Livres
595 662
Membres
673 900

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Conn Iggulden

Auteur

110 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilou 2010-11-29T18:39:21+01:00

Biographie

Nationalité : Royaume-Uni

Né(e) : 1971

Biographie :

En Grande-Bretagne, on ne présente plus Conn Iggulden, dont le nom rime avec fiction historique de qualité.

Ses romans consacrés à Gengis Khan, tout comme son récit de la vie de Jules César, ont connu un immense succès et figurent sur toutes les listes des best-sellers. Conn Iggulden s’est également fait remarquer par son Boys’ Book (Larousse, 2007), petit livre décalé destiné aux garçons et à leurs pères ayant gardé une âme d’enfant, dans lequel on apprend, entre autres choses, à fabriquer une cabane, faire des avions en papier et des nœuds marins, reconnaître les constellations ou écrire en morse.

Il faut dire que Conn Iggulden a grandi au milieu des histoires. Son père, qui a servi dans l’unité de bombardement de la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale, a rapporté de cette période de nombreux récits. Compte-rendus réalistes de bataille pour certains, chapitres fantaisistes de mythologie personnelle pour d’autres, ces morceaux de bravoure ont bercé l’enfance de Conn Iggulden. Et le fait que ce dernier se soit orienté vers la fiction historique n’est pas un hasard : sa mère aimait plus que tout lui parler d’Histoire en racontant des histoires… Coutume que lui avait transmise son père, un seanachie – c’est-à-dire, dans la tradition irlandaise, un barde se déplaçant de village en village pour raconter des histoires.

Mais l’imagination de Conn Iggulden ne se nourrit pas exclusivement de fantaisie. L’auteur, un géant aux allures de bûcheron nordique, a les pieds fermement ancrés dans le réel. Pour les besoins de sa saga sur Gengis Khan, Conn Iggulden n’a pas hésité à se rendre en Mongolie, parcourant le pays à cheval, s’imprégnant de l’immensité des paysages alentour, et se retrouvant parfois à cinq jours de toute civilisation. L’auteur dit avoir adoré ne pas avoir à s’être lavé pendant ce voyage, au cours duquel il a dû se recouvrir le visage de graisse de mouton pour lutter contre le froid. Alors ne vous étonnez pas si, en lisant Le Loup des plaines, il vous semble entendre le bruit des sabots contre la terre aride et sentir le vent se lever sur les plaines mongoles…

Le site de l'auteur:

www.conniggulden.com

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
46 lecteurs
Or
63 lecteurs
Argent
52 lecteurs
Bronze
24 lecteurs
Lu aussi
22 lecteurs
Envies
181 lecteurs
En train de lire
4 lecteurs
Pas apprécié
6 lecteurs
PAL
137 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.74/10
Nombre d'évaluations : 66

0 Citations 29 Commentaires sur ses livres

Alias et noms de plume

  • C. F. Iggulden

Dernier livre
de Conn Iggulden

Sortie France/Français : 2020-07-13

Les derniers commentaires sur ses livres

L'épopée de Gengis Khan, Tome 1 : Le loup des plaines

Premier tome d'une trilogie qui s'annonce fort plaisante ou l'histoire romancée de Gengis Khan.

Temüdjin. 12 ans. A la mort de son père, pourtant khan des loups, il se fait bannir avec sa mère, ses frères et sa soeur encore nourrisson, par un féal avide de pouvoir. La survie. Survivre pour mieux revenir. Créer une nouvelle tribu avec les vagabonds et autres laissés pour compte. Se venger de ceux qui ont tué son père et reprendre sa place. Mieux, unir toutes les tribus mongoles. En avant vers son destin.

Après un démarrage un peu long sur la jeunesse presque insouciante de notre jeune héros, le récit s'emballe et ne s'arrêtera plus.

Les jours sont des semaines, les semaines des mois, habitué que nous sommes à voyager à l'autre bout du monde en quelques heures, mais malgré cela, l'auteur nous livre un récit très rythmé, plein de fureur et de sang. On ressent la vie rude et sans concession des tribus nomades, où chaque homme peut être un soldat, où chaque homme doit être prêt à tout pour survivre, mais où l'honneur et le rang doivent être respectés.

Des conditions de vie extrêmes, un mode de vie que l'on pourrait avoir du mal à concevoir.

Tout est fort bien restitué dans ce roman qui reste collé à ce que l'on sait de la réalité du personnage. (Les quelques entorses à la vérité ou omission sont de plus signalées par l'auteur en postface - par rapport à l'ouvrage de référence : Histoire secrète des mongols).

La lecture est très fluide, un style simple et agréable, loin de toute idée didactique d'un livre d'histoire.

Ce n'est pas un livre d'histoire sur Gengis Khan, mais l'histoire de Gengis Khan et ce meneur d'homme nous entraîne avec lui, avec frénésie parfois, dans ses combats, dans sa quête, dans son rêve.

Excellente entrée en matière et en route immédiatement pour le seigneur des steppes.

Afficher en entier
L'épopée de Gengis Khan, Tome 2 : Le seigneur des steppes

Second tome de la trilogie consacrée à l'un des plus puissants guerriers de ce monde.

Gengis khan a désormais uni toutes les tribus mongoles et s'apprête à déferler sur la dynastie Jin, pour assouvir sa vengeance. Au passage il abattra un petit royaume annexe, les Xixia.

Nous avons fait un saut dans le futur de 7 ans. Ce n'est en rien rédhibitoire puisque on tenait presque pour acquis à la fin du tome 1 cette réunification qui est désormais effective.

On pourra néanmoins regretter un saut de 2 ou 3 ans entre les campagnes de Xixia et Jin où Gengis va se familiariser avec les engins de siège. Quelques chapitres auraient pu nous montrer cette intégration de nouvelles techniques bien étrangères aux tactiques des Mongols.

En dehors de cette petite critique, rien à redire. Une histoire menée tambour battant, sans ennui.

Des récits de batailles enlevés, des personnages bien travaillés, y compris les secondaires qui donnent au roman son côté plus aventures que livre d'histoire.

S'instruire sur la vie et l'oeuvre de Gengis khan tout en se distrayant par une lecture passionnante. Que demander de mieux ?

Afficher en entier
L'épopée de Gengis Khan, Tome 3 : La chevauchée vers l'empire

Un fin en apothéose.

Dernière campagne du grand Khan de l'empire mongol débutée en 1218 jusqu'à sa mort en 1227 (zut j'ai spoilé) : le royaume de Khwarezm, une région historique située au sud de la mer d'Aral, entre les actuels Ouzbékistan, Turkménistan et Iran. (spécial thanks à wikipédia)

On démarre à fond, on accélère au milieu et on finit au sprint. Des descriptions de combats très enlevées. Des stratégies mises à mal, un Gengis impitoyable autant avec ses ennemis qu'avec ses amis ou même sa famille.

Au final, une trilogie exaltante, instructive, passionnante et extrêmement divertissante.

Afficher en entier
Les Prodiges de l'empire, Tome 1 : Darien

plutot déçu par ce 1er tome. Les personnages sont bien introduits et laissent espérer beaucoup mais le roman est mal équilibré à mon gout. Si je me représente bien les différents personnages, le monde reste plutot confus et surtout, l'histoire est trop rapide. La présentation des différents intervenants et leur "mise en place" prend les 2/3 du roman ce qui laisse peu de place au déroulement et à ses conséquences. Bref, j'aurais préféré que l'auteur développe plus son histoire quitte à doubler le nombre de page. Je lirai certainement la suite mais je n'envisage pas de le relire plus tard.

Afficher en entier
Les Prodiges de l'empire, Tome 1 : Darien

On est pas habitué à se trouver devant un livre Fantasy de la part d'Iggulden, ça change.

Mais son écriture reste géniale, son sens des personnages aussi, dans ce récit les heros sont forts et en même temps pleins de failles.

Seul l'histoire en elle même est moins emballante, il n'y a pas de quêtes envoutantes ou importantes.

Celà reste un super bouquin avec lequel j'ai pris beaucoup de plaisir de lecture!

Afficher en entier
Les Prodiges de l'empire, Tome 1 : Darien

On peut reconnaître à l'auteur un bon talent de conteur. Mais côté scénario, ce n'est pas la même chose. Le scénario est plat, sans originalité, offrant beaucoup trop de scènes de batailles rangées et sanguinolentes à chaque page ou presque. Les personnes sont très mal utilisés. L'auteur n'exploite pas au mieux son histoire qui offre pourtant, au vu du résumé de la quatrième de couverture, de bons potentiels. J'ai survécu jusqu'à la page 135... et j'ai été vaincu, c'est une lecture que je ne terminerais pas, n'arrivant pas à me mettre dans l'histoire ni à m'attacher aux personnages.

Afficher en entier
Les Prodiges de l'empire, Tome 1 : Darien

Un univers avec beaucoup de potentiel et qui mérite de se développer au fil des tomes. En effet, la plume de l'auteur est très agréable et introduit ses personnages avec brio. Les descriptions nous font ressentir la violence du monde décrit. Il y a un grand potentiel autour des civilisations "antiques", de l'est. Puis, le côté très "Rome antique" dans les descriptions m'a beaucoup plu. Toutefois, il y a encore de nombreuses zones de flou autour de l'univers. Je n'arrive pas à me le représenter et à m'immerger totalement dedans. De plus, les personnages restent assez inégaux : j'ai beaucoup aimé Elias mais les chapitres qui lui sont consacrés sont quasi exclusivement des batailles, Draw a été victime d'un choix contestable de son auteur, Arthur est très intéressant mais pas assez présent à mon goût et Nancy a une psychologie qui ne m'a pas plu. En conclusion, je ne m'attendais pas vraiment à ça en commençant le roman mais la qualité est là. Je veux un peu plus pour le prochain tome ceci dit !

Afficher en entier
L'épopée de Gengis Khan, Tome 2 : Le seigneur des steppes

Non, Gengis Khan n'est pas arrivé à pied de la Chine… (contrepèterie offerte).

Mais il devait posséder l'anneau de pouvoir de Sauron puisqu'il a réussi à unifier les tribus mongoles sous une seule bannière : la sienne.

Un seul homme pour les trouver, un seul homme pour les unifier, les gouverner et dans la steppe les lier. Gengis, c'est un meneur, un unificateur.

Maintenant, direction l'empire Jin : une grande marche dans le désert, ensuite des attaques, l'élimination du petit royaume Xixia, des batailles, un siège, bref, tout ce que des conquérants font habituellement.

Mais lorsqu'on est dans l'armée de Gengis, c'est autre chose que de l'habituel. Chez les Mongols, même les femmes ont du cran, les gosses ne sont pas de pleurnichards et les guerriers ne veulent qu'une chose : faire des razzias, attaquer, tuer, égorger, violer, voler… Des guerriers nés.

Si vous n'aimez pas les récits de guerre, passez votre chemin et allez lire "Le club des Huns", une bédé d'humour où Attila veut avoir la Gaule.

Lorsqu'on lit la biographie romancée d'un conquérant légendaire, il faut s'attendre à bouffer de la stratégie militaire, des assauts de forteresse et de femmes (les viols sont courants), des attaques, des morts…

On pourrait penser que tout cela deviendra vite rébarbatif, mais non, les pages se tournent, on chevauche dans l'armée du grand Khan, on vit dans une yourte, on bouffe du mouton, on pue et on tue.

Résumé ainsi, ça pourrait vous faire fuir, mais tout est fait pour que le lecteur ne s'ennuie pas et que l'action ne déborde pas sur le fond.

Les personnages sont travaillés (personne ne se souvient de comment étaient les frères et les généraux de Gengis) et on a beau être face à des guerriers sanguinaires, malgré tout, on s'attache à certains, on râle sur d'autres, on admire leur courage…

L'avantage, c'est que chez Gengis, on travaille au mérite : pas d'imbéciles à la tête de son armée (on ferait bien de s'en inspirer). Ta place, si tu la mérites, tu l'obtiendras, sinon, tu n'auras que dalle.

Gengis Khan est un homme dur, comme le fut son père. Dans les steppes mongoles, les mauviettes ne font pas long feu et tout est fait pour endurcir les gamins.

Par contre, Gengis, tu ne vaux pas toujours grand-chose en psychologie enfantine ! Toi qui aurais aimé que ton père soit encore en vie pour voir ton ascension et lire la fierté dans ses yeux, tu refuses ce regard de père à ton fils aîné que tu penses n'être pas ton fils, malgré que tout le monde te dit qu'il ressemble à ton père à toi. Nul n'est parfait, mon petit Gengis…

Un roman biographique romancé qui permet d'entrer dans la vie de Gengis Khan, de chevaucher à ses côtés, de boire de l'airak et de découvrir la vie des guerriers Mongols et leur avancée expansionniste dans les territoires voisins.

De l'action, des combats, de la stratégie, des hommes au pouvoir parce qu'ils ont fait leurs preuves (et non pas en raison de leur naissance) et des guerriers sans peur.

Un roman que j'ai tenté de dévorer lentement, en savourant les mots, les personnages, le cadre avant de me jeter dessus et d'avaler 350 pages en un seul jour tant j'étais prise dans l'histoire et que je ne voulais plus la lâcher.

Note pour moi-même : ne pas attendre 8 ans avant de lire le tome 3 !!

Afficher en entier
Les Prodiges de l'empire, Tome 1 : Darien

Une lecture fluide et vraiment pas mauvaise en soi, mais qui malheureusement n'a pas vraiment réussi à me convaincre.

La ville de Darien est une grande puissance dirigée par 12 familles. Mais tout le monde n’est pas content de l’inertie et de l’immobilité des choses dues au fait que le Roi actuel est très jeune et très passif. Un général en particulier, à la tête d’une armée surnommée les Immortels, en a marre de végéter à ne rien faire en dehors de la capitale. En plus ça n’est pas gratuit d’entretenir et de maintenir en étant de se battre autant de soldats, et il a vraiment peur que ce coût du fait de leur inutilité finisse par faire dissoudre son armée par des nobles qui n’ont aucune vision globale de la dangerosité de la période actuelle. En effet il voit partout un très gros relâchement de la sécurité et il pense qu’un de leurs ennemis ne va pas tarder à en profiter pour les attaquer …

Du coup on suit une multitude personnages qui se retrouvent embarqués dans la révolte de ce général contre les 12 familles de Darien et le trône du pays. Je vous copie colle une partie du résumé éditeur pour les personnages parce que je n’aurais pas fait mieux moi, même : Il y a (entre autre) Elias Post, un chasseur ; Tellius, un vieux bretteur banni de chez lui ; Arthur, un garçon qui ne peut pas parler ; Daw Threefold, joueur et arnaqueur ; Vic Deeds, qui n’éprouve jamais la moindre culpabilité ; et Nancy, une jeune femme dont le pouvoir pourrait les perdre tous.

J’ai lu ce livre en LC, sur une période d’environ un mois du début à la fin. Il s’agit donc d’une façon de lire très inhabituelle pour moi. J’avais peur que les périodes de creux entre deux parties me bloquent et que j’ai envie d’abandonner. Mais en fait non, ici je n’ai pas eu ce problème. Il faut dire ce livre est sans doute l’un des livres les plus facile à rentrer dedans que j’ai lu en fantasy. Le style est très efficace pour ça, il nous emporte dans l’intrigue en quelques lignes. Il n’y a pas non plus de gros worldbuiding, pas de complications, un univers simple et les personnages, si ils sont nombreux, sont facile à se rappeler dans le sens ou ils sont tous bien distincts avec leur petite histoire. Je les ai tout de suite replacé et je n’ai eu vraiment aucune difficulté à continuer comme si je ne m’étais jamais arrêté.

Du coup je pense que pour un débutant en fantasy, ou une personne qui a peur des gros univers complexes, c’est vraiment une lecture que je conseillerais maintenant.

Pourtant, en tant que lectrice confirmée de fantasy, j’avoue avoir été un peu déçue de ce tome. Le seul point vraiment positif est le fait que finalement c’est limite (totalement) un oneshot. Le final n’amène pas à une suite, il n’y a rien d’irrésolu sur l’intrigue qu’on a suivi ici. Du coup je ne me sentirais pas obligée de lire la suite.

Je pense que le gros souci de ce livre est le fait qu’il manquait de spécificités, et d’explications. Au final on termine l’ensemble sans avoir vraiment compris comment fonctionnait concrètement le pays et la ville dont on parle, sans avoir non plus vraiment compris comment marchait la magie en général (elle existe, c’est tout). On le devine, mais au final ça reste flou.

Chaque passage est court et ne perd pas de temps. Mais du coup j’ai aussi eu l’impression de les passer à toute allure et ne jamais vraiment me sentir totalement dedans.

Idem pour les personnages qui sont nombreux et qui changent au fur et à mesure du récit (on ne cesse d’en ajouter, même au moment du final). Du coup je pense aussi que le problème fondamental pour moi qui aime les fantasy centrées sur les personnages, était le fait que je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à aucun d’entre eux en dehors du seul personnage qu’on suit du début à la fin (Elias). Je dirais que les personnages sont plus des accessoires pour raconter l’ensemble de cette intrigue centrée sur la ville de Darien que des vrai protagonistes. En fait j’ai plus eu l’impression de lire x petites histoires qu’un tout, malgré le final ou tout se rassemble.

Comme je le faisais remarquer à ma binôme au cours de la lecture, je pense que l’ensemble manquait d’un « plus ». De quelque chose de spécifique qui la démarquait des autres. Il n’y a ni personnages vraiment marquants, ni ensemble politique spécifique, ni intrigue particulièrement tordue – elle est relativement simple au final, c’est l’histoire d’une tentative de coup d’état et de révolte populaire.

Au final je me demande vraiment quel élément restera dans ma mémoire d’ici quelques temps quand j’aurais oublié les détails.

Ceci dit ce n’était pas mauvais. Comme je l’ai dis avant c’était fluide, sans temps mort, facile à rentrer dedans. Je n’ai pas trouvé de défauts visibles et même en cherchant la petite bête je n’ai rien de mauvais à vous en dire. Au final ce tome a beaucoup de qualité et plaira sans doute à pas mal de monde. Ce n’était juste peut être pas assez pour moi.

https://delivreenlivres.home.blog/2021/01/03/les-prodiges-de-lempire-tome-1-darien-de-conn-iggulden/

Afficher en entier
Les Tollins, Tome 1 : Contes explosifs pour enfants

Ce livre en contient trois: la poudre de Tollin, Lucio et la mort violette, et sac à vent et Tollins de l'ombre. Aucun d'eux ne m'a marquée. Je les ai lu il y a longtemps et ne me souviens plus trop de l'histoire. Cependant je ne les avait pas vraiment aimés à l'époque pourtant les illustrations sont très jolies.

Afficher en entier

Dédicaces de Conn Iggulden
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

HarperCollins : 9 livres

Bragelonne : 4 livres

Presses de la Cité : 3 livres

L'Archipel : 2 livres

Ace Books : 2 livres

Nathan : 2 livres

HarperCollins Children's Books : 2 livres

Penguin Books Ltd : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode