Livres
478 070
Membres
459 366

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sarah Raughley

635 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par TamaraCaron 2016-11-23T00:29:47+01:00
de

Biographie

Sarah Raughley grew up in Southern Ontario writing stories about freakish little girls with powers because she secretly wanted to be one. She is a huge fangirl of anything from manga to SF/F TV to Japanese Role Playing Games, but she will swear up and down that she was inspired by ~Jane Austin~ at book signings. On top of being a YA Writer, she is currently completing a PhD in English, because the sight of blood makes her queasy (which crossed Medical School off the list).

She is represented by The Bradford Literary Agency.

So far, you can also find her on Twitter, where work ethic goes to die

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
234 lecteurs
Or
338 lecteurs
Argent
185 lecteurs
Bronze
92 lecteurs
Lu aussi
92 lecteurs
Envies
802 lecteurs
En train de lire
47 lecteurs
Pas apprécié
25 lecteurs
PAL
468 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.9/10
Nombre d'évaluations : 399

0 Citations 162 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Sarah Raughley

Sortie France/Français : 2019-02-07

Sortie USA/English : 2018-12-04

Les derniers commentaires sur ses livres

The Effigies, Tome 2 : L'Assaut des ombres

J' ai beaucoup apprécié ce tome 2, plus que le premier.

Maia gagne en confiance en elle, s'affirme un peu plus et défend ses points de vues. Elle maîtrise mieux ses pouvoirs et affronte le danger même si elle ets morte de trouille. La relation qui lie les effigies entre elles se développe, ce qui les renforce face au complot émergeant au sein de la secte. Tout le monde est suspect, nous ne savons plus à qui faire confiance, qui est un traître, et les péripéties qui découlent des trahisons donne un excellent rythme à la lecture.

Et la fin, mais la fin ! J'ai tellement envie de me jeter sur le tome 3 !

Afficher en entier
The Effigies, Tome 1 : Les Flammes du destin

Wouaaah ! Juste wouaaah ! Ce livre est incroyable ! Les personnages sont incroyables ! Tout dans ce livre est incroyable !

J’ai dévoré ce livre en quelques heures et je suis tout simplement chamboulée ! L’histoire est tellement bien écrite qu’on ne s’ennuie pas une seconde ! Les rebondissements et les actions sont tous simplement géniale !

[spoiler]Et cette fin ?! Je veux la suite immédiatement ! Saul qui disparaît ! Et tout cette histoire avec Marian je ne sais pas quoi penser ! Une cinquième Effigies ? [/

Afficher en entier
The Effigies, Tome 1 : Les Flammes du destin

Cette historie est originale . J au bien aimé ! Dans un monde dystopique , il y a quatre filles qui sont des Effigies ( elles ont des pouvoirs , chaque une contrôle un élément ) quand une des filles meurt alors il y a un autre fille reçoit le pouvoir en question . C est ce qui est arrivé à Maia. Tout le monde dit que l ancienne Effigie de Feu , Nathalya , s est suicidée , mais Maia va découvrir que peut être que non ... Spoiler(cliquez pour révéler) Nathalya va lui montrer sa mort et Maia va découvrir que c est Rhys qui l a tué ! Mais Maia va croire que c est un faux souvenir . Alors qui croire, Nathalya ou Maia ?Dans ce monde , il y a des monstre qui sont les spectres . Et les Effigies sont capable de les tuer .

Ce livre a un univers assez unique que je ne peux pas mettre un résumé simple ! Mais bref , j ai vraiment aimé ce livre et j ai très hâte de lire la suite !

Afficher en entier
The Effigies, Tome 2 : L'Assaut des ombres

Je suis mitigée quant à ce tome. C'est une bonne histoire mais elle n'avance pas. Trop de longueur, trop de retour en arrière toujours au même endroit. En fait, on avance un peu dans le brouillard et il faut avoir la foi. Cela dit, on y reste et on veut savoir ce qu'il va se passer étant donné le punch de la fin. C'est pourquoi j'ai sauté sur le tome 3 que j'avais en main, une chance.

Afficher en entier
The Effigies, Tome 3 : Lueur dans l'obscurité

Le dénouement ne m'a pas épaté. Tout a été encore trop lent. La fin est fade. Cela reste un bon livre qu'on ne voudra pas faire autrement que de finir mais qui ne laisse pas de marque particulière.

Afficher en entier
The Effigies, Tome 2 : L'Assaut des ombres

J'ai lu ce livre il y a plus d'un an, je l'ai adoré vraiment mais quand la suite est sortie je n'ai pas réussi à replonger dedans... Je ne me rappelle plus de certains personnages et de ce qu'il c'est passé dans le tome 2. Est ce que quelqu'un pourrait me résumer le tome 2 rapidement ? :)

Afficher en entier
The Effigies, Tome 1 : Les Flammes du destin

J'ai eu le malheureux, de faire une pause dans ma lecture et je dois dire que je vais vraiment eu beaucoup de mal a finir le livre. J'avais déjà éprouver quelques difficultés à me mettre dedans. Je n'ai pas vraiment accrocher avec le personnage principale, je n'ai pas trouvé le personnage plus interessant que ça. L'univers me paraissait intéressant mais cela n'a malheureuse pas suffit. Je ne vais pas lire la suite.

Afficher en entier
The Effigies, Tome 3 : Lueur dans l'obscurité

Ce troisième tome était sympa, mais encore une fois j'ai trouvé des longueurs dans le récit qui cassaient mon rythme de lecture et m'ont empêchée de bien entrer dans l'histoire.

J'étais satisfaite d'avoir les réponses à toutes les questions que je me posais sur les spectres, les effigies, le pourquoi du comment, mais, au niveau du combat et de l'action, j'ai trouvé que ça arrivait trop tard avec trop de moment de mous entre deux. J' ai quand même apprécié la trilogie, mais pas de manière exceptionnelle.

Afficher en entier
The Effigies, Tome 1 : Les Flammes du destin

Ce livre et un bon début pour un série de trois tome et s oriente vres une théorie du complot plutôt interressante et j espere qu elle va être développée dans les 2 autre tomes

Afficher en entier
The Effigies, Tome 2 : L'Assaut des ombres

The Effigies (je vois pas pourquoi ils ont laissé le titre en anglais alors qu’ils ont juste à change le « The » m’enfin bon passons) de Sarah Raughley aux éditions Lumen.

Donc les Effigies, c’est un groupe de 4 filles aux pouvoirs des 4 éléments, un pour chacune qui doivent défendre le monde contre des spectres, créatures d’ombres. C’est cool dit comme ça hein ? Hé hé hé hé… j’ai pensé comme vous… malheureusement…

Reprenons cette jolie histoire depuis le début : comme d’habitude, je sortais de la librairie avec tout un package et j’ai commencé à lire les Effigies tome 1. J’ai beaucoup aimé, lu sans m’arrêter, ce qui est, disons-le clairement, très rare. Il y avait des thèmes intéressants comme le deuil que je trouvais bien exploité. Le seul truc, qui m’avait gêné, c’était à la fin le coup du « Je dois te dire quelque chose de capital pour l’intrigue » et là BOOM, élément perturbateur qui met l’informateur dans le coma. Je me suis dit que j’étais prête à lui pardonner, qu’au final, un cliché sur tout un livre bon… c’est pas la mer à boire. J’ai donc pris le deuxième tome, curieuse de voir des mystères résolus et l’intrigue avancer…

ET LA ! Là… on m'assène une claque monumentale. Mais dans le mauvais sens. J’ai été complètement… abasourdie. Autant le premier tome était agréable, un peu d’action, un méchant sympa, des thèmes plutôt bien exploité… autant la suite euh…

Bonjour je suis Deuxième tome et vous pouvez m’appeler Transition ! Parce que dans les faits, c’est ça, c’est une transition… mal fichue avec ça. C’est toujours le risque avec les deuxièmes volumes, mais là ça bat des records ! Alors, prêts ?

Procédons par ordre voulez-vous ? C’est mieux quand c’est rangé…

D’abord, les répétitions de pensées. Ça commence à m’énerver de retrouver ça partout. Mesdemoiselles, ce n’est pas parce que vous êtes « je » qu’il faut tout le temps passer en boucle les mêmes choses dans vos têtes ! Mais en même temps quand il ne se passe quasiment rien… transition oui merci ! Donc on se retrouve littéralement à patiner dans la semoule et, mieux encore, plutôt que de répondre aux questions (ce serait trop simple, on veut garder du mystère !) Non, on rajoute des questions, des ennemis, des problèmes… Eh, une intrigue complexe ne veut pas forcément dire des nœuds partout. C’est d’ailleurs ironique, puisque l’autrice, enfin Maïa pardon (marionnettisme) nous prend pour des gens incapables d’avoir de la mémoire ou d’aller refeuilleter le premier tome… Je vous jure que c’est pas une blague ; tout le début on a constamment « la France » « en France » « Ce qu’il s’est passé en France ». Et à la fin, c’est vraiment la meilleure ; on te rappelle ce qu’il s’est passé dans les première pages ! Bah oui, c’est bien connu, on ne retient rien en lisant ! Alors, je sais que c’est bien de répéter les choses du premier tome, mais le répéter quinze fois dans les dix premiers chapitres, non ! Parce que non seulement c’est pénible d’être pris pour des imbéciles (sachant que l’héroïne n’est pas mieux, c’est très ironique…) mais en plus l’intrigue patine ! Les dix premiers chapitres, tu commences par de l’action et après nada, zéro, nichts. Le résumé m’a encore prise en traître. Mettez pas l’histoire en entier ! Les mystérieux hommes et femmes n’apparaissent qu’au chapitre 10 ! Encore de l’ironie parce qu’ils se grillent tout seul dans le résumé alors que dans le livre ça reste mystérieux, parce que personne n’explicite rien. C’est vraiment un comble d’avoir des réponses dans la 4ème de couverture…

Parlons-en du mystère ! On est d’accord que celui-ci, et les spéculations qu’on peut en faire seront la plupart du temps plus intéressants que la révélation en elle-même. Mais là ! Il y a quasi zéro révélation. Spoiler(cliquez pour révéler)Que Rhys avait tué l’Effigie du Feu avant Maïa ? Je pense qu’elle était la seule à pas le croire. Tout ça pour nous mettre à nous un doute qui ne marche pas. Et puis.. ben on s’en fout un peu. Y a que pour Maïa « Oh mon crush a tué quelqu’un ! Mon Dieu ! » Oui… et après ? La Secte est corrompue ? Wouhaaa… on nous l’avait déjà dit au premier tome et les dirigeants sont tous tellement des connards qu’on s’en doute. Bref, le peu de révélations qu’on a sont : soit inutiles et une perte de temps qui va tourner dans la tête de Maïa pendant dix chapitres, soit incomplètes. Bah oui, faut garder toutes les révélations pour le dernier tome ! Je ne rigole pas, tout ce qu’on apprend Spoiler(cliquez pour révéler)comme les images de la première lignée des Effigies ne servent qu’à nous embrouiller encore plus et à nous rajouter d’autres questions. Et quand j’en vois qui dise que c’est bien, humf… On a le droit à des réponses. Et puis au bout d’un moment, Spoiler(cliquez pour révéler)quand on te fait trois fois le coup de couper la discussion par une explosion, tu en as juste marre. Puis multiplier les ennemis, c’est bien joli la complexité mais au bout d’un moment t’es plus paumé qu’autre chose. Spoiler(cliquez pour révéler)L’attaque chez la mère de Rhys, volontairement et très artificiellement mystérieuse ne sert à rien, surtout si c’est pour nous expédier les infos de cette scène dans les derniers chapitres, allez débrouille-toi. Sachant qu’en plus, répétition encore bonjour ! ; ce qu’on apprend en majorité… il faut se méfier de la Secte. ON SAIT !

Et ce mystère bien artificiel qui le fait ? Les personnages ! (#marionnettismeàfondlesballons) Donc vous vous doutez que certains m’ont gavée (en restant polie) Commençons par le principal, hein, on verra les autres après… Mais Maïa… Maïa, que dire. C’est vraiment un cas hein x) autant dans le premier tome, j’arrivais à la supporter. C’est une orpheline (soit dans les 50% de la population des romans) qui ne se sent pas à la hauteur de son nouveau rôle mais qui y est plongé contre son gré. Parfaitement inédit oui… Mais, cela dit, je la trouvais pas forcément énervante au début. Il y avait sans doute un semblant de compréhension… qui a disparu dans le tome deux. Pouf ! Envolé, on a maintenant une parfaite nunuche incapable d’assumer son rôle. Parce que oui, les critiques qui disent qu’elle est raccord à son âge… euh… 16 ans quand même. Quand tu es « élue » avec tout ce que ça sous-entend à 16 ans, il me semble quand même que tu sais prendre tes responsabilités. Je sais pas, mais plus j’y réfléchis, plus je vois que les héros dans ces eaux-là font toujours des choses stupides et se concentrent plus sur leurs problèmes de coeur que sur le sort du monde… Je sais bien que c’est encore un âge ado mais, on est quand même déjà au lycée, on a déjà plus de maturité et surtout à deux ans de la majorité, même si on est en droit de faire des erreurs, on a déjà peut-être un petit sens des responsabilités… Bref, là encore dans ce livre, il a totalement disparu. Maïa est pas capable de voir la vérité ; Spoiler(cliquez pour révéler)alors oui quand c’est celle qui veut reprendre ton corps, car les Effigies gardent les souvenirs de leurs prédécesseurs et y ont accès par la divination, te montre une info, tu peux te méfier… Mais tous les indices qu’elle a autrement devraient être suffisant. Même quand Rhys avoue, il faut encore que sa mère vienne le dire 10 chapitres plus tard (mais bordel on SAIT !) Alors, c’est l’excuse que c’est parce qu’un autre perso n’est pas au courant pas mais du coup pour nous c’est gavant x). Revenons-en à Maïa, ce qui est particulièrement insupportable au-delà de son incompétence et de son irresponsabilité tout ça pour protéger son crush, c’est qu’elle ne sait pas nous accrocher. C’est elle qui raconte l’histoire, mais je n’y suis pas attachée. Ces émotions sont fades. Ses surprises n’en sont pas pour nous, ses tristesses, on serait limite à se dire qu’elle l’a cherché et franchement, je m’en fichais à la fin où je reviendrais plus tard.

Mais qu’en est-il des autres ? Ben… il y a deux écoles : les incompris (mais genre très beaucoup) et ceux qui sont là parce que scénario (qu’est-ce que ça m’a fait grincer des dents…) c’est-à-dire que tu as par exemple un garde de la Secte qu’on avait à peine vu dans les premiers chapitres du premier tome, eh ben pouf, le revoilà. Bon. Il est là deux scènes et tu sens du forcing. Encore que, il est toujours moins forcé et désagréable que Maïa.Spoiler(cliquez pour révéler) Sinon, on a la responsable qui se fait virer, et c’est dommage parce qu’elle, j’étais CONTENTE de la voir à la fin ! (oui j’étais désespérée à ce point…) La secte, ce sont tous des connards. Est-ce que l’auteure est au courant que toutes les organisations mondiales ne sont pas forcément infestées de traîtres et d’enfoirés ? Je sais que c’est en partie vrai mais quand même… Là on a un abruti méchant sans clairement de raison… bon, vous me direz, ça arrive. Mais là on sent que c’est forcé. Le nouveau directeur, pareil et le frère de Rhys est tellement… vide. Spoiler(cliquez pour révéler)C’est à dire qu’au moment où il reproche à Maïa ce qui est arrivé à sa mère… c’est très artificiel. Il le dit, parce que c’est convenu qu’il le dise. Et franchement, c’est bof. Parce que le seul méchant qu’on aime, en tout cas que moi j’adorais, il est passé où ? Euh… il prépare la grande bataille finale ? Non, non, je crois bien que c’est ce qu’il fait ; alors que dans le premier tome, sa relation avec Maïa lui permettait peut-être d’être moins insupportable, là il est totalement absent. Et même physiquement. La seule fois où il est présent c’est dans le deuxième chapitre. On le verra ensuite par écran, à commettre une atrocité, faut bien raviver le personnage parce que tout le long du livre seuls ses larrons agissent. J’aimais sincèrement ce personnage. Parce qu’il est ambigu (vraiment lui pour le coup) et a un objectif pas encore très clair mais qui n’est peut-être pas aussi diabolique qu’on le croit (ça finira par l’être hein, faut que les gentils le vainquent sinon ça n’a aucun intérêt, on le sait bien). Toujours est-il que il m’est plus sympathique que l’ensemble des gentils (Aïe).

Sinon, les autres Effigies ? J’aime bien qu’on te disent dans les critiques que l’autrice évitent le cliché qu’elles s’entendent tout de suite toutes bien… mais ça se voit un peu trop qu’elle l’évite justement. Les personnalités de Chae Rin et de Lake sont… correctes. Chae m’est sympathiques par son ironie mordante, qu’elle maintient avec une certaine cohérence, ce qui relèvent de l’exploit quand on voit Maïa.Spoiler(cliquez pour révéler) Les seuls moments pénibles sont quand l’auteure la force à taire la maladie de sa mère alors que le suspens ne sert à rien, le sous-entendu marche tout seul. Lake est un peu énervante mais sans doute la seule qui fait un peu preuve d’originalité et de bon sens Spoiler(cliquez pour révéler)(avoir peur de sa mission et être lâche c’est pas mal, dommage que l’héroïne doivent elle remplir tout le cahier des charges) Et Belle… ah là là. Ce personnage que j’appréciais beaucoup dans le premier tome pour sa personnalité avec beaucoup de mal à accepter le deuil, sous le poids d’une mission qu’elle ne peut supporter sans son mentor, l’ancienne Effigie du Feu. Froide durant toute la première partie de l’histoire, elle a des éclairs soudain de gentillesse, de temps en temps. Là encore, sorti de nulle part, un peu incohérents et des exagérations… on reverra à la fin.

Il y a aussi le cas Rhys. Alors lui… c’est … un espère d’ovni… Quand on essaie par procédé marionnettiste de rendre un perso et ambigüe et attachant… ben… Alors j’exagère peut-être mais c’est vraiment forcé à un point ! Alors d’accord la vision de Maïa par laquelle est racontée l’histoire déforme tout (un peu trop peut-être d’ailleurs) mais lui trouver des tonnes d’excusesSpoiler(cliquez pour révéler) et le cacher au prix de la sécurité du monde c’est ridicule…Spoiler(cliquez pour révéler) Puis plutôt que d’assumer sa faute et de vivre avec, il faut que sa mère nous dise qu’il a été manipulé (pôve chou) que ce n’était pas de sa faute, qu’il a regretté au point de vouloir mourir, et puis aussi bien appuyer sur le fait que la Secte est diabolique. Bah oui, l’organisation qui protège des millions de gens part bien entendue complètement à volo. C’EST RASSURANT ! Alors oui, c’est le pilier pour montrer qu’ils sont incompétents, que Saul est le plus fort, mettre le doute et blablabla mais justement, c’est trop forcé, tellement que ça en devient ridicule.

Bref, arrivons-en à la fin. Qui est… bâclée. J’ai pas d’autres mots. C’est tout simplement à un point où quand je lisais les lignes, je n’imaginais plus l’histoire, mais l’autrice, appuyée sur son clavier, des cernes sous les yeux, à lire en diagonale la fin de son texte, avant de l’envoyer avant minuit à son éditeur, sans prendre vraiment de plaisir, juste pressée d’en finir. C’est peut-être dû à la traduction, mais j’ai trouvé 4 fautes dans ce livre. 4 fautes, alors que sur la saga des Chroniques Lunaires qui contient 5 livres, il n’y a qu’un échange de prénom. Là j’ai retrouvé des fautes bêtes et surtout des phrases qui ne voulaient plus rien dire, incomplètes, ou mal construites. Quasi toutes à la fin. Spoiler(cliquez pour révéler)L’une est une affirmation, balancée comme ça : « Ah oui, bien sûr, elle a utilisé la bague de la mère de Rhys ! Quelle coquinette. » Ahem… alors qu’on en a fait tout un mystère, et qu’on ne comprend pas comment Maïa peut y penser maintenant avec autant de lucidité, alors qu’elle vient de voir une ville rasée. Encore que non, pardon. Elle vient de voir sa jumelle ressuscitée. Thématique du deuil si intéressante dans le premier tome ? Eh ben, on envoie le processus de deuil valdinguer. Oui, bien sûr… Non seulement ça plus le directeur qui a envoyé son fils dans la ville envahie qui menace d’être rasée alors qu’il a failli perdre sa femme. Ben non, c’est un connard on t’a dit m’enfin ! Oui… bien sûr. Et puis là, la ville est rasée. On le voit ? On a une portée dramatique ? Bien sûr. Que non. Maïa fuit, on ne voit pas l’impact, on doute même qu’elle EXISTE tellement c’est téléphoné. Ah oui, et du coup le crush meure. Portée dramatique ? MAIS NULLE ! NADA ! On a trouvé un autre zéro absolu que Seiyar ! (CDZ Abriged, c’est le bien) Maïa pleure un coup et après le bon vieux coup du « Je dois avancer pour lui » C’est à un point où, au vue de sa réaction, je me suis dit : ben il est pas mort. Quand on te tue un personnage capital, on fait en sorte que ça soit un minimum marquant ! Là c’est tellement anecdotique que vraiment tu n’en as rien à faire, et tu te dis simplement qu’il va revenir. C’est tellement évident que si elle le fait pas, pour le coup je tire mon chapeau ! Ah oui, et puis tant qu’à en avoir rien à faire : Maïa meure. Oui, alors qu’on sentait que Belle allait faire une bêtise en découvrant que son « amie » (ce terme est tellement sorti de nulle part que j’ai posé le livre en me disant « Bordel….« ) lui avait caché que Rhys avait tué son mentor, Maïa n’a pas réagi. Elle s’est laissé faire, et à la fin, quand Belle la tue, elle lui pardonne, en mode Christ sur la croix, je suis mort pour vos péchés. Ouais, bah tant qu’à copier un mythe célèbre, copiez le bien… On s’en fout, mais d’une force ! C’est une fille qui a été pénible, qui n’a pas su sauver le monde parce qu’elle était trop concentrée sur son crush et le fait qu’elle avait peur de Natalya (à qui on devrait pourtant donner les rênes parce que c’est pas Maïa qui va aider les gens). Parce que j’ai l’impression qu’on les oublie toujours un peu eux. Ce sont des gens qui se font massacrer, des enfants arrachés à leurs familles, des villes détruites. Et on s’en fout. Les filles culpabilisent à peine de ne pas avoir pu sauver le ministre du Canada des griffes de Saul qui l’exécute en public. La ville détruite à la fin constitue un enjeu, mais elles mettent pas beaucoup de conviction à la défendre, Maïa étant plus centrée sur Rhys et sa sœur. Oui c’est humain mais bordel, tout une ville, qui a déjà subie une attaque des spectres va se faire rayer de la CARTE. Et le seul passage du livre qui passe de l’autre côté de la barrière est très court, et s’arrête à peine, je suis pratiquement sûre que ces gens pourtant dans les plus réalistes du livre ne reviendront jamais. Bref, tout ça pour dire que c’est toujours bien joli de se concentrer sur la minorité et les grandes instances mais investissez-vous pour ce que vous défendez, je sais pas moi. Je sais que c’est pas évident de se découvrir philanthrope tout à coup, mais elle a 16 ans et des neurones et elle se fout de tout et fiche tout par terre pour son crush plutôt que de vraiment s’attaquer à une organisation incompétente qui laisse mourir des tas d’innocents.

Je me suis encore énervée, mais là… je n’ai pas envie de taper sur l’autrice mais plutôt de lui faire un câlin. Parce qu’en lisant, j’avais l’impression qu’écrire ce tome était une torture. Et j’étais triste pour elle. Sincèrement. Triste que ce tome soit aussi cliché. Triste que tous les personnages soient forcés, ballotés, que les ennemis ne soient pas vraiment à la hauteur, seulement des obstacles de plus sur une ligne d’intrigue saturée où on ne comprend plus rien et où on nous sert tellement de questions et si peu de réponses qu’on en est fatigué. J'espère tout de même que, même si je ne le lirai sûrement pas, le troisième tome sera mieux et plaira à ses lecteurs.

Afficher en entier

On parle de Sarah Raughley ici :

Dédicaces de Sarah Raughley
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Lumen : 3 livres

Simon Pulse : 2 livres

Strange Chemistry : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array