Livres
467 269
Membres
432 251

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Valentine Goby

343 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par newmoon 2010-12-11T14:59:21+01:00

Biographie

Valentine Goby est une écrivaine française née à Grasse en 1974.

Après des études à Sciences Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoï et à Manille. Elle commence à publier après son retour à Paris.

Valentine Goby est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes, le Prix du premier roman de l'université d'Artois, le prix Palissy et le prix René-Fallet en 2003.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
42 lecteurs
Or
104 lecteurs
Argent
88 lecteurs
Bronze
46 lecteurs
Lu aussi
94 lecteurs
Envies
187 lecteurs
En train de lire
5 lecteurs
Pas apprécié
21 lecteurs
PAL
97 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.63/10
Nombre d'évaluations : 102

0 Citations 76 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Valentine Goby

Sortie France/Français : 2019-08-21

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Cathy2909 2018-11-19T16:28:11+01:00
Un paquebot dans les arbres

Un roman sublime, inspiré d'un témoignage, ce récit bouleversant renouvelle avec brio le genre des grandes œuvres naturalistes ! L’héroïne, âme solaire est une étoile qui soutient et porte sa famille ravagée et meurtrie par la tuberculose. Hors du commun, elle sacrifie sa vie au soulagement des siens. Un amour filial inconditionnel !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SkeletonGirl 2019-02-03T13:48:51+01:00
Kinderzimmer

C'es un roman éprouvant, une descente aux enfers comme on peut difficilement l'imaginer.

La vie de femmes délestées de toute humanité qui tentent de survivre à n'importe quel prix juste pour atteindre le prochain jour...

Mila, elle, tente de mener ce combat pour l'enfant qu'elle porte.

Une lecture intense qui reste imprimée au plus profond de nous-même.

Afficher en entier
Qui touche à mon corps, je le tue

Mon deuxième roman de Valentine Goby après Kinderzimmer et je dois avouer que celle-ci excelle dans les sujets tabous. En effet, dans ce livre est évoqué l'avortement dans les années 1940/50. A cet époque, l'avortement n'est pas autorisé et est considéré comme un meurtre. Nous retrouvons alors trois protagonistes : Marie D,celle pratiquant les avortements ; Lucie L., que l'on suit tout au long de son avortement et Henri D., l'exécuteur.

Nous suivons leur vie pendant tout un jour, de l'aube à l'aube prochaine. Mais nous découvrons également plus que ça, on découvre ce qui les a poussé à être les personnes qu'ils sont aujourd'hui.

'Qui touche à mon corps je le tue' n'est pas un roman facile. C'est un roman dur, qui choque parfois par certains des termes employés mais qui ému également. On ressent la douleur de ces femmes obligés parfois de porter des enfants qu'elles ne veulent pas, on comprend leur besoin d'échapper à cette vie de mère en avortant et on abhorre le fait que ce soit puni.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alexiane2001 2019-02-20T17:06:27+01:00
Un paquebot dans les arbres

Un très beau livre qui se lit facilement. Cette histoire est vraiment belle et très touchante, surtout avec le personnage de Mathilde. Je vous conseille vraiment de le lire, il est très intéressant et se lit très vite. L'histoire se passe dans les années 50-60 avec des personnages très attachants.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clarisseay 2019-03-04T11:09:52+01:00
Kinderzimmer

un livre bouleversant à lire une écriture particulièrement personnelle c'est un peu comme lire un journal intime brillant

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Keikana 2019-04-13T12:21:55+02:00
La porte rouge

Le format très particulier de ce livre (photos/texte) fonctionne très bien et convoque des associations d'idées et des émotions très fortes pour une lecture si rapide !

Afficher en entier
"Je me promets d'éclatantes revanches"

J’ai découvert Valentine Goby et Charlotte Delbo l’an dernier. Valentine Goby était invitée à la bibliothèque dans laquelle je travaille aujourd’hui pour parler de Charlotte Delbo. Je devais passer le temps de faire une petite photo (mon ancien boulot) mais j’ai été cueillie. Je me suis assise et je suis restée sagement jusqu’à la fin écouter cette passionnante conteuse.

Valentine Goby est écrivaine. En faisant des recherches pour son roman Kinderzimmer, elle découvre Charlotte Delbo, rescapée d’Auschwitz-Birkenau et de Ravensbrück, qui a écrit sur les camps. Valentine Goby raconte dans Je me promets d’éclatantes revanches être, grâce à Charlotte Delbo, « entrée dans les camps par la langue ». Charlotte Delbo, assistante de Louis Jouvet a perdu son mari, fusillé au Mont Valérie en 1942. Elle-même a été envoyée à Auschwitz par le convoi du 24 janvier 1943. Et en quittant les camps, elle a choisi de raconter. Avec ses mots. Ses mots simples et percutants.

Lors de cette rencontre passionnante, Valentine Goby explique que Charlotte Delbo savait utiliser les mots. Les mots les plus simples pour raconter « l’indiscible ». J’ai été particulièrement marquée par ce qu’elle a raconté sur le rôle de l’écrivain, qui ne doit pas affirmer qu’untel est en colère, ou qu’untel est heureux. Il doit apporter au lecteur les informations qui lui feront sentir la colère ou la joie.

Dans Je me promets d’éclatantes revanches, Valentine Goby raconte comment Charlotte Delbo a parlé de la soif et comment en la lisant, le lecteur fait l’expérience de la soif. Elle nous avait lu ce passage lors de la rencontre et je ne suis pas prête de l’oublier.

Ce livre de Valentine Goby raconte cette femme qu’elle n’a pas rencontrée, mais qu’elle connaît intimement, grâce à ses mots. Charlotte Delbo écrit : la vie m’a été rendue et je suis là devant la vie comme devant une robe qu’on ne peut plus mettre ». Elle a dû écrire, écrire pour sortir de l’enfermement et écrire pour raconter, témoigner. Elle a choisi la vie.

Le livre de Valentine Goby est vraiment intéressant, cette Lecture intime de Charlotte Delbo nous fait découvrir cette rescapée et donne évidemment envie de se plonger dans ses livres.

Je peux résister à l’envie de partager avec vous un poème de Charlotte Delbo, Prière aux vivants pour leur pardonner d’être vivants. Je l’ai découvert grâce à Valentine Goby, qui nous en a lu un extrait. Impossible de retenir mes larmes.

Vous qui passez bien habillés de tous vos muscles un vêtement qui vous va bien qui vous va mal qui vous va à peu près vous qui passez animés d’une vie tumultueuse aux artères et bien collée au squelette d’un pas alerte sportif lourdaud rieurs renfrognés, vous êtes beaux si quelconques si quelconquement tout le monde tellement beaux d’être quelconques diversement avec cette vie qui vous empêche de sentir votre buste qui suit la jambe votre main au chapeau votre main sur le cœur la rotule qui roule doucement au genou comment vous pardonner d’être vivants…

Vous qui passez bien habillés de tous vos muscles comment vous pardonner ils sont morts tous vous passez et vous buvez aux terrasses vous êtes heureux elle vous aime mauvaise humeur souci d’argent comment comment vous pardonner d’être vivants comment comment vous ferez-vous pardonner par ceux-là qui sont morts pour que vous passiez bien habillés de tous vos muscles que vous buviez aux terrasses que vous soyez plus jeunes chaque printemps

Je vous en supplie

Faites quelque chose

Apprenez un pas

Une danse

Quelque chose qui vous justifie

Qui vous donne le droit

D’être habillés de votre peau de votre poil

Apprenez à marcher et à rire

Parce que ce serait trop bête

A la fin

Que tant soient morts

Et que vous viviez

Sans rien faire de votre vie.

Je reviens d’au-delà de la connaissance il faut maintenant désapprendre je vois bien qu’autrement je ne pourrais plus vivre.

Et puis mieux vaut ne pas y croire

à ces histoires de revenants plus jamais vous ne dormirez si jamais vous les croyez ces spectres revenants ces revenants qui reviennent sans pouvoir même expliquer comment.

Charlotte Delbo

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rosacandida 2019-07-25T22:26:05+02:00
Murène

Beau et fort ! très belle écriture, chaque phrases est choisie, soignée. Le personnage principal est attachant et terriblement humain. Les personnages secondaires sont également très intéressants.

Malgré un sujet qui paraît d'emblée difficile (handicap suite à un accident) l'histoire singulière de ce garçon nous rend rapidement accro.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pwachevski 2019-07-28T11:39:14+02:00
Un paquebot dans les arbres

Je suis déçue par cette lecture. Je dirais même que je suis frustrée. J'ai débuté ce livre avec plaisir et confiance, sur le papier il y avait vraiment tout pour me plaire. Et puis au final, je ne suis franchement pas emballée, même si je ne peux pas dire que ce soit un mauvais livre.

La narration ne m'a jamais fait entrer dedans, et n'a jamais réussi à me toucher. Pourquoi raconter l'intrigue au passé et d'un œil extérieur, plutôt que de la faire raconter au présent et par Mathilde, qui aurait été 1000 fois légitime dans ce rôle ? Pourquoi ces scènes se passant en 2012 ? Pourquoi cette pudeur sur les sentiments des uns et des autres, pas une seule fois exprimés franchement ? Pourquoi faut-il que ces sentiments soient toujours cachés, sous-entendus, décrits de façon détournés ? Si l'auteur n'était pas à l'aise avec ça, il fallait écrire des comédies, mais quand on se lance dans un drame comme celui-ci, dans ce genre de thèmes, on doit s'y lancer à 100%, sinon on n'y croit pas.

Et c'est dommage, car le style d'écriture est par ailleurs fluide et certainement pas désagréable. Mais il est froid. Il ne m'a pas fait me sentir impliqué dans l'histoire, ou me faire m'attacher aux personnages. Je n'ai pas ressentis d'émotion durant cette lecture, j'avais plutôt le sentiment de voir les éléments défiler sous mes yeux, sans me sentir concernée. L'intrigue et les personnages sont crédibles, la plongée dans l'ambiance des années 50-60 est très bien faite, et pourtant on n'y croit pas.

La fin ne relève en rien le niveau, au contraire. Ce basculement dans le thème de la guerre d'Algérie dans le dernier tiers du livre n'a absolument aucun sens, ni aucune justification. Le parallèle qui est alors fait entre cette guerre et la vie de la famille Blanc est grossier et très mal amené. Ça n'a tellement aucun rapport avec l'intrigue qu'on entend raconter qu'on a juste l'impression qu'on a voulu faire des pages en plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ceyreste 2019-08-10T10:46:24+02:00
Kinderzimmer

Un livre étonnant, loin de tout ce qui a été fait dans ce domaine, tout en sensibilité, et sur un des sujets méconnus de la Seconde Guerre mondiale. Pas un récit de jeune maman classique, ce roman est pesant, bien sûr, l’ambiance est sombre, tout n’est qu’horreur, peur, désespoir, et, pourtant, Suzanne parle aussi des relations fortes qui se nouent entre les victimes de ce camp, et des absurdités qui parsèment le quotidien. Un quotidien où tout geste prend une importance capitale, où la méfiance est de mise, mais où l’abandon est souvent nécessaire.

Je ne dévoile rien en parlant de son retour chez elle après les camps – puisque son récit débute des années après – et de la difficulté à faire comprendre à d’autres l’horreur de ce qu’on a vécu.

Si jeune, si naïve, le personnage est attachant et on lui espère de quitter cette vie de camp misérable. On y découvre une force collective. Cependant si l'histoire m'a tenue, la lecture m'a semblé saccadée, des phrases sans sujet, sans verbe... pas agréable. Le présent permanent, une forme d'écriture... ?

Un beau roman où les émotions sont vraies, sans pathos, sans faux-semblants, doublé d’une fine analyse psychologique. Un vécu de l’intérieur très intéressant – peut-être pas aussi poignant qu’un « vrai » récit de survivant aux camps, puisqu’il ne s’agit ici « que » d’un roman.

Afficher en entier

On parle de Valentine Goby ici :

Dédicaces de Valentine Goby
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 7 livres

Actes Sud : 5 livres

Thierry Magnier : 4 livres

Casterman : 3 livres

Autrement : 3 livres

Albin Michel : 2 livres

Babel : 1 livre

Jérôme Millon : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode