Livres
436 221
Membres
361 495

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Comme ces gens sont fiers de leur haine! Haïr, c'est choisir la facilité, c'est bon pour les paresseux. C'est aimer qui exige de nous des efforts, et en coûte. Oui, pour chacun de nous, l'amour a un coût; c'est ce qui fait sa valeur.

Afficher en entier

— Nous allons monter au Donjon, leur dit-elle. Je sais que votre premier instinct est de me protéger…

— Nous y voilà, marmonna Dyer.

— Mais faites-moi une faveur et protégez-vous les uns les autres. Compris, Dyer ?

— Oh que oui, madame ! C’est pour ça que j’ai prêté serment : protéger mes collègues tandis que je laisserai la Reine se débrouiller toute seule.

Elle le fusilla alors du regard.

Afficher en entier

Ils n’avaient pas eu beaucoup de nuits à eux, mais c’étaient des moments délicieux, entre amour et amitié, une oasis de douceur dans le désert âpre où sa vie était enclose depuis qu’elle avait quitté la chaumière.

Afficher en entier

Je vous aime, madame. Je crois que je vous ai aimée depuis que vous m’avez demandé si vous pouviez m’aider à monter cette sacrée tente.

Afficher en entier

— Vous avez raison de le craindre. Mais la mort a mille visages. Et il y a toute la différence du monde entre tuer quelqu’un de sang-froid et abréger ses souffrances… Glynn, je vous en prie.

Afficher en entier

Massue se dégagea, et soudain, Hall sentit que ça venait, que le Capitaine avait atteint son point limite.

Sa Garde le sentit venir aussi, car tout le groupe se mit à reculer en détournant la tête. Quant à Hall, il garda les yeux rivés sur le visage de son frère tandis que derrière lui jaillissait un long hurlement de rage et de chagrin.

Afficher en entier

— L’esclavage existe depuis la nuit des temps.

— Cela ne le justifie pas, au contraire. Nous devrions en avoir tiré la leçon. L’humanité doit évoluer vers plus de justice.

Afficher en entier

Le regard de Dyer était lointain, empreint de tristesse, et Javel devina qu’il songeait à la Reine. Lui penserait à Allie, cette nuit et bien d’autres, et ce serait forcément douloureux, mais elle n’était pas prisonnière.

— Allez-vous réussir ? demanda posément Javel.

— Je l’ignore, Garde des Portes, répondit Dyer en frappant du poing la paumede sa main. Mais Bon Dieu, si nous échouons…

Javel lui jeta un coup d’œil furtif, inquiet de la rage qu’il sentait couver en lui, prête à exploser à tout moment. Mais ce qu’il vit l’inquiéta encore plus. Dyer pleurait.

Afficher en entier

— C’est une prisonnière de grand prix. Un sous-fifre comme toi ne doit jamais poser la main sur elle, sauf pour lui sauver la vie. Tu saisis ?

(..)

— Ma jolie est spéciale, marmonna le geôlier dans sa barbe. Mais pas autant pour eux que pour moi. C’est ma jolie à moi.

— Je n’appartiens qu’à moi, déclara-t-elle en Mort, distinctement.

Il leva les yeux, déconcerté.

— Mais non. Ce n’est qu’une prisonnière.

— Non. C’est une Reine.

— Oui, confirma-t-il en bouclant les menottes. Ma Reine à moi, susurra-t-il en lui caressant les cheveux.

Afficher en entier

L'erreur de l'utopie, c'est de supposer que tout sera parfait. Si l'on peut tendre vers la perfection, nous ne sommes que des humains, et même en utopie, nous apportons ce qui nous habite, souffrance, erreurs, jalousie, chagrin. Nous sommes bien incapables de nous défaire de nos défauts, même dans l'espoir du paradis. Or donc, préfigurer une nouvelle société sans prendre en compte la nature humaine et ses travers voue cette société à l'échec.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode