Livres
535 203
Membres
561 133

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Dérapages



Description ajoutée par PaperStreetSoapCo 2020-03-19T16:29:33+01:00

Résumé

Joy Williams, qui appartient à la famille d'un Raymond Carver, décrit, comme lui, des univers d'une angoissante banalité. L'homme, la femme de la rue, qu'elle saisit dans les mailles fines d'une écriture sensible, appartiennent tous à une Amérique reaganienne qui ne croit plus à l'american way of life. Ils voyaient grand, large, à la dimension des paysages et des voitures avec lesquelles ils les parcouraient. La réalité les a rattrapés, rouillant les carrosseries, érodant les vies, mitant les illusions et les bonheurs. Ce n'est pas tout à fait le cauchemar, l'horreur, c'est presque pire : la médiocrité.

"Écrivain des mouvements infimes qui entraînent les individus à la dérive, Joy Williams nous conduit vers ce lieu où les mots ne sont plus un recours, vers cette zone obscure qui précède le silence. Bouleversant." (Michèle Gazier pour Télérama)

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par PaperStreetSoapCo 2021-01-13T23:00:54+01:00

- Te rappelles-tu le voyage que nous avons fait pour venir ici, demanda Joan, quand tout a été fini ?

- Ne chuchote pas, dit Bliss.

- Nous avions tout abandonné et nous avons conduit la nuit entière ; le matin, nous nous sommes arrêtés dans un bosquet à pique-nique, au bord d'une rivière. Il y avait deux vieilles personnes qui lavaient un gros chien blanc dans la rivière. Un gros vieux chien blanc. Ils l'ont lavé avec un soin immense et puis ils l'ont séché avec une serviette. C'est tout ce qu'ils avaient au monde.

- Les gens vont partir, dit Bliss. Descendons leur dire bonsoir.

- Je ne veux pas finir comme ces vieilles personnes.

- Jamais, affirma Bliss. Descendons dire bonsoir. Cette dernière fois encore.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par PaperStreetSoapCo 2021-01-13T23:00:24+01:00
Argent

Douze nouvelles, douze petites histoires plutôt tristes et grises sur l'être humain et ses relations, sa décrépitude et ses problèmes existentiels, de l'enfance à l'âge adulte. Joy Williams a une jolie écriture, imagée et décalée, futile et poétique, avec une très belle maîtrise de la mise en abyme de la vie quotidienne, distillant ça et là certaines fulgurances qui font mouche et touchent, malgré quelques nouvelles assez quelconques ou décousues. Une plume qui me rappelle Carver, pour cet ensemble de petits riens de la vie, qui mis bout à bout forme un tout, ou si peu s'en faut.

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

lecteurs 1
Commentaires 1
extraits 1
Evaluations 1
Note globale 8 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode