Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
727 278
Membres
1 062 384

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Andrus Kivirähk

Auteur

203 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par
de

Biographie

Classement dans les bibliothèques

Diamant
71 lecteurs
Or
73 lecteurs
Argent
44 lecteurs
Bronze
24 lecteurs
Lu aussi
36 lecteurs
Envies
151 lecteurs
En train de lire
11 lecteurs
Pas apprécié
4 lecteurs
PAL
73 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8/10
Nombre d'évaluations : 99

0 Citations 47 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Andrus Kivirähk

Sortie France/Français : 2020-11-05

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par catf 2022-08-24T15:09:36+02:00
Le Papillon

Il me restait un livre à lire d'Andrus Kivirähk (celui-ci). Et de plus, j'avais besoin de douceur, de poésie, d'imaginaire, de féerie… Rien de mieux qu'un conte estonien peuplé d'animaux pour sortir de la violence de certaines lectures.

Je me suis laissé embarquer, même si j'ai été moins enthousiasmé par ce récit que par son talentueux livre : « L'homme qui savait la langue des serpents ». C'est son premier livre, moins abouti, mais qui m'a quand même fait du bien à mon cerveau ? Il en avait besoin.

Un conte qui parle de théâtre, d'animaux, de la mort, de l'amour, de la guerre et d'espoir…

Extrait :

Le public était plongé dans le plus grand silence. C'était le conte de fées le plus féerique que nous ayons jamais montré sur la scène — et en même temps le plus véridique. C'était notre vie. Et avec cela, une époque prit fin.

Bonne lecture !

Afficher en entier
L'homme qui savait la langue des serpents

Ce livre est particulier et ça se sent dès les premières pages. L'auteur nous plonge avec savoir faire dans un monde très éloigné du notre avec un humour et un sarcasme à toute épreuve, malgré un propos de fond très sérieux et même triste et émouvant. Aucun personnage n'est parfait, aucun "côté" du conflit entre modernité et traditionalisme n'est bon... Cette longue farce nous fait passer du rire aux larmes à la colère et l'absurde y règne avec un bon sens tel qu'on ne le questionne plus.

Et pourtant, testament à la plume de son auteur, il est très facile de se sentir à l'aise dans ce monde forestier et d'y prendre ses quartiers ! J'ai apprécié tomber sur ce petit ovni !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par KarineDS 2023-06-20T22:28:24+02:00
Le Papillon

Je plonge à corps perdu dans ce texte d’un autre temps avec délice.

August Michelson raconte son enfance, ses débuts au théâtre qui ont comblé son père, sa dulcinée apparue tel un mouvement d’ailes de papillon, des bribes de ses souvenirs de vie, ses espoirs, le théâtre, l’Estonie.

 

Il dépeint l’existence sans saveur du quotidien de l’employé moyen, accompagné heureusement d’une joie simple, sous le joug russe. C’est une rencontre en 1906 qui bouleverse sa vie et ce jusqu’à sa mort. Il découvrira son véritable talent, celui d’une vie.

Le chemin conté ne suit pas forcément de chronologie directe ce qui est un point déroutant et agaçant par instant, mais comme cela est toujours décrit avec bienveillance je pardonne à l’auteur. Sa rencontre avec sa moitié pétille, Erika l’ensorcelle aux premières lueurs avec tendresse. Les souvenirs affluent avec générosité, ils sont porteurs de nostalgie et d’effluves d’amour inconditionnel.

 

La prose est douce, chaleureuse et mélancolique, très agréable à découvrir, savoureuse et délicate. L’auteur ajoute au récit un soupçon de surnaturel qui me fait rêver et méditer sur cette mort qui plane en permanence aux alentours de l’Estonia.

Les anecdotes glissées avec mignonnerie de cette troupe soudée qui grâce au théâtre vit plusieurs vies, meurt à volonté, fait rêver, détend l’atmosphère avec humour et une sincérité désarmante, je suis captive des mots. Car la face cachée de la guerre s’invite au chevet des personnages qui malgré tout combattent avec véracité de manière théâtrale et apportent une lueur d’espoir au centre du chaos au peuple à bout de force.

 

Je suis enveloppée de moments forts, d’émotions puissantes et sensibles. C’est l’avènement de plusieurs vies au comble des combats, à la survie de la comédie, cette lueur d’espoir qui peut soulever des montagnes et décupler les rêves devant une mort qui rode.

Une très belle histoire à découvrir.

Afficher en entier
L'homme qui savait la langue des serpents

Un univers imaginaire fou et nature qui m'a énormément plu. Une écriture sympa, pleine d'humour et très agréable. Une évolution dans l'histoire qui se retrouve dans l'écriture, l'humour et le cynisme qui évoluent parallèlement. Très intéressant. Un personnage auquel je me suis attaché.

Mais... je me suis un peu ennuyé. A la fin de l'histoire se trouve une postface dans laquelle l'histoire est décrite telle que je l'ai ressenti : "C'est l'histoire d'une solitude irrémédiable, malgré tous les efforts faits pour s'en arracher, et un récit du désenchantement du monde.

Afficher en entier
L'homme qui savait la langue des serpents

Super livre totalement délirant qui a en vérité vachement de significations cachée que j ai comprise seulement en lisant la postface

Afficher en entier
L'homme qui savait la langue des serpents

[Coup de cœur] En refermant ce roman, je dis waouh ! Une fable magique sur le temps qui passe et la modernité qui arrache les hommes de leurs racines, pour leur bien ou leur malheur. Andrus Kivirähk, nous entraine en Estonie, décrivant un moyen-âge fantasmé où les peuples sont attirés par les lumières d’une Chrétienté conquérante et aveuglés par le désir de devenir des êtres civilisés. Les pages se tournent sur une saga inspirante empreinte de sagesse, de colère et pas forcément d’espoir. D’autant plus d’actualité, ce roman nous projette vers les fausses lumières de la société de consommation, des images de célébrités et de riches, qui nous détournent d’une terre qui prend feu.

Au moyen-âge, Leemet est un enfant de la forêt. Malgré quelques temps passés dans un village à l’orée des arbres, sa famille est retournée dans la cabane ancestrale. Avec sa mère et sa sœur, ils vivent en communion avec la nature et les animaux. Son oncle lui apprend la langue des serpents, ce sifflement que tous les animaux reconnaissent et parlent. Mais peu à peu, la forêt se vide de ses familles attirées par la vie au village et les coutumes des chevaliers venus d’au-delà des mers. Sera-t-il le dernier des hommes à savoir la langue des serpents ?

L’homme qui savait la langue des serpents comporte évidemment plusieurs niveaux de lecture, dont certains m’échappent certainement. Au-delà de la fable, c’est une aventure initiatique pour le jeune Leemet, l’adulte et le vieillard. L’auteur utilise aussi l’humour pour décrire l’aliénation de l’homme au travail, qui ne s’aperçoit pas qu’il s’est enchainé lui-même et a rendu prisonnier ses enfants. C’est ainsi, que certains penseurs ont accusé l’agriculture, d’être le malheur des hommes, en tant que créatrice de la propriété, de l’obligation de travailler, des classes sociales, des guerres…. Merci aux éditions Le Tripode pour cette belle traduction.

❓Et vous, pensez-vous que l’agriculture fut le début du malheur des hommes ?

Afficher en entier
L'homme qui savait la langue des serpents

A la vue de cette superbe couverture représentant une sorte de reptile ailé, je n'ai pu résister à son charme ancien qui m'a rappelée les planches Deyrolle tant aimées de mon enfance.

« L'homme qui savait la langue des serpents » est un roman étonnant, mystérieux, qui m'a transportée dans un monde fascinant et étrange, peuplé d'animaux extraordinaires. Dans mes rêves éveillés, j'ai vu la légendaire Salamandre protégeant les rivages et affrontant des navires qui venaient piller les côtes estoniennes, un pou géant de compagnie, des ours qui séduisaient les jeunes filles,...

Entre récit fantastique et vieux mythes, roman picaresque et conte épique, règne un univers enchanteur où le réalisme magique côtoie l'histoire, le folklore, la culture et le paganisme. Ce roman est incontestablement insolite et extravagant, accentué peut-être par notre manque de connaissances et de références culturelles et historiques sur l'Estonie.

*

Le roman d'Andrus Kivirähk est un voyage passionnant qui nous plonge dans les forêts de l'Estonie médiévale à la rencontre des derniers peuples païens.

Avant l'invasion de chevaliers teutoniques venus de Germanie, les estoniens vivaient en harmonie dans la forêt, parlaient encore la langue des serpents, élevaient des louves laitières, se déplaçaient à dos de loup et hibernaient en hiver.

Mais depuis, leur monde et leur mode de vie sont en sursis. Petit à petit, les familles quittent la forêt, attirées par la vie plus facile dans les villages, et oublient leurs coutumes ancestrales. Elles apprennent l'allemand, se convertissent au christianisme et adoptent des noms bibliques.

« le monde change, il y a des choses qui sombrent dans l'oubli, d'autres émergent. »

Andrus Kivirähk est un auteur talentueux, qui a su créer un univers fascinant et original saupoudré de merveilleux et de fantaisie débridée. Toutefois, la dernière partie du récit devient un peu plus sombre et plus violente.

*

L'histoire n'est pas linéaire, elle se déroule en empruntant des sinuosités, suivant les différents habitants de la forêt tout au long de leur vie. L'auteur ne s'est pas focalisé totalement sur le personnage principal, il a aussi réussi à donner vie à de nombreux personnages inoubliables.

Le jeune Leemet, le narrateur, est le dernier de son peuple à connaître la langue ancestrale des serpents, celle qui lui permet de communiquer avec les serpents et les animaux de la forêt. Son récit se teinte souvent de mélancolie et de nostalgie, car si la Salamandre endormie ne se réveille pas, son peuple va s'éteindre.

Sa personnalité complexe, avec ses failles et ses imperfections, sa curiosité, ses doutes et ses interrogations le rend profondément humain et d'autant plus attachant. A travers le parcours de notre jeune héros, on ressent le changement profond qui s'opère dans sa vie : attiré par le nouveau mode de vie des étrangers et respectueux de l'ancienne culture, on voit se dessiner dans son esprit une envie de compromis.

« Les désagréments, c'est comme la pluie : un jour ils vont nous tomber dessus, mais il n'y a pas de raison de s'en soucier tant que le soleil brille. Et puis, la pluie, on peut s'en protéger, et beaucoup de choses qui semblent fort laides vues de loin ne sont pas si terribles que ça quand on s'en approche. »

Il dépeint un monde en profonde mutation : le poids des anciennes traditions et des rites sacrés face la modernité, un mode de vie de chasseurs-cueilleurs face à l'agriculture et l'élevage, la nature face à la culture, le paganisme face à la religion chrétienne.

Ce qui est extrêmement bien réussi, c'est la façon dont Leemet prend conscience de l'irrationalité et de l'absurdité du fanatisme religieux des deux sociétés.

« Il y en a qui croient aux génies et fréquentent les bois sacrés, et puis d'autres qui croient en Jésus et qui vont à l'église. C'est juste une question de mode. Il n'y a rien d'utile à tirer de tous ces dieux, c'est comme des broches ou des perles, c'est pour faire joli. »

*

De nombreux personnages, délicieusement croqués, à la fois hauts en couleur, loufoques et charismatiques, mettent une ambiance pleine de folie et d'extravagance : une jeune vipère royale, le grand-père de Leemet qui se bat comme un enragé avec ses crocs venimeux, le mystérieux personnage de Meeme, Tambet le sorcier du bois sacré, un couple d'anthropopithèques, Nounours l'amoureux transi de Salme.

« Nounours, c'était ce gros plantigrade avec qui ma soeur s'était mise en ménage depuis déjà cinq ans. Je me rappelais très bien comment elle avait quitté notre foyer – pour maman, naturellement, c'était une grande honte et un terrible malheur, car depuis sa triste expérience de jeunesse elle ne pouvait pas voir les ours, même en peinture. Bien sûr, il y avait belle lurette que nous savions que l'un d'entre eux tournait autour de Salme, mais maman faisait tout ce qu'elle pouvait pour tenir sa fille à l'écart du grand brun. À vrai dire, elle ne pouvait pas grand-chose. Salme traînait tout son saoul dans la forêt, et son galant traînait là où il fallait ; dans ces conditions, évidemment, leurs chemins se croisaient sans arrêt dans les fourrés. Il est très difficile à une jeune fille de se garder d'un ours : c'est si grand, si doux, si mignon, et ce museau qui sent le miel. Maman guerroya tant qu'elle put, mais le soir, quand ma soeur rentrait, ses vêtements étaient toujours couverts de poils. »

*

Dans une langue fluide et ensorcelante, Andrus Kivirähk explore avec profondeur et subtilité, la perte de l'identité culturelle et sociale, la confrontation entre traditions ancestrales et modernité. Il offre également des réflexions très intéressantes sur la famille, la guerre, l'amour, la condition de la femme et la liberté.

*

L'écriture d'Andrus Kivirähk est magnifique, poétique, colorée, légère, vivante, teintée d'humour, d'ironie et de sarcasme. Par la beauté des paysages, par la richesse incroyable du monde imaginé par l'auteur, par les émotions transmises, cette lecture est vraiment immersive.

Mais l'auteur n'hésite pas à emprunter des chemins plus tragiques, jonglant habilement avec la brutalité, la naïveté ou la stupidité des hommes, jouant ainsi avec nos émotions.

*

En résumé, "L'homme qui savait la langue des serpents" a un charme très particulier. Il a réussi à me séduire grâce à son atmosphère déjantée, son inventivité, ses personnages burlesques à la limite de la caricature, son monde riche et fascinant, son atmosphère entre mythologie et Histoire.

"L'homme qui savait la langue des serpents" fait partie de ces romans rares, qui sortent de l'ordinaire. Il ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais si vous souhaitez lire un roman atypique, il sera peut-être votre prochain coup de coeur, tout comme moi.

Afficher en entier
L'homme qui savait la langue des serpents

Amis des bêtes, bienvenue dans ce drôle de monde et cette époque où les humains étaient proches de la nature, où un ours pouvait séduire une femme mariée, où les hérissons étaient de gros crétins, où certains savaient la langue des serpents car ils étaient leurs frères. Hélas, à part Leemet, tout le monde a oublié... Il est le dernier à la parler. Et il nous raconte.

On navigue dans un univers fantasque où on rencontre des femmes qui se flagellent nues en haut des arbres, un vieil ivrogne quasi végétal, un sage des vents, un cul-de-jatte qui fabrique de la vaisselle un peu spéciale, un très vieux poisson barbu, et le Christ est l'idole des jeunes... Il suffit de se laisser porter et permettre à l'enfant qui est en nous de refaire surface, pour croire aux anthropopithèques qui élèvent des gros poux délirants, à la salamandre volante, à Ints la jeune vipère et meilleur ami, à l'Ondin esprit du lac, aux ours tombeurs de ces dames, aux louves laitières... c'est jubilatoire ! Il y a d'un côté ceux de la forêt un peu doux dingues mais parfois plus dingues que doux, qui vivent en harmonie avec la flore mais dominent la faune, dont certains croient aux génies, et de l'autre ceux du village, qui ont tout renié de leur mode de vie passé, qui sont sous l'emprise de la religion, et donneurs de leçons. Les villageois qui passent leur temps à cultiver les champs et aller à la messe, les forestiers qui mangent de l'élan encore et encore et beaucoup trop, entre deux flâneries dans les bois.

Ce roman c'est, transposé au temps des chevaliers, le monde ancien contre le monde moderne. Et vraiment, c'est l'ancien qui est le plus attrayant, féerique, enchanteur, fabuleux, ensorcelant, flippant... Ah !... Ça se voit que j'ai aimé ? Adoré ? Surkiffé ? Oui ! Ce roman est une bulle d'oxygène sylvestre, de croyances ancestrales, de fantasmagorie et aussi de drôlerie. Car oui, c'est joyeux, drôle, et parfois hilarant.

L'auteur se moque allègrement, à travers ses personnages, des croyances et superstitions païennes et de celles liées à la religion et de la récupération qu'ils font, toujours en leur faveur, des événements, tendant à prouver que rien de ce qui arrive n'est dû aux mérites des individus car ils sont forcément l'instrument de Dieu, ou du diable s'il n'y a que de l'indignité et pas de gloire à s'approprier. Il égratigne au passage les sociétés, les pouvoirs en place qui veulent tout contrôler, ne voir qu'une tête, et surtout pas de libres penseurs, la religion toute puissante qui asservit les gens par la peur et l'ignorance, pourvoyeuse de la pensée unique. Le contrôle de la nature, et vade retro la liberté ! Des peuples sous le joug de têtes pensantes prosélytes qui haïssent l'apostasie, l'athéisme, le paganisme. Et ça, c'est intemporel. Il faut avouer que la religion en prend pour son grade, à moins que ce ne soit plutôt les ecclésiastiques, mais avec énormément d'humour. Cela dit, le mage aussi prend cher avec ses lutins, ses génies, sa bêtise, sa méchanceté et ses désirs de domination. Et les peuples qui se comportent en bons petits moutons mais jugent durement ceux qui ne marchent pas comme eux dans le rang. Ça m'a mis une chanson en tête : 🎼 Non les braves gens n'aiment pas que 🎶 l'on suive une autre route qu'eux 🎵.

C'est foisonnant, il s'y passe tant de choses, des joies, des douleurs, le monde qui change, l'amitié, l'amour, la mort, les affres de l'obscurantisme, de l'ignorance et du fanatisme. C'est l'histoire de toute une vie, celle de Leemet le narrateur, et il nous la raconte d'une façon enthousiasmante, enjouée et très drôle, mais aussi douloureuse parfois et quelquefois résignée. J'ai tellement aimé que je ne vais pas m'arrêter là quant à ma découverte des romans de Andrus Kivirähk !

Afficher en entier
L'homme qui savait la langue des serpents

Roman estonien très bien écrit. Du fantastique mais également beaucoup d'interrogations et de critiques passées sous forme d'aventures du héros.

Afficher en entier

Dédicaces de Andrus Kivirähk
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Le Tripode : 5 livres

Tuum : 1 livre