Livres
520 103
Membres
535 901

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Maddock déboula dans la pièce, les narines évasées, ses yeux sombres les clouant sur place. Derrière lui, la porte s’ouvrit, et Dex se précipita. Il se jeta dramatiquement devant Sloane.

— Mais papa, je l’aime !

Maddock leva les yeux au ciel.

— Ouais, très bien, Pocahontas. Hors de ma vue.

— Mince.

Dex se retourna et tapota la joue de Sloane.

— Je suis désolé, bébé. Tu es tout seul, dit-il en déposant un doux baiser sur ses lèvres. Je t’aime.

Puis il détala comme si la pièce était en feu.

— Lâche ! cria Sloane.

Afficher en entier

— Sloane ? Je pense que quelque chose ne va pas chez moi.

— Je sais, mon cœur, mais ça ne veut pas dire que je t’aime moins, répondit Sloane en souriant et en volant un des cubes au fromage de Dex pour le faire sauter dans sa bouche.

— Petit malin. Sérieusement, je pense que je dois être malade.

— Tu ne te sens pas bien ?

Les semaines précédentes commençaient-elles à rattraper son partenaire ? Il tendit une main vers son front. Sa température semblait normale. Mais bon, ‘normal’ était un terme relatif, quand Dex était concerné.

— Je perds du poids, mais mes vêtements me vont de la même manière. Comment est-ce possible ?

— Cela veut probablement dire que tu fais du muscle et que tu perds de la graisse.

— Mais je n’ai rien changé à mes séances de sport ou à mon entraînement.

Dex eut l’air pensif en levant une croustille au fromage devant lui.

— Je ne mange pas différemment non plus.

— Euh…

Oh oh. Pris la main dans le sac. Dex écarquilla les yeux.

— Qu’est-ce que tu as fait ?

— Écoute, garde à l’esprit que je me soucie de ta santé, et que je n’ai fait que ce que je pensais être ce qu’il y avait de mieux pour toi.

Si tout le reste échouait, Sloane n’était pas contre le fait d’utiliser ses blessures pour se protéger.

— Qu’est-ce que tu as fait ? répéta Dex.

Sloane grimaça et la table se tut. Tout le monde les regardait avec amusement. Il n’y avait pas moyen de se défiler. Il savait que son partenaire le découvrirait tôt ou tard.

— J’ai échangé ta malbouffe contre une alimentation saine.

Dex poussa un petit cri exagéré, et la table éclata de rire.

— Judas ! Comment as-tu pu ?

Sloane se raidit. Il pouvait aussi bien tout avouer.

— J’ai échangé ton sucre par un substitut, ton lait entier par du lait à deux pour cent, tes milk-shakes par des shakes protéinés, tes pâtes blanches par des pâtes au blé entier, ton pain blanc par du pain multigrains…

— Arrête ! Je ne peux pas écouter davantage de cette… de cette horreur.

Afficher en entier

Calvin se dirigeait vers la porte quand Hobbs le poussa soudain contre la cloison du véhicule.

-Qu'est-ce qui te prend, Ethan?

Dex ne pouvait être plus d'accord. Qu'est-ce que... Oh.

Hobbs saisit Calvin par la taille, le souleva, et le poussa contre la paroi de la camionnette, l'immobilisant avec son corps. Il prit le visage de Calvin et l'embrassa. Il fallut deux bonnes secondes à Calvin pour comprendre, et quand il le fit, il jeta ses bras autour du cou de Hobbs et retourna le baiser brulant de son partenaire avec ardeur. Des années de frustration sexuelle refoulée semblèrent être libérées. Tous deux se lachèrent comme si personne ne regardait. Sauf que quelqu'un était en train de regarder. Dex regardait.

Devait-il leur rappeler qu'il était toujours la?

Aurait-il du amener du pop-corn? Devait-il se détourner? Dex resta la un moment, trop ébahi pour faire autre chose que regarder.Il n'était pas exactement indifférent non plus. Cela faisait-il de lui un pervers?

C'était comme regarder un porno. Deux mecs canons en action. Il se sentit un peu coupable, mais il avait des problèmes pour détourner les yeux. Quel être sain d'esprit ne trouverait pas ça chaud bouillant? Merde, il commençait à ressembler à Austen.

[...]

-S'il te plait Ethan. Tu ne sais pas depuis combien depuis combien de temps j'attends ça. Je te veux tellement.

Les mots douloureux de Calvin ramenèrent Dex à la réalité.

Il fit rapidement pivoter sa chaise pour faire face à la console, en entendant les doux gémissements et les suppliques murmurées de Calvin à Hobbs de le faire jouir.

Pas. Du tout. Gênant.

Dex saisit les deux oreillettes et en coinça une dans chaque oreille. Il alla en ligne et se connecta rapidement à la station Rétro Radio. Son visage était rouge et il sentit le soulagement l'envahir lorsque les sons familiers du clavier électrique noyèrent tous les bruits su sexe.

Stop...C'est une grosse plaisanterie ? Il laissa tomber sa tête entre ses mains. Dans ses oreilles, ZZ Top jouait 'Rough Boy' avec sa glorieuse guitare électrique et sa batterie lente, le rythme sensuel et les insinuations n'étant pas ce qu'il avait besoin d'entendre à l'instant.

[...]

Hobbs leva la tête et se figea, ses yeux croisant ceux de Dex et s'écarquillant lorsque la réalisation s'abattit sur lui.

Dex agita la main.

-Salut. Comment ça va ?

-Putain de merde ! s'exclama Calvin en se retournant et en regardant Dex. Oh mon Dieu.

Tous deux se tournèrent l'un vers l'autre, leurs visages virant à l'écarlate.

-Est-ce que nous venons juste de...

-Prendre votre pied devant l'un de vos coéquipiers ? le coupa Dex, se sentant tout aussi mortifié par ce qui venait d'arriver. Ouais.

Calvin prit une vive inspiration, reportant à nouveau son attention sur Dex.

-Est-ce que tu nous as regardé?

Le cran de ce type!

-Pour qui me prends-tu? Austen ?

Il envisagea de mentir,mais son équipe savait combien il était nul à ça.

-J'ai un peu regardé.

-Oh Seigneur.

Afficher en entier

Parfois, tu trouves cette personne spéciale, et tu le sais, c'est tout. Et même si tu ne l'aimes pas immédiatement, tu sais que tu l'aimeras. C'est juste une question de temps. Parce que personne que tu as connu n'a jamais été proche de te faire ressentir ce qu'elle te fait ressentir. Ça t'empêche de dormir la nuit et te rend complètement dingue, mais tu pries Dieu que le sentiment ne disparaisse jamais, peu importe combien ça te tue.

Afficher en entier

« Il m’a très probablement sauvé la vie, avoua Dex calmement, regardant les sourcils de Sloane se rapprocher.

— Je ne comprends pas. Qu’est-il arrivé ? Profonde inspiration.

— Quand j’ai entendu l’explosion, je n’ai pensé qu’à toi. J’ai couru pour te rejoindre, sans penser que la menace pouvait toujours être dehors. On nous a tiré dessus.

Sloane laissa sa tête retomber sur l’oreiller.

— Seigneur, Dex. Tu aurais pu te faire tuer ! Après tout notre entraînement ? Après tout ce dont nous avons parlé, tu as couru droit dans la ligne de tir sans aucune considération pour ta sécurité ?

Il tourna la tête pour lui jeter un regard sévère.

— Tu as de la chance que je sois bien trop reconnaissant que tu sois là pour t’en coller une. En plus, je ne peux pas pour le moment.

— Je sais. J’ai merdé. Je suis désolé.

Sloane plissa les yeux.

— Tu ferais mieux de rentrer cette lèvre boudeuse parce que tu ne vas pas t’en tirer comme ça.

— Je ne boudais pas, marmonna Dex.

— Si, tu le faisais. Je sais quand tu boudes même quand tu ne le fais pas. Maintenant, raconte-moi tout. »

Afficher en entier

- Hé, Sexy. Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ?

Sloane détourna son attention de la télévision et lui sourit. C’était incroyable à quel point un petit sourire pouvait le désarmer.

- J’ai regardé Indiana Jones et mangé du pudding au chocolat.

- La grande vie, hum ?

Sloane rigola. Son regard atterrit sur le sac.

- Est-ce que c’est ce que je crois ?

- Oui. Rosa t’a fait tes empanadas préférés.

Dex essaya de ne pas rire en voyant les yeux de son partenaire s’illuminer. Comme un petit enfant à qui on avait dit qu’il pouvait commander tout ce qu’il voulait chez le glacier. Il ne pouvait l’en blâmer. Rosa était une cuisinière fantastique, et elle aimait nourrir leur équipe. Entre la nourriture portoricaine de Rosa, la cubaine de Letty, et la dominicaine de Lou, il était incroyable que toute leur équipe tienne dans le BearCat.

— À la viande ?

- Ouais, plus deux à la goyave, un au poulet, et un au bœuf avec des plantains.

- Oh mon Dieu, ceux-là sont tellement bons.

Il était amusant de voir que même le plus intransigeant des maniaques en diététique avait ses vices. Dex se pencha pour déposer un baiser sur ses lèvres.

- Comment te sens-tu ?

Sloane ignorait combien son sourire affectait Dex. Hobbs avait eu raison. Dex ne l’avait jamais vu adresser ce sourire à quelqu’un d’autre.

- Mieux, maintenant que tu es là.

Dex fut pris au dépourvu par l’admission affectueuse.

- Oooh, les antidouleurs te rendent fleur bleue, le taquina-t-il. Ça me plaît, dit-il en l’embrassant à nouveau.

- Mmh, j’aime ça, murmura Sloane contre les lèvres de Dex.

Afficher en entier

— Oui, en effet. Ash…

— Oublie ça, Daley. Si tu es déterminé à jouer les John McClane, je serai là pour m’assurer que tu ne perds pas tes putains de chaussures.

Dex retint un sourire en mettant le contact.

— En fait, John McClane n’a pas perdu ses chaussures, il les a enlevées.

— Ne me corrige pas.

— Mais tu as tort.

— Pas quand je dis que tu me casses les couilles, gronda Ash.

Dex ouvrit la bouche, et Ash pointa un doigt vers lui.

— J’entends une insinuation sexuelle sortir de ta bouche, et je te jure que tu n’auras pas à t’inquiéter de Hogan parce que je te tuerai moi-même.

Afficher en entier

« — Je dois y aller. Nous parlerons de cela plus tard.

— Dex, arrête.

Sloane ne pouvait pas le laisser s’en aller. Son désespoir eut raison de lui, et il ne réfléchit pas, faisant un pas en avant avec sa jambe droite au lieu de la gauche. La gauche céda sous lui, et il s’affala sur le tapis.

— Sloane !

Dex se précipita et tomba à genoux à côté de lui, ses bras l’enlaçant et l’aidant à se redresser.

— Bon sang. À quoi diable pensais-tu ?

— Je pensais : ‘je ne peux pas le laisser partir. Je ne peux pas le regarder franchir la porte pour ce qui pourrait être la dernière fois’. Je pensais que je devais faire tout ce qu’il fallait.

— Pourquoi ?

— Pour te garder avec moi.

Sloane saisit le bras de Dex, ayant besoin de lui si fort qu’il en avait mal.

— Je vais appeler Ash…

La frustration, la colère, et quelque chose d’autre qu’il ne pouvait expliquer bouillonnèrent en lui et entrèrent furieusement en éruption.

— Je ne veux pas d’Ash, nom de Dieu. Je te veux ! Je t’aime, bordel ! »

Afficher en entier

« “When did you guys figure it out? About us, I mean.”

Hobbs thought about it. “The first karaoke night. When you were on stage singing.” He dropped his gaze to his fingers, his cheeks flushed. “The way Sloane looked at you. And his smile. He has this special smile just for you. Like you’re the only one who matters.”

“Really? Sloane looks at me like that?” Dex didn’t know how to feel, other than stupidly, ridiculously happy. Like doing cartwheels and punching the air like one of those ridiculous training montages in the movies. He loved the way Sloane looked at him and smiled, but he’d assumed it was his partner’s warmth shining through. Oh, he saw the affection, but he never thought it was a look Sloane had just for him

“Yeah. Like you’re the most amazing thing he’s ever seen.” »

Afficher en entier

Parfois, tu trouves cette personne spéciale, et tu le sais, c’est tout. Et même si tu ne l’aimes pas immédiatement, tu sais que tu l’aimeras. C’est juste une question de temps. Parce que personne que tu as connu n’a jamais été proche de te faire ressentir ce qu’elle te fait ressentir. Ça t’empêche de dormir la nuit et te rend complètement dingue, mais tu pries Dieu que le sentiment ne disparaisse jamais, peu importe combien ça te tue.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode