Livres
554 972
Membres
600 216

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Bien. Je prends note de tes nouvelles susceptibilités. Maintenant, messire Roland le Colérique, me permettez-vous d'aller visiter ces catacombes ?

-Faites. Je monte la garde, conclut le jeune homme en tournant le dos à l'escalier.

Afficher en entier

Il s’étonnait qu’une femme court si vite et si silencieusement, et alors qu’il percevait à peine sa silhouette gracile à quelques mètres devant lui, elle accélérait encore et continuait à accroître son avance.

Au détour d’une galerie menant à une pièce circulaire percée par trois couloirs, la Patiente disparut. Une seconde plus tard, alors que Roland pensait la retrouver, il tomba sur huit yeux blancs qui scrutaient les ténèbres.

Afficher en entier

Vingt et un litres de bière et trois de vin. Sept volailles, quatre faisans et trois porcelets assortis d'une quinzaine de bols de soupe. Un panier de fruits et deux plateaux de fromages. Un duel d'ivrognes gagné par deux dents cassées à rien. Il était midi passé et enfin le calme revenait dans l'auberge.

Afficher en entier

- Il y a apparemment un long couloir là-dessous. On ne voit pas grand-chose mais ça sent l'huile brûlée, comme si des torches avaient été été allumées il n'y a pas longtemps. Mais ça a l'air désert. Je vais faire un tour, et toi, tu restes là. Tu montes la garde.

- Mais si vous tombez sur des goules !

- Je leur raconterai une histoire, dit Mathilde en disparaissant.

- Attendez ! rugit le garçon en entendant l'écho de son murmure résonner dans le couloir. Attendez ! Mathilde... La Patiente, tu parles. Je déteste quand vous faites ça, grogna Roland pour lui-même.

- Je t'entends, tu sais... Je suis encore là chuchota la femme pourpre en remontant quelques marches vers Roland. Tu croyais quoi ? demanda-t-elle sur un ton amusé. Que j'allais me mettre à courir dans l'obscurité ?

- Il me semble que c'est ce que vous faites à chaque fois.

- Bien. Je prends note de tes nouvelles susceptibilités. Maintenant, messire Roland le Colérique, me permettez-vous d'aller visiter ces catacombes ?

-Faites. Je monte la garde, conclut le jeune homme en tournant le dos à l'escalier.

Afficher en entier

Le jour se leverait bientot, et Roland n'avait pas réussi a fermer l'oeil plus d'une heure. Dormir a la belle étoile, en début d'automne et dans une foret pleine de loups, etait pour lui une premiere. Et bien que les activités nocturnes semblassent etre une part importante de la vie d'aventurier, il ne se sentait pas encore l'ame de ces chevaliers capables d'errer des nuits entieres en quete d'un mal a affronter. Enroulé dans sa cape et une couverture, entre les epaisses racines d'un arbre, il grelottait en esperant se rendormir au moins quelques minutes mais n'y parvenait pas. Il ne cessait de penser et, pour la premiere fois de sa vie, il réalisait combien trop reflechir pouvait se révéler penible. Son esprit ne lui obeissait plus. Des souvenirs recents le tournentaient...

Afficher en entier

Vlad abattait lui aussi sa dernière carte. Ils ne pouvaient faire face aux Conteurs, mais il appelait à lui ses derniers croqueurs de morts pour les affronter dans la tour et lui donner du temps. Wickle se tourna vers les marches, lança un regard à Roland à travers la brume et abandonna son crucifix. Il ramassa son épée et descendit prêter main forte à maître Corwyn et maître William.

Afficher en entier

"Et la panique s'empara de nouveau de tous les croqueurs de morts. Ceux qui brûlaient s'accrochaient à ceux qui fuyaient les flammes, et le feu se propagea de goule en goule. En quelques instants la cour du château devint le théâtre d'un spectacle ridicule et pathétique."

Afficher en entier

On peut faire raconter ce qu'on veut aux histoires. Les seuls qui en détiennent la vérité sont ceux qui les écrivent.

Afficher en entier

Des plumes. L'arme favorite de beaucoup de conteurs. Elles permettent d'écrire ou de tuer. Avec de l'encre et du sang, c'est ainsi que l'on conçoit les meilleures histoires.

Afficher en entier

Roland se contentait d’écouter les histoires des uns et des autres, faute de pouvoir vivre et raconter la sienne.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode