Livres
473 092
Membres
446 560

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T22:06:34+01:00

Ces bourgeois modestes et fiers jugeaient la beauté au-dessus de leurs moyens ou au-dessous de leur condition ; ils la permettaient aux marquises et aux putains.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T22:06:24+01:00

Il a aimé, pourtant, il a voulu vivre, il s'est vu mourir ; cela suffit pour faire tout un homme.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T22:06:03+01:00

J'avais trouvé ma religion: rien ne me parut plus important qu'un livre. La bibliothèque, j'y voyais un temple.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T22:05:44+01:00

j'avais des conciliabules avec le Saint-Esprit : "tu écriras" me disait-il. et moi je me tordais les mains : "qu'ai-je donc, seigneur, pour que vous m'ayez choisi ? - rien de particulier. - alors, pourquoi moi ? - sans raison. - ai-je au moins quelques facilités de plume ? - aucune. crois-tu que les grandes œuvres naissent des plumes faciles ? -seigneur, puisque je suis si nul, comment pourrais-je faire un livre ? - en t'appliquant - n'importe qui peut donc écrire ? - n'importe qui, mais c'est toi que j'ai choisi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T22:04:37+01:00

Non. Je ne manque nulle part, je ne laisse pas de vide. Les métros sont bondés, les restaurants comblés, les têtes bourrées à craquer de petits soucis. J'ai glissé hors du monde et il est resté plein. Comme un oeuf. Il faut croire que je n'étais pas indispensable. J'aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu'un. A propos, je t'aimais. Je te le dis à présent parce que ça n'a plus d'importance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T22:02:25+01:00

Que l'humanité vienne à disparaître, elle tuera ses morts pour de bon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T22:01:33+01:00

« Sachez, disait-elle, vous laisser désirer. » On la désira beaucoup, puis de moins en moins, et, faute de la voir, on finit par l’oublier.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:56:44+01:00

Non. Je ne manque nulle part, je ne laisse pas de vide. Les métros sont bondés, les restaurants comblés, les têtes bourrées à craquer de petits soucis. J'ai glissé hors du monde et il est resté plein. Comme un oeuf. Il faut croire que je n'étais pas indispensable. J'aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu'un. A propos, je t'aimais. Je te le dis à présent parce que ça n'a plus d'importance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:55:45+01:00

j'avais besoin de Dieu, on me le donna, je le reçus sans comprendre que je le cherchais. Faute de prendre racine en mon cœur, il a végété en moi quelque temps, puis il est mort.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:55:00+01:00

Il y a plus de vingt ans, un soir qu’il traversait la place d’Italie, Giacometti fut renversé par une auto. Blessé, la jambe tordue, dans l’évanouissement lucide où il était tombé, il ressentit d’abord une espèce de joie « Enfin quelque chose m’arrive ! » […]

J’admire cette volonté de tout accueillir. Si l’on aime les surprises, il faut les aimer jusque-là, jusqu’à ces rares fulgurations qui révèlent aux amateurs que la terre n’est pas faite pour eux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode