Livres
462 307
Membres
419 538

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Dmitry Glukhovsky

389 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par anichinabe 2011-05-08T00:10:26+02:00

Biographie

Dmitry Glukhovsky est un Journaliste et un romancier russe né le 12 juin 1979 à Moscou. Il a travaillé pour de nombreux journaux en Allemagne, en France et en Israël. Il parle le français, l'espagnol, l'allemand et l'hébreu. Glukhovsky est l'auteur du best-seller Metro 2033 qu'il a d'abord publié sur son site internet et qui a rencontré un grand succès. Un jeu vidéo adapté du roman est sortie en mars 2010. En 2007, il a reçu les "Encouragement Award of the European Science Fiction Society" au prestigieux "Eurocon contest" de Copenhague.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
112 lecteurs
Or
129 lecteurs
Argent
90 lecteurs
Bronze
80 lecteurs
Lu aussi
83 lecteurs
Envies
457 lecteurs
En train de lire
37 lecteurs
Pas apprécié
34 lecteurs
PAL
402 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.61/10
Nombre d'évaluations : 132

0 Citations 106 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Dmitry Glukhovsky

Sortie France/Français : 2019-01-24

Interview

Vidéo ajoutée par Hillja 2018-12-26T20:35:42+01:00

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par IsabelleDes 2019-03-20T17:07:45+01:00
Metro 2034

Moins addictif que le premier, moins surprenant également, Métro 2034 n'en reste pas moins un très bon livre d'anticipation. Et même si l'absence du héros du premier livre est décevante, les nouveaux protagonistes possèdent suffisamment de charme pour nous embarquer dans leurs aventures.Autant j'ai aimé Metro 2033 que j'ai lu en quelques jours, autant celui-ci m'a ennuyé à lire. Ne parlons pas de la fin qui est décevante. A aucun moment je n'ai retrouvé l'ambiance, l'atmosphère du 1er opus. Livre trop bavard et philosophie de comptoir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par IsabelleDes 2019-03-20T17:12:13+01:00
Metro 2035

Troisième opus !!! de déception en déception !!! J'avais lu avec délice le premier volet, 2033, de la trilogie qui avait été pour moi un choc, une révélation. J'avais trouvé 2034 légèrement au dessous du premier, mais d'excellente facture tout de même, comme j'ai beaucoup apprécié "Vers la lumière" et "Vers les ténèbres" d'Andreï Dyakov qui appartiennent à l'univers Métro 2033.

Mais ce dernier tome de la trilogie va en se dégradant. Si durant le premier tiers du roman, on a encore l'impression de retrouver quelques sensations de 2033, cela s'étiole nettement durant le second tiers, pour terminer en grand n'importe quoi à la fin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par F-Totti13 2019-04-09T16:29:46+02:00
Metro 2033

C'est la sortie récente du jeux vidéo Metro Exodus, ainsi que l'interview de Dmitry Glukhovsky dans le magazine JV - Culture Jeux Vidéo, qui m'a amenée à commencer cette trilogie.

L'auteur nous entraîne dans les tréfonds du métro moscovite, alors qu'une guerre nucléaire a rendu la surface du globe inhabitable depuis une vingtaine d'années. Quelques humains font de leur mieux pour survivre, et les anciennes stations de métro se sont transformées en communautés, chacune avec ses lois, ses alliances, son idéologie ou sa foi.

Nous allons suivre un jeune homme, Artyom qui, suite à une promesse faite à un personnage mystérieux surnommé Hunter, va devoir quitter sa station pour tenter de sauver les habitants du métro.

Comme on peut s'y attendre, l'ambiance est des plus glauques. On ressent la crasse, la misère. On imagine les stations mal éclairées, tombant en ruine. Les tunnels dans lesquels règnent l'obscurité et les rats ... quand ce ne sont pas des ennemis plus féroces. L'aventure d'Artyom se veut voyage initiatique, entraînant le jeune homme à la rencontre d'hommes et de femmes tour à tour désespérés au point de prostituer leurs propres enfants, remplis de haine et formant un quatrième Reich, ou encore vaniteux et créant de nouvelles religions. Artyom sera amené à se poser de nombreuses questions sur le sens de la vie, et sur la valeur que cette dernière peut avoir lorsque l'on se contente de survivre au milieu du métro.

Je n'ai pas réussi à lire ce livre d'un coup. J'avais du mal avec les descriptions du début du roman, et surtout les noms des stations ou des protagonistes qui m'égaraient rapidement (le problème de ne pas être habitué aux noms russes). Après deux semaines de pause et un autre livre, j'ai repris la seconde partie de Métro 2033 et la lecture est devenue plus facile. Je regrette cependant quelques passages que j'ai trouvés maladroits, telle que cette discussion au tout début du livre entre Artyom et ses camarade de VDNKh durant laquelle est présenté le contexte de façon bien peu naturelle.

Malgré les difficultés que j'ai pu rencontrées, il s'agit d'une très bonne lecture, d'une histoire prenante, d'une aventure désespérée au cours de laquelle chaque étincelle de joie, chaque idée d'un avenir proche meilleur, est tuée dans l’œuf. Je lirai certainement le prochain tome sous peu !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Galdric 2019-04-28T17:11:53+02:00
Metro 2033

Une série littéraire originale dans un monde ou plutôt un lieu singulier, le métro de Moscou, on ressent cette oppression, durant les trois tomes, le personnage d'Artyom évolue pour le meilleur et parfois pour le pire dans un monde où tous les travers de la société humaine sont représentés. Nous sommes happés par les péripéties des différents personnages. Une série littéraire que je conseille à tous les fans de post-apocalyptique, dystopie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jean-Michel-12 2019-05-25T15:17:38+02:00
Sumerki

Après avoir lus deux premiers tomes de la série Metro, j’avais envie de découvrir Glukhovsky dans une autre thématique que le post apocalyptique. Je n’ai pas été déçu dans la lecture de ce roman fantastique qui lie histoire, ésotérisme, superstition et suspense. Certaines pages font même penser à du Lovecraft, lorsque la santé mentale du personnage principal commence à vaciller dans le tourbillon des événements irrationnels qui s’enchainent.

A Moscou, Dmitry Alexeïevitch est un traducteur de textes techniques pour des sociétés. Malheureusement, le travail ne court pas les rues. Afin d’obtenir un nouveau contrat de la part de son agence, il accepte de traduire un texte en espagnol, langue qu’il ne maîtrise pas au mieux. Pourtant le texte proposé va le passionner, il s’agit du récit d’une expédition de conquistadors dans le Yucatán au XVIème siècle. Le mystérieux commanditaire remet les différents chapitres petit à petit créant chez Dmitry une addiction et des angoisses.

Le texte est très fort, avec des passages particulièrement profonds vers la fin du roman. Au-delà de la fiction, Glukhovsky introduit des thématiques philosophiques sur l’homme et sa relation avec la mort. Sumerki, crépuscule en russe, joue avec la peur de la fin du monde prévue par le calendrier maya en 2012. Même si ce roman demande un peu d’effort au lecteur, sa lecture est intelligente et enrichissante. Il mérite amplement le Prix Utopiales européen 2014.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Milika 2019-05-27T11:32:48+02:00
Futu.Re

Assez déçue de cette lecture. Le résumé était portant prometteur mais je n'ai pas su apprécier ce livre et j'ai eu bien du mal à en venir à bout!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kymmy38 2019-06-02T20:37:45+02:00
Metro 2033

J'ai beaucoup aimé cette découverte. Pour une fois l'histoire ne se passe pas aux Etats-Unis.

Le roman démarre en douceur, avec une intrigue qui monte crescendo et qui nous emmène mine de rien.

On a pas besoin de savoir ce qu'il s'est passé, on le devine. C'est une histoire qui pourrait se réaliser tellement c'est réaliste tout ça.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2019-06-06T17:45:29+02:00
Texto

Je ne connaissais pas du tout Dmitry Glukhovsky, et pourtant, son roman Metro est célèbre. Je suis contente d'avoir pu le découvrir grâce à ce dernier roman qui me donne envie maintenant de lire ses romans précédents.

On suit ici Ilya. Il revient chez sa mère après avoir été emprisonné sept ans. Il arrive malheureusement trop tard car sa mère est décédée. Il accuse difficilement le coup et noie sa douleur dans l'alcool. Il décide le soir de retrouver celui à cause de qui il est allé injustement en prison. Leur rencontre se passe mal, il le tue. Se rendant compte le lendemain de son geste, il décide de rassembler de l'argent pour payer une sépulture pour sa mère. Il va ainsi utiliser le téléphone volé à sa victime et faire ainsi croire à ses contacts qu'il est toujours en vie et pouvoir leur soudoyer l'argent. Car cette victime n'est autre qu'un officier véreux qui trempait dans des magouilles pas claires. Ylia sait qu'il a peu de temps pour récolter de l'argent, le corps de l’officier pouvant être découvert à tout moment. Ylia va s’immiscer dans la vie du mort, prendre des décisions personnelles à sa place, chercher le pardon auprès de ses proches. Mais à force de jouer le rôle du mort, Ylia finit par en perdre sa propre identité…comment va-t-il pouvoir s’en sortir ? Les contacts sont-ils se rendre compte de la supercherie ? Quelle sera leur réaction ? Comment tout cela va-t-il se finir ?

Toutes ces questions, je me les suis posées régulièrement tout au long de ma lecture. J’avais beaucoup de mal à me dire qu'il pouvait s'en sortir sans dégâts. Prendre l’identité d’un autre est dangereux, et encore plus en Russie, avec, comme si ce n’était pas suffisant, un policier ayant des contacts très louches et influents. Toute l'action se passe en 2016, sur un espace temps assez court, moins d'une semaine. On suit Ylia avec appréhension, on a peur pour lui, il a parfois des idées tellement farfelues qu'on se demande comment il va pouvoir se dépêtrer de tout cela. Je l'ai trouvé très culotté et en même temps irresponsable et surtout impulsif. Il prend des décisions sans réfléchir aux conséquences, il ne prend pas le temps de réfléchir à la portée de ses actes et paroles. Car par texto, il rend le policier plus humain auprès de ses proches, chose assez étonnante. Je n'ai pas réussi à m'attacher à Ylia, mais je pense que ce n’était pas ce à quoi cherchait l'auteur. J'ai trouvé Ylia parfois lymphatique et lent, j'avais parfois envie de le secouer.

Pour ce qui est de l’écriture et du style de Dmitry Glukhovsky, je me suis régalée. Il parle à merveille de Moscou, la dépeint sans fards, brute de pomme, sans chercher à la rendre belle, elle est décrite comme elle est. L’ambiance est également très bien retranscrite, que ce soit dans les petites rues et quartiers sombres ou dans le métro, comme les cafés et les grandes places célèbres. J'ai ressenti le froid de l'hiver, la chaleur d'un bistrot, tout ce qui peut-être représentatif de cette ville. L'auteur livre un portrait de Moscou, comme il l'a fait pour ses personnages. La ville tient autant de place que le héros.

Le style d’écriture est incisif, puissant, parfois brute ou contemplatif. Les chapitres sont assez longs mais il se passe tellement de choses pendant que je ne les ai pas vus défiler. J'avais lu des avis où il était mentionné des longueurs. Je n'ai pas trouvé pour ma part. Cette impression de longueur est pour moi rendue à cause de la nonchalance et une certaine lenteur d'Ylia à certains moments. Il faut dire aussi qu’Ilya, étant seul tout au long du roman, se parle à lui-même très souvent, réfléchissant à ce qu'il doit faire. Ces passages sont écrits en italique, sont généralement à la première personne du singulier, ce qui permet de se mettre encore mieux dans la tête du héros. Il s'adresse à lui-même ou à sa mère ou aux autres personnes qu'il côtoie. J'ai bien aimé ce procédé.

J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire. L'auteur met l'accent sur les travers du téléphone portable, que ce soit dans les comportements des gens qui ne se parlent plus, ayant les yeux rivés à leur téléphone ou que ce soit dans les dangers de voir des informations privées divulguer si le téléphone tombe dans d’autres mains. Un phénomène de société qui a déjà chamboulé celle-ci dans les comportements ou les relations. Combien de fois, je vois des couples aux terrasses de café préférant regarder leur téléphone plutôt que profiter de l'autre ou du paysage. Et je ne parle même pas des informations privées contenues dans ces objets qui peuvent être découvertes ou encore à l’opposé de l'absence de traces, d’écrits, tout se passant maintenant par Sms et non plus par courrier… Quand on y pense, on se rend compte des changements qui ont pu avoir lieu ces dernières années…Bref…tout ça pour dire que ce roman questionne, interroge, pousse à la réflexion, et ça j’aime beaucoup.

Texto est donc un roman noir, sombre, psychologique, prenant, on a tellement envie de savoir comment tout cela va se terminer, savoir comment le héros va se dépêtrer des situations parfois difficiles, que l'on tourne les pages assez rapidement. Et pour aboutir à un final auquel je ne m'attendais pas, et pourtant en y réfléchissant bien, je ne vois pas vers quelle fin on pouvait aboutir. Ce roman doit être adapté au cinéma, et franchement, l'auteur a tellement une écriture très visuelle que j'avais l’impression de voir défiler l’histoire sur grand écran. Je serai curieuse de découvrir cette adaptation d'ailleurs, même si c’est en VO.

Je pense que je vais me procurer rapidement son autre roman Métro qui est apparemment un grand succès de Dmitry Glukhovsky. Je suis très contente d’avoir lu ce roman, il sort de mes lectures habituelles par l’ambiance slave et c’est toujours plaisant d'explorer d'autres lieux.

Un roman que je vous recommande donc, un auteur russe à lire assurément.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Malikame 2019-06-10T13:53:54+02:00
Metro 2033

Un livre dense, pour lequel il faut s'accrocher. Le début est très intéressant mais cela a tendance à traîner en longueur sur le milieu. Artyom voyage de station en station, et les gens qu'il y rencontre lui enseignent une nouvelle façon de penser. En cela c'est très russe, les pensées du personnages sont aux centre, plus encore que l'action même s'il y en a beaucoup. On est plongé dans un voyage initiatique dans lequel le personnage passe de la naïveté de la jeunesse à la résignation de l(homme adulte. La fin est ouverte, ce qui est logique vu qu'il y a une suite, mais en même temps je pense que livre peut se suffire à lui-même.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pela 2019-06-20T07:54:47+02:00
Metro 2033

C'était la première fois que je me lançais dans la lecture du genre. J'y suis allé lentement, à tâtons, comme les personnages, dans les tunnels obscurs du métro... Et j'ai adoré.

Afficher en entier

On parle de Dmitry Glukhovsky ici :

[Challenge] Les 26 livres (2018)
2018-12-31T16:07:28+01:00
[Challenge] Les 400 points (2018)
2018-01-11T16:30:17+01:00
[Challenge] Les 400 points (2017)
2017-12-30T22:48:43+01:00
Que lisez-vous en ce moment ?
2017-12-25T20:56:30+01:00

Dédicaces de Dmitry Glukhovsky
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

L'Atalante : 9 livres

LGF - Le Livre de Poche : 3 livres

Heyne Taschenbuch : 2 livres

Gollancz : 2 livres

ActuSF : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode