Livres
528 808
Membres
549 041

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Tu es ici pour voir Nikki ?

— Oui. Tu vas me laisser entrer ?

Elle bloqua la porte.

— Ça dépend. Tu comptes enfin arranger les choses avec mon amie ?

— Qui est cette femme ? s'enquit Dev.

— Je m'appelle Pat. Pat Tes Oignons, rétorqua-t-elle sans quitter Gabe des yeux.

Afficher en entier

« Il frappa au moment où Dev le rejoignait sur le palier. Un instant plus tard, la porte s’entrouvrit. Bingo. La description que Bree lui avait faite de Rosie correspondait. La jeune femme jeta un coup d’œil à l’extérieur. Elle avait un foulard dans les cheveux avec… des têtes de mort dessus ?

Oui, c’étaient bien des têtes de mort.

— Je savais que tu finirais par te montrer, déclara-t-elle sans s’encombrer du vouvoiement ni de la moindre marque de politesse. (Elle regarda par-dessus l’épaule de Gabe et fronça les sourcils.) Par contre, je suis surprise de le voir, lui.

Dev fit un pas sur le côté.

— Pardon ? 

Elle ne lui prêta pas la moindre attention.

— Tu es ici pour voir Nikki ?

— Oui. Tu vas me laisser entrer ?

Elle bloqua la porte.

— Ça dépend. Tu comptes enfin arranger les choses avec mon amie ?

— Qui est cette femme ? s’enquit Dev.

— Je m’appelle Pat. Pat Tes Oignons, rétorqua-t-elle sans quitter Gabe des yeux.

Malgré le sérieux de la situation, Gabe retint un éclat de rire.

— Je vais essayer.

— À ce stade, essayer ne suffit plus, dit Rosie à la grande surprise de Gabe. J’ai essayé de ne pas manger le dernier cupcake dans le frigo. Ce n’était pas une réussite.

— D’accord. Je vais arranger les choses. C’est pour ça que je suis ici, reprit Gabe. Tu veux bien me laisser entrer ?

Rosie sembla réfléchir un instant, puis recula pour leur ouvrir la porte.

— Elle est dans la chambre.

Gabe entra.

— Merci. 

— Ne me fais pas regretter ma décision, dit-elle d’une voix grave. Crois-moi, tu ne veux pas me décevoir.

Il fut incapable de s’empêcher de sourire.

— Ce n’est pas dans mes intentions.

— Parfait.

Gabe dépassa cette femme impressionnante. Derrière lui, il entendit Dev demander :

— Des rideaux de perles ?

— Ça te pose un problème ? rétorqua Rosie. Ce n’est pas assez bien pour toi ? Ce n’est pas à ton goût, c’est ça ?

— N’importe qui, au-dessus de l’âge de douze ans, ne trouverait pas ça à son goût.

— Sois sage, dit Gabe à Dev en le laissant dans la pièce à vivre avec l’amie de Nikki. »

Afficher en entier

— Tu te rends compte ce qui aurait pu se passer si quelqu'un avait appris ce qui s'était passé entre nous ?

Les yeux équarquillés, elle hoqueta de surprise.

— J'avais dix-huit ans, Gabe. Je n'étais pas mineure aux yeux de...

— Peu importe. Tu étais quand même une gamine.

— Je n'étais pas une gamine ! J'avais dix-huit ans.

Un rire sans joie lui échappa.

— C'est ça. A dix-huit ans, on n'est pas adulte, mon coeur.

Afficher en entier

— Je sais que ça fait longtemps que tu es partie, pour tes études, mais je suis certain que tu te rappelles que nos employés sont priés de porter un uniforme... pas un jean qui part en plus en lambeaux ?

Et voilà. Il avait gâché le moment en redevenant le rabat-joie qu'il était toujours. A l'entendre, on aurait pu croire qu'il avait quatre-vingts ans, au lieu de presque quarante.

Le dos de Nikki se raidit.

— Il ne part pas en lambeaux.

— Tu veux dire que tu l'as acheté comme ça ? (Un sourire suffisant étira ses lèvres.) Tu devrais te faire rembourser.

Afficher en entier

- Et je suis sûr que tu vas l'aimer autant que moi.

Afficher en entier

- Parfois, j'ai encore l'impression que je ne te mérite pas.

Afficher en entier

Ce n'était qu'un baiser. Leur premier. Pourtant, des qu'elle sentit les lèvres de Gabe se posez sur les siennes, Nikki sut qu'on ne l'avait jamais embrassée de cette manière.

Afficher en entier

Gabe n'était pas amoureux d'une femme qui ne voulait pas de lui. Il était amoureux d'un fantôme. Personne ne pouvait rivaliser avec ça.

Afficher en entier

« Elle tombait amoureuse de lui.

Pour la seconde fois. Et cette fois, la chute serait bien plus douloureuse. Elle pouvait dire à Rosie qu’elle contrôlait la situation, mais elle connaissait la vérité.

Elle ne contrôlait rien du tout. »

Afficher en entier

« — Écoute, je suis désolée. Crois-moi. Je sais que j’ai mal agi et je suis désolée que tu t’en sois voulu pendant toutes ces années. Tu n’étais pas en faute et tu ne m’as pas fait mal.

Gabe détourna enfin les yeux.

Elle haussa les épaules.

— Je ne suis plus la même.

— Pas possible, marmonna-t-il.

Elle ignorait ce qu’il voulait dire par là.

— Je ne suis pas revenue pour te causer des ennuis, reprit-elle. Je suis simplement ici pour aider mes parents. Je travaillerai pour vous jusqu’à ce que ma mère puisse reprendre son poste. Après ça, tu n’auras plus jamais à me revoir.

Il tourna vivement la tête vers elle.

— C’est bon à savoir. J’aimerais que tu comprennes une chose, et c’est très important.

Elle était tout ouïe.

— Je ne veux plus rien avoir à faire avec toi. Tiens-toi à l’écart, tu m’entends ? »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode