Livres
429 058
Membres
350 546

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Haruki Murakami

Activité et points forts

ajouté par lag123 2013-03-24T14:16:40+01:00

Biographie

Né à Kyoto en 1949 et élevé à Kobe, Haruki Murakami a étudié le théâtre et le cinéma à l'université Waseda, avant d'ouvrir un club de jazz à Tokyo en 1974. Son premier roman Écoute le chant du vent (1979), un titre emprunté à Truman Capote, lui a valu le prix Gunzo et un succès immédiat. Suivront La Course au mouton sauvage, La Fin des temps, La Ballade de l'impossible, Danse, Danse, Danse et L'éléphant s'évapore. Exilé en Grèce en 1988, en Italie, puis aux États-Unis, ou il écrit ses Chroniques de l'oiseau à ressort et Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, il rentre au Japon en 1995, écrit deux livres de non-fiction sur le séisme de Kobe et l'attentat de la secte Aum, un recueil de nouvelles, Après le tremblement de terre, Les Amants du spoutnik et le superbe Kafka sur le rivage. Plusieurs fois favori pour le Nobel de littérature, Haruki Murakami a reçu récemment le prestigieux Yomiuri Prize et le prix Kafka 2006.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
972 ajouts
Or
1 630 ajouts
Argent
1 248 ajouts
Bronze
817 ajouts
Lu aussi
783 ajouts
Envies
2 006 ajouts
En train de lire
206 ajouts
Pas apprécié
195 ajouts
PAL
1 886 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.71/10
Nombre d'évaluations : 536

8 Citations 706 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Haruki Murakami

Sortie France/Français : 2017-11-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Marine-112 2018-06-18T19:52:57+02:00

Ce ne fut pas du tout ce à quoi je m'attendais.

J'ai bien aimé l'univers noir mais il aurait eu le mérite d'être développé un peu plus.

Bon livre court.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Whale 2018-06-24T16:12:14+02:00

Ce roman, contrairement aux autres, ne contient pas (ou très peu) cette petite touche d'irréel, de fantastique. Mais cela n'enlève rien à la beauté du style si commun et agréable de l'auteur.

On retrouve sa poésie, son onirisme et cette douce nostalgie.

L'histoire nous parle de Tsukuru Tazaki et de son pèlerinage dans son passé afin de pouvoir avancer vers son avenir. Il partira en quête d'une vérité si longtemps cachée et oubliée.

On s'attache très vite au personnage de Tsukuru. Il a une personnalité plutôt simple, d'une certaine fragilité ainsi nostalgique. Il ne se prend pas la tête et va directement à l'essentiel.

Une histoire forte, d'une grande sensibilité et captivante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AnnaBleuen 2018-07-07T12:56:17+02:00

Toujours l'étrangeté et la vapeur de folie douce de Murakami dans une autre de ses si délicieuses nouvelles. Je ne m'en lasse pas. Les questions n'auront jamais réponses à fournir à leur gouffre gourmant avec ce monsieur... et je dois dire que je trouve cela merveilleux ; la machine à pensée ne s'arrêtera donc jamais !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Homdeletreetduneant 2018-07-28T17:49:51+02:00

C’est le premier livre de Murakami que je lis, un auteur entrevu lors d’une séance de dédicace à Londres et dont j’avais entendu le plus grand bien.

Parlons d’abord du roman. Nous verrons ensuite ce que l’on peut dire de l’auteur.

Déjà, c’est un bon, un très bon roman. Il nous raconte l’histoire d’Hajime, de sa naissance en 1951 jusqu’à la quarantaine. Vers l’âge de douze ans, Hajime s’éprend d’une de ses camarade de classe, Shimamoto-san, qui a la particularité d’être boiteuse. Enfin, s’en éprend il vraiment ? Lui même ne sait pas bien décrire l’attirance qu’il ressent pour la toute jeune fille, ou plutôt, ce qui le ravit, c’est la joie, le plaisir qu’il ressent en sa compagnie, même si leur activité principale est d’écouter de la musique et de partager la condition, alors exceptionnelle, d’enfant unique. Plaisir partagé, car la toute jeune fille est elle aussi extrêmement complice.

Puis Hajime doit déménager, et il perd de vue celle qui l’a initié aux joies d’une simple présence féminine.

Nous suivons ensuite le parcours d’Hajime, qui devient un beau garçon, puis un bel homme, nous le voyons connaitre sa première vrai histoire d’amour, et découvrons comment son attirance sexuelle envers une cousine de sa petite amie y met un terme. Hajime, étudiant passable, exerce un travail sans grand intérêt puis, après son mariage, obtient grâce à l’aide de son beau père une situation enviée. Il est désormais beau, riche, mariée à une femme, Yukiko, tendre et aimante, qui lui a donné deux adorables petites filles. Un modèle de réussite.

C’est alors que Shimamoto-san revient dans sa vie, par épisodes, et qu’il (re)découvre ses sentiments pour la femme mystérieuse qu’elle est devenue. Il s’interroge alors, se demande s’il n’est pas passé à coté de sa vie, de ses rêves, malgré sa réussite apparente. Et Shimamoto-san l’entraine dans une passion croissante, qui ne saurait les laisser indemne…

C’est, je l’ai dit, un beau roman, bien écrit, cela ne fait aucun doute. Il y règne une part de mystère, de fantastique même. On y ressent la fragilité des situations que l’on pensait acquise. On se prend à invectiver son héros, à l’encourager ou à déplorer son attitude. L’écriture est fluide, les phrases sont justes, tout est réaliste et sonne vrai, les personnage sont bien écrits. De la belle ouvrage.

Mais, parfois, on peut avoir l’impression que l’auteur avait préparé une fin différente de celle qu’il nous propose. Plusieurs éléments, mis en place dans le roman, restent en plan, ou sont visiblement sous-employés, comme si H. Murakami avait commencé à écrire en ayant une idée précise de la fin, et en avait changé en cours de route. Une impression difficile à décrire, qui peut être ne sera pas ressentie par un lecteur qui ne serait pas, lui aussi, auteur (bien que je sois loin de l’écriture de Murakami-san).

En refermant l’ouvrage, je ne suis pas déçu par celui ci, par le roman, par l’histoire. Je suis plus dubitatif sur l’auteur. Peut être parce que je sais qu’il a été pressenti pour le Nobel. Peut être aussi parce que j’ai beaucoup lu d’autres auteurs japonais classiques, les Mishima et Kawabata, entre autres. Chez eux, je trouve toujours une phrase si belle, une expression si nette ou esthétique que je la relève pour la citer dans un de mes romans ou une de mes nouvelles, pour m’en inspirer ou rêver en la relisant. Ici, rien de tout cela. Murakami est il un bon écrivains ? Assurément oui, mais est il un « grand » écrivain ? Je n’en sais rien. Je devrais lire d’autres de ses livres, ce qui sera un plaisir.

C’est un roman que je recommande, bien que je pense qu’il n'ai pas été mené et terminé comme l’auteur l’envisageait. C’est une belle histoire que celle d’Hajime, qui montre qu’un homme infidèle n’est pas nécessairement un salaud, mais quelqu’un qui ne voit pas le mal qu’il peut causer, au sens premier du terme, qui se laisse prendre par les élans du coeur (ou, parfois, un peu plus bas…) ; et qui montre aussi que l’on peut être, sans s’en rendre compte, infidèle à la propre image idéalisée que l’on se faisait de soi même.

Même si le « point de vue » de l’ouvrage est éminemment masculin, la quête de Hajime, c’est peut être finalement celle de la fidélité à la limpidité de sa jeunesse, vécue avec Shimamoto-san, c’est la poursuite d’une illusion.

Un très bon roman, des personnages attachant, un thème intéressant… Lisez le, vous l’apprécierez et vous aussi, comme Hajime, repenserez peut être à la distance entre l’adulte que vous deviez d’être et celui que vous êtes devenu.

Un dernier mot pour la traductrice, Corinne Atlan, qui a réalisé un excellent travail, dont il faut souligner la difficulté, une traduction du japonais en français étant largement une interprétation dont on doit saluer ici la virtuosité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Isallya 2018-07-30T22:11:29+02:00

Je ne sais pas quoi penser de ce roman et je suis même incapable de dire si je l’ai vraiment apprécié ou non.

Plus j’avançais dans ma lecture, moins je comprenais ce qui se passait. Le rêve et la réalité se mêlent étroitement, notamment vers la fin où j’ai plus ou moins totalement lâché prise. Il existe certainement une portée philosophique-métaphorique à cette œuvre mais j’ai l’impression d’être passé à côté.

Heureusement que la plume d’Haruki Marukami est ce qu’elle est, c’est-à-dire poétique mais assez simple dans sa forme -pas dans son sens, une fois encore. Sans ça, aucun doute que j’aurais fini par abandonner. Et heureusement que les personnages sont plutôt attachants dans l’ensemble.

Je ne regrette cependant pas d’avoir ouvert ce pavé : par son étrangeté, je ne doute pas qu’il laissera des traces dans ma mémoire pendant quelques temps.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par julisa 2018-08-13T22:07:46+02:00

Mon premier Murakami (de plus en version illustrée) et certainement pas le dernier ! J'ai adoré le côté totalement loufoque de cette lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fantastique27 2018-08-14T20:18:56+02:00

Un superbe roman qui opère une impressionnante plongée dans la psychologie des personnages, au fond même de leur inconscient. Comme à son habitude Murakami envoûte son lecteur autour des mystère qu'il tisse. On en sort toujours avec ce questionnement, ce doute : psychologique ou surnaturel ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cnslancelot 2018-08-16T17:13:40+02:00

J'ai adoré cette trilogie et la plume de Murakami. On passe d'un monde à l'autre, d'un personnage à l'autre de manière déroutante mais c'est ça qui pour moi plaît. Ce mindfuck total pour le lecteur dont seul l'auteur du soleil levant à le secret.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Giah 2018-08-25T11:36:10+02:00

Le deuxième volume de la saga vous envoûtera.

Un volume plus centré sur la psychologie des personnages, afin de les découvrir intimement. Les deux protagonistes en sortent ainsi plus attachants que dans le volume précédent.

L'intrigue, bien que lente à se développer, nous laisse un sentiment de confusion, tout comme les deux personnages du récit.

Les sentiments que nourrissent réciproquement Aomame et Tengo sont sublimés par la prose de Murakami.

En somme un très bon second tome

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Camille45 2018-09-03T14:25:43+02:00

Je viens de le terminer et je suis perdue et mitigée. Si j'ai apprécié le style de Murakami, son lyrisme, l'univers onirique et les personnages, je reste dubitative sur la fin. En fait Spoiler(cliquez pour révéler)je n'ai pas compris le but de faire réapparaître Sumire et même le passage avec l'enfant. De nombreuses questions restent en suspens.

De plus le début du roman est très agréable à lire mais dès que le narrateur rentre de Grèce, tout devient assez flou et incohérent. Je dirai avec excès bien sûr que la fin a été bâclée. Et si je n'y ai rien compris à l'effet de style final, j'aimerais que l'on m'explique !

Afficher en entier

Dédicaces de Haruki Murakami
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Belfond : 18 livres

10/18 : 16 livres

France Loisirs : 7 livres

Seuil : 4 livres

Vintage Books : 4 livres

Points : 3 livres

Kodansha : 2 livres

Audiolib : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode