Livres
395 196
Comms
1 388 077
Membres
290 140

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de La Nuit des temps ajouté par pheallys 2011-07-15T23:05:12+02:00

Amour. Ce mot, que la Traductrice utilise parce qu'elle ne trouve pas l'équivalent du vôtre, n'existe pas dans votre langue. Depuis que je t'ai vue vivre auprès de Paikan, j'ai compris que c'était un mot insuffisant. Nous disons "je l'aime", nous le disons de la femme, mais aussi du fruit que nous mangeons, de la cravate que nous avons choisie, et la femme le dit de son rouge à lèvres. Elle dit de son amant :"Il est à moi". Tu dis le contraire :"Je suis à Paikan" et Paikan dit :"Je suis à Elea". Tu es lui, tu es une partie de lui-même.

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par x-Key 2010-11-28T22:44:17+01:00

Il serait peut-être temps de se demander si la perfection n'est pas dans l'enfance, si l'adulte n'est pas qu'un enfant qui a commencé à pourrir...

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par Judice 2010-10-25T00:55:44+02:00

«Nous savons au moins déja une chose, c'est que l'homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables.»

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par Nanis 2010-12-02T19:42:02+01:00

Ils étaient onze, deux Noirs, deux Jaunes, quatre Blanc, et trois allant du café au lait à l'huile d'olive. Mais leurs onze sang mêlés dans une coupe n'eussent fait qu'un seul sang rouge.

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par Judice 2010-10-25T00:55:44+02:00

«Vivre les malheurs d'avance, c'est les subir deux fois.»

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par Marlou 2010-08-01T15:36:11+02:00

"Je le savais.

Je regardais tes lèvres. Je les ai vues trembler d'amour au passage de son nom. Alors j'ai voulu te séparer de lui, tout de suite, brutalement, que tu saches que c'était fini, depuis le fond des temps(...)

J'ai tranché derrière toi avec une hache.

Je t'ai fais mal.

Mais toi, la première, en prononçant son nom, tu m'avais broyé le coeur".

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par Cacoethes-scribendi 2014-01-27T18:05:45+01:00

- Moi, je dis : pourquoi les savants ils veulent toujours que nos ancêtres soient affreux ? Cro-Magnon et compagnie, genre orang-outang ? Les bisons qu’on voit sur les grottes d’Altamira ou de Lascaux, ils étaient plus beaux que la vache normande, non ? Pourquoi pas nous aussi ?

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par Cacoethes-scribendi 2014-01-27T18:06:44+01:00

- Petite sœur, dit Hoover à Léonova, je suis un énorme célibataire dégoûtant, et vous êtes une horrible cervelle marxiste maigrichonne... Je ne vous dirai pas que je vous aime parce que ce serait abominablement ridicule. Mais si vous acceptiez de devenir ma femme, je vous promets que je perdrais mon ventre et que j’irais même jusqu’à lire le Capital.

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par HungerGames 2013-11-02T23:33:04+01:00

Ils sont repartis d'au-dessous du barreau le plus bas de l'échelle, et ils ont refait toute la grimpette, ils sont retombés en route, ils ont remonté encore, et retombé, et, obstinés et têtus, le nez en l'air, ils recommençaient toujours à grimper, et j'irai jusqu'en haut, et plus haut encore ! dans les étoiles ! Et voilà ! Ils sont là ! Ils sont nous ! Ils ont repeuplé le monde, et ils sont aussi cons qu'avant, et prêts à faire de nouveau sauter la baraque. C'est pas beau, ça ? C'est l'homme !

Afficher en entier
Extrait de La Nuit des temps ajouté par x-Key 2010-11-28T22:44:17+01:00

"Tu me comprends, tu avais compris, peut-être pas tous les mots, mais assez de mots pour savoir combien, combien je t'aimais. je t'aime, l'amour, amour, ces mots n'ont pas de sens dans votre langue, mais tu les avais compris, tu savais ce qu'ils voulaient dire, ce que je voulais te dire, et s'ils ne t'avaient pas apporté l'oubli et la paix, ils t'avaient donné, apporté, posé sur toi assez de chaleur pour te permettre de pleurer.

Tu avais compris. Comment était-ce possible ? Je n'avais pas compté, personne de nous ne comptait avec les facultés exceptionnelles de ton intelligence. Nous nous croyons à la pointe du progrès humain, nous sommes les plus évolués ! les plus affûtés ! les plus capables ! le brillant résultat extrême de l'évolution. Après nous, il y aura peut-être, il y aura sans doute mieux, mais avant nous, voyons, ce n'est pas possible ! Malgré toutes les réalisations de Gondawa que tu nous avait montrées, il ne pouvait pas nous venir à l'esprit que vous nous fussiez supérieurs. Votre réussite ne pouvait être qu'accidentelle. Vous nous étiez inférieurs puisque vous étiez avant.

Afficher en entier