Livres
458 872
Membres
412 727

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Lucian, répéta Dev. Je veux que tu la laisses tranquille, tu m'entends ?

— Trop tard, répondit-il.

Dev se crispa. Tandis qu'il le dévisageait, ses yeux s'arrondirent légèrement.

— Où étais-tu, hier ?

Lucian lui fit un clin d'oeil, puis pénétra dans le salon, laissant son frère et ses inquiétudes dans le couloir où était, de toute façon, leur place.

Afficher en entier

« De nombreuses rumeurs couraient au sujet des hommes et des femmes de la famille De Vincent. L’une d’elles, en particulier, était un mensonge éhonté. Un jour, leur arrière-arrière-grand-mère avait déclaré que les hommes de la famille tombaient amoureux très vite et avec passion, sans la moindre raison et sans hésitation.

C’était une grosse connerie. »

Afficher en entier

« Pour la première fois depuis, eh bien, toujours, il regardait une femme et pensait à ce que son arrière-arrière-grand-mère avait dit sur le hommes de la famille De Vincent. Peut-être avait-elle voulu dire qu’il désiraient très vite et avec passion, sans la moindre raison et sans hésitation. »

Afficher en entier

« – Tu es… Tu es…

– Incroyablement sexy ? Canon. Renversant, suggéra-t-il. Extrêmement malin ? Non. Attends. (Il leva une main.) Je sais. Je suis irrésistible et irremplaçable.

Elle réprima un sourire.

– J’aurais plutôt dit intenable et manipulateur. »

Afficher en entier

Je sais, en tout cas, qu'ils pensait que tu étais aussi utile qu'une fourchette dans un sucrier.

Afficher en entier

Elle était magnifique. Tout chez elle était sublime. Du rouge de ses joues à la façon dont ses sourcils se fronçaient lorsque la tension était à la limite du supportable. Lucian grogna son nom. Il aurait voulu rembobiner ces derniers instants et les revisionner à l’infini.

Afficher en entier

— Je ne comprends pas pourquoi tu résistes. Je sais que tu me désires autant que je te désire.

Oui, elle le désirait. Tellement.

Elle ferma les yeux.

C'était officiel.

En ce qui concernait Lucian De Vincent, elle ne contrôlait plus rien. Et elle ne guérirait pas de sitôt.

— Mais... reprit-il en passant son autre bras autour d'elle. (Il la serra encore plus fort.) A partir de maintenant, je ne ferai plus le moindre pas vers toi.

Julia rouvrit vivement les yeux.

— Ce sera à toi de venir vers moi.

Afficher en entier

« La malédiction des De Vincent était bien réelle. Elle perdait la tête.

– C’est complètement dingue, souffla-t-elle. Tu es dingue.

– Oh, je ne suis pas seulement dingue, mademoiselle Hugues. Je suis aussi brisé par la vie, mais je n’ai pas besoin qu’on me sauve. Je ne veux pas être sauvé. (Il l’enferma entre ses bras.) J’aime les morceaux et les éclats déformés qui me constituent. Ils me définissent. Ils sont la preuve que je suis bien réel. La vraie question, c’est si oui ou non, tu peux le supporter. »

Afficher en entier

Julia ignorait ce que Madeline avait peint sur la deuxième feuille de papier. Les motifs ressemblaient aux premiers, des formes marron et rouges dont le mélange des teintes faisait penser à une couleur de peau. Il y avait encore des yeux. Comme sur l’autre dessin.

Afficher en entier

Il avait quelque chose de sauvage. Des pommettes hautes et larges, des lèvres bien dessinés, parfaites. Une mâchoire couverte d’une barbe de plusieurs jours qui semblait avoir été sculptée dans le marbre. Ses cheveux châtain clair étaient longs sur le haut de sa tête et courts sur les côtés. Elle aurait parié qu’a la lumière du soleil, il était aussi blond qu’Anna. Avec un peu d’imagination, il n’etait pas difficile de voir que sous son haut et son jean noir, son corps était aussi exceptionnel que son visage.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode