Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...

Extrait de La Série Ty et Zane, Tome 4 : Émeutes à Baltimore - Abigail Roux

Ajouté par Attila9

<< Voir tous les extraits
Par Attila9 le 02-01-2015 Editer
La Série Ty et Zane, Tome 4 : Émeutes à Baltimore
McCoy passa la parole au col blanc qui n’avait toujours pas de nom, mais un paquet d’opinions, et Ty vérifia subrepticement son téléphone. L’icône des messages clignotait et il appuya sur le bouton pour le lire.

E.T. dit à sa mère : ils sont extra tes restes.

Ty fixa son écran pendant un moment avant de lever les yeux et de se lécher le coin de la bouche pour éviter de sourire. Pourquoi diable Zane n’avait-il pas fait ça quand il s’ennuyait à mourir au lieu de le faire quand il était assis en pleine réunion ? Il était probablement en train de chercher des blagues sur Google.

— Grady, qu’est-ce que vous en pensez ? demanda McCoy.

Ty regarda son supérieur avec une fraction de seconde d’hésitation, sachant pertinemment qu’il n’avait absolument aucune idée de ce qu’on lui avait demandé.

— Je pense que c’est une idée de merde, finit-il par répondre avec assurance.

— Vous voulez approfondir ? lui demanda ironiquement McCoy.

— Pas vraiment, répondit-il d’une voix plus tout à fait aussi sûre.

— Bon, au moins nous sommes tous d’accord là-dessus, répondit McCoy en prenant une feuille qui retraçait probablement un autre plan du service des relations publiques et la jetait par-dessus son épaule.

Ty relâcha lentement la respiration qu’il avait retenue et commença à taper sa réponse.

Va te faire foutre Zane. Va te faire foutre. Vraiment.

La réponse arriva rapidement. Zane avait dû être en train de l’attendre.

Je te ferai un sandwich au salami pour dîner. Avec beaucoup de mayonnaise.

Ty leva les yeux et regarda autour de lui en essayant désespérément de se concentrer sur ce qui se disait tandis qu’il appuyait sur les touches de son téléphone pour répondre. Les tentatives de sous-entendus séducteurs étaient plus rigolotes que ses blagues.

Tu vas finir par me faire virer.

Si tu passes un entretien dans une usine de tampon en caoutchouc, essaye de faire une bonne impression.

(...)

Il regarda distraitement McCoy et son esprit se remit à vagabonder. Il tapa lentement sa réponse à Zane tout en essayant de rester concentré.

Si un chasseur peut tirer sur un cerf avec sa main droite ou sa main gauche, est-ce que ça fait de lui un bambidextre ?

Ty ferma les yeux. Les jeux de mots étaient trop horribles. Ils étaient vraiment trop stupides pour que son cerveau arrive à les gérer après une si longue journée. Il décida de hisser le drapeau blanc et de continuer à vivre en gardant toute sa tête. Alors il s’installa confortablement dans sa chaise et tapa lentement le dernier message.

Tu as gagné. Je ferai tout ce que tu voudras, mais arrête.
Cela prit une minute, mais la réponse de Zane finit par apparaître.
Promets-moi que tu crieras pour moi ce soir.
Ty fixa son téléphone pendant un peu trop longtemps. Quand il se racla la gorge et leva les yeux, McCoy le regardait avec impatience.
Ty lui fit un grand sourire, celui qui voulait dire qu’il savait qu’il venait d’être pris sur le fait. Et puis d’ailleurs, McCoy n’était-il pas ravi qu’il soit si bon dans son travail qu’il n’ait pas à le punir ?
— Vous voulez partager ? demanda McCoy d’un ton sec.
Ty regarda les autres personnes autour de la table et poussa un profond soupir. Perrimore se pencha et saisit le téléphone qui était sur ses genoux. Ty n’essaya pas de résister, ça les aurait rendus encore plus curieux. Il était très content de ne presque jamais mettre de vrais noms dans sa liste de contacts, par contre.
Perrimore lut le dernier message de Zane à haute voix en haussant les sourcils.
— Qui est Lone Star ? demanda-t-il avec un sourire en regardant le nom que Ty avait enregistré sur son téléphone. Et est-ce qu’elle porte un fouet ?
— Tout le monde dehors avant que mes yeux n’explosent, ordonna McCoy en s’asseyant et en se frottant les tempes avec ses paumes.
Ty arracha son téléphone des mains de Perrimore et le frappa sur la tête tandis qu’ils sortaient de la salle de réunion. Alston les suivit en riant tout le long du chemin.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.