Livres
451 014
Membres
396 083

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Jess-jess 2011-07-13T15:31:21+02:00

P 140

- La prochaine fois tu lui souriras.

- Et tu lui dira bonjours, enchaîna Lucie.

- Je croyais qu'Erik n'était qu'un beau mec...jusqu'au jour où il a largué Aphrodite, fit Shaunee. Ce jour-là, j'ai pensé qu'il avait peut-être quelque chose dans le cerveau.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:00:10+01:00

- Hé, est-ce que je peux me joindre à vous ?

Je levai les yeux et vis Erik.

- Oui, avec plaisir ! s'écria Damien.

Lucie pouffa, Shaunee soupira :

- Laisse tomber, Damien. Vous ne jouez pas dans la même équipe, tu te souviens ?

Erin me poussa vers Erik.

- Va lui faire un baiser. Il a quand même essayé de sauver ton petit copain !

- Mon ex-petit copain, précisai-je en me glissant dans les bras d'Erik.

Il m'embrassa alors avec une telle fougue que la tête m'en tourna.

- S'il vous plait un peu de tenue ! plaisanta Shaunee.

- Attendez qu'on soit partis ! s'exclama Erin.

Damien gloussa lorsque je me dégageai, gênée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:00:10+01:00

- Nous y voilà, annonça Erik.

Je m'aperçus avec surprise que nous étions déjà arrivés devant le dortoir des filles.

- Bon...Merci de m'avoir suivie, dis-je avec un sourire entendu.

Si tu as besoin de quelqu'un pour taper l'incruste, pense à moi.

- Je garderai ça en tête. Merci.

Je remontai Nala sur ma hanche et me dirigeai vers la porte.

- Hé, Zoey.

Je me retournai.

- Ne rends pas la robe à Aphrodite...D'autant qu'elle te va beaucoup mieux qu'à elle.

Il s'avança vers moi et me prit la main. La tournant vers le haut, il passa le doigt sur la veine apparente à mon poignet, et mon pouls s'accéléra violemment.

- Par ailleurs, tu dois savoir que je suis celui qu'il te faut, s'il te vient l'envie de tester une autre gorgée de sang. Ça aussi, garde-le à l'esprit.

Il se pencha et, sans détacher son regard du mien, me mordit doucement le poignet avant de l'embrasser délicatement. Je sentis de nouveau une vague de chaleur dans le ventre, accompagnée cette fois-ci d'un fourmillement à l'intérieur des cuisses. Ma respiration devint haletante. Un frisson de désir me parcourut, et je sus qu'il l'avait perçu. Il laissa sa langue se promener sur ma peau, et je frémis encore. Puis il me sourit et s'éloigna dans la pâle lumière qui précède l'aube.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:00:10+01:00

La porte s'ouvrit et...Wouah ! Mon cœur manqua un coup, et ma bouche s'ouvrit en grand. C'était le plus beau garçon que j'avais jamais vu : grand, cheveux bruns, une petite mèche sur le front. Il avait des yeux bleu saphir et …

Mais … Oh ! Non ! C'était l'inconnu du couloir !

- Entre, Erik. Tu es à l'heure, comme toujours.

Afficher en entier

-Ouais tu es immonded, dit Lucie

-Toi, la ferme, sale frigo ! siffla Aphrodite

-Non ! criai-je en pointant le doigt sur elle. Ces histoires de frigo se terminent ce soir.

-Oh parce que tu vas peut etre prétendre que tu ne meurs pas d'envie de boire du sang, plus encore que nous tous ?

Je regardais mes camarades. Damien me fit un sourire pour m'encourager ; Lucie hocha la tête; les Jumelles me firent un clin d'oeil. Je compris a cet instant que j'avais été stupide. Ils n'allaient pas me rejeter. C'étaient mes amis. J'aurais dû leur faire confiance, même si je n'avais âs encore appris à me faire confiance.

-Un jour ou l'autre, nous aurons tous soif de sang, dis-je simplement. Ou nous mourrons. Mais cela ne fait pas de nous des monstres, et il est temps que les Filles de la Nuit cessent de se comporter comme tels. C'est fini Aphrodite. Tu ne diriges plus les Filles de la Nuit.

-Et évidemment, tu comptes prendre ma place ?

-Oui, Je n'ai pas demandé ces pouvoirs en arrivant à la Maison de la Nuit. Tout ce que je voulais, c'était trouver ma place. Je suppose que c'est la façon de Nyx d'exaucer ma prière, dis-je en souriant à mes amis. De toute évidence, la déesse a le sens de l'humour.

-Sale petite idiote ! Tu ne peux pas prendre la tête des Filles de la Nuit comme ça. Seule une grande prêtresse peut le décider.

-Ca tombe bien que je sois là, alors, non ? lança quelqu'un caché dans l'obscurité.

Afficher en entier

- Au fait, dis-je pour changer de conversation, j'aime bien le nom que tu as choisi : Night. C'est vraiment cool.

Son sourire s'élargit.

- Je ne l'ai pas choisi. Erik Night est mon nom de naissance.

- Oh, d'accord. N'empêche, je le trouve très beau.

Pitié, que quelqu'un m'achève !

- Merci.

Il regarda sa montre, et je vis qu'il était presque six heures et demie-du matin, ce qui me paraissait toujours aussi dingue.

- Il va bientôt faire jour, dit-il.

- J'en déduisis que le moment de nous séparer était venu. Alors je repliais mes jambes sous moi serrais Nala dans mes bras, il m'attrapa le coude pour me stabiliser, puis il m'aida à me relever. Une fois debout, nous étions si près l'un de l'autre que la queue de Nala effleurait son pull noir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Helgrind 2012-08-21T13:22:55+02:00

- Et si on se le regardait samedi, ton film débile ? demandai-je, surprise par mon audace.

- Ça marche.

Tout en me laissait le temps de reculer si j'en avais envie, Erik se pencha vers moi et m'embrassa doucement. Ses lèvres étaient chaudes, et il sentait si bon ! J'aurais voulu que ce baiser dure plus longtemps. Cependant, lorsque nos lèvres se séparèrent, Erik ne s'éloigna pas de moi. Nos corps s'étaient rapprochés, et je me rendis compte que j'avais les mains sur sa poitrine. Les siennes étaient posées sur mes épaules. Je lui souris.

- Je suis contente que tu m'aies redemandé de sortir avec toi.

- Je suis content que tu aies enfin accepté.

Il m'embrassa de nouveau, mais sans hésitation, cette fois. Je passai les bras autour de ses épaules et senti alors un gémissement monter en lui. Ce fut comme s'il avait appuyé sur un interrupteur en moi. Un désir brûlant me foudroya. C'était fou, incroyable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par stella67 2010-11-27T12:00:10+01:00

- Joyeuses retrouvailles, Zoey.

Oh non ! C'était Erik, entièrement vêtu de noir. Avec ses cheveux bruns et ses yeux bleus, il m'évoqua Clarke Kent (enfin, sans les lunettes d'intello et les cheveux lissés en arrière !). le comparer à Superman aurait donc sans doute été plus pertinent (bon, mais sans la cape, les collants et le gros S sur la poitrine...).

Ce bavardage intérieur s'arrêta net lorsqu'il dessina sur mon front de son doigt trempé dans l'huile les cinq branches d'un pentagramme.

- Sois bénie, dit-il.

- Sois béni, répondis-je d'une voix qui ne craqua pas, ni ne couina, ni ne croassa, ce dont je lui serai éternellement reconnaissante.

Oh là là ! Qu'est-ce qu'il sentait bon ! Pourtant, je n'arrivais pas à définir son parfum. En tout cas, ce n'était pas l'une de ces eaux de toilettes bon marché dont les mecs s'aspergent d'habitude. Il sentait...comme une forêt en pleine nuit, juste après la pluie...Une odeur de propre, de terre et...

- Tu peux entrer.

- Oh...euh...merci, répondis-je brillamment.

Afficher en entier

"-Aujourd'hui, nous allons choisir le textes que vous présenterez la semaine prochaine. Mais d'abord, je voulais vous montrer comment on devrait réciter un monologue. J'aidonc demandé à un de nos trosièmes années particulièrement talentueux de venir déclamer le célèbre monologue d'Othello, écrit par Shakespear, le grand dramaturge vampire.

Elle fit une pause et regarda par la vitre de la porte.

-le voilà.

La porte s'ouvrit et... whouah! Mon coeur manqua un coup, et ma bouche s'ouvrit en grand. c'était le plus beau garçon que j'vais jamais vu: grand, cheveux bruns, une petite mèche sur le front. Il avai des yeux bleu safir et...

Mais...Oh non! C'était l'inconnu du couloir!

[...]

-"Elle m'aimait pour les dangers que j'avais surmonté, Et je l'aimais parce qu'elle les prenait en pitié."

En prononçant cette dernièrre réplique il me regarda droit dans les yeux. comme la veille dans le couloir, nous nous retrouvâme seuls dans la classe, seuls au monde. j'éprouvais un frisson qui m'avait traversée les deux fois où j'avais vu du sang depuis que j'avais été Marquée. sauf qu'il n'y avait qu'Erik. puis il sourit, porta les doigts à ses lèvre, comme pour m'envoyer un baiçser, et s'inclina.

[...]

- 9a sent le poyin croustillant. alez Zoey, tu étais distraites parce que...?

-Daccord, daccord. je ne dirais que 2 mots : Erik Night."

.....

Afficher en entier

Un pressentiment horrible m'envahit alors. Non loin de moi, Enyo et Deino parlaient avec animation à Pemphredo. Je m'approchai d'elles et profitai d'une pause dans la conversation pour leur désigner Elliott de la tête. Je réussis même à leur sourire, malgré mon ventre noué.

- Qu'est-ce qu'il fait là? demandai-je.

Enyo jeta un coup d'œil dans sa direction et leva les yeux au ciel.

- Ah, lui! Il nous a servi de frigo.

- Un pauvre loser, commenta Deino avec mépris.

- Il est presque humain, ajouta Pemphredo d'un air dégoûté. Pas étonnant qu'il ne soit bon qu'à servir de frigo.

J'avais l'estomac retourné.

- Attendez, je ne comprends pas. Un frigo?

Deino la Terrible posa sur moi son regard hautain couleur chocolat.

- C'est comme ça qu'on appelle les humains : des frigos.

- Je ne comprends toujours p...

- Oh, pitié! m'interrompit Deino. Comme si tu ne savais pas ce qu'il y avait dans le vin! Comme si tu n'avais pas adoré ça!

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode