Livres
639 054
Membres
756 905

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Marie Angel

Auteur

18 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par
de

Biographie

Classement dans les bibliothèques

Diamant
2 lecteurs
Or
7 lecteurs
Argent
2 lecteurs
Bronze
4 lecteurs
Lu aussi
2 lecteurs
Envies
31 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
1 lecteurs
PAL
18 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.17/10
Nombre d'évaluations : 6

0 Citations 9 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Marie Angel

Sortie France/Français : 2017-12-31

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par TlinaR 2014-07-18T00:54:49+02:00
Montres enchantées

Anthologie de très bon niveau global. tous les auteurs représentés écrivent bien, avec certains qui écrivent très bien et d'autres très très bien. Côté très bon, un gros coup de foudre sur la nouvelle de Sophie Dabat, profonde et subtilement écrite. Côté moins bon, j'ai eu plus de réticences avec "Allergène" qui m'a paru limite exagérée dans ses références (avec des caméos à la pelle, ce qui est fatiguant à la longue).

S'il y a une chose que je peux regretter, c'est la ressemblance des univers de chaque auteur. Surtout les premières nouvelles, qui se passent quasiment toutes dans une Angleterre victorienne ou une France fin de (XIXe) siècle très banals pour du steampunk. Mais au fil de la lecture les univers se diversifient.

Enfin, un regret personnel : beaucoup trop de fautes dont certaines qui font mal aux yeux ("hors" pour "or" par exemple) laissées dans ce livre. Et même une page qui se répète intégralement ! Dommage, le beau travail de sélection des textes qu'ont fait les éditeurs est gâché par ces négligences.

Afficher en entier
Monstres à toute vapeur

Je me suis lancée dans ce recueil de nouvelles, appâtée par son quatrième de couverture « Monstres à toute vapeur 8 histoires de créatures du folklore français teintées de steampunk pour les amoureux des étranges machines à vapeur. »

Mon enthousiasme sous le bras et du steampunk plein mes pensées je me suis donc jetée dans ma lecture.

Déception n’est pas le mot le plus doux à en dire mais c’est hélas un peu ce qu’il en est ressorti d’un point de vue général. Je précise bien qu’il s’agit ici du contexte dans son ensemble et non d’un point de détail. Car si je peux targuer les auteurs d’une chose c’est bien d’avoir chacun une plume maîtrisée et fluide pour leur sujet.

Leurs personnages manquent parfois un peu de profondeur mais sans que cela ne soit rébarbatif car bien souvent une simple relecture permet de déceler cet élément qui nous a échappé au premier coup d’œil et ainsi d’appréhender à sa juste mesure l’idée cachée de l’auteur.

Pour exemple la nouvelle « Héloïse, à son avantage de Béatrice Ruffié Lacas » :

Héloïse, jeune femme frivole et peu encline aux fêtes et soirées mondaines telles que les conçoit sa mère va devenir un être à part sous nos yeux sans que notre première lecture ne nous le signale vraiment.

Relisez ces petits détails la concernant sur la fin, sa position face à la Seine ou son ressenti face à la ville lumière. Aux premiers abords vous êtes encore avec la jeune fille futile qu’elle vous a semblé être, notamment grâce à ses pensées de mariage et de frivolité, puis à la relecture vous devinez enfin sous la plume de l’auteur, ce secret, cette découverte importante et pourtant posée si tranquillement dans le récit qu’elle semble s’y fondre. Ce n’est que grâce à l’explication finale que le lecteur entrevoit toute l’horreur de la découverte et avec la relecture du passage qu’il en extrait aussi tout le penchant de l’auteur à la dissimulation.

Autre nouvelle qui mérite peut-être un brin de relecture pour en soutirer tout le génie tactique et fantastique de l’auteur : « Trois balles, au commandement » est un joyeux mélange de fantasy et d’histoire. Comme le stipule le titre il s’agit d’un duel mais tactiquement parlant sa chute est magnifiquement et politiquement bien jouée. Le lecteur peut, de suite ou après un questionnement subtil trouver le fin mot de l’histoire et le rôle joué par chacun dans ce qui peut ressembler au final à une mascarade. Certains personnages ne sont là que pour le décorum mais d’autres ont une présence plus discrète et cependant importante pour cette fin que j’ai trouvée très bien amenée. Là encore l’auteur par une plume simple et directe nous mène où il le veut et la surprise est dirigée de mains de maître.

Pourtant d’autres auteurs ont à l’inverse voulu accélérer le final pour le rendre plus actif mais en obtenant selon moi l’effet inverse à la lecture. J’aime les scènes d’action concises et bien détaillées et c’est pourquoi la nouvelle « Un chasseur sachant chasser de Doris Facciolo » m’a semblé un peu bâclée sur sa dernière ligne droite.

L’auteur sait tout du long, d’une plume pleine de détails et de descriptions du contexte tant social qu’historique, nous poser une ambiance. Le personnage principal est frondeur, soucieux du détail et pointilleux dans son enquête, ce qui nous le rend intéressant à suivre pas à pas et nous conforte dans l’idée que l’auteur nous mène vers une finale aussi détaillée et passionnante dans son déroulement.

Et là… c’est le drame !!

La scène d’action finale est là, mais écrite dans un style beaucoup plus rapide, avec des actions enchaînées les unes à la suite des autres sans un moindre souffle, pour finir, enfin, sur un choc abrupt et inattendu.

Cela aurait pu être un atout car le lecteur est alors obligé de suivre et de courir à la suite du personnage mais cette fin si brusque gâche pour moi le travail si pointilleux de l’auteur sur le reste de la nouvelle comme un manque de temps ou une envie de finir vite le trajet après avoir trop flâner sur le chemin.

Mais ma déception majoritaire a surtout été pour ce manque cruel de steampunk dans ces nouvelles. Peu ou pas de vapeur et d’inventions, de mode victorienne ou de créatures surnaturelles, du moins hors du contexte mythes et légendes plus communs.

Par contre une fois mis de côté cette petite frustration, j’ai pu constater que la partie « Monstres » du recueil était fort bien pourvue.

Monstres de légendes comme la bête du Gévaudan pour « Un chasseur sachant chasser de Doris Facciolo », géant mythique et régional pour le bécut de « La dernière chasse d’Alceste Petibon » , autres créatures de légendes et de magie comme la tarasque, la dame blanche ou la vouivre dans « Légendes brisées de Catherine Loiseau », malbête et malédiction aussi avec « le grincement de la malbête de Marie Angel » et même des êtres féeriques dans « Trois balles, au commandement ».

J’ai pu ainsi découvrir des légendes régionales ou en redécouvrir d’autres plus connues mais avec un œil différent. Car chaque auteur a su extraire ce qui était commun pour en ressortir parfois une nouvelle complètement étrangère.

Telle « La dernière chasse d’Alceste Petitbon » qui va nous faire suivre cette poursuite au bécut, exemplaire rare du tableau de chasse de tout bon chasseur de créatures surnaturelles. Au travers des aléas de cette battue en compagnie d’Alceste, chasseur maladroit et pourtant chanceux dans son malheur nous allons assister à un événement dramatique de notre propre histoire tourné en dérision et amené de façon judicieuse par la plume humoristique de l’auteur. Rien ne nous laisse deviner au fil de l’histoire une telle fin. Et même si comme moi vous allez peut être avoir un doute à la lecture de certains indices, pas un seul moment vous n’oserez croire que l’auteur vous mène à cette apothéose historique et à l’origine ici bien digne d’une farce.

Une nouvelle est cependant ressortie du lot dans ma lecture.

Pour ce besoin qu’elle m’a laissé d’en connaître d’avantage non pas par manque de détails ou d’actions mais bien justement par son écriture qui se suffit à elle-même et qui en même temps nous emmène à la recherche de plus. Il s’agit de « La dame aux hiboux de Xian Moriarty ».

Parce qu’avec sa manière d’être écrite comme une préquelle ou le pilote d’une série télévisée, elle vous donne une très bonne idée des aventures que peuvent vivre ses personnages atypiques et attachants.

Mais aussi parce que les péripéties qu’ils vivent en seulement quelques pages, les descriptions faciles à suivre et entraînantes, le récit captivant, tout cela vous tient en haleine.

Et si vous y rajoutez une malédiction, des armes modernes pour une ambiance plutôt Second Empire, des dirigeables ou autres inventions pour un petit air steampunk alors vous avez ce qui en a fait pour moi un coup de cœur.

Donc oui j’ai été un peu déçue parce que j’en attendais du steampunk à outrance mais non je ne regrette absolument pas cette lecture qui m’a fait découvrir de nouvelles plumes très agréables chacune dans son style, toujours maîtrisées et peut-être de talents inégaux mais cependant là.

C’est donc une anthologie à découvrir sans préjugé ou attente particulière, juste pour la détente et le dépaysement des contes et légendes ou histoires fantastiques qu’elle contient.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Line-Chan 2016-02-05T20:54:29+01:00
Montres enchantées

Une anthologie qui somme toute est de bonne qualité et m'a bien plu!

Mention spéciale pour les deux nouvelles auxquelles j'ai tout particulièrement adhéré: "Le club des érudits hallucinés" et "When time drives you insane"; pour l'originalité de la première, et la qualité de l'écriture et de la narration pour la seconde.

Seul petit bémol: j'étais très réceptive au début de ma lecture, mais mon intérêt s'est émoussé au fil des nouvelles et j'ai eu plus de mal à lire les trois dernières: non pas qu'elles manquaient de qualité, mais c'était sans doute à cause de la redondance des univers et de la multiplicité des personnages. Peut-être que ça ira mieux lorsque je prendrais le temps de les relire plus tard ~

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Goupilpm 2016-06-06T10:56:01+02:00
Montres enchantées

Cette anthologie nous présente dix-sept nouvelles se déroulant dans des univers teinté de steampunk avec pour thème récurrent les montres enchantées. Aux cotés d'auteurs déjà connus ce recueil nous fait découvrit de nouvelles plumes et nous offre des textes de qualité qui vont nous faire plonger dans des mondes et des époques différentes faisant passer les lecteurs du réel à l'imaginaire, de l'onirisme à l'aventure. Le tic tac des aiguilles, réel ou imaginaire, accompagnera votre lecture de la première à la dernière page. Le recueil soulève de multiples questions : si toute une vie ne tenait qu'à une simple aiguille, si une montre permettait à une réalité honnie, si nous devenions esclaves de nos propres créations dépassés dépassés par elles en intelligence et en humanité... Tant de questions trouvant des réponses possibles dans cet hommage aux montres enchantées. La disparition, la perte, la fuite, le manque, la patience, l'éphémère, le passé, le présent, le futur, la fin, l'oubli, la vérité, autant de thèmes et de sujets abordés à travers ces histoires. Parfois sombre, parfois mystérieuses, ces nouvelles nous plongent au cœur de contrées à la fois si lointaines et si proches de notre monde. Des récits remaniant les passés, où les grands hommes et les grandes œuvres se voient offrir une seconde vie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FungiLumini 2017-03-19T11:56:29+01:00
Montres enchantées

Chaque nouvelle de ce recueil a fait l'objet d'une chronique sur mon blog dans la catégorie "Livres et Gourmandises".

Pour conclure, j'ai passé d'excellents moments de lecture avec tous les auteurs de ce livre ! Un très beau recueil mêlant l'univers steampunk à des plumes belles et fluides et au son incessant du tic-tac de l'horloge, qui résonne dans les textes grâce aux montres enchantées qui les habitent. Bien qu'avec un thème commun, j'ai trouvé les textes très variés et étonnants. Je recommande vivement ce recueil !

En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2017/03/19/livres-et-gourmandises-montres-enchantees-1717/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shamandali3 2018-01-26T15:39:17+01:00
Montres enchantées

Tic ... Tac ... Tic ... Tac ...

Outil de vengeance, voyage dans le temps, automates, symbole du temps qui passe... les montres et leurs rouages et engrenages sont à l'honneur.

Un recueil de qualité aux textes variés. J'ai apprécié dans l'ensemble tous les textes de cette anthologie. Si je n'ai pas eu de véritable coup de coeur, aucun de ces récits ne m'a non plus rebuté. Et je pense me plonger prochainement dans la lecture des autres écrits de certains de ces auteurs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lydiane_Arnoult 2018-04-16T18:09:41+02:00
Montres enchantées

Je n’ai pas été absolument conquise par cette anthologie. Dans certaines nouvelles, les personnages sonnaient un peu trop creux à mon goût, ou bien le scénario en lui-même se montrait décevant, et les références aux mêmes œuvres ou auteurs du XIXe se retrouvaient d’une nouvelle à l’autre. Mais il serait injuste d’amalgamer toutes ces nouvelles parce qu’elles figurent dans le même livre, d’autant plus que certaines m’ont beaucoup plu, et valent vraiment le détour. Parmi celles-ci, je vais vous présenter les trois que j’ai préférés.

« Comment meurent les fantômes », de Sophie Dabat

Résumé : Doris, une jeune bourgeoise, mène une existence ennuyeuse loin de ses parents, coincée entre une gouvernante et un automate. Heureusement, la montre magique que lui a léguée sa grand-mère lui offre une échappatoire des plus distrayante… Mais cette perpétuelle fuite restera-t-elle sans conséquence ?

Mon avis : Ce qui est selon moi le point fort de cette nouvelle, c’est le fait de découvrir progressivement toute la profondeur du personnage principal. J’ai trouvé son histoire touchante, teintée de poésie mélancolique. Elle aborde les thèmes de l’absence, de la déshumanisation par la technologie et de la futilité des conventions sociales. L’univers est très imaginatif, on sent bien ici l’aspect rétrofuturiste du steampunk, quand les tenues et les mœurs du XIXe siècle rencontrent les innovations de haute technologie du futur. Le style est irréprochable.

« L’agonie des aiguilles », de Marine Sivan

Résumé : Jeanne Vera, archéologue, est sur le point de faire une découverte cruciale, qui pourrait tout bouleverser, à propos d’une période sombre de l’histoire, la Grande Peste. Mais les membres du Magistère ne semblent pas prêts à la laisser dévoiler le secret des origines des "particules", cette énergie magique devenue indispensable qu’ils sont les seuls à maîtriser.

Mon avis : Marine Sivan nous offre un univers très riche et bien pensé, ce qui est remarquable pour un texte aussi court. On suit avec plaisir la courageuse héroïne dans sa quête de vérité historique, qu’elle mène avant tout dans un but altruiste, ce qui la rend encore plus sympathique. Secrets d’État et machination sont au rendez-vous. Les rebondissements haletants rendent l’histoire prenante. Le style est agréable à lire.

« Tourbillon au Trois Ponts d’or », de Fabien Clavel

Résumé : L’inspecteur Ragon et l’agent Fredouille sont chargés d’enquêter sur la mort de Jules-Émile Goelzer, à la pension des Trois Ponts d’or. L’homme a été retrouvé avec une flèche dans le front, pourtant porte et fenêtre étaient verrouillées de l’intérieur… Et voilà qu’un phénomène inexplicable retient les deux enquêteurs sur la scène du crime, les contraignant à résoudre ce mystère sans quitter les lieux.

Mon avis : Ce que j’ai le plus apprécié dans cette nouvelle, c’est son scénario très inventif. Le dénouement est vraiment inattendu. Il n’y a pas réellement de rebondissements, puisqu’il s’agit de la résolution d’une énigme en huis clos, et pourtant, l’enquête est fascinante, car teintée d’une dimension surnaturelle. Ce mélange des genres policier, fantastique et steampunk m’a bien plu. Le style est plaisant. Les personnages sont faciles à visualiser, tant du point de vue physique que psychologique, et ne manquent pas de profondeur.

Cette anthologie, bien qu’assez inégale, offre tout de même de beaux et surprenants moments de lecture, et nous permet de découvrir de belles plumes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mary75000 2020-03-20T11:13:56+01:00
Montres enchantées

Super anthologie steampunk. Les éditions du Chat noir ont réuni des plumes talentueuses et variées autour d'un thème original.

Afficher en entier

Dédicaces de Marie Angel
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Editions du Chat Noir : 2 livres

Lune Écarlate Editions : 1 livre

L'ivre-Book : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode