Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Par x-Key le 09-05-2015 Editer
La Fille du train
Nous sommes tous des voyeurs. Les gens qui prennent le train tous les jours pour se rendre au travail sont les mêmes partout dans le monde : chaque matin et chaque soir, nous sommes installés sur notre siège, à lire le journal ou écouter de la musique ; nous observons d’un œil absent les mêmes rues, les mêmes maisons et, de temps à autre, nous apercevons un éclair de la vie d’un inconnu. Alors on se tord le cou pour mieux voir.
Par marce217 le 15-06-2015 Editer
La Fille du train
Je n'avais pas prévu que ça devienne une vraie relation, je n'en avais aucune envie. J'aimais juste être désirée, le sentiment d'avoir le pouvoir. C'était aussi bête que ça. Je n'avais pas envie qu'il quitte sa femme, mais je voulais qu'il en ait envie Qu'il me désire à ce point.
Par x-Key le 09-05-2015 Editer
La Fille du train
Il faut que je trouve un truc qui me passionne réellement, un truc essentiel. Je ne peux pas n’être qu’une épouse, ce n’est pas moi. Je ne comprends pas comment les autres y arrivent ; il n’y a littéralement rien d’autre à faire qu’attendre. Attendre qu’un homme rentre à la maison et vous aime. Soit ça, soit partir à la recherche d’une distraction.
Par x-Key le 09-05-2015 Editer
La Fille du train
« On a beaucoup de mal à lui faire faire ses nuits. » On. Nous. Notre petite famille. Avec nos problèmes et notre routine. Quelle connasse. Si c’était un oiseau, ce serait un coucou. Elle est venue pondre ses œufs dans mon nid. Elle m’a tout pris. Elle a tout pris, et maintenant elle m’appelle pour me dire que ma détresse la dérange ?
Par x-Key le 09-05-2015 Editer
La Fille du train
Le vide : voilà bien une chose que je comprends. Je commence à croire qu’il n’y a rien à faire pour le réparer. C’est ce que m’ont appris mes séances de psy : les manques dans ma vie seront éternels. Il faut grandir autour d’eux, comme les racines d’un arbre autour d’un bloc de béton ; on se façonne malgré les creux.
Par mirabelle90 le 01-11-2016 Editer
La Fille du train
[spoiler][/spoiler] "- Tu ressembles à ces chiens abandonnés, ceux qui se sont fait maltraiter toute leur vie. On peut les frapper encore et encore, ils reviennent toujours en remuant la queue. Ils reviennent quémander en espérant que, cette fois, ce sera différent, que, cette fois, ils feront ce qu'il faut et qu'on les aimera enfin. Tu es exactement comme ça, pas vrai Rach? Un clébard"
Par mirabelle90 le 01-11-2016 Editer
La Fille du train
"Je sui tombée. J'ai dû glisser. Cogner ma tête sur quelque chose. Je crois que je vais vomir. Tout devient rouge. Je n'arrive plus à me lever.
Passe, passe, passera, la dernière y restera. Je suis bloquée là, je n'arrive pas ç aller plus loin. J'ai la tête lourde de bruits, la bouche lourde de sang. La dernière y restera. J'entends les hirondelles, elles rient, elles se moquent de moi de leurs pépiements tapageurs. Une marée d'oiseaux de mauvais augure. Je les vois maintenant, noires devant le soleil. Mais non, ce ne sont pas des hirondelles, c'est autre chose. Quelqu'un vient. Quelqu'un qui me parle. "Tu vois? tu vois ce que tu me fais faire ?"
Par Khiad le 14-03-2016 Editer
La Fille du train
Être l'autre femme, c'est merveilleusement excitant, c'est indéniable : on est celle pour laquelle il ne peut s'empêcher de trahir son épouse, même s'il l'aime. On est une femme irrésistible - littéralement.
Par MissDupont le 27-07-2015 Editer
La Fille du train
Il a attrapé une photo de nous deux qu'il adore (celle que j'ai fait encadrer pour lui offrir à notre deuxième anniversaire de mariage) et l'a jetée aussi fort qu'il le pouvait vers ma tête. Tandis qu'elle éclatait sur le mur derrière moi, il a plongé en avant, m'a agrippée par le haut des bras, puis on a lutté tous les deux jusqu'à ce qu'il me pousse violemment contre le mur de l'autre côté de la pièce. Ma tête est partie en arrière et mon crâne a heurté le plâtre. Puis il s'est penché sur moi, son avant-bras appuyant sur ma gorge, plus fort, et encore plus fort. Il a fermé les yeux pour ne pas avoir à me regarder suffoquer.
Par bagheera le 24-07-2015 Editer
La Fille du train
"Elle m'a tout pris. Elle a tout pris, et maintenant elle m'appelle pour me dire que ma détresse la dérange?"
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.