Livres
461 186
Membres
417 216

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par L_Alpha 2019-06-08T13:18:37+02:00

— C’est formidable, commente gaiement Marie. Où as-tu appris à dessiner ?

— Je n’ai jamais appris. Je le fais, c’est tout.

— Intéressant…, déclare James en souriant. Tu pourrais me faire un dessin, ma belle ?

Ça suffit, j’en ai plus qu’assez de son petit jeu !

— Tu n’auras d’elle ni dessin, ni rien d’autre. Et ne l’appelle plus jamais comme ça, dis-je en grinçant des dents.

Il ricane et lève les yeux au ciel.

— Pourquoi tu t’énerves, Zac ? Je pose une question, c’est tout.

Bordel, ce que mon poing me démange !

— Tu voudras bien me montrer tes œuvres ? poursuit James, tournant les yeux vers Angelia. Un petit moment, rien que tous les deux…

La main d’Angelia s’accroche si fortement à la mienne que je sens ses ongles s’enfoncer dans ma chair. Heureusement, ma mère me prend de vitesse :

— Arrête ça, James. On ne la laissera jamais seule avec toi. Zac est chargé de veiller sur elle, il ne la lâchera pas d’une semelle, n’est-ce pas ?

— Compte sur moi, dis-je en fixant mon cousin droit dans les yeux.

Il perd son petit sourire en coin, laissant voir toute la haine qu’il a à mon égard. Comme ça on est deux. Angelia est d’une pâleur inquiétante, il est temps d’y aller.

Afficher en entier
Extrait ajouté par L_Alpha 2019-06-08T13:17:24+02:00

— Quoi qu’il se passe, je serai toujours là. Moi, Quentin, Lily, Mme Talier et toutes les personnes que tu as pu rencontrer. On ne va pas t’abandonner, crois-moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par L_Alpha 2019-06-08T13:16:27+02:00

— Je ne sais pas, il fallait bien que je lui lise cette lettre. Mais j’aurais dû me douter de sa réaction.

— C’est un monstre, Angelia, peu importe ce que tu peux lui dire, il ne changera pas, affirmé-je en rivant mon regard sur la place qui nous fait face.

— Je ne comprends pas pourquoi ça m’atteint tant aujourd’hui. J’ai entendu bien pire, durant dix-sept ans, et voilà que je m’effondre à nouveau, soupire-t-elle en s’essuyant les yeux.

— Parce que cette fois tu t’es ouverte à lui, tu lui as confié les seuls mots que ta mère t’ait jamais écrits, alors c’est plus douloureux. Mais tu peux être sûre qu’il va le regretter…

— Comment ça ? demande-t-elle en tournant son visage vers le mien.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode