Livres
554 229
Membres
599 143

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Décris-moi ce que tu vois, dis Thorne en refermant la porte derrière lui.

Elle s'éclaircit la gorge.

-Hum. Eh bien...il y a un lit.

Thorne en resta bouche bée.

-Quoi? Ils ont des lits dans leurs chambres d'hôtel?

Elle lui jeta un regard noir.

-Je veux dire qu'il n'y en a qu'un.

Afficher en entier

Cinder mit quelques secondes à retrouver sa voix et dut se cramponner au montant de la porte pour rester debout.

_ Thorne?

Il dressa la tête.

_ Cinder?

_ Q-qu'est-ce que tu...? Comment...? Où étais-tu passé? Que se passe-t-il ici? Et c'est quoi, ce bandana ridicule?

Il rit. Ramassant une canne en bois, il s'avança vers elle d'un pas hésitant, une main tendue devant lui jusqu'à ce qu'il trouve son épaule. Puis il l'attira contre lui et la serra, à l'étouffer.

_ Toi aussi, tu m'as manqué.

_ Espèce de crétin, siffla-t-elle, tout en lui rendant son étreinte. On te croyait mort!

_ Oh, je t'en prie. Il faudrait beaucoup plus qu'un simple crash en satellite pour me tuer.

Afficher en entier

Scarlet se raidit, les joues rouges. Il n'était quand même pas en train de sous-entendre que...

- Oooh, s'extasia Iko. Est-ce que j'ai entendu Loup déclarer qu'il était amoureux de Scarlet ? C'est adorable !

Scarlet se hérissa.

- Pas du tout, ce n'est pas ce qu'il... (Elle posa les deux points sur ses hanches.) Est-ce qu'on pourrait en revenir à ces histoires d'arrestations de soldats, s'il vous plaît ?

- Elle rougit ? Au son de sa voix, j'ai l'impression qu'elle rougit.

- Elle rougit, confirma Thorne, occupé à battre les cartes. Et Loup a lui aussi les joues qui...

- Un peu de concentration, s'il vous plaît ! réclama Cinder. (Scarlet eut envie de l'embrasser.)

Afficher en entier

Elle secoua la tête.

- Non, vous ne comprenez pas. Ce qui fait le plus peur, c'est que plus je m'oppose à elle, plus je deviens forte... et plus je commence à lui ressembler.

Afficher en entier

Sous le regard de Sybil, Cress se sentait comme un papillon épingle sur une planche.

Afficher en entier

- La situation paraît mal engagée, résuma Thorne.

Frissonnante, elle se blottit contre lui en se demandant comment elle allait mourir. Le crâne écrasé contre l’asphalte ? Le cou brisé, comme Iko ?

- Je suppose que c’est le moment.

Alors que Cress continuait la revue de détail de toutes les choses horribles qui pourraient lui arriver, elle se sentit soudain attrapée par la taille et renversée en arrière, soutenue par un bras au creux du dos. Elle poussa un petit cri et se cramponna à Thorne.

Puis il l’embrassa.

Afficher en entier

- Tu es à bord d'un satellite ? répéta Thorne.

- Oui. En orbite polaire de seize heures autour de la Terre.

- Depuis combien de temps vis tu là-dedans ?

Elle entortilla une mèche de cheveux autour de ses doigts.

- Sept ans... à peu près.

- Sept ans ? Toute seule ?

- O-oui. (Elle haussa les épaules.) Ma maîtresse me ravitaille en eau et en nourriture, et j'ai l'accès au net, donc ce n'est pas si mal, mais...

- Mais tu es prisonnière, acheva Thorne.

- Je préfère dire "demoiselle en détresse", murmura-t-elle.

Afficher en entier

J’aurais tué beaucoup plus de monde s'il l'avait fallu, des soldats à vous, et je ne sais même pas si j'aurais éprouvé des remords, parce qu'on peut toujours se trouver des justifications.

Afficher en entier

- [...] l'autre est parti... et je ne sais pas s'il reviendra un jour.

[...]

- Mais j'ai demandé aux étoiles de m'adresser un signe qu'il va bien et elles m'ont répondu par une comète. Et le lendemain, il y avait un procès comme n'importe quel autre, sauf que la Terrienne qui se tenait devant moi avait des cheveux qui ressemblaient à la traine d'une comète. Et tu l'avais vu.

Afficher en entier

« - Capitaine ! A votre gauche il y a un garde lunaire, et à votre droite un médecin qui fait subir des tests à des Lunaires, et moi je suis entre les mains d’un des hybrides de Levana, alors s’il vous plaît, faites très attention !

Thorne recula dans le couloir et sortit un pistolet de sa ceinture. Il le braqua à l’aveuglette devant lui, mais personne ne fit mine de s’attaquer à lui. […]

- Heu…, fit Thorne, sourcils froncés, pointant son pistolet en direction de la fenêtre. Tu veux bien me décrire tout ça encore une fois, parce que j’ai peur d’avoir rater un ou deux détails. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode