Livres
595 114
Membres
673 024

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sarah Buschmann

Auteur

43 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par
de

Biographie

Classement dans les bibliothèques

Diamant
14 lecteurs
Or
23 lecteurs
Argent
14 lecteurs
Bronze
3 lecteurs
Lu aussi
3 lecteurs
Envies
43 lecteurs
En train de lire
2 lecteurs
Pas apprécié
1 lecteurs
PAL
48 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.27/10
Nombre d'évaluations : 33

0 Citations 33 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Sarah Buschmann

Sortie France/Français : 2019-04-26

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par EliaL 2020-04-07T19:54:24+02:00
La Folie et l'Absinthe

Je ne suis pas habituée du format nouvelles, mais j'ai beaucoup apprécié certaines d'entre elles qui ont été des coups de coeur : Juste au cas où, La fée du Réservoir et ma préférée : Manuel d'anthropologie botanique !

En tous les cas, ça a été une agréable lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lorelya-1 2020-04-22T11:03:09+02:00
Sorcière de Chair

Ce roman impitoyable, dont la plume acérée fouaille sans relâche les ténèbres humaines, vous saisit à la gorge pour ne plus vous lâcher. La vraie sorcière ici n'est autre que Sarah Buschmann, qui jouera avec vos nerfs jusqu'à ce que vous déclariez forfait, et on se laissera soumettre avec bonne volonté, parce qu'au fond, en bon lecteur masochiste, on en redemande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elo-Dit 2020-11-09T13:52:53+01:00
Noir

Noir, c’est un recueil de nouvelles qui atteint son but avec brio, nous livrer la noirceur sous toutes ses formes, nous dresser un portrait percutant de l’âme humaine et dans ses plus vils travers !

Avis complet : https://elodit.fr/2020/11/09/noir-collectif/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ardawal 2020-11-29T10:39:54+01:00
Noir

Un recueil de nouvelles qui porte bien son nom: toutes sont sombres, et rappellent l'esprit du roman noir. Toutefois, elles sont aussi marquées par le sceau de la diversité: dans tous les cas, il y aura une enquête, mais dont les protagonistes et la nature pourra beaucoup varier d'une nouvelle à l'autre. Ainsi ce recueil aborde aussi les thèmes de la crise écologique, de l'humain augmenté et de la quête de l'immortalité, de la disparition de la justice, beaucoup présentant un monde qui s'enfonce dans la noirceur. Toutefois, quelques-unes de ces nouvelles ne sont pas dépourvues d'humour, loin de là. La diversité des nouvelles se traduit aussi par une diversité de genres: de l'horreur à la SF, en passant par la fantasy... En bref, un recueil que j'ai beaucoup apprécié - même si j'ai plus accroché à certaines nouvelles qu'à d'autres, l'ensemble est très bien construit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CindySB 2020-12-06T16:50:01+01:00
Sorcière de Chair

Une bonne lecture entraînante, avec une excellente fin. C'est le final qui m'a le plus plus dans ce roman. J'ai bien aimé ma lecture, mais je ne me suis pas du tout attachée à Arabella, ni à Nolan, alors ça a un peu freiné mon enthousiasme pour ce roman. Arabella est un personnage froid, qui se veut sans émotions, et qui de fait ne nous partage que ce qu'il y a de plus négatif en elle. Ça empêche un peu d'éprouver de l'intérêt à l'égard de son sort. Mais avec le retournement final, je suis très curieuse de découvrir le tome 2 prochainement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rosalys 2021-01-22T17:25:35+01:00
Chair Morte

http://papillonvoyageurbloglivresque.weebly.com/chroniques-livres/sorciere-de-chair-tome-2-chair-morte-sarah-buschmann

[SPOILERS DU PREMIER TOME OBLIGENT]

Dès les premières lignes, mon cœur a battu la chamade un nombre incalculable de fois. Chaque mot tranchait mon esprit, cisaillait ma pensée, consumait mes émotions ; d’abord lentement, puis d’un coup net. Jusqu’à ce que l’espoir s’étiole dans la nuit. Ce premier tome m’a touché autant que le premier, si pas plus. Il est dans la continuité de ce que nous a proposé l’autrice dans Sorcière de Chair en nous offrant cette fois-ci le point de vue de Chiara (Noalle) en plus de celui d’Arabella (Sterenn). Ces deux narrations opposées sont entrecoupées de flash-backs, la force même de ce récit, lesquels nous plongent dans l’horreur du passé de ces deux sorcières torturées. De temps en temps, la narration laissait place à des passages écrits dans une autre police et nommés « essais ». Je les ai trouvés extrêmement difficiles à lire tant le ton neutre de ces analyses faisaient froid dans le dos. Aussi, j’ai trouvé ce second tome très riche par rapport à la société des sorcières. Si dans le premier tome, nous restions beaucoup dans la tête d’Arabella à ressasser avec elle son passé, à suivre une enquête plus que troublante, Chair Morte propose cette fois de nous retrouver aussi dans celle de la grande « méchante » : la sœur et némésis de Sterenn. Nous suivons parallèlement ces deux âmes en souffrance, chacune ayant baissé les bras quant à espérer retrouver le bonheur. Toutefois, elles mettent tout en œuvre pour atténuer au maximum la douleur qui régisse, depuis bien trop longtemps, leurs vies.

Je tiens à féliciter Sarah Buschmann pour ce scénario des plus bluffant. Malgré mon impatience à l’idée de lire ce roman, j’éprouvais l’appréhension du deuxième tome ; allait-il être à la hauteur du premier ? n’allais-je pas m’ennuyer dans le huis-clos de la prison ? comment allaient être exploitées Arabella et Chiara cette fois-ci ? Tant de questions trottaient dans ma petite tête, néanmoins les premières pages ont balayé mes inquiétudes. Les mots de Sarah ont aspiré mon âme comme l’on avale un grand verre d’eau. Je me suis perdue dans un océan noir poisseux duquel a jailli l’horreur du sexe, la perversité humaine, ainsi qu’une mélasse gluante d’angoisses pétrie par les fantômes du passé. La puissance de ce livre réside tant dans les mots que dans la cohérence de cette nouvelle intrigue violente, percutante, déchaînée. Elle s’étire et s’enroule autour du cou pour étouffer, faire s’expirer notre dernier souffle de vie. L’autrice nous propulse d’une narration à une autre, capable d’arracher un rire puis un sanglot la seconde d’après, un soupir de soulagement suivi d’une irrésistible envie de vomir. Elle nous torture du début à la fin et ne relâche sa bride que pour mieux la resserrer.

De manière plus personnelle, j’ai préféré l’enquête d’Arabella du premier tome, toutefois ce qui importe dans celui-ci n’est pas la finalité de son investigation mais son déroulement. Elle se retrouve face à des morts inexpliquées, des complots politiques au sein d’une prison semblable à un tombeau enfoui sous le désert. J’ai apprécié suivre sa nouvelle aventure durant son incarcération, ainsi que ses doutes, sa souffrance, sa régression, une certaine évolution, ses qualités, ses défauts. La prison transforme Arabella, ce qui renforce l’attachement ressenti lors du premier opus.

Ce qui permet de supporter l’aspect huis-clos du roman est sans aucun doute la grosse rupture qu’a effectuée Sarah Buschmann par le biais de Chiara. En nous emmenant dans son enquête à elle, on quitte le désert, on respire, on rigole, on grince des dents, on serre les poings, on les relâche, on mouille ses cils, le front se plisse, l’estomac se noue, se relâche, se renoue. On découvre la cause des sorcières et celle des aborigènes en Australie, ce qui nous apprend un peu plus sur le fonctionnement cette île, qui est à la fois le plus petit continent du monde. On sent l’authenticité et la recherche derrière ces thèmes abordés. Et, bien sûr, les neurosciences viennent compléter ce tableau dégoulinant de sang et de larmes. Encore une fois, l’autrice nous emmène dans les tréfonds de son esprit sadique et nous secoue jusqu’à ce que nous ressentions le haut-le-cœur tant attendu. Une main sur la poitrine, puis le ventre, les yeux fixés sur ces pages encrées de tourments. Et nous voilà enchaînés, sans nous en rendre compte, jusqu’à la toute dernière ligne.

Une autre force de cette histoire est, sans hésiter, la plume de l’autrice que je visualise comme de la porcelaine brisée. De la douceur éclatée, de la tendresse mutilée, une poésie hachée. Elle nous happe et entre en nous comme de l’air. Il nous permet de vivre, de tenir debout, mais une fois corrompu par de la toxicité ou de la pollution, ce même oxygène peut s’avérer fatal. C’est ainsi que Sarah Buschmann écrit ; elle puise dans ce qui constitue un être humain puis l’écrase entre sa paume, avant d’inhaler la poussière que nous sommes devenus. Elle nous respire comme son air vital pour mieux respirer, et nous en redemandons encore parce que sans ses mots, nous perdons pied. Son style m’a touchée, à tel point que je suis tombée amoureuse de son écriture. À tel point que je désire lire tout ce qu’elle écrira à l’avenir. À tel point que si je devais perdre la vie, là tout de suite, ce serait avec ses mots en tête. L’échos des pensées d’Arabella, de Chiara, de ces bourreaux et victimes que l’on se plaît tant à détester qu’aimer. Le lyrisme de sa prose m’a encore une fois conquise.

Ayant pas mal parlé d’Arabella et Chiara, je voudrais aussi mettre en avant la faculté que l’autrice a de mettre en avant certains personnages secondaires sans les laisser de côté comme Nolan ou Alcyn. Ces derniers m’ont peinée (dans le cas d’Alcyn, il y a eu aussi un peu de rire face à ses piques) tant ils ne méritent pas ce qu’ils vivent. Aussi, je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais j’ai apprécié qu’un certain personnage du premier tome prenne un peu plus de place lors de cette suite. Malgré toute la violence prédominante de l’histoire, on ne peut s’empêcher d’espérer une bonne fin face à cette montée en escalade de souffrance.

Quant à la fin… Elle m’a d’abord laissée perplexe. J’avais l’impression que Sarah Buschmann avait enfoncer sa main dans ma poitrine pour m’écraser un peu plus le cœur jusqu’à ce que les battements cessent. Ce final sonnait juste, sans mauvaise note, toutefois cela restait une mélodie difficile à écouter jusqu’au bout. Chaque mot me cisaillait un peu plus, j’avançais le ventre noué par l’appréhension quand je comprenais ce qu’il se passait, et puis l’épilogue m’a achevée comme une guillotine. Si ce roman n’a pas de suite, ce n’est pas un mal parce que cette fin se suffit à elle-même, tout comme celle du premier opus. En revanche, si l’autrice décide d’écrire un troisième tome, je me demande bien ce qu’elle pourrait mettre en œuvre pour nous torturer encore plus. Ce qui m’inquiète, c’est que je ne suis même pas sûre qu’elle ait puisé dans l’entièreté de son sadisme à l’heure actuelle. En outre, le tomber de rideau laisse un goût amer ; trois-cents pages supplémentaires ne m’auraient pas du tout déplu.

Grosso modo, Chair Morte est plus qu’à la hauteur de Sorcière de Chair, peut-être même davantage plus sombre et violent. Il met en avant la perversité de l’âme et aborde plusieurs thèmes difficiles. Ce livre n’est pas à mettre dans toutes les mains ! Pour ma part, il s’agit d’un coup de foudre ; j’ai dévoré les mots de Sarah Buschmann du début à la fin sans m’en lasser. Je ressors de cette lecture toujours aussi assoiffée qu’après lecture du premier opus ! Je recommande ce roman aux amateurs de mélanges de genre tels que l’urban fantasy, le thriller, voire l’horreur pour ce second tome, et le policier. Venez suivre les nouvelles aventures d’Arabella au sein de la prison du désert et explorer la complexité de Chiara… Vous allez adorer les détester. Et n’oubliez pas de surveiller le contenu de votre assiette !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par darkness 2021-02-16T16:53:02+01:00
Sorcière de Chair

J'ai adoré ma lecture ! L'auteur a une nouvelle façon de voir ce qu'on appelle "la sorcière" avec un côté très scientifique avec l'accès aux neurones, etc... mais cela reste simple à appréhender. Par ailleurs, l'héroïne est clairement pas une sainte due à son passif et tout le récit tourne autour de ce passé. Une enquête se met en place où l'héroïne est franchement visée et où elle doit se dépatouiller entre ses recherches personnelles et l'enquête de police. J'ai été surprise par certaines révélations et je suis vraiment intriguée par la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zanaka59 2021-02-19T20:31:29+01:00
Sorcière de Chair

En Australie, 7 ans après un massacre qui a décimé toute sa famille, de nouveaux meurtres survient à Melbourne, ville où arabella a trouvé refuge. Ces meurtres ressemble à ceux de sa famille. Pire encore, les victimes lui ressembles. Qui est responsable ? Arabella arrivera-t-elle à résoudre ces meurtres avant que ses secrets soit dévoilé mais surtout arrivera-t-elle à affronter son passé sans sombrer dans l'abîme?

Quelle suspense et quelle fin. Jusqu'à la dernière pages je m'attendais à un retournement de situation. Ce roman se lit très facilement, je l'ai lu d'une traite. Autant j'avais deviné qui était dernière tous ces meurtres mais comment et tout le reste je ne l'ai pas vu venir. Les enquêtes c'est pas mes lectures habituelles mais j'ai adoré celle-ci. Attention quand même car il y a des moments gore donc à éviter de donner au plus jeunes. Mais pour tout les autres n'hésitez pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ardawal 2021-03-25T08:24:28+01:00
Chair Morte

Nous retrouvons dans ce roman les personnages de Sorcière de chair et la suite de leur histoire. Plus encore que dans le premier tome, l'autrice nous plonge dans ce qu'il y a de plus noir dans l'être humain, jusqu'au point où toute humanité disparaît... Nous voyons des êtres qui luttent désespérément pour vivre dans un milieu où la vie devient absurde, vide de sens, dans des conditions si extrêmes que l'humanité disparaît - ou presque. Certains éléments de l'intrigue rappellent aussi de façon glaçante les pires extrémités auxquelles des humains ont pu se livrer au cours de l'Histoire.

En parallèle de l'intrigue dans la prison du désert de Simpson centrée autour d'Arabella-313, nous suivons également le personnage Chiara/Noalle et en découvrons plus sur son passé, ses contradictions, ce qu'elle est devenue et pourquoi. Malgré ses actes et sa vengeance envers sa soeur, elle a été - avec Arabella-313 - le personnage que j'ai le plus apprécié dans ce roman (alors que ce n'était pas du tout le cas à la fin de Sorcière de chair).

L'intrigue centrée autour de Chiara et celle autour d'Arabella sont toutes deux très bien construites, avec de nombreux éléments de suspense et de rebondissements. Dans les deux intrigues, l'espoir n'est qu'une illusion qui s'effondre, les trahisons et les désillusions s'enchaînent et ramènent brutalement les personnages vers une réalité noire.

L'écriture est très fluide, parfois poétique malgré la violence de l'histoire. C'est une lecture marquante, qui éprouve son lecteur et le pousse à la réflexion.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JessSwann 2021-04-26T18:28:42+02:00
Noir

Comme il est de rigueur pour les recueils, je vais vous donner mon avis sur chaque nouvelle avant de donner un avis général

* Intime projection - Scène d'ouverture de Louise De Bars : Une entrée en matière très courte mais à la plume particulièrement soignée et servie par une écriture poétique

Ma note : 7/10

* Cancer urbain de Morgane Stankiewiez : Une histoire dans la droite lignée des polars noirs des années 50. Un héros atypique, une jolie blonde et une enquête digne des meilleurs privés. La fin m'a énormément plu, tout comme la plume de l'auteure.

Ma note : 8/10

* Souvenirs fugitifs de Sarah Buschmann : Excellente histoire ! J'ai adoré ce Mr Vinvin pour lequel on éprouve tellement de compassion même si on est troublé par les images qui lui viennent (ou reviennent ?) peu à peu. L'idée est simple mais efficace tout comme la plume de l'auteure. Le quotidien de l'EPAHD est bien mis en scène et la fin jubilatoire !

Ma note : 9/10

* Le sang du Cénacle de KeoT : Un texte très fantasy qui tranche avec ceux qui l'ont précédé. Les codes du genre sont respectés et j'ai apprécié le recours aux nécromanciens. Cependant, j'avoue avoir eu envie d'en apprendre plus sur l'univers et être un peu restée sur ma faim.

Ma note : 6/10

* Pourri de Stéphane Miller : Encore un texte fantastique, la trame de l'histoire est efficace et j'ai beaucoup aimé le lien entre Anna et Ying. J'ai trouvé cette idée touchante et j'ai apprécié la description des sentiments d'Anna. Quand à la fin, ma foi... C'est mérité, non ?

Ma note : 7,5/10

* Licorne de Sarah Delysle : Une dystopie très pessimiste...Les crimes se succèdent et la mort est inéluctable pour tous. Seule Claire mène l'enquête er cherche à débusquer un tueur en série.... la licorne ! La fin est aussi jouissive et inattendue.

Ma note : 7/10

* Mort de Cyril Fallavollita : Une enquête dans un monde dystopique où les bien pensants règnent en maitres. J'ai aimé les failles de l'héroïne tout comme la fin très amère

Ma note : 7,5/10

* Smoke gets in your Eyes de Alexandra Fiordelli : Une ambiance malsaine aux allures de films d'horreur servie par une plume descriptive. On aime le côté Psychose et maison hantée, le traitement des personnages, les clins d'œil subtils à la littérature ou au cinéma et j'aime beaucoup le rythme de l'histoire tout comme Jude qui est bien décrit. La chute est surprenante et bien menée

Ma note : 8,5/10

* Bouches (in)utiles de Patrice Quélard : Le scénario, dur et machiavélique m'a énormément plu tout comme la manière dont les faits ne sont pas édulcorés. La chute ainsi que la révélation de l'histoire de l'héroïne m'ont beaucoup plu. Cependant, j'avoue que j'ai été beaucoup moins séduite par l'utilisation de l'argot qui m'a gâché une partie de ma lecture. Dommage car j'ai adoré l'idée !

Ma note : 7/10

* La Nuagerie de Wilfried Renaut : Une dystopie intéressante qui prend le temps d'installer son univers et les fondements de sa société. L'idée de pouvoir lire l'aura/les ombres des gens n'est pas nouvelle mais le tout est bien exécuté et écrit. La fin est surprenante et m'a beaucoup plu

Ma note : 8/10

* Un, deux, trois... de Michelle Labeeu : Une histoire très courte à trois voix mais qui illustre bien comment quelques secondes d'inattention peuvent briser plusieurs vies. J'ai particulièrement aimé le point de vue de Blanche

Ma note : 6,5/10

* Du jambon pour les cochons de Jordi Vila Cornellas : Bon, les elfes et les orcqs c'est pas trop mon genre mais j'ai bien aimé le héros de l'histoire et le naturel avec lequel il raconte ce qui lui est arrivé.Le tout fait sourire.

Ma note : 6,5/10

* Sur le seuil de Mathilde Chau : Intéressant et bien écrit, j'ai beaucoup aimé cette nouvelle dystopie, l'explication est bien négociée et le monde décrit cohérent

Ma note : 7/10

* Intime projection - Scène finale de Louise De Bars : On retrouve donc la fin du film de la vignette qui ouvre le recueil et le moins que je puisse dire c'est que je ne m'attendais pas à cette chute. Le tout fait très "4 -ème dimension" mais j'ai aimé

Ma note : 7,5/10

En bref

Ce que j'aime : le livre en lui-même, l'objet est juste magnifique et soigné. La diversité des histoires

Ce que j'aime moins : j'avoue que les nouvelles "fantasy" m'ont moins emportée

Pour résumer

Un recueil qui nous présente des nouvelles très différentes les unes des autres où chaque lecteur pourra trouver sa pépite

Ma note

7,5/10

Afficher en entier

Dédicaces de Sarah Buschmann
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Noir d'Absinthe : 4 livres

Rivière Blanche : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode