Livres
472 235
Membres
444 008

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Delphine De Vigan

5 840 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par cheyenne1864 2013-10-05T11:07:12+02:00

Biographie

Delphine de Vigan est née à Boulogne- Billancourt en 1966. Elle est l'auteur de six romans pour adultes, dont "No et moi" qui a reçu le Prix des libraires en 2007, et "Rien ne s'oppose à la nuit" qui a reçu le Prix Fnac 2011, le Prix France Television 2011, le Prix Renaudot des lycéens 2011, le Grand prix des lectrices de Elle 2012, et le Grand prix des lycéennes de Elle 2012.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 065 lecteurs
Or
1 897 lecteurs
Argent
1 610 lecteurs
Bronze
1 183 lecteurs
Lu aussi
1 518 lecteurs
Envies
2 102 lecteurs
En train de lire
118 lecteurs
Pas apprécié
225 lecteurs
PAL
1 359 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.79/10
Nombre d'évaluations : 1 443

7 Citations 1 163 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Delphine De Vigan

Sortie France/Français : 2019-03-06

Interview

Vidéo ajoutée par Hillja 2018-01-23T20:49:55+01:00

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par KwoL25 2019-09-24T15:48:49+02:00
Les Loyautés

C'est le genre de livre qui ne m'aurait pas passionné s'il n'avait pas été écrit par Delphine de Vigan. Mais c'est confirmé je suis fan de cette auteure!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AmElie-114 2019-09-26T22:51:00+02:00
Jours sans faim

Quelle lecture absolument magnifique et bouleversante! Cette autrice est tellement formidable à lire, je conseille!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NoemieF 2019-09-30T11:01:12+02:00
Les Heures souterraines

Interessant sans plus !!! On sent depuis le départ une espèce de non issue, mais les personnages sont empreints d'un réalisme et d'une vérité touchante.

j'ai trouvé le style et l'écriture fine.

Un roman parisien contemporain, reflétant probablement sans plus de fioriture le quotidien de mes concitoyens. Style sobre et efficace , l'auteur décrit la dépression nerveuse !!! pas très gai !!! Avec la précision d'un entomologiste elle dissèque ses deux personnages et elle nous fait vivre l' horreur de ces vies mornes, cette misère psychologique irrémédiable , ce dégoût de tout, cette douleur permanente qui vous détruit. Et qui peut être certain de ne pas en être victime un jour ?

C est ce qui donne toute sa force a ce roman.Mais quel intérêt ???

Afficher en entier
Commentaire ajouté par julieepie 2019-10-05T10:32:58+02:00
Rien ne s'oppose à la nuit

Superbe fresque familiale... Une poignante saga tout en nuances, en drames, en sourires, une magnifique écriture, où pudeur et besoin de savoir se côtoient, des personnages émouvants, infiniment humains, si attachants dans leur fragilité, dans leurs incohérences...

Au travers de ce roman autobiographique, Delphine de Vigan nous plonge dans ses origines, dans l'histoire de sa famille maternelle, dans la traversée de l'enfer vécue par sa mère, psychiquement malade, dans sa propre traversée de l'enfer à elle et à sa soeur Manon, fillettes impuissantes et anéanties face à leur maman qui perdait pied...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lenou68 2019-10-05T17:47:05+02:00
Les Loyautés

Un roman court qui se lit vite et au travers duquel on est plongé dans la vie de 3 personnages principaux, qui se retrouvent en face de leurs refléxions et sensations. Je trouve dommage en revanche que l'histoire se finisse aussi abruptement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Enrika 2019-10-06T00:24:14+02:00
Les Gratitudes

Première lecture de l'auteure. Il s'agit d'un roman touchant qui met en scène des personnages profonds et authentiques. L'histoire en soi est également originale et véhicule de beaux sentiments.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2019-10-06T14:04:33+02:00
Les Loyautés

C'est le premier roman que je lis de Delphine de Vigan. Il était temps de réparer cette lacune quand on voit le nombre de prix qu'elle a obtenus pour ses différents ouvrages. J'ai choisi celui-ci car c'est le dernier sorti en poche, il n'est pas très gros (190 pages environ) et le résumé, surtout, m'interpellait. Je l'ai lu d'une traite, je ne l'ai pas lâché avant de le finir. Il faut dire que le style de l'auteure très fluide et surtout très bon fait que les mots glissent tout seuls, l'action démarre très vite, et il n'y a pas de temps mort, ce qui fait que je ne me suis pas ennuyée une seconde.

En plus de ça, le sujet est passionnant. Delphine de Vigan parle avec justesse des jeunes adolescents de 12-13 ans, avec leur mal-être que l'on connait à cet âge là. Elle a choisi de parler d'un sujet assez rare pour cette tranche d'âge et pourtant bien présent dans la jeunesse actuelle. Ici, la maltraitance des enfants se fait plus au niveau psychologique, et, pour oublier, les enfants noient leur mal-être dans l'alcool. On assiste ainsi à leurs magouilles pour pouvoir avoir des bouteilles de rhum ou de vodka. Ils utilisent en plus des alcools très forts. J'avais lu un article dans un journal comme quoi, justement, les jeunes buvaient plutôt des alcools très forts et non pas de la bière par exemple, comme on pourrait le penser de prime abord.

On va suivre ainsi plusieurs personnages qui se côtoient de près. Il y a tout d'abord Théo et Mathis, ils sont copains depuis leur entrée au collège. Théo est un enfant du divorce, ses parents sont séparés depuis longtemps, il vit en alternance une semaine chez son père, une semaine chez sa mère. Il ne faut surtout pas parler du père à la mère, ils ne s'adressent plus la parole et sont en conflit permanent. Son père va mal, après avoir perdu son travail, il s'enfonce dans une spirale infernale qui fait qu'il ne sort plus de chez lui et vit constamment dans son canapé. On comprend vite que Théo peut avoir des difficultés avec une ambiance pareille, qu'il doit tout faire chez son père. Son copain Mathis vit avec ses parents, il est attaché à Théo, prendra bien souvent sa défense et essaiera toujours de lui venir en aide. On suit d'ailleurs sa mère, Céline, qui voit son fils aller moins bien, elle n'aime pas trop qu'il traine avec Théo. À côté de ça, son équilibre familial va être bouleversé par des découvertes qu'elle fera sur son mari. Et enfin, nous avons Hélène, c'est une professeur dans le collège des jeunes garçons. Elle voit que Théo va mal, elle voit qu'il n'est pas dans son état normal pendant les cours. Pourtant, pas de traces de coups ni de violence, mais elle comprend que quelque chose ne va pas pour lui, il dort en classe, est moins attentif. Elle décide d'enquêter discrètement sur lui, auprès de l'infirmière, en essayant de convoquer ses parents. Son passé d'enfant battu resurgit, elle connait les symptômes de la maltraitance et elle ne supporte pas de les voir chez ce jeune garçon. Elle sait combien il est difficile d'obtenir la vérité. Il va lui falloir beaucoup de patience vis à vis du monde adulte et de sa hiérarchie pour faire comprendre le problème.

Les chapitres alternent ainsi entre ces quatre personnages. Ceux consacrés aux deux femmes, Hélène et Cécile, sont écrits à la première personne du singulier. Ceux des garçons, Théo et Mathis, à la troisième personne. J'ai beaucoup aimé ce choix narratif et je suis surtout fan de l'emploi du « je » qui permet de se trouver au plus près du personnage, de ressentir ses émotions et d'être dans ses pensées. J'ai encore pu mieux comprendre ce que ressentait Hélène face à Théo et comprendre aussi ce que vivait Céline dans sa famille. Delphine de Vigan a en plus de cela une écriture très visuelle qui fait que j'ai pu très bien m'imaginer les différentes situations vécues par les personnages. Les chapitres sont courts. Pour donner encore plus de rythme, certaines phrases peuvent être courtes selon l'action.

Bien entendu, elle fait passer de très beaux messages au travers de tout ce petit monde. Je ne pense pas qu'il aurait pu en être autrement. Outre les notions de maltraitance psychologique ou physique, elle parle avec justesse de la solidarité entre les enfants, de toute cette entraide qu'ils peuvent se fournir, de ces « loyautés » justement, pour reprendre le titre, qu'ils ont l'un envers l'autre. Elle décrit également très bien la vie professorale, tous les problèmes que les enseignants peuvent rencontrer avec les enfants mais aussi avec les adultes. Combien il est difficile de faire comprendre à ses supérieurs qu'il se passe quelque chose pour l'un ou l'autre. Beaucoup d'enseignants sont de nos jours confrontés à ces situations, et il est bon de les rappeler au travers d'un roman, ils ne sont pas formés pour y répondre. Les autorités ne sont pas toujours armés contre cela non plus.

En fait, en très peu de pages, et à travers ces quatre personnages, Delphine de Vigan brosse des portraits de la société, très ressemblants et très puissants. L'enfer des enfants, le problème des enseignants et aussi les déviances de certains adultes qui se cachent sur internet sous des pseudos pour colporter des idées que l'on pourrait penser d'un autre siècle. Beaucoup de sujets importants sur notre société sont traités ici, et ça m'a plutôt épatée, je n'aurais jamais pensé qu'il soit possible de le faire si précisément dans un roman si court, rien de superficiel, tout est bien creusé. Le titre, Les loyautés, est bien trouvé. Comme le dit l'auteure, « ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres », « ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes », toutes ces choses de valeur que nous gardons au fond de nous et qui font notre fondement.

La fin peut surprendre. J'ai lu des avis dans lesquels certains n'avaient pas du tout aimé le roman justement à cause du final. Disons que c'est une fin ouverte. Tout se termine sur un fait grave qui arrive à l'un des personnages, et à nous, lecteurs, d'imaginer ce qui peut se passer ensuite selon le dernier chapitre. J'aime à penser que tout se termine bien, que la prise en charge va être faite et que tout va aller pour le mieux. Je pense que c'est comme ça aussi que l'entendait l'auteure d'après ce que j'ai pu lire dans une de ses interviews. Moi, cette fin me convient tout à fait et reste dans le ton global du roman. Pourquoi d'ailleurs faudrait-il que les auteurs nous mâchent toujours le boulot et nous mènent à une fin convenue du style « ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants ». Dans certains romans, c'est évident que cela doit se passer ainsi. Dans d'autres, comme celui-ci, il est bon de faire marcher l'imagination du lecteur et de lui laisser se faire son propre avis final.

Je pense que vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé cette lecture. C'est une très belle découverte d'une auteure que je vais continuer à suivre. J'ai d'ailleurs dans ma liseuse celui qu'elle a publié cette année, Les gratitudes, je pense que je vais très vite le programmer dans mes lectures, surtout qu'il n'est pas très épais lui non plus. Je suis très contente d'avoir lu enfin cette auteure. Les personnages vont rester en mémoire un petit moment. C'est beau, c'est plein d'empathie, ça ne peut que vous toucher. Je vous recommande vivement cette lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par gwend26 2019-10-09T13:17:59+02:00
No et moi

Lu au collège et vu également sous sa forme cinématographique, ce roman montre une certaines vision du monde et de la violence au travers du regard de deux jeunes adolescentes.

On découvre que derrière le monde de la plupart des gens qui vivent un quotidien du style métro-boulot-dodo, se trouve, un autre monde dont le quotidien difficile est le combat et la survie (parfois même avec un emploi).

Pour moi ce livre révèle le monde d'aujourd'hui qui est le notre, où malgré des études parfois jusqu'au doctorat, il est possible de se retrouver à la rue du jour au lendemain.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Esile44 2019-10-09T23:14:38+02:00
D'après une histoire vraie

Dès la première page j'ai été complètement happée dans cette autobiographie romancée (ou peut-être inventée ?). C'est un livre addictif, qui nous tient en haleine du début à la fin ; on se laisse mener facilement par cette amitié entre Delphine et L. et leurs histoires du quotidien, qui dès le début semble un peu trop idyllique pour ne pas cacher quelque chose de malsain.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par armel86 2019-10-10T14:17:44+02:00
No et moi

Associez dans un livre poésie, réalité, violence, alcool, intelligence surdéveloppée, une petite dose d'amour et beaucoup de compassion et de questions ; cela vous donnera No et moi. Une lycée de treize ans qui a besoin de s'accrocher à quelque chose de concret, de compter, de comprendre, de faire des recherches et apprendre des encyclopédies pour survire dans un monde qu'elle ne comprend. No, dix-huit ans, alcoolique, à la rue, résignée et désespérée. Elle n'attend plus rien de la vie, elle ne pense découvrir rien de beau dans ce monde. Jusqu'au jour où No et Lou se rencontrent à la gare. Va alors commencer une relation basée sur quelque chose d'insaisissable, de mystérieux à la fois ténu et incassable. A tout moment, la vie peut séparer No et Lou. Jusqu'à la dernière page, on retient son souffle, on espère, on croise le doigt et une fois la dernière page tournée, les larmes aux yeux on réalise, on se remet, on retourne sur terre. No et moi, c'est un monde à part dans notre monde, une bulle de génie qui parle de vous et moi. On se sent concerné, bouleversé, agacé et surtout subjugué. On en ressort changé, c'est tout ce qu'il faut retenir. No et moi, ça bouleversé notre petit univers autocentré. Pour notre bien.

Afficher en entier

On parle de Delphine De Vigan ici :

Dédicaces de Delphine De Vigan
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

LGF - Le Livre de Poche : 12 livres

Jean-Claude Lattès : 9 livres

France Loisirs : 3 livres

Feryane : 2 livres

Le Livre de Poche Jeunesse : 1 livre

Bloomsbury : 1 livre

J'ai lu : 1 livre

Points : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode