Livres
477 318
Membres
457 708

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nicolas Vanier

537 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par 21la 2012-06-03T15:59:07+02:00

Biographie

Nicolas Vanier nait le 5 mai 1962 à Dakar au Sénégal, puis fait ses études au lycée agricole de Montargis. Il est lauréat de la fondation Zellidja.

Passionné par le Grand Nord dès l'adolescence, il commence ses expéditions en traversant à pied la Laponie en 1982. En 1983, il s'attaque au Grand Nord québécois sur les traces des indiens Montagnais. Il explore plus avant le nord canadien en traversant la péninsule du Nouveau-Québec-Labrador avec des traîneaux à chiens. Cette exploration fera l'objet d'un premier ouvrage, Grand Nord et d'un documentaire télévisé pour Antenne 2.

Il parcourt en 1986 et 1987 les montagnes Rocheuses et l'Alaska, en trois étapes, avec les moyens de locomotion traditionnels de ces régions. Une partie est effectuée à cheval, partant du Wyoming jusqu'à la Colombie-Britannique. Douze chevaux suivent l'expédition, cinq servent de monture à l'équipe, composée de quatre hommes et une femme, les sept autres portent l'équipement. Cette première partie du voyage, faute d'expérience en matière de bât, fut pour grande partie effectuée à pied. La deuxième étape s'effectue avec des attelages de chiens de traîneau. Ne pouvant parvenir au but de cette étape (Dawson) car coincé par l'arrivée du printemps, Nicolas Vanier part seul pour atteindre cette ville. La troisième partie s'effectue sur l'eau, avec la descente du Yukon en radeau de sapin et le passage des lacs et rivières en canoë jusqu'au détroit de Béring.

En 1990 et 1991, il entreprend la traversée de la Sibérie, partant de Mongolie pour rejoindre l'océan Arctique, pour une expédition de 7 000 kilomètres. Soucieuse d'adopter les moyens de déplacement locaux, plus adaptés à ces voyages de l'extrême, son équipe utilise le cheval, le poney, le traîneau à chiens, les rennes et les canoës pour se déplacer.

En 1993, il retourne en Sibérie, où il partage le quotidien d'une famille d'éleveurs nomades évènes.

De 1994 à 1995, il entreprend avec sa femme et sa fille, Montaine, alors âgée d'un an et demi, un voyage d'un an à travers les Rocheuses et le Yukon jusqu'en Alaska. Ils commencent leur périple à cheval, passent l'hiver dans une cabane de bois qu'ils construisent eux-mêmes et finissent leur périple en traîneaux à chiens.

Tout au long de ses périples, Nicolas Vanier a développé pour les chiens de traîneau une passion et une expérience qu'il met à l'épreuve en 1996 en participant à la Yukon Quest, course de 1 600 kilomètres à travers le grand nord canadien et l'Alaska, réputée pour être la plus difficile au monde.

Pendant les années qui suivent, il se prépare à l'Odyssée blanche, un voyage de 8 600 kilomètres qu'il effectue en 1999 avec son équipe en traîneau à chiens. Il part de Skagway en Alaska pour arriver jusqu'à Québec moins de 100 jours plus tard. Il rencontre lors de ce voyage Norman Winther, qui jouera plus tard dans son film le Dernier Trappeur.

Nicolas Vanier a aussi, avec son coéquipier Alain Brenichot, créé au Québec, à 60 kilomètres du lac Saint-Jean, le Camp des écorces [1], camp de base qui propose des aventures dans le Grand Nord.

Il participe en 2000 à la mise en place de l'association Les Fauteuils glissants, qui a pour objet de rendre accessible aux personnes handicapées moteur la pratique de la randonnée en traîneaux à chiens dans le monde. En 2002 et 2003, il participe à plusieurs course en traîneau à chiens, dont à nouveau la Yukon Quest.

En 2005, il participe au lancement dans les Alpes, sur le domaine skiable des Portes du Soleil et de la Haute-Maurienne-Vanoise, de la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc, une course de chiens de traîneau, première de cette envergure en Europe. La cinquième édition a eu lieu en janvier 2009.

Il prépare pour l'hiver 2005/2006 l'Odyssée sibérienne, un périple de 8 000 km et de 4 mois à travers la Sibérie qu'il effectue à raison de 80 kilomètres par jour avec un attelage de dix chiens, d'Irkoutsk à Moscou. Le départ a lieu le 1er décembre 2005 sur les bords du lac Baïkal.

En 2008, il tourne en Sibérie, pour le film Loup [2], qui sort en salle en décembre 2009.

Nicolas Vanier est parrain de la Fondation IDEE [3], dédiée aux épilepsies de l'enfant et de l'adolescent.

La course qu'il organise en Sibérie en 2008 est financée par Gazprom, de la neige est acheminée et disposée en tapis pour son arrivée sur la place Rouge. Les six moto-neiges Yamaha qui filment la course transportent des gardes du ministère de l'Intérieur.

Il annonce que après ce dernier voyage, il se consacrera désormais à la protection de la nature.

En 2008, il installe à Vassieux-en-Vercors une structure touristique en bordure de forêt. Bien que cette implantation soit située en zone non constructible, il annonce publiquement et sur son site qu'il est décidé à « Rendre à la nature ce qu'elle lui a donné pendant trente ans ».

En juillet 2010, il présente à la demande du groupe immobilier Nexity un projet de tour "verte" dans le quartier de la Défense.

En septembre 2010, il essaie sur le circuit de Linas-Montlhéry un prototype de formule 1 électrique, la Peugeot EX1 (240 kW soit 350 ch) qui s'avère être une des voitures électriques les plus rapides au monde, capable de passer de 0 à 100 km/h en seulement 4,4 secondes.

À cette occasion, il déclare devant Xavier Peugeot, directeur du marketing et de la communication : « C'est un peu plus rapide que mes chiens de traîneau, cependant la Peugeot EX1 véhicule des valeurs qui me correspondent: je suis de ceux qui croient au génie humain, je suis de ceux qui pensent qu'on peut respecter l'environnement sans régresser ».

En 2011, il soutient officiellement le chef Raoni dans son combat contre le Barrage de Belo Monte

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
134 lecteurs
Or
234 lecteurs
Argent
181 lecteurs
Bronze
115 lecteurs
Lu aussi
201 lecteurs
Envies
158 lecteurs
En train de lire
11 lecteurs
Pas apprécié
6 lecteurs
PAL
238 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.78/10
Nombre d'évaluations : 179

0 Citations 131 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Nicolas Vanier

Sortie France/Français : 2019-04-11

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par thierry76 2019-01-22T17:24:34+01:00
L'école buissonnière

très belle histoire.

Deux monde différent , celui de la ville et de la campagne.

Le petit Paul venant de la ville apprend vite les coutumes de la campagne et se montre très tolérant envers ceux qui le chahutaient

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ledesignerdu29 2019-04-14T17:28:18+02:00
Loup

Une histoire mémorable montrant la relation homme-animal sous un nouveau jour.

Très poétique !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SophieSonge 2019-05-02T08:03:50+02:00
Donne-moi des ailes

Quand Thomas du haut de ses quatorze ans part quelques semaines en vacances dans la ferme de son père en Camargue, il est un adolescent blasé, incapable de lâcher sa console de jeux. Rien ne laissait prévoir qu'il tomberait amoureux des oies naines et se retrouverait au centre d'un sauvetage incroyable et d'une traversée en ULM inoubliable...

Avec ce roman, on s'envole au-dessus des nuages, nous retrouvons notre âme d'enfant, enthousiaste, impatiente, passionnée. Thomas nous fait rêver, nous donne à voir la nature, les animaux sauvages comme nous ne les voyions plus.

On aime son histoire merveilleuse, sa fougue, sa détermination, le rapport étroit, les liens de confiance qu'il tisse avec ces oiseaux. On est ivre de vie ici, de liberté. On poursuit le rêve de Thomas, des étoiles plein les yeux, porté par les réminiscences du "merveilleux voyage de Nils Holgerson". L'écriture est fascinante, fluide, exaltante. Les paysages défilent, purs, instantanés, grandioses.

On parle d'écologie, de politique et d'urbanisation galopante. On s'attache à quelque chose de plus doux, véritable, sensé. Rien ne devient plus important que de vivre avec ses tripes, voir avec son cœur.

Les oiseaux nous montrent le chemin, l'évasion est unique, irréelle mais essentielle. Serez-vous prêt à les suivre dans cette aventure ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pepitou1 2019-05-30T17:48:32+02:00
Donne-moi des ailes

J'ai dévorée se livre

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aurora0310 2019-06-12T23:26:21+02:00
Belle et Sébastien

Une belle histoire comme le film. Ecrit bien et simplement. On arrive bien à se projeter dans les évènements c'est un joli voyage dans le passé troublant de la France pendant l'Occupation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Myfreizhbook 2019-07-29T22:32:28+02:00
Le Grand Brame

Je n'ai pas du tout accrocher, j'ai trouvé que ça manquait de suspense et d'actions. Ça m'a même sembler assez long à lire malgré les 240 pages.

Afficher en entier
Avec mes chiens : l'Odyssée sauvage

Superbe récit. L’auteur sait nous faire partager sa passion pour ces vastes étendues glacées. On sent bien qu’il aime ses chiens et ce qu’il fait, malgré toutes les difficultés rencontrées au cours de ce périple.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie-Helene-7 2019-10-08T13:53:14+02:00
Donne-moi des ailes

Un roman d’aventures lu d’une traite ! Tout y est : l’intrigue passionnante, la quête, les personnages aux caractères bien trempés qui se battent pour la cause de l’environnement et en particulier pour la sauvegarde d’une espèce en voie de disparition, dans un bildungsroman original.

Thomas, jeune garçon de 14 ans, est devenu ingérable et sa mère lui propose de passer trois semaines chez son père en Camargue, le temps qu’il reprenne ses marques. Ce dépaysement pour le petit Parisien ne sera que le début de nombreux bouleversements et d’une aventure fabuleuse, qui fera de Thomas un héros et un jeune-homme transformé, bien dans sa peau, avec un but dans la vie.

Un roman à l’écriture fluide qui ne laissera pas indifférent !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AuroreAylin 2019-10-15T13:00:50+02:00
Donne-moi des ailes

C’est en voyant la bande-annonce du film que j’ai découvert l’existence de ce roman. Ma curiosité autant que les bons moments passés en compagnie de Belle et Sébastien (films et livres !) m’ont poussée à me lancer dans la lecture de Donne-moi des ailes au titre si poétique.

Une belle aventure portée par un message positif : la protection de l’environnement. Un sujet « à la mode » et pourtant, des espèces disparaissent chaque jour. Un sujet qui ne peut que toucher, que ce soit un public adulte (dont je fais partie) ou un public plus jeune (celui sur lequel de nombreux espoirs se portent). À travers ce roman d’aventures, nous voyons d’ailleurs les différents points de vue s’affronter : celui des bureaucrates, celui des écologistes confrontés à la rude réalité administrative, et celui d’un adolescent de 14 ans idéaliste.

Alors certes, ce n’est pas réaliste, l’histoire de ce garçon qui prend les commandes de l’ULM pour sauver ses oies, se lançant dans un périple de la Norvège à la Camargue, mais ça fait du bien. Aux côtés de Thomas et ses oies fugitives, nous traversons des paysages magnifiques, nous vivons une aventure palpitante pleine de moments de doutes, de peur, mais aussi d’exaltation. Une véritable Odyssée des temps modernes, parsemée d’embûches, de rencontres et de belles découvertes. C’est un peu manichéen, sans doute, mais ça fait du bien.

On s’attache aux nombreux personnages : nombreux, oui ! Car il y a Christian, le père, Paola, la mère, Thomas, le fils, Björn, Diana... et 20 volatiles dotés chacun d’une personnalité, que l’on voit naître, grandir, évoluer et pour qui l’on se prend d’affection, nous aussi.

Au-delà de la fable écologique, c’est aussi l’histoire d’une famille, d’un père et de son fils, d’un couple qui s’est perdu et qui se rapproche, d’une passion dévorante capable de détruire ou de fédérer.

Le style est agréable, simple sans être simpliste, la narration au présent permet une immersion dans une histoire où chaque jour marque un événement dans la vie des oies et de leurs compagnons d’aventures.

Après lecture, je suis allée faire quelques recherches pour situer les événements réels qui ont servi de base à cette histoire et faire la part avec la partie fictive. Sauver des oies sauvages ? C’est un combat auquel le grand public ne pense pas. Mais le fait que des espèces courantes se trouvent aussi menacées amène une vraie réflexion sur le sujet. Bravo aux passionnés un peu fous qui osent se lancer dans un combat qui semble perdu d’avance pour tenter de préserver l’avenir

Afficher en entier
Commentaire ajouté par veroche62 2019-11-22T13:02:26+01:00
L'enfant des neiges

le besoin de parcourir le monde à l'aventure, en mettant la vie en danger de son enfant, que faut il en penser? j'avoue que je suis restée mitigée à la lecture de cet ouvrage

Afficher en entier

Dédicaces de Nicolas Vanier
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 10 livres

XO Editions : 9 livres

France Loisirs : 4 livres

Editions de la Martinière : 2 livres

Albin Michel : 2 livres

J'ai lu : 1 livre

Hachette Livre : 1 livre

Jean-Claude Lattès : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array