Livres
535 537
Membres
561 742

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par angel101076 2011-09-05T03:35:35+02:00

Il alla vers la planche à hacher et saisit le manche du maillet.

Il le leva et le fit tournoyer.

Le maillet faucha l'air avec un sifflement menaçant.

Jack Torrance se mit à sourire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Peche38 2017-08-23T01:58:33+02:00

"La mort faisait partie de la vie. Et, si l'on n'acceptait pas cette vérité-là, on ne comprendrait jamais rien à la vie. L'idée de sa propre mort est difficile à comprendre, mais elle n'est pas intolérable"

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2012-02-07T17:22:32+01:00

Il essayait de se rappeler d'où il tenait se renseignement, quand Ullman prit la communication.

- Torrance, qu'est-ce qui ne va pas ?

- Tout va bien, dit-il. La chaudière marche et je n'ai pas assassiné ma femme, du moins pas encore. Je garde ça en réserve pour les mortelles soirées d'hiver, aprés les fêtes.

- Très drôle. Mais pourquoi me téléphonez-vous ? Je suis un homme très...

- Très occupé, oui, je le sais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par angel101076 2011-09-05T03:35:35+02:00

Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon. Ou, tout simplement : tu deviens fou.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2018-08-30T20:36:41+02:00

Le monde ne nous veut pas de mal, mais il ne nous veut pas de bien non plus. Il se fiche de ce qui nous arrive. Les pires choses peuvent se produire sans que nous sachions pourquoi. Des braves gens meurent dans le désespoir et dans la douleur, laissant seuls ceux qui les aiment, et on est parfois tenté de croire qu'il n'y a que les méchants qui profitent des biens de cette terre.

Chapitre 58.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2018-08-30T20:36:23+02:00

- Tue-le. Il faut le tuer Jacky. Et elle aussi. Parce qu'un vrai artiste doit souffrir. Parce que tout homme tue ce qu'il aime. Parce qu'ils n'arrêteront jamais de conspirer contre toi, d'essayer de t'étouffer, de te faire sombre. A la minute où je te parle, ton fils se trouve là-haut en violation flagrante de tes ordres. C'est une canaille. Punis-le, Jacky, rosse-le, rosse-le à mort. Bois un verre, Jacky, mon petit, et nous jouerons à l'ascenseur. Je t'accompagnerai quand tu iras lui administrer sa correction. Je sais que tu pourras le faire, j'ai confiance en toi. Il faut le tuer. Il faut le tuer, Jacky, et elle aussi. Parce qu'un vrai artiste doit souffrir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2018-08-30T20:35:22+02:00

Tu peux fuir un étranger ; mais tu ne peux pas te fuir toi-même.

Chapitre 32.

Afficher en entier
Extrait ajouté par laetitia90 2013-07-22T09:44:21+02:00

Il se reprit, lâcha la poignée et se retourna avec précaution. Ses articulations craquaient, il avait des jambes de plomb. Lentement, il revint sur ses pas jusqu’à la porte de la salle de bains.

Le rideau de douche, qu’il avait repoussé pour examiner la baignoire, était de nouveau tiré. C’étaient les anneaux qui en glissant sur la tringle d’acier avaient provoqué ce bruit métallique qui avait résonné à ses oreilles comme des ossements se tassant dans un caveau. Il regarda le rideau, bouche bée.

Quelque chose se dissimulait derrière, dans la baignoire.

C’était une forme indistincte, aux contours flous, qu’il devinait à travers le plastique. Ça pouvait être n’importe quoi. Peut-être n’était-ce qu’une illusion d’optique, provoquée par un jeu de lumière, ou l’ombre de la pomme de douche. Ou même une femme morte depuis longtemps, étendue dans son bain, une savonnette Lowila dans une de ses mains raidies, attendant la visite de son prochain amant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Celen 2012-05-09T10:35:01+02:00

Il fit glisser le rideaux de douche.

La femme qui gisait dans la baignoire était morte depuis longtemps. Elle était toute gonflée et violacée et son ventre, ballonné par les gaz et ourlé de glace, émergeait de l'eau gelée comme une île de chairs livides. Elle fixait sur Danny des yeux vitreux, exorbités comme des billes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2012-02-07T17:19:58+01:00

Ils montèrent l'escalier ensemble, et Jack ne regarda plus en arrière. Mais il se rappela des paroles de Watson :

« Tout grand hôtel à son fantome. Pourquoi ? Que voulez vous, les gens vont et viennent...»

Puis Wendy referma derrière eux la porte du sous-sol qui retourna à ses ténèbres.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode