Livres
424 499
Membres
343 940

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Kazuma Kodaka

Activité et points forts

Thèmes principaux

Classement dans les bibliothèques

Diamant
155 ajouts
Or
217 ajouts
Argent
115 ajouts
Bronze
91 ajouts
Lu aussi
209 ajouts
Envies
77 ajouts
PAL
46 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.28/10
Nombre d'évaluations : 32

0 Citations 51 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Kazuma Kodaka

Sortie France/Français : 2018-06-28

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Meloxinia 2015-07-18T13:11:51+02:00

Le premier manga Yaoi que j'ai lu, et j'ai pris énormément de plaisir à le relire.

Les oeuvres de Kazuma Kodaka restent particulières pour moi et je me fais toujours un plaisir de les lire quand elles sortes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par horselove 2016-04-08T19:18:13+02:00

Le scénario est un peu spécial mais j'ai bien aimé retrouver le point commun identique à toutes ces petites histoires différentes

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zaphrinamakichan 2016-08-31T15:05:17+02:00

http://lafetedesmots.blogspot.fr/2016/09/ikumen-after-tome-1-de-kazuma-kodaka.html

C'est trop mignon...Les graphismes sont bien faits même s'ils ne sont pas non plus exceptionnels. Néanmoins, ils sont expressifs et font sourire par moment. L'histoire est simple et sans fioriture. On ne tourne pas autour du pot pendant cent sept ans et tant mieux. Monsieur Asakura est un homme blessé un peu dépassé par sa situation et l'éducation de son fils. Il n'est pas perfectionniste mais a peur de tout rater. Il tient à son fils plus que tout au monde au point de s'angoisser pour un rien. Son fils, Hiromi, est mignon comme tout en adoration devant son papa pour qui il s'inquiète. Kentarô est la bonne humeur même. Il sourit tout le temps et contamine les autres. Il n'est pas parfait, fait son possible pour combler son fils malgré ses difficultés financières. Rien que pour ça, on l'adore. Son fils, Motoki est juste tordant. Il oublie vraiment de se taire par moment et il a une énergie débordante. Son père doit être épuisé de temps à autres. Enfin, Haru, l'un des employés de la maternelle, est à lui tout seul l'humour et le sarcasme incarné. Le nombre de fois ou il remet les deux pères à leur place...Limite, il les éduque et les dispute comme des enfants. Par contre, pour les enfants, c'est du pain bénit. Ils l'adorent et le lui rendent bien. Haru est franc et direct. Il dit les choses comme il les pense que ça plaise ou non.

Petite précision : le thème de ce manga n'est pas seulement l'homosexualité mais également l'homoparentalité. Je suis ravie que ce thème soit traité en sachant qu'au Japon, c'est un sujet tabou et qu'un homme élevant son enfant seul est déjà pointé du doigt. J'espère qu'il fera bouger les mentalités un minimum. Certes, on pourrait reprocher deux ou trois petites choses vis-a-vis des enfants mais la pudeur des deux papas est aussi importante. Le plus drôle dans l'histoire concerne la réaction des enfants. Les parents pensent pouvoir cacher ou ignorer la situation mais leurs enfants leur disent plus ou moins ce qu'il va se passer. C'est vraiment marrant.

En bref, ce manga est vraiment mignon et rafraichissant dans un genre qui a du mal à se renouveler. De plus, cette thématique est très peu traitée à ma connaissance que ce soit en roman ou manga. Je continuerais avec plaisir cette série. D'ailleurs le prochain tome sort fin septembre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PaulineLambrechts 2016-09-21T18:12:57+02:00

C'est un manga mignon tout plein, avec de beaux dessins et une histoire touchante. Mais il ne m'a pas rendu accro et je n'ai pas fini ma lecture par un "waouh trop bien"..

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zaphrinamakichan 2016-12-12T06:13:44+01:00

http://lafetedesmots.blogspot.fr/2016/12/ikumen-after-tome-2-de-kazuma-kodaka.html

Deuxième et dernier tome de ce manga. J'avoue être assez surprise de constater qu'il n'y a que deux tomes. J'ai un peu un sentiment de manque à la fin du manga. Je me suis dit "vivement la suite" pensant qu'il y en aurait une. Et bien non. En même temps si la série avait continué, peut-être que cela aurait été lassant. Dommage au vue du thème abordé. Je pense que cela aurait été intéressant de voir la réaction des enfants et les parents leur expliquer ce qu'il en est de leur relation.

Concernant les dessins, certes ils ne sont pas exceptionnels mais je les trouve mieux que sur les précédents. J'ai beaucoup aimé les graphismes concernant Asakura. Ses réactions comme celles de Kentarô sont très bien mises en évidence non seulement par le texte mais également dans le dessin très expressif. Autre chose que j'ai apprécié, c'est le fait qu'on ne tourne pas en rond. Les personnages se cherchent mais pas pendant douze tome. Ils ne peuvent pas lutter contre leur sentiment.

Les personnages sont touchants chacun à leur niveau. Asakura semble pure alors qu'il ne l'est pas tant que ça. Il est très sensible et un peu naïf mais en a conscience sans parler de sa gentillesse et bonté. Kentarô n'est pas très doué et pense surtout à trouver une solution à ses problèmes qui ne l'arrange pas forcément. Quand aux enfants, je les adore. Ils m'ont bien fait rire. Entre leur innocence et leurs réflexions si honnêtes. Le mieux c'est leurs pères qui pensent les protéger alors qu'ils sont loin d'être bête ces enfants.

Les thèmes abordés restent autour de l'homoparentalité ainsi que la découverte de l'homosexualité mais pas seulement. Le regard des enfants est très important. Les parents réagissent comme tout le monde. Ils ne veulent que leur bien mais les enfants acceptent très bien la situation. Petit reproche mais partiel : leur relation est cachée aux yeux du monde sauf leur proche évidemment. On maintient la honte et c'est dommage. Même si cela reflète une réalité.

En bref, un second et dernier tome génial qui se lit très vite même trop à mes yeux. Je trouve la fin très bien. Elle nous laisse le loisir de choisir la suite à donner à ce couple attachant et à leur vie de famille.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Parthenia 2017-01-07T19:15:00+01:00

Je vais être honnête d'entrée de jeu : je suis passée à côté de ce manga, qui faisait trop... manga ! Entendez par là qu'il me faisait penser aux anime que je visionnais adolescente, avec les codes graphiques et les attitudes expressives à outrance... Cela m'agaçait déjà un chouia à cette époque (bon, Ok, j'avoue : voir Laura assener une grosse massue sortie de nulle part sur la tête de Nicky Larson pour exprimer sa colère me faisait rire !), mais étant plus jeune, je me montrais plus indulgente et arrivais à passer outre. Là, j'avoue que ça a vraiment coincé !

Vous me direz qu'en choisissant de lire un manga, j'aurais dû accepter par avance ces codes narratifs un peu exagérés, sauf que les mangas que j'ai lus jusqu'à présent en étaient plus ou moins dépourvus. A croire que j'ai bénéficié jusqu'ici d'une chance insolente !

Bref, j'ai trouvé en outre l'histoire bien niaise et les personnages assez caricaturaux. Leur relation se noue très rapidement. C'est dommage car les thématiques abordées (la monoparentalité, l'homoparentalité, le transgenre) étaient très intéressantes, d'autant plus que l'auteure a su se montrer pleine de bienveillance et de tendresse pour ces deux pères célibataires un peu débordés tout en traitant parfois le sujet avec beaucoup de finesse. Je n'ai du coup pas compris pourquoi les tentatives de Kentarô pour séduire monsieur Asakura étaient à ce point grossières, gâchant la fraîcheur de la romance.

Autre petit point négatif : je n'ai réussi à retenir le nom des différents protagonistes qu'à la fin.

Concernant le graphisme, celui-ci est vraiment très joli, servant à merveille cette petite histoire tout mignonne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Keikana 2017-03-18T15:00:34+01:00

En japonais, le mot iku-men est une association du kanji « élever » et de l’anglais « men ». Il désigne les pères célibataires élevant seuls leurs enfants. C’est un phénomène qui, s’il existe depuis pas mal de temps déjà, est de plus en plus remarqué et reconnu dans la société nippone. En plus d’aborder cette singularité déjà importante, le manga de Kazuma Kodaka touche aussi les sujets sensibles de l’homosexualité (encore très mal vue au pays du soleil levant), du transgenre (qui est très fréquent mais aussi très moqué) et de l’homoparentalité.

Tous ces thèmes réunis m’ont rendue très curieuse car je suis attentive à ces questions et je pense que nos sociétés ne souffriraient pas d’un peu plus de représentations de la communauté LGBT. Et j’ai été agréablement surprise par ma lecture!

La fiction yaoi sert souvent de prétexte à une très grande légèreté dans le traitement du récit et à l’accumulation d’énormités scénaristiques qui me plait peu en général. Mais dans ce premier tome, point de tout cela. Certes, les caractères des personnages sont un peu typés et leurs dialogues parfois peu naturels mais ce n’est pas rare dans les mangas. L’histoire n’en est pas moins touchante et drôle. Ici, la trame n’est pas qu’un prétexte à l’érotisme, on voit un travail sur les relations, les passés des personnages et la mise en place d’intrigues futures. Mais, bien sûr, seuls les prochains tomes pourront prouver la véritable profondeur de ce manga.

Les thèmes sont abordés avec réflexion, franchise et bienveillance sans stéréotypes ou moquerie. La tension amoureuse, bien que classique, est bien dosée et efficace. On sent aussi que les choses vont vite évoluer et que les prochains tomes ne seront pas à mettre dans de trop jeunes mains.

Une lecture courte, positive, pleine d’humour et de passion qui me permet de faire une pause colorée et bienvenue dans la lecture d’un gros pavé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lilylelfe 2017-04-28T23:20:36+02:00

Aujourd'hui, laissez-moi vous parler d'un manga qui m'a vraiment émue.

Bon, tout d'abord, soyez prévenus (remarquez, l'image est sans doute claire là-dessus!), il s'agit d'un yaoi (pour les non-initiés: romance homosexuelle). MAIS c'est le type de yaoi qui pourrait parler même à des gens qui n'aiment pas ce style, car ici, pas de scènes "trash", une histoire toute douce, émouvante, qui avance une réelle problématique d'une manière joyeuse, lumineuse, touchante.

Quand deux papas solos se rencontrent et deviennent amis, réunis par leur propre solitude, dépassés par les tâches quotidiennes qui les font lutter pour rendre leurs bout'chous heureux, les nourrir, prendre soin d'eux. Les deux garçons, Mitoki et Hiromi, sont immédiatement devenus amis (avec un peu d'humour, Mitoki croit au départ que son nouvel ami tout mignon est une fille... lol), et ils permettent à ces deux pères solitaires et débordés de faire connaissance. Touchante amitié qui démarre par le biais des deux bambins...

Kentarô est gay, et tout de suite attiré par monsieur Asakura. Son ex femme est partie, et lui a laissé la garde totale de l'enfant, il l'assume tout seul, en bossant dur pour la survie de sa petite famille. Malgré leur pauvreté, Kentarô et Mitoki sont joyeux, heureux, désinvoltes. Evidemment, derrière ce miroir, c'est pas tous les jours facile pour le papa solo...

Monsieur Asakura a perdu son épouse trois mois auparavant dans un accident de voiture. Il est dépassé, malheureux, ne parvient plus à sourire, et il voit avec désarroi son fils, Hiromi, avoir cessé de sourire lui aussi, et être devenu incontinent. Nerveux, confus, perdu, il ne sait plus comment gérer sa situation, et comment rendre le sourire à son fils.

Deux hommes totalement différents, avec deux modes de vie à l'opposé (monsieur Asakura vit dans un bel appart, il a pas mal d'argent), qui pourtant se rencontrent face à une même problématique, et deviennent très proches, se soutenant, s'épaulant, trouvant ensemble la force d'avancer et de reprendre confiance en la vie. Mais évidemment, petit à petit, leur relation se couvre de sous-entendus, de flou, alors que Kentarô tombe amoureux de son nouvel ami et n'ose pas lui avouer de peur de se faire rejeter... Et si monsieur Asakura, perdu dans le flot de sa vie, n'attendait qu'un geste de lui?

Un big up pour le personnage d'Haru, le maitre d'école, qui est dans ses "temps perdu" un "slutty gay" et plein de surprises. Il est l'ami de Kentarô, et son rôle de confident est vraiment drôle, et inattendu de la part de celui qui veille sur les enfants de l'école... Ce qui ne l'empêche pas d'être génial avec les enfants, d'ailleurs, aussi! ^^

J'oubliais, les dessins sont vraiment sympa, jolis, agréables, les personnages sont beaux et bien faits... Un manga comme je les aime, quoi ;-)

Il y a deux tomes. Il n'y aura apparemment pas de suite, hélas :'( Un petit manga court, tout doux, tout mignon, plein d'amour, d'humour, d'émotions, à découvrir, vraiment. A part des baisers échangés, pas de scènes érotiques (si, on voit sur l'écran de l'ordi de Kentarô un porno mais la scène est cachée par les bulles, c'est vraiment pas le sujet de ce manga que de montrer du cru ^^).

Allez, filez lire ça! Et enjoy! Dans le monde dans lequel nous vivons, un peu de douceur et d'amour, ça fait chaud au coeur, même si ce n'est pas, ici, un amour très "commun".

Gros coups de cœur pour ce manga.

Aurélie, pour le blog d'Amabooksaddict http://amabooksaddict.blogspot.fr/2017/09/chronique-ikumen-after-kazuma-kodaka.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par YesAgainOneMorePage 2018-06-04T15:33:48+02:00

Une intrigue original et dans le thème du fantastique/ surnaturel, ça change des Yaoi scolaire!

Néanmoins, l'histoire n'est pas assez travail: On ne sait rien sur notre personnage principal, Cain: Pourquoi à t-il choisit cette profession, quel est sa vie privé, d'ou viens ce pouvoir... ?D'ailleurs, nous ne savons rien non plus sur ce fameux pouvoir. L'auteure laisse un trop grand flou. On comprend simplement que le thérapeute semble plonger ses clients/patients dans leurs rêves, sûrement grâce aux odeurs.

Les scénarios des sept chapitre (enfin, mise à part le dernier, audacieux de la part de la mangaka!) suivent le même déroulement, dommage. Les personnages et les duo sont également très similaires (encore une fois, le chapitre sept est l’exception à la règle.) au niveau de la personnalité: Tout les personnages ont à peut près le même style de blocage: au niveau de la confiance (en soit et en autrui) de la timidité ou de l'attachement.

Et les chapitres finissent de la même manière, des couples ce formes, il n'y à pas la place aux sentiments à sens unique, au "sexe friends" ou même aux déceptions.

http://yesagainonemorepage.blogspot.com/2018/06/a-sex-therapist.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lady-chat 2018-06-10T10:47:11+02:00

J'ai trouvé que l'histoire était très originale, j'ai vraiment apprécié ! Les dessins sont beaux, et les sentiments sont bien décrit. Très belle lecture.

Afficher en entier

Les gens aiment aussi

Dédicaces de Kazuma Kodaka
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Tonkam : 22 livres

Taifu Comics : 3 livres

Biblos : 1 livre

IDP : 1 livre

Kaiousha : 1 livre

Boy's Love - IDP : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode