Livres
447 401
Membres
387 891

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Geoffrey Claustriaux

54 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par lninwonderland 2014-10-15T13:21:04+02:00
de

Biographie

Geoffrey Claustriaux est un auteur belge né en 1985. Passionné de littérature et de cinéma, il voue une grande admiration aux auteurs H.P. Lovecraft et Stephen King.

Il est actif depuis plusieurs années dans le domaine des critiques cinématographiques et plus particulièrement dans le cinéma de genre (Horreur, Fantastique, Science-fiction et Fantasy).

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.6/10
Nombre d'évaluations : 23

0 Citations 37 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Geoffrey Claustriaux

Sortie Poche France/Français : 2018-02-20

Les derniers commentaires sur ses livres

Les Royaumes éphémères, tome 1 : L'odyssée du jeune fauve

- Ce que j'ai aimé

Tout d'abord, la couverture (et surtout celle de Livr'S Éditions). Des couleurs vives et chaleureuses pour appâter l'oeil du touriste égaré telle la sirène sur son rocher appelant le marin malheureux qui…. Ahem…. Bref, le travail est remarquable et lorsque vous détenez les six tomes, vous pouvez les aligner pour découvrir une magnifique mosaïque. Cette même version a été retravaillée et largement dégraissée de toutes ses éventuelles longueurs, coquilles et répétitions pour un rendu beaucoup plus fluide et avec une bonne centaine de pages en moins par rapport à la version de Mon Petit Éditeur.

L'écriture de l'auteur. Efficace, simple, sans fioriture. Elle a la particularité de nous entraîner à travers les yeux de David, et de Matthew par la suite, avec justesse et nappée d'émotions. Comme cité plus haut, la plume sait nous transporter et nous mettre à la place du héros, nous permet de nous identifier à lui malgré son jeune âge.

Toujours dans l'écriture, les scènes sont particulièrement bien détaillées, surtout les scènes de combat où l'auteur excelle. le combat final me renvoyait à cette époque où je regardais les mangas à la télé, où chaque adversaire se surpassait à chaque fois pour mettre à terre l'autre sur plusieurs épisodes, découvrant des ressources improbables. C'est imagé et détaillé pour une immersion complète de l'action.

Geoffrey nous accompagne, encore une fois à travers les yeux de David, dans un univers très différent du nôtre (le Monde des vivants est ici nommé le Monde des Réceptacles et lorsque l'on meurt dans les Royaumes Éphémères, notre âme retourne dans le Monde des vivants). L'on apprend l'existence de différents stades de magie (D, C, B, A et S), différentes castes (Les Bullomages, les Fulvus, les Shreid,…), une faune impressionnante (les Gnomes de Magma comme Nagmi, les loups d'écailles, les Méta-Tortues, les Flotticores,…), des potions (comme le Mimétisme Métallique, impressionnant), des villes et j'en passe et des bonnes idées pour enrichir cet univers.

Je pense que, pour une raison inconnue, on ne s'attend pas à une telle qualité pour un premier tome, avec une telle créativité et un divertissement de tous les instants. Même si le fond reste classique, la forme donnée par l'auteur nous plonge dans une aventure assez unique qui, malgré ses ressemblances avec d'éventuelles autres oeuvres, n'a pas à rougir face à la concurrence française et anglo-saxonne.

La fin du livre propose son lot de surprises et de questionnements pour la suite. On a hâte de se procurer la suite pour continuer cette fabuleuse aventure !

- Ce que j'aurai aimé, ce qui m'a dérangé

Pour le coup, j'ai lu la première édition du livre (de chez Mon Petit Éditeur). Heureusement, il y a une version corrigée. Car cette parution est truffée de fautes, de répétitions et d'oublis de mot. J'ai été inspiré d'attendre si longtemps avant de le chroniquer car j'aurai vraiment eu du mal à l'époque à donner un avis sur cette première version. Mais l'auteur a commis une erreur de jeunesse et je ne doute pas que la nouvelle édition est largement supérieure à celle que j'ai pu lire aujourd'hui. La première édition notait également en bas de couverture –>Science-fiction. La deuxième édition note en bas de couverture –> Fantastique. L'auteur annonce un livre Fantasy. Les personnages principaux ont tous vingt ans ou moins –> Young Adult. Faudra un jour tirer cela au clair mais ce livre n'entre clairement pas dans le rayon Science-Fiction (merci la réédition !), mais je chipote.

Sinon, pas de points négatifs majeurs.

On regrettera peut-être que Balin et Milia (et Garvin dans une moindre mesure) ne soient pas plus approfondit psychologiquement. Balin est souvent absent malgré un rôle très important et Milia est une réplique trop clichée de la dure au coeur tendre. Quant à Garvin, il est très (trop ?) lisse, trop juste dans sa psychologie. À voir comment ils évolueront au fil des tomes.

On peut éventuellement citer le manque total d'affection et de souvenirs de David vis-à-vis de ses parents une fois mort. Alors oui, il pense parfois à sa copine qu'il a laissée dans le Monde des Réceptacles et cherche à retrouver son frère Adam, décédé quelques années plus tôt, dans les Royaumes Éphémères, mais tout de même. Pas une mention de ses géniteurs lorsqu'il fait allusion à sa vie d'avant. Pareil pour Garvin lorsque son village se fait raser par les Shreid, il ne pense même pas à les retrouver. Bizarre. Ceci a peut-être été corrigé dans la deuxième édition (ou peut-être ai-je loupé un paragraphe, ce qui n'est pas impossible).

Certains soulignerons peut-être que c'est encore une fois un jeune sans expérience qui va venir à bout de dangers beaucoup plus gros que lui et vaincre des ennemis que même les plus expérimentés ont du mal à éliminer. Bon, si on est pas fan du genre, cela peut peut-être gêner. Si l'on est amateur de Young Adult, on peut se dire que la sauce a déjà été servie de la même manière dans d'autres plats. Mais à priori, vous vous immergerez sans soucis et prendrez plaisir à lire. Laissez-vous aller et appréciez l'évasion proposée par l'auteur.

Je suis généralement assez sévère, même pour les livres que j'aime. Mais pour le coup, mis à part ces deux-trois éléments qui n'entravent en rien une lecture agréable, je n'ai vraiment pas grand chose à redire.

- Conclusion

Du Harry Potter like tombé dans le jardin d'Alice au Pays des Merveilles avec des influences asiatiques (Mangaaaaaaa…..Hum) sur fond de quête initiatique Young Adult. Avec ces ingrédients sur le papier, l'on peut imaginer que cela a un goût de déjà vu ou bien que Tim Burton s'est proposé pour un nouveau tournage tordu après un voyage imbibé de saké au pays du Soleil Levant. Rien de tout ceci. Oui, le fond est peut-être relativement classique, mais la plume et la créativité de l'auteur nous emmènent dans une évasion où l'imaginaire est Roi, où la guerre entre Nephilims (mages purs) et Aceriis (mages aux pouvoirs développés par des implants cybernétiques) fait rage dans les Royaumes Éphémères (lieu où les âmes des morts renaissent pour y vivre éternellement jusqu'à une nouvelle mort pour redescendre dans le Monde des vivants), où un héros un peu pommé va se retrouver propulsé dans un univers où il ne contrôle rien et fera face à de multiples difficultés. Dans ce chaos, l'amitié et la force de caractère seront des atouts majeurs pour surmonter chaque obstacle.

Il manque peut-être ce petit quelque chose, un « je ne sais quoi » pour que cela soit un vrai coup de coeur, impression sans doute flouée par les fautes de la première version, corrigée dans une superbe réédition de chez Livr'S Éditions que je me procurerai avec grand plaisir. Peu amateur de Young Adult, j'ai été très enthousiaste par la qualité de l'histoire, mais ceux qui en connaissent les codes auront peut-être un goût de déjà vu, mais ils passeront sans aucun doute un très bon moment.

Bref, entrez sans hésiter dans cette aventure surprenante et fabuleuse, divertissante à souhait, façonnée par un auteur de plus en plus reconnu et qui fait partie de cette nouvelle vague d'auteurs belges prometteurs dans les univers de l'imaginaire.

La suite de l'article c'est par ici --> https://evasionimaginaire.wordpress.com/2018/03/07/les-royaumes-ephemeres-tome-1-lodyssee-du-jeune-fauve-les-premisses-dun-cycle-ambitieux-et-surprenant/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Artemyss 2018-03-09T12:50:21+01:00
Sans nouvelles

Du bon et du meilleur, désagréable par moment, assez dérangeant et finissant le plus souvent mal ... ce genre de nouvelles me laisse sur ma faim : trop court et avec un dénouement rapidement prévisible ... j'aurais aimé un suspens plus grand mais impossible quand le nombre de pages est limité : dommage ! Idéal pour découvrir la manière d'écrire d'auteurs moins connus... c'est la raison pour laquelle j'adore ce genre de recueils !

Afficher en entier
Chroniques de l'Après-Monde

Très bon roman.

Même si le début nous laisse penser à un roman inspiré du jeu Fallout, l'écriture et la qualité des personnages (enfin, surtout de Casca, l’héroïne) nous fait oublier le jeu vidéo pour nous plonger dans l'univers et les aventures.

La style à la première personne racontant son histoire en hésitant pas à ajouter des remarques sur le futur de l'histoire, faisant monter la tension, est ce qui rend le roman vraiment addictif.

Bravo monsieur Claustriaux, j'ai décidé de rentrer dans votre littérature via ce roman, et je n'ai pas été déçu.

Afficher en entier
Chroniques de l'Après-Monde

Malgré un début de livre très prenant et une apocalypse très intéressante, l'univers post-apocalyptique en lui même manque de finalité, de logique, d'originalité et de subtilité. Les meilleurs idées sont des reprises d'œuvres (telles que Fallout, Mad Max, Fallout, la Machine à explorer le temps, Fallout, etc) et de l'Histoire humaine. Ce qui est bien dommage, puisque l'univers post-apocalyptique permet aux auteurs de remodeler notre monde en jouant de leurs imaginations (tel que l'a fait Bernard SIMONAY dans le Phénix). Ce n'est pas un mauvais roman mais c'est loin d'être le meilleur dans le genre post-apocalyptique.

Afficher en entier
Les Royaumes Éphémères Tome 2 : La Chute du Magentist

https://revesetimagines.blogspot.fr/2018/04/les-royaumes-ephemeres-tome-2-la-chute.html

J’ai retrouvé la plume précise et descriptive de l’auteur. Il nous dévoile un peu plus de l’univers politique présent et passé de ces terres. Et je pense que les révélations futures font faire du bruit. J'ai également beaucoup apprécié les créatures qui apparaissent dans ce tome. Pour conclure, malgré la pause que j’ai dû m’imposer, ce second tome se lit avec facilité, les scènes se suivent et ne se ressemblent pas, et les personnages paraissent plus humains (dans le sens où des sentiments sont dévoilés plus clairement).

Ce fut une bonne lecture et d’après ce que je sais, c’est très loin d’être terminé puisque 4 autres tomes sont à suivre… avec des couvertures tout aussi sublimes !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Masa50 2018-09-02T19:32:38+02:00
Sans nouvelles

Ces derniers temps, j’ai beaucoup de mal à lire. Cette difficulté est en partie due à une fatigue. Je me lasse très facilement. J’ai enchaîné les abandons. Alors, je me dis qu’un petit recueil de nouvelles, par sa taille, et surtout la présence du Maître de l’horreur en la personne de Graham Masterton, devrait me rebooster.

Je ne me cache pas, si j’ai acheté ce livre – très cher soit dit en passant, puisqu’il coûte 18 balles pour un format proche du poche – c’est pour la plume de l’écossais. Si je n’avais pas vu qu’il avait écrit un texte inédit, je n’aurais jamais appris l’existence de ce livre. Cela dit, je suis curieux de découvrir ces nouvelles têtes.

Ils sont six auteurs à avoir répondu à l’appel de l’écriture. Le thème de cet ouvrage est la disparition. « Sans nouvelles » est un jeu de mots pour ce recueil.

→ Au cœur de l’horizon ~ Geoffrey Claustriaux ☆

Cette première nouvelle est écrite par un belge. Nous suivons deux enfants kidnappés. Autant le dire tout de suite : c’est le néant. L’écriture est faible, le scénario est peu intéressant. Même si la pointe de fantastique est intéressante, j’ai vraiment été déçu.

→ De l’autre côté ~ Christelle Colpaert Soufflet ★

Cette auteure a de l’idée, mais sur la forme, c’est très limité. La narration épouvantable à la première personne m’a énormément gêné. C’est un procédé totalement impersonnel. Ça regroupe tout ce que je déteste. C’est à la fois lent et surtout bourré de descriptions. On y trouve aussi quelques clichés mère/fille-ados-rebelle. Outre cette faiblesse d’écriture, l’idée est très intéressante.

→ Enquête en sang trouble ~ Hélène Duc ★★★★

Enfin, je découvre une nouvelle sous le signe du thriller horrifique. Nous suivons un ancien flic devenu détective privé. On lui confie une enquête de disparition. Si j’ai déploré un manque d’adresse dans l’écriture – un exercice compliqué –, ici, c’est fluide. C’est plus agréable. L’histoire sombre et glauque est sympathique. J’ai même aimé cette fin. Ça m’a même donné l’envie de découvrir cette auteure. En fouillant un peu, je vois qu’elle a publié quelques textes dans des recueils collectifs à thèmes.

→ Nagovor ~ Alexys Méan ☆

Bon, bah j’avais beaucoup apprécié le précédent texte, ici je retrouve la pauvreté d’écriture. Sous forme d’un journal de bord, l’auteure nous convie à suivre une tragédie dans l’Oural suite à une expédition avec des russes. C’est plein de cliché, c’est aussi plat au niveau des dialogues et surtout grotesque avec une sorcière nommée Baba Yaga. Bon, je croyais qu’avec un nom aussi ridicule c’était inventé, mais finalement non. Elle existe réellement. Sauf que… n’est pas Graham Masterton qui veut. Ce texte est tellement long, que je ne l’ai pas fini.

→ La boîte ~ Marie Stengel ★★

C’est la nouvelle la plus courte avec 7 pages. Si l’histoire est correcte, l’écriture est mieux maîtrisée que les autres (à l’exception d’Hélène Duc). Cela dit, on aurait aimé un peu plus de consistance.

→ Sous les draps ~ Graham Masterton ★★★★

Une nouvelle corde à son arc, notre écossais préféré nous conte une jolie fable. Un jeune enfant à l’imagination fertile s’imagine des mondes fantastiques pour s’endormir. Le début sympathique, mais un peu poussif, s’enrichit de ténèbres par la suite. Le Maître l’horreur nous donne une belle leçon d’angoisse. Si on s’enfonce de plus en plus dans notre plumard, nous pouvons nous immerger dans un monde de cauchemar. Il nous conclut son texte par une fin étonnante.

Un ouvrage assez cher, mais agréable et orné de belles illustrations. Même si je râle sur la faiblesse d’écriture de la plupart des auteurs présents, j’ai plutôt passé un bon moment de lecture. J’ai fait une belle découverte avec Hélène Duc et j’ai adorer retrouvé l’un de mes écrivains préférés.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bluenn 2018-11-21T21:37:24+01:00
Kidnapping

Ma chronique complète: https://ombrebones.wordpress.com/2018/11/21/kidnapping-geoffrey-claustriaux/

J’ai trouvé ce texte très bon dans le genre où il officie. En général, je n’en lis pas beaucoup parce que je trouve difficile de toucher le lecteur d’horreur, de réussir à le choquer sans que ça ne devienne ridicule ou exagéré. Ici, Geoffrey Claustriaux est parvenu à ses fins. Kidnapping ravira les amateurs d’horreur bien gore et sans censure, qui tomberait presque dans le grand-guignolesque sans l’aspect psychologique pregnant au fil des pages. Ce n’est pas une histoire qu’on retient pour ses protagonistes ou pour son intrigue, mais plutôt pour son propos et sa portée significatrice. J’ai un peu de mal à parler et à qualifier ce texte, je l’admets sans honte. Il appartient à cette catégorie de livre qu’on vit plutôt que d’en parler. Ce qui est certain… C’est qu’il ne vous laissera pas indifférent !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jonatjackson 2018-12-08T23:04:53+01:00
Kidnapping

Un cauchemar qui devient livre. Voilà l'étrange histoire de l'auteur ayant retranscrit sur papier ce ré sordide d'adolescents enlevés par des soldats S.S. en pleine forêt allemande. Oui il y a du sang, oui il y a des viscères, oui il y a... ahem... mais ce n'est pas de la violence gratuite écrite par l'auteur juste pour enrober une histoire sans fondement. Que néni mes amis, le background est bien ficelé, les atrocités que subissent les jeunes gens ont toutes une explication et les parallèles avec l'un ou l'autre film d'horreur n'est pas à exclure. Les fans du genre adoreront, les autres auront peut-être plus de mal mais je les invite néanmoins à tenter l'expérience, ne serait-ce que pour l'intrigue. Au-delà des scènes sanglantes, la réflexion sur la noirceur de l'âme humaine est à mettre en avant et vous confortera dans ce sentiment de malaise qui vous tiendra en haleine tout du long. Les rapports de police et les passages manuscrits d'un journal intime apporteront leur lot d'authenticité au livre, vous rapprochant comme jamais au cœur des horreurs qui vous attendent. N'oublions pas la fin avec ce côté Fantastique bienvenue pour un final surprenant. Bien que j'ai adoré le récit dans son ensemble, quelques petits points noirs viennent légèrement baisser une note pourtant très bonne, je pense notamment à quelques maladresses d'écriture ou au manque de quelques pages supplémentaires pour développer les personnages ou d'autres scènes de l'histoire. Mais il paraît que lorsqu'on en veut plus, c'est que c'est du bon ;-) Livre à ne pas mettre entre toutes les mains et à éviter si vous pensiez partir prochainement en Allemagne profonde. Schuss ;-)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Allright 2018-12-27T15:41:37+01:00
Kidnapping

Kidnapping résonne comme un cauchemar, avec les qualités et les défauts qui s'y rapporte. Tantôt surprenant, inattendu, tantôt peut-être légèrement décousu. Il n'en demeure pas moins un (trop) court roman à l'ambiance Battle Royale agréable que j'aurai aimé parcourir plus longtemps.

Très bon point pour les pensées adolescentes assez bien retranscrites, même si ceux-ci ont tendance à sous-réagir face à l'ampleur des événements.

Il en ressort un récit intéressant, mais avec un goût de trop peu. Comme si tout n'avait pas été dit, comme si toutes les intrigues et relations n'avaient pas été exploitées. Quel dommage !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FungiLumini 2019-01-01T18:19:32+01:00
Kidnapping

Un huis clos prenant : les étudiants parviendront-ils à échapper à l’étrange communauté qui les a kidnappés ? Du sang, de la violence, des trahisons qui mènent à la mort de l’un pour la survie de l’autre. Une brutale fin de l’insouciance dans cet enfer à ciel ouvert. Ce livre plaira aux amateurs d’horreur, mais n’est certes pas à mettre entre des mains innocentes.

En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2018/12/31/kidnapping/

Afficher en entier

Dédicaces de Geoffrey Claustriaux
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Livr'S Editions : 13 livres

Mon petit éditeur : 3 livres

Terres de Brume : 1 livre

Éditions Dricot : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode