Livres
572 677
Membres
632 195

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Je ne veux pas que ma fiancée câline n'importe qui.

- Je ne câline pas n'importe qui, le rembarré-je.

Juste mes deux sœurs, ma mère, tante Zelda parfois, mes amis sur le campus, Madeline et Rachel surtout, les nymphes des bois dès que je les croise, les animaux qui me semblent gentils et quelques arbres auxquels je tiens. OK, OK. Je câline pas mal de monde. Mais là n'est pas la question !

Afficher en entier

Ce qui signifie que ce… ce rustre, qui peut se transformer en chien-loup, est le candidat des dieux. Le promis de ma sœur. Qui semble habitée par le même effroi que moi tout à l’heure.

— Ôtez-nous d’un doute, Zeus, fulmine Circé la Grande. Nous vous proposons la main de Méroé, sorcière de talents, sœur de Circé et donc mère en devenir de la future Médée, et vous…

— Vous ne serez pas en reste, coupe Zeus en croisant les jambes avec sérénité. Je vous offre la main de mon petit-fils et de celui d’Héra au Trône d’or, fils d’Arès, Fléau des hommes, et d’Aphrodite, la Céleste. J’ai nommé Deimos, la Terreur.

Je frissonne à nouveau. La Terreur. La Terreur ! L’incarnation de la Terreur ! Je refuse que ma sœur s’unisse à une telle calamité !

— C’est une plaisanterie ! s’exclame Médée la Jeune. Vous pensez vraiment que nous puiserons notre magie dans cet…

Elle s’interrompt sans savoir quel mot employer. Deimos, lui, sort paisiblement une nouvelle cigarette et l’allume.

— Croyez-vous que je vous laisserai insulter ma propre famille ? reprend Zeus, les étincelles jouant à nouveau dans sa chevelure d’argent. Votre Méroé est…

— Je dois t’interrompre, Zeus.

La voix rauque de Deimos remplit l’espace. Il la odère beaucoup moins que son grand-père, de toute évidence. Moi qui pensais que cet éraillement n’était dû qu’à son passage entre le chien-loup et l’homme… enfin, le dieu.

— Ce n’est pas Méroé que je souhaite épouser.

La pièce entière se retrouve pendue à ses lèvres. Et moi, je me retiens de bondir. Oh mais le mufle jusqu’au bout ! Elle n’est pas assez bien pour lui, c’est ça ?!

— C’est elle que je veux, ajoute-t-il en désignant du doigt l’une de nous.

Il le pointe dans ma direction, je me dépêche de sonder mon entourage pour découvrir de qui il parle. Sauf que toutes les sorcières convergent curieusement vers moi. Mais je dois halluciner, il ne peut pas parler de moi.

Je lui jette un œil perplexe et finis par comprendre, avec une incrédulité folle, qu’il me montre bel et bien.

Afficher en entier

« – Mais je n’ai pas eu besoin d’écouter Phobos prendre ta défense, je savais déjà que je t’aimais et que je te voulais auprès de moi. »

Afficher en entier

— On est dans le nord de l’État de New York, déclare Rachel avec un haussement d’épaules. L’été indien, c’est comme les anniversaires, ça revient chaque année.

J’enfonce mon bonnet sur ma tête et abaisse par la même occasion ma queue-de-cheval rousse.

— Quel manque de poésie, grogné-je.

— Ce que Rachel ne dit pas, c’est que nous t’avons, et tu te réjouis toujours pour trois, ajoute Madeline avec un clin d’œil.

Elle m’arrache un sourire alors que j’étais partie pour faire dignement – et faussement – la tête le temps que nous traversions le parc de l’université.

— Chou, ne l’encourage pas, s’amuse Rachel. Notre Ella parle déjà aux plantes.

— C’est prouvé scientifiquement que parler à ses plantes leur apporte quelque chose, soutiens-je en levant l’index comme une maîtresse d’école.

Mes deux amies éclatent d’un même rire.

— Ne mêle pas la science à tout ça, tu perdrais, m’assure Rachel.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sacchan 2021-09-22T23:44:15+02:00

-Merci, dis-je alors. D’être venu m’aider. Je n’étais pas sûre que vous entendriez mon appel.

-Je l’entendrai toujours, m’assure-t-il du tac au tac. On entend toujours les prières des mortels. Leurs voix finissent par passer inaperçues, mais certaines demeurent immanquables.

Comment ne pas se sentir touchée par une telle déclaration ! Mes joues se parent de rouge et je ne réfrène même pas mon sourire. Deimos se rapproche de moi et son air devient plus grave.

-Tu es ma femme, Ella.

Il en faut peu pour que je sombre dans ses yeux et dans le son rocailleux de sa voix. On se retrouve tous les deux dans ce lit, une nouvelle fois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Khalea 2021-11-03T15:15:23+01:00

— Qui est-elle ? chuchoté-je à Deimos.

— La déesse de la gentillesse et du bon accueil. Elle travaille avec Athéna dans son parc immobilier.

Impossible de retenir un sourire un brin moqueur. Deimos le repère tout de suite.

— Quoi ?

— Vous avez une déesse de la gentillesse ? C’est quand la dernière fois que vous l’avez priée ?

Je glousse, les dents serrées, et Deimos me jette un regard en coin terrible.

Afficher en entier
Extrait ajouté par iarld 2021-10-11T03:02:34+02:00

Je n’ai plus qu’à me remettre au travail. Je traverse la grande entrée et me baisse précipitamment pour éviter le vol d’une Érynie. Les deux autres suivent derrière et elles se mettent à tourner en rond dans les airs. Impossible de me concentrer avec tout ce boucan !

— S’il vous plaît ! Pourrais-je avoir votre attention ?

Elles atterrissent sous mon nez et croisent les bras d’un air renfrogné. J’ai bien une idée, qui m’est venue après ma conversation avec Melpomène, reste à savoir si elles vont m’écouter et accrocher.

— Voilà, ça fait dix jours que je suis ici et que je vous vois trimer avec les Semés…

Qui surgissent du sol au même instant. Après un sursaut et une main sur le cœur, je poursuis :

— Et je me demandais si vous aviez des congés à prendre. Ce serait l’occasion pour vous de faire un tour aux Enfers, non ?

S’ensuit un silence perplexe.

— Des quoi ?

— Des congés. Des jours sans travail, durant lesquels vous n’avez pas à rappliquer dès que Deimos vous appelle. Tous les employés ont des congés de leurs employeurs.

Les serviteurs de mon époux se regroupent pour discuter entre eux, déstabilisés.

— Personne ne nous a jamais rien dit à Olympus.

— Ils ont des « congés », les autres ?

— Mais même aux Enfers, on n’en a jamais eu !

Les Semés secouent la tête et les Érynies se mettent à parler en même temps. Je serre les poings, partagée. C’est ce que je voulais, les troubler et les faire partir quelques jours, mais j’ai aussi l’impression d’être allée un peu loin cette fois-ci. Arf, je n’aime pas me sentir mal ni aussi coupable. J’espère qu’ils vont juste prendre leur journée pendant que Deimos n’est pas là, comme ça j’aurai la paix jusqu’à ce soir et personne n’en saura rien.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lipette 2021-10-10T16:52:14+02:00

— Megaira, Alecto et Tisiphone sont les trois Érinyes. Échion, Oudaïos, Chthonios, Hypérénor et Péloros sont les cinq Semés, m’expose-t-il alors. Tu t’en souviendras ? Ou est-ce qu’il y aura un Dormeur ?

OK. C’est là que je déchante. Ou que je ris. Ce type est indéchiffrable, de toute façon. Je crois que je vais pouffer parce qu’il a l’air de guetter ma réaction et que je n’ai retenu aucun nom.

— Disons plutôt huit Dormeurs.

Oh ! Il sourit ! Pour de vrai ! Avec la petite fossette sur la joue gauche !

Oh par toutes les nymphes de la Terre, son sourire est super sexy, en fait…

Je déglutis et me détourne vite de ce spectacle déconcertant.

Afficher en entier

« – Ils sont trop heureux pour vous ?

– On peut dire ça , oui, grommelle-t-il à voix basse.

Parfait ! Le bonheur, c’est nul. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Anaee27 2021-10-16T11:00:56+02:00

“— Rhapso a raison sur quel point ? murmuré-je avec curiosité. Vous n’avez pas eu le temps de me le dire.

Deimos, qui ne doit certainement pas ressentir le même trouble que moi à cet instant, met quelques secondes à répondre.

— Je te trouve jolie, moi aussi.”

Excerpt From

Witch and God Tome 1 - Ella la Promise

Liv Stone

This material may be protected by copyright.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode