Livres
461 404
Membres
417 730

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Camille Brissot

205 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Née le 5 octobre 1988 à Romans – heureux hasard – Camille a grandi dans la Drôme, entre les vignes et les vergers.

Publiée pour la première fois à la suite d’un concours de nouvelles, elle est encore lycéenne lorsque parait son premier roman, Les héritiers de Mantefaule. Le bac en poche, elle intègre ensuite l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon, où elle suit en parallèle un cursus sur les civilisations asiatiques.

Camille vit à présent à Paris et travaille dans la communication.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
28 lecteurs
Or
44 lecteurs
Argent
57 lecteurs
Bronze
26 lecteurs
Lu aussi
57 lecteurs
Envies
233 lecteurs
En train de lire
7 lecteurs
Pas apprécié
7 lecteurs
PAL
91 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.39/10
Nombre d'évaluations : 81

0 Citations 56 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Camille Brissot

Sortie France/Français : 2019-01-10

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Zelina 2018-07-10T14:22:14+02:00
La Maison des reflets

Une histoire très touchante !

Imaginez, dans quelques années, la fondation d'un établissement capable de reproduire les images des défunts. Vous pourriez alors revoir, en hologramme, vos enfants, vos amis, vos parents morts trop vite, vous pourriez leur dire tout ce dont vous n'avez pas eu le temps de leur confier.

C'est dans un tel établissement, une Maison des Reflets, que Daniel a grandi. Il n'a jamais fréquenté d'autres enfants que les reflets créés par son père pour ses clients, fantômes de personnes décédées, pourtant dotées d'une personnalité tellement élaborées qu'ils n'ont rien à envier aux personnes de chair.

La vie de Daniel bascule le jour où il sort de chez lui et visite une fête foraine. Il y rencontre Violette, la fille de forains. C'est le coup de foudre ! Mais Violette doit suivre ses parents et sa soeur Esther sur les routes, de villes en villes. Daniel, lui, doit rester auprès des reflets.

Cependant, il ne cesse pas de penser à Violette et s'arrange pour lui faire parvenir des lettres. Pour la première fois, Daniel s'attache à quelqu'un de bien réel, commençant même à douter du bien-fondé de l'entreprise familiale : un reflet peut-il remplacer un être vivant ? S'attacher à un fantôme, n'est-ce pas renoncer à la vie réelle ?

Spoiler(cliquez pour révéler)Violette, qui souffre d'un souffle au coeur, meurt et sa c'est sa soeur qui continue à correspondre avec Daniel en continuant à se faire passer pour sa jumelle. Quand Daniel le découvre, il veut recréer un reflet de Violette, mais Esther le prend mal. le garçon se rend alors compte que c'est d'Esther qu'il est tombé amoureux, à travers ces lettres. Il décide de laisser partir Violette pour se consacrer à la jumelle qui, elle, est toujours de ce monde.

Une histoire bien écrite, qui nous entraîne du côté du rêve et de la science fiction... Car qui n'a jamais rêvé de pouvoir revoir un proche défunt ?

Une lecture touchante, bien agréable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par revesurpapier 2018-07-18T11:06:16+02:00
Ceux des limbes

https://revesurpapier.blog4ever.com/ceux-des-limbes-de-camille-brissot

Après l'épidémie limbe, des survivants ont trouvé refuge dans le Mont Survie. Plus d'un siècle plus tard, on découvre dans cette montagne une communauté isolée qui se protège des dangers de la forêt qui l'entoure, et en particulier des humains infectés qui y rôdent toujours. Otolan est né dans les cercles inférieurs du Mont. Suite à un drame, il obtient quelques privilèges, comme celui d'échapper à l'épreuve de la Sortie, épreuve de survie. Mais lorsqu'il découvre que sa petite amie Naha fait partie du prochain périple en forêt, Otolan ne peut se résoudre à la laisser partir seule. Il décide alors de la suivre pour la protéger, malgré l'interdiction...

La première partie du récit est centrée sur la découverte de ce monde dévasté par une terrible épidémie. L'auteure nous décrit alors une communauté qui s'est adaptée à la nature sauvage qui l'entoure et qui mène une vie simple, dans le seul but de survivre. Comme dans tous les romans d'anticipation, c'est une partie pour laquelle j'ai beaucoup d'intérêt. Peu à peu, on comprend comment cette société s'organise, comment elle s'est finalement adaptée au chaos, et aussi comment se présente la hiérarchie au sein du Mont.

C'est dans ces premiers chapitres que nous prenons le temps de découvrir l'histoire de notre héros, Otolan. Un jeune personnage qui n'a pas tardé à me convaincre. Son passé nous touche et on s'attache d'autant plus rapidement à lui. Mais ce sont ces choix qui ont fait pencher la balance. Dans le Mont Survie, il nous surprend par ses choix de vie. A l'extérieur, il nous surprend par son courage, lui qui n'a rien d'un guerrier. C'est un personnage juste, guidé par l'amour. Un personnage profondément humain, qui n'est pas invulnérable. Et j'ai également aimé que l'auteure nous présente des adolescents matures (je pense que le contexte y est pour beaucoup).

Tout comme Otolan, on se questionne sur ce qui nous attend et sur l'issue de ce voyage. Que va t-il se passer dehors? Quel genre de rencontre vont-ils être amenés à faire? Plus on s'éloigne du Mont Survie, plus on est prudent. Je me suis vraiment sentie proche des personnages, de leur aventure. Tout peut arriver et on s'accroche à la lecture. La nature a repris ses droits et on se laisse émerveiller par les descriptions. Mais la forêt n'est pas pour autant un lieu chaleureux et on continue de se méfier. Les personnages sont d'ailleurs confrontés à de nombreuses épreuves. Des épreuves qui apportent des réponses sur leur mode de vie, de survie, un peu d'espoir aussi.

Verdict : J'ai déjà lu quelques romans de l'auteure et je ne suis jamais déçue. Je suis même chaque fois agréablement surprise par sa façon d'aborder les choses. Ceux des Limbes est un roman d'aventures qui m'a transporté pendant quelques heures dans une forêt aussi belle qu'effrayante. C'est particulièrement bien écrit et on s'imprègne de l'ambiance en quelques pages seulement. On découvre un récit prenant, porté par des jeunes personnages courageux et persévérants. Si vous aimez le post-apocalypse et les zombies, foncez !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesFantasydAmanda 2018-10-02T11:00:58+02:00
Ceux des limbes

Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

---------------------------------------------------------

--- Lentement, mais sûrement ---

En débutant Ceux des limbes, je m’attendais à une lecture jeunesse trépidante. Camille Brissot prend cependant le temps de creuser son univers avant de se lancer dans une chasse aux zombies. J’ai donc pu reconstituer le puzzle d’un monde dévasté par un mal étrange. En réponse à ce dernier, la communauté d’Oto (notre héros) a en effet bâti le Mont-Survie, espérant ainsi tenir le virus à distance.

Et bien que surprise par ce rythme tranquille, je me suis laissé emporter par les explications de l’auteure. Du moins, durant les 100 premières pages. Arrivée à ce stade, j’étais impatiente de voir l’action – ce qui était annoncé dans la quatrième de couverture ! – se dérouler. Or, cela ne s’est pas produit tout de suite, ce qui m’amène à souligner quelques lenteurs, mais rien de grave, heureusement !

--- Une histoire de zombies qui ne renouvelle pas le genre, et pourtant… ---

…je n’ai eu aucun mal à rentrer dans l’histoire. Certes, Camille Brissot ne fait pas dans l’originalité, mais elle ne s’encombre pas de clichés pour autant. Mieux encore, elle est parvenue à adapter ce classique de la science-fiction à un jeune lectorat, notamment grâce à des mots simples et à une plume délicate.

À partir du moment où Oto et Naha ont pénétré dans la forêt, mon intérêt ne s’est pas relâché. C’est donc avec un certain enthousiasme que j’ai suivi leurs aventures.

--- Des personnages attachants ---

Là encore, Camille Brissot ne sort pas des sentiers battus. Pour preuve, Oto a perdu la mémoire suite à un traumatisme lié à son enfance et tente désespérément de la retrouver. Mais plus qu’une histoire de zombies, Ceux des limbes raconte le parcours initiatique d’un adolescent naïf et amoureux qui souhaite s’affranchir de l’autorité, un brin étouffante, d’un père de substitution. Le point fort de ce one-shot, ce n’est donc pas la manière dont est envisagée l’épidémie, mais l’humanité qui se dégage de ses personnages.

De plus, si l’auteure a intégré une romance dans son récit, elle n’est pas tombée dans les stéréotypes propres à la jeunesse. En effet, Oto et Naha s’aiment déjà et forment un couple comme seuls deux enfants peuvent le faire. On évite donc la rencontre niaise au possible et les premiers émois qui me font souvent grimacer, car complètement surréalistes.

--- Un final explosif ---

Comme dans toute histoire de zombies qui se respecte, le rythme va crescendo. À un point tel que j’ai fini par m’oublier entre les lignes. D’ailleurs, si vous vous êtes déjà agrippé à un livre de toutes vos forces, le coeur battant et les lèvres presque en sang tant l’intensité du dénouement vous a saisi, eh bien… vous savez ce que j’ai ressenti en terminant Ceux des limbes.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai littéralement dévoré les 100 dernières pages !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LOANDRE 2018-10-10T16:17:52+02:00
Dresseur de Fantômes

Une jolie récréation que ce petit roman. Un contexte, une intrigue, des personnages riches, qui auraient mérités plus de pages.Mais l'intrigue est bien menée, il y a du rebondissement et beaucoup d'aventures. C'est fluide, simple mais efficace. L'univers est fantasmagorique, très visuel et fort intéressant. On a envie d'y plonger.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elerinna2 2018-10-14T15:14:15+02:00
La Maison des reflets

Bien qu'assez prévisible on a ici un roman assez sympathique. Le concept de la maison aux reflets est génial et j'aurais aimé que ce soit encore d'avantage exploité, qu'on est vraiment l'impression que Daniel hésite entre le monde des reflets et celui des vivants. Mais les réflexions soulevés sont intéressantes et l'histoire très charmante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par maevapirlet 2018-10-24T19:55:39+02:00
La Maison des reflets

J'ai adoré ce livre. Je ne peux pas dire du début à la fin puisque je n'ai pas aimé la fin. Je trouve que toute l'histoire et bien détaillé etc mais la fin est bâclé. On nous donne plein d'information (la mère....) Mais on n'approfondit en aucune manière et je trouve ça dommage. Ça ma pour ma part dérangé. Mais sinon j'ai adoré l'histoire je me suis pas mal attache au personnage.

Afficher en entier
21 printemps comme un million d'années

https://revesurpapier.blog4ever.com/21-printemps-comme-un-million-d-annees-de-camille-brissot

Trois ans après la mort de Juliette, son meilleur ami Victor retourne à l’hôpital et raconte son histoire aux enfants malades qui l’ont connue. Il se lance alors dans le récit d’une amitié inoubliable, éprouvante parfois...

Victor et Juliette sont meilleurs amis depuis toujours. Ils sont profondément ancrés dans la vie de l’un et de l’autre. C’est le genre d’amitié qui marque une vie. Peu importe la durée de cette amitié, ou de cette vie. Elle se veut présente, puissante.

Victor partage peu à peu une série de souvenirs, un peu désordonnés, mais toujours très forts. Il nous décrit une jeune fille pétillante et libre, qui aime tester ses limites. Il nous raconte ses coups de folies, les bons comme les mauvais moments. Il nous parle de cette énergie, de cette invulnérabilité.

J’ai particulièrement aimé que ce soit Victor qui nous raconte cette histoire. J’ai aimé découvrir Juliette à travers les yeux de son meilleur ami. Il a toujours été là pour elle. Il l’a toujours aider à avancer même lorsqu’elle faisait n’importe quoi. Il a toujours été là pour la rattraper si elle vivait trop fort. Victor est un ami exceptionnel et son récit plein de nostalgie ne laisse pas indifférent.

C’est le troisième roman de Camille Brissot que je découvre et chaque fois elle me surprend par sa façon d’aborder les choses. Dans ce roman, on parle de la perte d’un être cher, de la valeur de la vie mais surtout d’une amitié formidable. Victor a suffisamment de recul pour que son récit ne soit pas triste. C’est vivant, c’est beau, et ça nous remue. Je n’ai pas pu m’empêcher de verser ma petite larme alors que je savais depuis le début ce qui m’attendait.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cheesecake 2019-02-08T17:16:16+01:00
La Maison des reflets

J'ai beaucoup aimé ce roman qui nous donne une description très détaillée de la vision de l'auteure dans les années à venir

Pour ma part j'ai trouvé le concept des miroirs extrêmement élaborés et réfléchis.

Très bonne lecture.

Afficher en entier
21 printemps comme un million d'années

Vic et Juliette se connaissent par cœur.

Cette histoire, c'est l'histoire d'une amitié. Victor raconte à un groupe de jeunes filles, l'histoire de Juliette, ou du moins les derniers souvenirs qu'il a d'elle.

Si la jeune femme est en éternel mouvement, il est son point d'ancrage. Juliette est joyeuse, impulsive. Elle adore les feux d'artifices et profitez de la vie.

Mais, on comprend bien vite que cette course contre la montre pour faire un maximum de chose cache une réalité plus sombre.

" J'ai l'impression d'être un feu d'artifice parfois. Coloré, mais éphémère. "

Par bien des points, ce livre m'a fait pensé à Mille baisers pour un garçon.

Même si j'ai deviné la fin dès le début, j'ai pris plaisir à tourner les pages. Car la fin, ce n'est pas le plus important. Le plu important, c'est le reste. Toute les étapes qui mènent à cette conclusion.

J'ai juste regretté qu'on en sache pas beaucoup sur la maladie de Juliette. L'auteur balaye ça en expliquant que la jeune femme n'aime pas dire le nom de a maladie et que cela ne sert à rien.

Une histoire poignante et une amitié exceptionnelle.

Afficher en entier
21 printemps comme un million d'années

Posé sur un présentoir de la bibliothèque, le titre ponctué de ses étoiles m’a attirée. Prête à partir, les bras déjà bien chargés, je n’ai même pas lu la 4ème de couverture. Et heureusement car je l’aurais sûrement laissé sur son étagère. Non pas que le résumé ne soit pas intéressant mais se confronter à la question « Et vous que feriez vous si vous apprenez qu’il vous reste peu de temps à vivre? » n’était pas dans mon programme.

▫️▫️▫️

?Le speech: 21 printemps comme un million d’années, c’est d’abord le récit d’une amitié puissante. Celle de Victor et Juliette, amis depuis toujours. Elle fait tellement partie de sa vie qu'elle habite presque chez lui, il sait décrypter le moindre de ses éclats d'humeur, bons ou mauvais.

Car Juliette est difficile à saisir, toujours en mouvement. Elle est capable de partir seule au bord de l'océan sur un coup de tête, et de revenir comme si de rien n'était, avec ses secrets. Elle vit intensément, sans penser à l'après, et Victor la suit, l'attend, prêt à la rattraper si elle trébuche.

▫️▫️▫️

?Mon avis: dès les premières pages, @camillebrissot fait le choix de nous annoncer la mort de Juliette. J’ai espéré. J’ai prié pour me dire que je n’avais pas lu correctement. Je ne voulais pas que Juliette meure. Mais en narrant son histoire à de jeunes filles malades, Victor a su la faire revivre.

J’ai partagé sa soif de vivre, sa recherche de frissons, sa peur de s’engager, son envie d’être une jeune femme qui ne s’inquiète pas du lendemain, en brûlant la vie par les deux bouts…

Oui, j’ai pleuré et je ne ressors pas indemne mais cette rencontre en valait la peine.

Est-il nécessaire que je précise que j’ai adoré ce livre?

Merci @camillebrissot pour ce magnifique récit.

.

Je laisse les lecteurs de cette chronique en compagnie de vos mots.

Ils parlent tellement mieux que les miens.

.

?« C'est peut-être paradoxal, mais la distance peut rapprocher, vous savez. Quand l’autre n'est pas là physiquement, il ne nous reste que ça : sa parole, sa voix... On discute jusqu'à ne plus rien avoir à se dire, et c'est à ce moment que ça devient intéressant - car lorsqu'on n'a plus rien à raconter sur son quotidien, on est obligé d'aller plus loin. On gratte les couches, on les perce l'une après l'autre, on se dévoile… »

✨✨✨

?« Mais c'est quoi, le temps, au fond? Est-ce qu'on en profite plus quand on en a moins? Et pourquoi est-ce qu'on a l'impression que c'est un contenant vide, un truc qu'on doit absolument remplir pour qu'il prenne de la valeur? Est-ce qu'il n'est pas précieux par nature? Une heure à réfléchir, allongée dans son lit, ça vaudrait moins qu'une heure à boire des cocktails sur le pont d'un yacht? »

Afficher en entier

Dédicaces de Camille Brissot
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Rageot : 8 livres

L'Atalante : 3 livres

Syros : 3 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode