Livres
418 706
Membres
333 416

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Sacrifices ajouté par DevilReject 2012-08-18T10:11:14+02:00

"Quand vous avez traversé une pareille épreuve, vous pensez qu'il ne peut plus rien vous arriver.

C'est le piège.

Parce que vous avez baissé la garde.

Pour le destin, qui a un oeil très sûr, c'est le meilleur moment pour venir vous cueillir.

Et vous rappeler l'infaillibile ponctualité du destin."

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par DevilReject 2012-08-18T10:10:58+02:00

"Être vexé c'est le pire, pour un homme comme moi. La colère, on fait avec, on finit pas se calmer, on relativise, mais l'amour-propre, c'est terrible les dégâts que ça peut faire. Surtout chez un homme qui n'a plus rien à perdre, un homme qui n'a plus rien à lui. Un type comme moi, par exemple. Pour une blessure d'amour-propre, il est capable de tout."

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par anonyme 2014-03-17T13:24:27+01:00

Il vise la tête. Ramassée sur elle-même, Anne continue de s'abriter de ses bras, les coups pleuvent sur le crane, la nuque, les avant-bras, le dos, on ne sait pas combien de coups de pieds, les medecins diront au moins huit, le légiste plutôt neuf, allez savoir, ça tombe de tous les cotés

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par anonyme 2014-03-14T21:38:34+01:00

[…] Il y passe son temps à dessiner, toujours de mémoire. Dans les piles de croquis, dans les centaines de carnets qui s’entassent dans le grand salon, on trouve les portraits de tous ceux qu’il a arrêtés, de tous les morts qu’il a vus et sur lesquels il a enquêté, des juges pour qui il a travaillé, des collègues qu’il a croisés, avec une prédilection marquée pour les témoins qu’il a interrogés, ces silhouettes arrivées et reparties, des passants traumatisés, hébétés, des spectateurs catégoriques, des femmes bousculées par les événements, des jeunes filles submergées par l’émotion, des hommes encore fébriles d’avoir frôlé la mort, ils sont quasiment tous là, deux mille croquis, trois mille peut-être, une gigantesque galerie de portraits sans équivalent : le quotidien d’un policier de la Criminelle, interprété par l’artiste qu’il n’est jamais devenu.

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par anonyme 2014-03-14T21:38:21+01:00

[…] – Moi, ce que je veux savoir, c’est pourquoi tu fais, de cette enquête, une affaire personnelle !

– Je crois que c’est l’inverse, Jean. C’est une affaire personnelle qui est devenue une enquête. En disant cela, Camille comprend qu’il vient de toucher juste.

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par JRobert 2018-03-17T17:19:29+01:00

Qu'est ce que c'est beau chez les bourgeois. Ils seraient moins cons, ça donnerait presque envie d'en faire partie.

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par JRobert 2018-03-17T17:19:01+01:00

- (...) Et puis cette femme... je n'ai jamais cru qu'elle agissait pour un mauvais motif. Si je l'avais cru, je l'aurais arrêtée tout de suite. Quand j'ai compris, c'était un peu tard mais je pouvais accepter les dégâts, je pouvais encore faire mon travail. Mais non. J'ai toujours pensé qu'acceptait tout ce qu'elle endurait... ça ne pouvait pas être pour une mauvaise cause. (Il hoche la tête, l'air de se réveiller, il sourit.) Et j'avais raison. Elle se sacrifiait pour son frère. Oui, je sais, c'est un mot ridicule le "sacrifice" !... Ce n'est pas un mot pour aujourd'hui, plutôt vieux jeu, mais enfin... Regarde Hafner, ce n'était pas un ange mais il s'est sacrifié pour ses filles. Anne, elle, c'est pour son frère... Ça existe ces choses-là.

- Et vous ?

-Moi aussi.

Il hésite, se lance.

- Quitte à toucher le fond, j'ai trouvé que ce n'était pas mal d'avoir quelqu'un à qui sacrifier quelque chose d'important. (Il sourit.) Dans ces temps d’égoïsme, c'est même luxueux, tu ne trouves pas ?

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par Didie6 2014-09-04T19:18:03+02:00

10 h 00

Un événement est considéré comme décisif lorsqu'il désaxe totalement votre vie. C'est ce que Camille Verhoeven a lu, quelques mois plus tôt, dans un article sur «L'accélération de l'histoire». Cet événement décisif, saisissant, inattendu, capable d'électriser votre système nerveux, vous le distinguez immédiatement de tous les autres accidents de l'existence parce qu'il est porteur d'une énergie, d'une densité spécifiques : dès qu'il survient, vous savez que ses conséquences vont avoir pour vous des proportions gigantesques, que ce qui vous arrive là est irréversible.

Par exemple, trois décharges de fusil à pompe sur la femme que vous aimez.

C'est ce qui va arriver à Camille.

Et peu importe que ce jour-là vous vous rendiez, comme lui, à l'enterrement de votre meilleur ami et que vous ayez le sentiment d'avoir déjà votre dose pour la journée. Le destin n'est pas du genre à se contenter d'une pareille banalité, il est parfaitement capable, malgré cela, de se manifester sous la forme d'un tueur équipé d'un Mossberg 500 calibre 12 à canon scié.

Reste à savoir maintenant comment vous allez réagir. C'est tout le problème.

Parce que votre pensée est à ce point sidérée que vous réagissez le plus souvent de manière purement réflexe. Par exemple lorsque avant les trois décharges, la femme que vous aimez est littéralement passée à tabac et qu'ensuite vous voyez clairement le tueur épauler son fusil après l'avoir armé d'un coup sec.

C'est sans doute dans ces moments-là que se révèlent les hommes exceptionnels, ceux qui savent prendre les bonnes décisions dans les mauvaises circonstances.

Mais si vous êtes quelqu'un d'ordinaire, vous vous défendez comme vous pouvez. Et bien souvent, face à un tel séisme, vous êtes condamné à l'approximation ou à l'erreur, quand vous n'êtes pas carrément réduit à l'impuissance.

Lorsque vous êtes suffisamment âgé ou que ce genre de choses est déjà venu foudroyer votre vie, vous imaginez que vous êtes immunisé. C'est le cas de Camille. Sa première femme a été assassinée, un cataclysme, il a mis des années à s'en remettre. Quand vous avez traversé une pareille épreuve, vous pensez qu'il ne peut plus rien vous arriver. C'est le piège.

Parce que vous avez baissé la garde. Pour le destin, qui a un oeil très sûr, c'est le meilleur moment pour venir vous cueillir. Et vous rappeler l'infaillible ponctualité du hasard.

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par anonyme 2014-03-18T13:35:49+01:00

On dit que les hommes quittés par des femmes le sont toujours de la même manière,voilà ce qui lui fait peur.

Afficher en entier
Extrait de Sacrifices ajouté par anonyme 2014-03-18T13:35:35+01:00

Parce que vous avez baissé la garde.Pour le destin,qui a un oeil très sûr,c'est le meilleur moment pour venir vous cueillir.Et vous rappeler l'infaillible ponctualité du hasard.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode