Livres
528 408
Membres
548 439

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Maxime Chattam

Auteur

France Né(e) le 1976-02-19 ( 44 ans )
9 490 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Charlie18 2011-12-30T13:55:31+01:00

Biographie

Tout a commencé pendant le printemps 1975, lorsque des sentiments unissant deux personnes naquit une créature unicellulaire qui neuf mois plus tard (et quelques jours de retard…) allait déboucher sur ma naissance. Le 19 février 1976 pour être exact, quelque part dans une chambre de clinique tout ce qu'il y a de plus anonyme.

C'est peut-être à cet instant que le désir d'écrire s'est manifesté, par besoin de soulager l'horrible sensation de n'être qu'un individu de plus parmi les milliards passés et présents ; pour soulager cette oppressante nudité...

Je grandis en région parisienne. Enfant discret, j'observe beaucoup, les paysages, les gens… sans les commenter.

On me considère comme un garçon solitaire. Je déménage plusieurs fois avec ma famille, je grandis parmi des adultes de tout horizon, et j'écoute leurs histoires…

Pour plus tard, certainement.

A partir de 10 ans, je me mets à l'Anglais avec ma " seconde " marraine, Ann. Cette nouvelle langue m'amuse, elle est chargée d'aventures à mes oreilles , de contrées lointaines, autant d'appels vers l'imaginaire. Mais un imaginaire palpable, quelque part au-delà des océans…

A l'école, je ne suis pas particulièrement brillant. Je fais ce qu'on m'impose, sans plus. Ma tête est ailleurs la plupart du temps, loin, très loin au travers de ces murs.

On me dit " songeur ". C'est tout naturellement que je découvre le cinéma et devient accro… Deux heures de rêves à chaque film, deux heures de folies enivrantes, comment résister ?

1987. Premier voyage aux Etats-Unis, à Portland dans l'Oregon (ça rappellera des souvenirs à certains…). Je découvre, fasciné, qu'il est possible de se sentir encore plus petit dans l'univers. Ici tout est gigantesque : les camions de pompier, les immeubles, les gens, et même les glaces !

Après deux mois sur place, je reviens totalement corrompu :

Cette terre est synonyme d'espoir. Tout y est faisable. Les rêves sont permis là-bas. A partir de là, je " m'américanise ", je souhaite y vivre plus tard. Aujourd'hui je suis en partie d'accord avec ces pensées d'enfants, cependant je vois la cruauté et le cynisme qui habitent également ce pays. Rien n'est parfait. Les rêves y sont possibles… mais tous n'y parviendront pas. Et il y a souvent un prix à payer… .

1988. Je passe Noël dans la jungle Thaïlandaise parmi la tribu Aka. Je me souviens encore de la pleine lune au-dessus des feuilles de palmier (en tout cas ça y ressemblait).

Avec ce périple, le monde devient encore plus vaste et du coup, moi, je deviens encore plus petit.

Je tente ma première expérience avec l'écriture : tenir un journal de bord.

Le résultat tient en 5 pages raturées qu'il faudrait pouvoir traduire en français, il semblerait que je ne maîtrisais pas vraiment l'orthographe et la grammaire.

1990. C'est à cette époque que je visionne le film " Stand by me " tiré d'une nouvelle de Stephen King. Cette histoire d'adolescent me subjugue, c'est exactement à ça que j'aspire, cette amitié fraternelle et ces aventures qui s'ensuivent.

Déçu par la placidité de mon existence, et lucide quant à la morosité du quotidien, je décide donc de me faire vivre des aventures d'une autre manière : l'imaginaire.

J'emprunte la machine à écrire de ma mère et je réécris le film à ma sauce, rajoutant toutes les péripéties qui me font envie. C'est ma première " vraie " expérience d'écriture et c'est ce qui marque un tournant.

Dorénavant, je peux écrire toutes les histoires que je voudrais vivre. On est encore bien loin des romans noirs que je commettrais plus tard, mais les bases sont posées.

A 14 ans, pas particulièrement en avance, je décide de fuir la réalité en tentant d'écouter pour une fois ma chère mère qui me conseille depuis 24 mois de lire ce bouquin énorme qui sent la poussière.

Je découvre la lecture avec "Le seigneur des anneaux". J'en suis tellement captivé que je décide de me lever tous les matins à 5 heures pour passer une heure dans le bain afin de lire avant l'école.

En quête d'une histoire aussi passionnante, je lis un maximum de récits de science fiction, découvrant par accident Lovecraft, Vance, King plus en profondeur, et bien d'autres.

S'ensuit le décorticage méthodique de tout ce que la terre compte de mauvaise littérature gore ces bouquins écrits en 3 jours aux titres aussi évocateurs que " Horreur déliquescente " qui m'amusent beaucoup car ils me foutent une pétoche de tous les diables.

La vie glisse autour de moi, et des autres semble t-il, pendant les années suivantes, ou j'ai la chance de pouvoir voyager et lire.

J'ai beau grandir, vieillir et me rapprocher de ce qui devrait être " l'âge de raison ", je me refuse à tirer un trait sur tous ces mondes imaginaires qui peuplent mes désirs, et je lis et écris toutes ces vies que j'aurai tant aimé vivre.

C'est alors que j'ai l'illumination : si ! c'est possible de vivre tout ça ! comme dans les films : il suffit d'être acteur.

Pendant plusieurs années, j'entretiens l'espoir de devenir comédien. Je suis le Cours Simon à Paris, tout en lorgnant vers l'Actor Studio de New-York, auquel je ne me rendrais finalement jamais.

Avec le recul, je pense que je devais beaucoup ressembler à Joey dans la série " Friends ".

Cette histoire m'aura valu quelques expériences extraordinaires néanmoins. Je me souviens encore de mes révisions du BAC dans les loges du palais des sports lors des préparations d'un spectacle de Robert Hossein sur lequel je faisais de la figuration.

C'est lors de ce spectacle que Pierre Hatet, un comédien dont la voix est célébrissime (" Doc " dans " retour vers le futur " par exemple…), lit les liasses de textes, poésies, nouvelles etc… que j'écris entre deux répétitions et me propose de me mettre à l'écriture d'une pièce de théâtre. Je trouve l'idée intéressante et m'attèle à l'élaboration d'une pièce intitulée " Le Mal ", qui, une fois achevée, sera enfermée à triple tour dans un tiroir par son auteur. En effet, " il manque quelque chose ", songeais-je à l'époque. Tout simplement de la maturité !

Depuis l'article paru dans " Le Monde " en 2002, beaucoup de personne m'ont demandé de lire cette pièce. Après réflexion, et plutôt que de laisser le texte moisir à l'ombre, j'ai décidé de la mettre en entier sur ce site, vous pouvez la télécharger depuis la partie appelée " Le labo ". Pauvres de vous.

"J'aurai ensuite la chance de faire quelques petits rôles pour la télé, dont certains téléfilms passent encore chaque année…

1998. Ma vie sentimentale est similaire à un livre de Dino Buzzati intitulé : " Le désert des Tartares ". En sortant de la projection de " Titanic ", je décide de prendre les choses en mains.

Puisque la vie ne veut pas me donner mes trois jours de bonheur amoureux et mon iceberg, je décide de me l'inventer : j'écris " Le coma des Mortels ", une fable humoristique sur la solitude dans laquelle mon personnage trouve le Grand Amour, celui qui n'existe que dans la littérature, dit-on.

Depuis, je repense souvent à cette période, à cet état d'esprit, à ce livre. J'y combinais ma passion de l'imaginaire avec la création plus " personnelle ", celle qui comble des manques, qui répond aux questions qu'on se pose. Maintenant, j'essaye de ne jamais perdre de vue cette notion lorsque je m'attelle à un nouveau roman. Combiner les deux. Travailler la forme, et le fond, ne jamais sous estimer l'implicite de son récit.

1999. pas mes plus belles années pour tout vous dire.

La comédie abandonnée, j'ère dans les petits boulots pendant plus de deux ans. Je me rappelle que même mauvais acteur je gagnais bien ma vie, et caissier dans un magasin ce n'est pas la panacée même si ça me laisse le temps de rêver à ce que je vais écrire en rentrant le soir.

Je tente de reprendre mes études de Lettres modernes à la fac, sans parvenir à trouver un consensus valable pour nous réconcilier durablement.

J'écris " Le 5éme Règne " à ce moment là (publié en 2003 sous le pseudo Maxime Williams aux éditions du Masque), c'est mon premier thriller, même s'il vire dans le fantastique, et c'est aussi le premier roman que je situe aux USA.

Automne 99 : je quitte mon boulot de veilleur de nuit que je pensais idéal pour écrire mais qui s'avère être un accélérateur de solitude plus qu'autre chose. Dans le même temps, je suppose que si je veux un jour être publié autant connaître un peu le milieu, je deviens donc libraire pour une enseigne connue…

Je n'ai encore jamais envoyé le moindre manuscrit à un éditeur, je ne m'estime pas assez content de leur qualité, je vis donc avec la candeur de ne pas savoir ce qu'est la lettre type de refus.

Fasciné par les romans policiers, l'idée d'un thriller germe en moi. Mais il me faut des bases solides, je voudrais confronter le dernier cri des technologies d'investigation avec le monde obscur d'un tueur en série, l'idée étant de tisser dans mon histoire un climat de roman fantastique sans en être un.

Je parviens à suivre une formation de criminologie pendant un an, ou j'étudie la psychiatrie criminelle, la police technique et scientifique et la médecine légale. J'assiste à des autopsies et rencontre d'éminents spécialistes pour préparer mon roman. Pendant 8 mois je partage mon temps entre ces heures de documentation et mon métier de libraire qui me permet d'en savoir un peu plus sur le monde de l'édition.

Mai 2000 : je passe mes journées en librairie pour consacrer mes soirées et mes week-ends à ce projet de thriller, ma vie sociale devient celle d'une amibe.

Je me souviens que les premiers chapitres de " L'Ame du Mal " sont écrits pendant un violent orage à Thonon-les-Bains, durant ce qui devait être des vacances.

Octobre 2001 : avec une poignée d'irréductibles pour seuls amis, je ressors la tête de ma tanière puisque " L'Ame du Mal " est achevé.

Alors fauché, je ne trouve les moyens de photocopier et relier mon manuscrit qu'à trois exemplaires : reste à bien choisir les éditeurs qui se verront le plaisir de me renvoyer une lettre de refus…

Par un soir de novembre, mon téléphone sonne et le conte de fée commence, puisque Michel Lafon m'invite dans un superbe restaurant où le fondant chocolat me fait presque oublier qu'il vient de me proposer un contrat en or.

In Tenebris " sort en mars 2003 alors que je suis déjà en train d'écrire "Maléfices" tout en préparant le suivant… Une vie rêvée…

Aujourd'hui l'année 2003 s'achève sur le troisième opus de la trilogie : "Maléfices" (à paraître).

C'est en écrivant sa dernière page que je dis adieu à ses personnages. J'ouvre un cahier vierge sur de nouvelles vies tout en ayant un regard affectueux en arrière. Quatre romans, 2000 pages et tant d'existences encrées de maux pour les faire vivre.

Bientôt la magie de la lecture opérera à nouveau : la suite de la bio est en cours, et c'est vous et moi qui l'écrivons, là, en ce moment précis.

J'aurai prochainement la joie de vous présenter de nouveaux chapitres, livres après livres...

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
10 585 lecteurs
Or
14 502 lecteurs
Argent
7 915 lecteurs
Bronze
4 039 lecteurs
Lu aussi
5 402 lecteurs
Envies
10 475 lecteurs
En train de lire
733 lecteurs
Pas apprécié
642 lecteurs
PAL
11 588 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.19/10
Nombre d'évaluations : 9 627

10 Citations 5 153 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Maxime Chattam

Sortie Poche France/Français : 2020-11-05

Interview

Vidéo ajoutée par grissom 2019-11-07T07:21:45+01:00

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par D_J_Collins 2020-11-17T12:11:43+01:00
Le Signal

Un Chattam différent de ce que j'ai pu lire de lui jusque là. Un gros bloc, dense, aux personnages attachants. Une histoire de fantômes avec cette ombre non dissimulée qu'est Stephen King. On sent que Chattam aime cet auteur au point d'en retrouver certaines marques, certaines ambiance très kingiennes.

Au final un excellent bouquin qui sort un peu des sentiers battus. Chattam se diversifie souvent et j'adore !

Outre l'aspect prenant de cette histoire, de ces frissons d'angoisse qu'il parvient à nous faire vivre, il y a ces personnages imbuvables, qui énervent, que l'on a envie de voir crever au fond de l’égout avec délectation. Ces émotions fortes font vivre le livre alors que les personnages sont eux aussi embarqués dans ces émotions et nous rendent justice.

Du grand Chattam !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GeeClochette 2020-11-18T11:14:06+01:00
L'Illusion

En lisant le résumé, j’avoue que je me suis déjà lancée dans ce roman avec appréhension. J’ai détesté le signal pour sa trop grande ressemblance avec les romans de Stephen King, et là le lien avec Shining est évident et entièrement assumé. Et malheureusement ma réticence n’a pas freinée au fil de ma lecture...

En soit, le roman n’est pas mauvais du tout, c’est bien écrit, bien construit... Mais c’est prévisible (j’ai traité le héros de crétin qui ne voit pas ce qui est sous son nez un certain nombre de fois, Spoiler(cliquez pour révéler)ne serait-ce que l’évidence très rapide de Lilith, franchement, le mec parle de diable et compagnie, et Lilith, il ne réagit pas...) et les passages effrayants m’ont bien moins fait frissonner que Shining. J’avais même tendance à finir par les survoler tant ça me fatiguait.

Lecture extrêmement laborieuse pour ma part donc, mais probablement parce que j’ai d’autres attentes quand je lis du Chattam...

Afficher en entier
Autre-Monde, Tome 0 : Ambre

Je commence la saga par ce tome d'introduction qui me donne bien envie d'en savoir plus. Je suis curieuse de voir où l'auteur va nous mener. C'est une petite histoire assez courte qu'on peut aussi choisir d'interpréter de manière métaphorique si on ne souhaite pas forcément lire la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maria1957 2020-11-19T20:43:57+01:00
L'Illusion

Ces malheureux que le livre est trop lent jusqu'au trois quart du bouquin et puis il devient intéressant.

Mais la fin est très improbable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pulchoux 2020-11-22T17:29:15+01:00
L'Illusion

Alors. Que dire ? J'avoue que cette lecture m'a complètement perdue.

A sa sortie, je me suis empressée de me procurer l'illusion car le résumé m'avait vraiment emballée, sachant qu'il est écrit par l'un de mes auteurs favoris.

Le début a été pour moi une certaine "désillusion" (nous noterons le jeu de mot nul) puisque je n'ai pas du tout accroché. Hugo est un personnage qui m'a été profondément antipathique. Je n'ai eu aucune accroche avec lui. De plus, le cadre a été long à se poser, et les longueurs ne m'ont vraiment pas encouragé à continuer. J’avoue que j’ai été un peu déçue de ne pas avoir été aspirée directement dans l’intrigue.

Je suis vraiment rentrée dans l'histoire à partir du deuxième tiers du roman. Ce n'est pas grâce à Hugo, car plus j'avançais dans les pages plus j'ai eu envie de le gifler. Les seconds personnages ont été vraiment un atout pour moi, car j’ai plutôt bien accroché les personnages d’Alice, Lily et Jina. Voir même les autres, mais nous les voyons un peu moins donc plus difficile d’avoir un vrai avis sur eux. Quant au scénario, j’ai enfin été aspirée et j’ai eu envie d’en savoir plus.

Globalement, c’est un bon roman, je pense juste avoir été déçue parce que je ne m’attendais pas à ce genre de scénario. Le final est plutôt bon et je n’ai pas su repérer les indices donc j’ai vraiment été surprise.

Je voudrais juste ajouter une petite précision pour les détracteurs de M. Chattam qui l’accusent d’avoir « copié » le Shining de S. King : c’est que vous n’avez pas lu Shining car ça n’a absolument rien à voir. Ce n’est pas la même ambiance, ni le même scénario. En fait, à par l’aspect « hôtel », il n’y a rien de comparable et que le personnage principal soit auteur… C’est tout. Je viens d’enchaîner Shining et l’illusion donc je pense être tout à fait objective sur cette observation. Je suis tout à fait ouverte à la discussion pour ceux qui pensent le contraire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pulchoux 2020-11-22T17:31:20+01:00
Que ta volonté soit faite

C’est la première fois de toute ma vie, que j’ai un avis aussi opposé. A ne pas mettre dans toutes les mains !

Que ta volonté soit faite est un très bon roman, extrêmement bien écrit, on est vraiment plongé dans l’histoire et l’on a envie d’en savoir plus. Les pages se tournent et l’on avance sans voir l’heure passer. Je pense que c’est une très belle prouesse de l’auteur.

Néanmoins, je n’ai pas aimé l’histoire. M. Chattam aborde des thèmes très difficiles avec des détails très dérangeants. J’ai senti mon cœur se soulever à de nombreuses reprises et j’ai eu même par moment la nausée. Une chose est sûre, âme sensible s’abstenir ! L’auteur nous plonge dans un récit glacial, terrifiant, il nous dépeint ce qu’il y a de pire dans l’être humain. En soit, ce n’est pas une mauvaise histoire, au contraire, je pense qu’elle est excellente et tous les amateurs de ce genre d’histoire vont adorer. Pour ma part, ce n’est pas du tout mon genre de lecture. Certainement car je suis trop sensible. Pourtant, je suis allée jusqu’au bout, car l’auteur sait comment nous plonger dans son univers et nous piéger.

Je ne peux donc pas placer dans mes romans préférés ou même appréciés, mais je ne peux pas non plus le mettre dans les livres que je n’ai pas aimé. Un vrai dilemme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HELENE45 2020-11-25T20:17:12+01:00
13 à table ! 2021

#13ATable 2020

Pour 5 € : 4 repas offerts pour les #RestosDuCœur !!

Cette année, encore plus que les autres, ils en ont bien besoin !!

Avec 2 de mes chouchous @fthilliez et @ChattamMaxime

@Pocket_Editions

Afficher en entier
La Trilogie du mal, Tome 1 : L'Âme du mal

L’histoire en elle même est bien, elle est bien pensée et bien écrit. Mais il y a trop de description, un peu lourd, on s’ennuie par moment. Il n’y a pas beaucoup d’actions. On a parfois l’impression d’être en formation de criminologie. On retrouve bien là Maxime Chattam et ses études de criminologie... Je ne vais pas jeter la pierre, c’est un bon livre quand même.

Je lirai la suite.

Mais j’ai préféré le Léliatemps.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Solange-13 2020-11-26T11:00:53+01:00
La Patience du diable

Nous retrouvons Ludivine Vancker pour une enquête complexe. Beaucoup de faits divers aprioris sans lien auraient finalement une source commune... un dépeceur qui vend des peaux humaines, un massacre collectif dans un TGV, une attaque dans un centre commercial, puis dans un restaurant... Et ces morts isolés portant tous sur leur visage une expression de terreur... Ludivine et son équipe devra faire le lien entre tous ces criminels au passé psychiatrique parfois lourd... Jusqu’à ce que le diable en personne s’invite chez elle... « le maître » : celui qui sème ses graines diaboliques et patiente jusqu’a Ce qu’elles germent, répandant leur chaos... un thriller haletant, aux liens parfois trop nombreux selon moi, mais un suspens addictif !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Floriane 2020-11-26T15:35:33+01:00
Autre-Monde, Tome 2 : Malronce

Une bonne lecture, surtout à la fin. Beaucoup plus d'action que dans le premier tome, ce que j'ai beaucoup apprécié.

Par contre j'ai bien moins aimé le personnage d'Ambre dans ce livre, je ne sais pas si c'est dû au fait que j'ai lu le tome 0 sur Ambre entre le tome 1 et le tome 2 (je l'avais vraiment détestée dans ce livre).

Afficher en entier

On parle de Maxime Chattam ici :

Découvrez Le livre de l'année 2020
2020-06-09T22:21:04+02:00
[Challenge] Communautaire 2020
2020-05-01T13:10:18+02:00
[Challenge] Les 26 livres (2020)
2020-01-12T08:11:52+01:00

Dédicaces de Maxime Chattam
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 35 livres

Albin Michel : 22 livres

VDB : 10 livres

LGF - Le Livre de Poche : 10 livres

France Loisirs : 9 livres

Michel Lafon : 6 livres

Le Livre de Poche : 4 livres

Jungle ! : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array