Livres
455 346
Membres
404 880

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Je sens Stellan disparaître - peut-être, je ne suis pas sûre.

Il me faut de l'air, de l'air! D'un moment à l'autre, ma bouche va s'ouvrir et je vais inhaler de l'eau. C'est une réaction physiologique, c'est comme ça qu'on se noie. De l'air! C'est comme si on me forçait à desserrer les mâchoires. De l'air! Si je meurs, qui va sauver ma mère ? L'Ordre va la tuer! De l'air! Non, non, non, dit mon cerveau en train de s'éteindre, mais je respire et je ne peux pas m'arrêter.

De l'air. C'est bien de l'air que j'avale. Mon esprit est soudain limpide. Je m'accroche à Stellan dont la bouche est collée à la mienne pour me transférer l'air de ses poumons.

Il se recule délicatement, un doigt pointé vers la surface. Je me débats, secouant frénétiquement la tete. Je n'ai pas encore assez d'oxygene en moi.il remonte pour inspirer et moi, je souffle encore des petites bulles pour vider mes poumons. Il revient et prend mon visage entre ses mains. Je bois l'air, avidement, et j'attire Stellan vers moi, incapable de m'en empêcher.

[...]

Cette fois, je suis suffisamment alerte pour réfléchir à ce qui est entrain de se produire lorsqu'il redescend près de moi et que ses mains repoussent les cheveux qui flottent autour de mon visage. L'espace d'un instant, je ressens une bouffée de culpabilité absurde. Pourtant, je ne suis pas en train de l'embrasser! C'est humide, salé, terrifiant... pas du tout sexy. Il m'insuffle la vie, au sens propre du terme. Je l'attire contre moi, affamée, et je vide mes poumons pour pouvoir inspirer davantage avant de plaquer mes levres au siennes. À la différence des deux dernières fois, je sens à présent sa poitrine se contracter contre la mienne lorsque ses poumons se vident et qu'il me laisse respirer avec lui.

Afficher en entier

Je m'écarte de quelques centimètres. Suffisamment pour qu'il prenne mon visage entre ses mains, pour qu'il se demande ce que je fais. J'effleure du doigt le col de sa chemise puis continue de la déboutonner.

Ses yeux m'interrogent: "Tu es sûr ?" Sa bouche n'a pas le temps de relayer la demande, car mes lèvres sont déjà sur les siennes. Pour lui dire "Je t'en prie, ne réfléchis pas, ne pose pas de questions, ne parle pas, pour une fois, ne me laisse pas me tourmenter, décider si je fais la bonne chose où pas. Fais-le"

Après ça, les baisers deviennent plus ardents. je défais encore un bouton. Deux. Il n'en reste plus que quelques-uns.

Je jette un œil au lit, de l'autre côté de la chambre, ses draps blancs et propres. Il en fait autant. Je m'attaque à un autre bouton.

Afficher en entier

Je jette un dernier coup d’œil aux informations, puis j'accompagne Stellan. Il se regarde dans le miroir, se penche en avant pour observer sa plaie et se cogne dans son reflet.

- Aïe ! s'indigne-t-il comme si la glace l'avait attaqué.

Afficher en entier

Stellan à Avery:

« Quand je t’ai rencontrée, continue-t-il d’un ton endormi, je t’ai trouvée conne. (Ses yeux se referment. Moi, je laisse échapper un long soupir.) Qui accepte « de suivre un parfait étranger dans un avion alors qu’il vient de la menacer avec un couteau ? T’as vraiment un problème ! J’aurais pu être un tueur en série ! »

Afficher en entier

Quelqu’un frappe du poing sur le bar.

— J’essaie de la protéger ! (C’est la voix de Jack.) Tu sais que le Cercle transforme les gens.

— Je sais. C’est pour ça que tu ne devrais rien lui cacher. Pour la laisser prendre ses propres décisions.

— Je ne pense pas t’avoir demandé ton avis.

— Avant, tu le faisais. (La voix de Stellan est empreinte d’une mélancolie factice.) Tu te souviens de l’époque où on se serrait les coudes ?

— Non.

Afficher en entier

Avant même que je puisse ouvrir la bouche, il me prend dans ses bras et je me laisse consoler. Tous les sentiments – le choc, la peur – que j’ai refoulés déferlent sur moi par vagues. Jack me presse plus fort contre lui. Je me recule légèrement, attire son visage vers le mien et dépose un baiser sur ses lèvres.

Il s’écarte.

Afficher en entier

— Cole, je t’en prie, tiens-toi bien, le tance mon père. (Sa chaise est plus grande que les autres et le dossier est sculpté, comme un petit trône. Il esquisse un geste dans ma direction.) Nous sommes ici pour faire bon accueil à ta sœur.

— Demi-sœur, maugrée Cole.

Afficher en entier

Je lui donne un petit coup de coude et fais une pirouette sur moi-même. Mon sac ne tourne pas aussi vite que moi et cogne contre le bar. Je continue à virevolter.

- Tu vois ? Si j'étais bourrée, je ne pourrais jamais faire ça !

- Oui et je suis sûr que tu aurais fait ça sobre, répond-il ironiquement.

Afficher en entier

The cruses weren't anger, I realized. They were relief. He pulled away quickly, like he was expecting me to shove him off the way I usually would if he did that.

Instead, I threw my arms around his neck.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode