when someone messed with their genes. It was against their will. They are victims.” He glared at her. “Right. You have a dog. You’re an animal lover. You probably want to protest the standard procedure of putting down dogs that kill people when they attack.” It depends on who they kill. I’d reward a dog with a juicy steak if he tore into your ass. I’m not forgetting your remark about women who own dogs either.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode