Livres
567 862
Membres
622 711

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Pour la première fois depuis son arrivée, j’avais autorisé ma garde personnelle à m’accompagner.

Quatre d’entre elles se trouvaient dans ma voiture et six dans le van qui nous suivait.

Soit dix guerrières possédant la force de frappe et la puissance d’une armée de plusieurs centaines d’hommes.

En lui demandant officiellement audience, j’avais envoyé un message très clair à Raphael : cette visite n’était pas celle d’une maîtresse à son amant ou d’un Assayim à un membre du Directum, mais une rencontre formelle entre la Reine des Vikaris et le Tribain des vampires.

Le message fut visiblement reçu cinq sur cinq parce qu’une cinquantaine de gardes se rassemblèrent aux abords du manoir dès que nous eûmes franchi le portail de la propriété.

— Prima, soyez la bienvenue en territoire nosferatu, déclara Jencco en s’inclinant.

Le lion arborait une mine sévère et regardait non sans inquiétude mes gardes se positionner silencieusement et dans une parfaite coordination de mouvement en arc de cercle autour de moi.

Je ne répondis pas et me contentai d’incliner légèrement la tête.

— Je vous prie de me suivre, fit-il avant de grimper les marches de l’escalier de pierre jusqu’à l’entrée.

Je lui emboîtai le pas, le regard fixe et la tête haute en faisant soigneusement mine de ne pas remarquer l’expression effarée des hommes de Raphael.

— Prima, nous sommes honorés, m’accueillit Hector, le majordome de Raphael, d’un ton cérémonieux en ouvrant la porte.

J’aimais beaucoup Hector.

En temps normal, je l’aurais probablement taquiné et nous serions allés discuter dans la cuisine autour d’une bonne tasse de thé.

Aujourd’hui, je me contentai d’acquiescer poliment, de retirer mon blouson et de le lui coller dans les bras sans dire un mot.

— Le maître vous attend dans la salle de réception, me renseigna-t-il en me faisant signe de le suivre.

Je le suivis, ma garde toujours déployée autour de moi.

La nuit était en train de tomber, je n’étais donc pas surprise de voir certains des gardes les plus puissants du Mortefilis levés et alignés le long du couloir qui menait à la salle de réception du manoir.

Immobiles comme des statues, ils nous suivaient attentivement des yeux.

Naelle qui se tenait juste à côté de moi esquissa un rictus et envoya discrètement une légère décharge à Vladimir, le vampire blond qui la dévisageait d’un air franchement hostile.

— Naelle, sage, ordonnai-je d’un ton sévère.

— Oui, ma Reine, répondit-elle en jetant un regard tellement rempli de mépris au vampire qu’il aurait pu s’y noyer.

J’accélérai le pas avant que ça ne dégénère.

Naelle avait un caractère de chien et je connaissais suffisamment Vladimir pour savoir à quel point il pouvait se montrer teigneux.

Je n’avais aucun doute sur le fait que si un tel combat devait avoir lieu le vampire se ferait sacrément botter le cul mais je n’avais aucunement l’intention de laisser ce genre de merdes se produire.

En tout cas, pas sans provocation directe de leur part.

Hector ouvrit la porte de la salle de réception puis s’inclina tandis que trois de mes gardes me précédaient dans la pièce.

En moins de deux secondes, elles examinèrent les lieux, enregistrèrent le nombre de vampires présents, quatre en l’occurrence, ainsi que leur potentiel offensif, puis se positionnèrent aux trois coins de la salle de manière à pouvoir intervenir le plus rapidement et le plus efficacement possible tandis que j’entrai avec Naelle à ma gauche, Victoria à ma droite et Blanche juste derrière moi.

Raphael vêtu de son kimono blanc d’apparat avait attaché ses cheveux avec une lanière en cuir.

Ses yeux étaient aussi bleus et luisants qu’un ciel d’été.— Morgane, Reine des Vikaris, présente ses respects à Raphael, Tribain et maître du Mortefilis, fis-je d’une voix neutre en inclinant brièvement la tête.

— Et Raphael, maître du Mortefilis, présente ses hommages et souhaite la bienvenue à Morgane, souveraine des Vikaris,répondit-il en me rendant respectueusement mon salut.

Son visage n’exprimait pas la moindre expression mais je le connaissais suffisamment pour remarquer à la raideur de ses mains qu’il était extrêmement contrarié… non… pas contrarié… furieux.

Il était fou de rage.

Bien.

Comme ça on était deux.

Afficher en entier

Petit message de Cassandra O'Donnell sur facebook:

" Voici le début du Rebecca Kean T7 qui sortira en janvier.

Je vous préviens : il est bien plus intense que le précédent parce qu'on arrive vers la fin"

Chapitre 1

Engoncée dans une petite robe noire agrémentée d’un holster d’épaules où se nichait mon tout nouveau flingue et les pieds coincés dans des talons aiguilles, j’observais Gordon qui déballait ses cadeaux. À mon grand étonnement, il ne portait pas son pantalon en velours et sa sempiternelle chemise à carreaux qui lui donnaient l’allure d’un vieux bûcheron mais une cravate et un costard italien qui mettait en valeur son torse imposant et la largeur de ses épaules. (Maintenant, il ressemblait à un porte-flingue de la mafia mais on ne peut pas tout avoir.)

— Vraiment, il ne fallait pas, déclara Gordon en fixant, les yeux exorbités, le pull caca d’oie que Madeleine lui avait tricoté pour son anniversaire et sur lequel était brodée la phrase : Je suis vieux et moche, mais j’ai de grandes dents.

Cette dernière, vêtue d’une jolie robe à fleurs et ses cheveux blancs relevés en chignon, rougit de plaisir.

— Je vous confectionnerai une écharpe pour cet hiver, ça complètera la tenue.

— Oh, c’est très gentil à vous, Madeleine, mon mari est ravi, n’est-ce pas Gordon ? intervint soudain Martha avec une expression enjouée qui contrastait étrangement avec le regard lourd de menace qu’elle lui lançait.

La soixantaine grisonnante, Martha avait tout de la parfaite grand-mère avec Son tablier, sa voix chaleureuse et son sourire bienveillant. (Cette impression perdurait tant que personne n’avait l’idée incongrue de la contrarier, auquel cas, la gentille mamie se transformait en un monstre de cauchemar féroce et poilu doté de crocs longs comme mes avant-bras, mais bon ainsi que le répète si souvent Grand-mère : « Qui n’a pas ses petits travers ? »)

Gordon gratta sa barbe grise tout en jetant un regard en biais à sa femme et reprit, avec l’expression douloureuse d’un type en train de subir un examen de l’urètre :

— Mais évidemment que je suis ravi.

Puis, il inspira profondément et, entreprenant courageusement d’ouvrir ses autres cadeaux, il saisit la petite boîte blanche entourée d’un joli nœud rouge que je lui tendais.

— Je ne savais pas quoi vous offrir, fis-je avec un sourire d’excuse tandis qu’il ouvrait, alors…

— Ça sent bon, marmonna un loup blond d’une vingtaine d’années d’un ton curieux.

Gordon plongea sa main à l’intérieur, en retira une tête ensanglantée et la brandit fièrement devant les invités. Ces derniers poussèrent aussitôt des « wouah » approbateurs et enthousiastes.

— Qui est-ce ? s’enquit une louve entre deux âges en tendant son cou au maximum pour l’examiner de plus près.

— C’est le solitaire qui nous a échappé la semaine dernière, répondit Gordon en me fixant avec gratitude.

— Celui qui a blessé les randonneurs et effrayé le petit ? demanda Tim, un loup brun trentenaire et sympathique qui travaillait habituellement comme ingénieur informaticien dans une boite du coin.

— Je suis pas petit ! protesta un louveteau en jouant des coudes pour s’approcher de la table.

Des éclats de rire fusèrent aussitôt.

— Non mais t’es pas bien grand non plus, répliqua Gus, un beau garçon au sourire affable.

— Peut-être mais j’ai quand même réussi à semer ce gros lourdaud ! s’exclama Brinn.

Je regardais l’enfant aux joues pleines et aux yeux pétillants d’intelligence. La plupart des gosses de la meute étaient de vrais monstres. Ils couraient, se battaient, chahutaient, se mordillaient et se comportaient comme des animaux uniquement guidés par leurs instincts. Mais Brinn était différent. Il était incroyablement brillant et réfléchi pour son âge.

— Tu as surtout eu de la chance que je traîne dans le coin, affirma Tim en lui frottant affectueusement le cuir chevelu.

Je me tournai vers Brinn et lui fis un clin d’œil.

— Tu as bien fait de t’enfuir et tu as raison : c’était effectivement un gros lourdaud.

Retrouver le solitaire avait été un jeu d’enfant. Cet idiot était tellement sûr de lui qu’il n’avait pas pris la moindre précaution. Je lui avais logé deux balles en argent dans le crâne avec un fusil à longue portée après seulement trois heures de traque et il était mort sans avoir le temps de se rendre compte de ce qu’il lui arrivait. Autrement dit le boulot avait été propre, efficace mais d’un ennui mortel.

Gordon secoua la tête puis tendit les bras vers moi avant de m’attirer contre son large torse de bûcheron.

— Approche ! Je te remercie, petite.

Les bras ballants, je me pétrifiai tandis qu’il m’enlaçait. J’adorais Gordon et Martha qui me considéraient comme un membre de leur famille, mais je n’étais pas pour autant fan de la manie qu’avaient les loups de se coller les uns contre les autres pour exprimer leur affection. Nom d’un chien, pourquoi ne se contentaient-ils pas d’un simple merci ? Ou soyons fous : d’une bonne poignée de mains ? L’un et l’autre m’auraient parfaitement convenu.

— Tu as maigri ! Tu devrais penser à te reposer et à te nourrir davantage, grommela-t-il d’un ton mécontent, sans me relâcher pour autant.

Mon holster me rentrait complètement dans la peau, mes os étaient sur le point de se briser mais utiliser mes pouvoirs ou dégainer mon flingue et lui tirer dessus n’était pas une option. J’endurai donc mon supplice en croisant les doigts pour ne pas mourir étouffée.

— Gordon ! Laisse donc cette gamine respirer ! Allez, passons à table, ordonna Martha avec un rire amusé.

— Bonne idée ! Je meurs de faim, ! grogna-t-il en relâchant son étreinte pour rejoindre le reste des invités.

Ankylosée et le visage pâle, je repris ma respiration sous le regard hilare de Madeleine. Tous mes organes étaient encore à la bonne place, c’était déjà ça.

— Tu crains comme garde du corps, murmurai-je en me frottant l’épaule.

Un grand sourire illumina son visage ridé.

— Je te rappelle que c’est toi qui m’as interdit de toucher au vieux loup en me disant que tuer son hôte serait considéré comme un faux pas social.

— Tu aurais pu faire une remarque.

Elle haussa les épaules.

— Moi je tue des trucs, je ne leur fais pas de remarque.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naeana 2021-01-20T22:22:01+01:00

- Morgan, que fais-tu ? me rattrapa Madeleine?

Je plantai mon regard dans le sien et la vis pâlir.

- Tu veux me faire mourir d'une crise cardiaque c'est ça ?

- Oh Madeleine, il y a bien longtemps que j'ai perdu l'espoir de te voir mourir de quoi que ce soit.

Afficher en entier

- Mouais... à choisir, je préférerais hanter un endroit plus sympa comme un parc d'attractions ou un cirque, affirma Naelle.

- Un cirque ? m'étonnai-je.

Elle hocha la tête.

- De temps en temps, les trapézistes s'écrasent sur la piste et je trouve ça joli. C'est comme pour les manèges, parfois, ils se détachent et...

- Je crois que j'ai compris le concept.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naeana 2021-01-20T22:23:23+01:00

- Personne n'a songé à faire les courses ?

- C'est sûrement la grosse dame avec le bébé dans son ventre qui a tout mangé, affirma Kara.

Je lui jetai un coup d'oeil surpris.

- Comment le sais-tu ?

- C'est elle qui mange toujours tout, répondit la petite en soupirant.

Pas faux...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sindel 2021-01-20T15:53:55+01:00

-Il se sert d'un tronc d'arbre comme d'une batte de baseball ?

-Oui c'est son truc.

-Ah ?

-Et encore, là, on a de la chance, il ne nous demande pas de compter les points, fis-je avec un soupir.

Afficher en entier

— Pourquoi est-ce que Beth porte une écharpe autour du cou ? Elle a peur de choper un rhume ? s’étonna Blanche.

— Non ce sont les nouveaux rideaux que Sa Majesté a achetés le mois dernier, expliqua Victoria. Elle les a arrachés en passant par… Oh, en fait, aucune importance.

Afficher en entier

— Ne t’inquiète pas, je te promets de veiller sur elle, affirma Bruce.

— Je te préviens, si vous vous faites tuer, je demande à Leonora de récupérer vos âmes et de les fourrer dans deux putains de hamsters que je ferais tourner jour et nuit dans une roue, grognai-je.

Afficher en entier

— Elle n’a pas été tuée ici, ni même dans cette tenue. Vous l’avez fouillée, vous avez une idée de son identité ? questionnai-je en m’efforçant de rester de marbre devant la mine boudeuse de Blanche, ses cheveux ébouriffés et son tee-shirt Mickey qui la faisaient ressembler à une ado de seize ou dix-sept ans, la vieille robe de chambre en mohair râpée et les bigoudis de Madeleine fermement décidée à concurrencer n’importe quel épouvantail et surtout, surtout, devant le déshabillé noir et transparent de Victoria qui lui donnait l’air d’une actrice porno attendant le plombier

Afficher en entier

— Sortez, décrétai-je.

Kaiyan haussa les sourcils.

— Pardon ?

— Je vous demande de quitter la pièce quelques instants.

Il secoua la tête.

— Hors de question.

— Naelle ? fis-je.

Cette dernière figea instantanément le muteur, puis Blanche et Catherine le soulevèrent, l’une par les épaules, l’autre par les pieds et le sortirent tel un meuble.

Baldwin soupira puis leva les bras en l’air comme pour se rendre en disant :

— Non, merci, je préfère marcher.

Victoria ricana puis le poussa vers la porte. Madeleine et Bruce leur emboîtèrent le pas.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode