Livres
450 846
Membres
395 721

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par sushi0708 2015-06-11T22:37:59+02:00

Putain de merde.

Encore plus révoltant, ce que j’étais en train de faire me plaisait beaucoup – quoi que ce fût. Je l’enlaçais ? Par tous les enfers, oui, j’étais bien en train de l’enlacer. Et de la serrer contre moi.

J’étais en train de lui faire un putain de câlin.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Becky07 2015-04-11T15:49:01+02:00

"Calmée maintenant?" demanda-t-il.

"Vous êtes un-"

"Si tu dis alien encore une fois, je vais probablement t'étrangler un petit peu. OK?" Par le ton de sa voix, je n'était pas sure s'il plaisantait ou pas. "Nous avons déjà établi ce que je suis. Tu ne me vois pas me balader en train de déblatérer sur le fait que tu es humaine."

J'en étais bouche bée. "Mais c'est pas pareil!"

"Et pourquoi?" suggéra-t-il.

"Vous êtes sur Terre!"

Afficher en entier
Extrait ajouté par sushi0708 2015-06-11T22:33:40+02:00

Ses cils papillonnèrent et ses yeux se fermèrent.

— Tu es encore en train de me regarder.

Je pris quelques mèches entre mes doigts.

— J’aime regarder les belles choses. (Entortillant ses cheveux autour de mon doigt, je les laissai se dérouler.) Et tu es vraiment très belle.

Elle se tourna elle aussi sur le côté, de façon à me faire face. Ses yeux s’entrouvrirent à peine.

— Merci.

— De quoi ?

— De me dire que je suis belle. (Un sourire endormi se dessina sur ses lèvres.) Tu es plutôt beau, toi aussi, tu sais ?

J’éclatai d’un rire sonore, dont le son me surprit.

— Je crois bien que c’est la première fois qu’on me dit que je suis beau.

— Hum… est-ce que sexy te convient davantage ?

— Un truc comme ça, oui, répondis-je en la couvant des yeux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par NightShades 2015-03-06T18:14:22+01:00

" Je sourit - de l'un de ses grands sourires idiots- et Serena ne le vit pas. Ses yeux étaient fermés, ce qui était une bonne chose car j'étais en train de devenir une vraie tapette. "

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2015-06-13T02:27:59+02:00

Hunter déposa nos bagages sur un sofa pendant que j’allais examiner la salle de bains.

— Une baignoire balnéo, murmurai-je. Elle est énorme.

— Il n’y a pas qu’elle, susurra Hunter dans mon dos, m’entourant soudain de ses bras pour m’attirer contre lui.

Je rougis en sentant son membre viril dans le bas de mes reins. Une vague de désir déferla en moi, incendiant tout mon corps.

— C’est quand même le calibre en dessous.

Hunter gloussa, effleurant ma nuque de ses lèvres.

— Attends un peu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2015-06-13T01:44:22+02:00

— Sinon quoi ? (Il se pencha sur moi et sa bouche se trouvait à quelques centimètres de la mienne.) Vous allez me jeter un cadre de photos à la figure ?

— Peut-être bien, répliquai-je.

— Dans ce cas, je ne peux pas vous libérer.

Je le dévisageai avec incrédulité.

— Vous ne pouvez pas… Vous avez la tête dure !

Il haussa un sourcil.

— Oui, et autre chose aussi.

Je rougis encore un peu plus, comme si j’avais pris un coup de soleil. Les muscles de mon ventre frémirent.

— Ce n’est pas ce à quoi je pensais et vous le savez.

— Mmm, c’est vous qui le dites.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2015-06-13T02:00:25+02:00

Je chargeai nos bagages dans le coffre. Lorsque je le refermai, Dex m’avait rejoint.

— Je ne sais pas ce que tu comptes faire avec elle, me dit-il à mi-voix. Mais c’est une humaine, Hunter. Tu vas devoir être très prudent. Les humains se cassent facilement.

Je grognai, puis me tournai vers lui dans un éclair de lucidité.

— As-tu déjà eu peur de casser Eliza ?

Dex plongea ses yeux pâles d’Arum dans les miens.

— Chaque putain de jour.

— Comment peux-tu rester avec elle, dans ce cas ?

Dex posa une main sur son cœur.

— À cause de ce qu’il y a là… Ce que je ressens pour elle ne m’autorisera jamais à lui faire du mal.

— Tu parles de l’amour ? (Je secouai la tête tout en serrant les clés de contact.) C’est stupide de compter sur une émotion humaine pour la protéger.

— C’est aussi stupide de croire que nous sommes incapables de devenir plus humains qu’Arums.

Et sur ces mots, il me planta là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sushi0708 2015-06-11T22:31:57+02:00

Je lui enfilai mon tee-shirt. Puis mes mains remontèrent jusqu’à son cou pour libérer sa chevelure, que j’éparpillai sur ses épaules.

Je me reculai pour admirer mon œuvre ; elle me plaisait beaucoup dans mon tee-shirt.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2015-06-13T01:32:01+02:00

Mon téléphone sonna, faisant vibrer le tiroir du bureau où il était rangé. Me redressant, je décrochai et fronçai les sourcils en reconnaissant le numéro de Dex.

— Qu’est-ce qu’il y a ? demandai-je en posant les pieds sur la table.

— Pas grand-chose, répondit-il. Eliza et moi étions à la maison il y a quelques minutes.

— Merci de m’en informer.

— Et je me demandais si tu n’avais pas perdu quelque chose, poursuivit Dex. Une petite chose d’un mètre soixante-huit, avec une tignasse de jolis cheveux blonds. Non, ma chérie, tes cheveux à toi sont sublimes, pas juste jolis, ajouta-t-il à l’écart du combiné. Quoi qu’il en soit, je me suis demandé…

Je reposai les pieds par terre.

— Merde.

Un gloussement amusé me parvint de l’autre bout de la ligne.

— Elle est dans le kiosque. Quelle drôle d’idée. Tu ferais mieux de rappliquer avant que quelqu’un ne la voie. P.-S. Tu es nul à chier comme baby-sitter.

— Va te faire foutre. (J’étais déjà à la porte, la main sur le loquet.) Merci, mec.

— À ton service.

Connard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Schweppy 2015-03-30T21:01:11+02:00

- Est-ce que tu fais ça ? Te toucher ?

- Pardon ?

- Est-ce que tu te fais plaisir seule, Serena ?

- Tu es sérieux ?

- Quoi ? C'est trop personnel ?

- Oui !

- Je trouve ça plutôt amusant si on considère où se trouve ma main. Et ce que je suis sur le point de te faire va être encore plus personnel. Alors ? Combien de fois ?

Je refusais de lui répondre.

- Une fois par semaine ? Plus ?

Mon corps tout entier se mit à trembler.

- Je parie que oui. Et la prochaine fois ? Tu penseras à moi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode