Livres
559 068
Membres
607 651

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Maxime Chattam

Auteur

France Né(e) le 1976-02-19 ( 45 ans )
9 937 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Charlie18 2011-12-30T13:55:31+01:00

Biographie

Tout a commencé pendant le printemps 1975, lorsque des sentiments unissant deux personnes naquit une créature unicellulaire qui neuf mois plus tard (et quelques jours de retard…) allait déboucher sur ma naissance. Le 19 février 1976 pour être exact, quelque part dans une chambre de clinique tout ce qu'il y a de plus anonyme.

C'est peut-être à cet instant que le désir d'écrire s'est manifesté, par besoin de soulager l'horrible sensation de n'être qu'un individu de plus parmi les milliards passés et présents ; pour soulager cette oppressante nudité...

Je grandis en région parisienne. Enfant discret, j'observe beaucoup, les paysages, les gens… sans les commenter.

On me considère comme un garçon solitaire. Je déménage plusieurs fois avec ma famille, je grandis parmi des adultes de tout horizon, et j'écoute leurs histoires…

Pour plus tard, certainement.

A partir de 10 ans, je me mets à l'Anglais avec ma " seconde " marraine, Ann. Cette nouvelle langue m'amuse, elle est chargée d'aventures à mes oreilles , de contrées lointaines, autant d'appels vers l'imaginaire. Mais un imaginaire palpable, quelque part au-delà des océans…

A l'école, je ne suis pas particulièrement brillant. Je fais ce qu'on m'impose, sans plus. Ma tête est ailleurs la plupart du temps, loin, très loin au travers de ces murs.

On me dit " songeur ". C'est tout naturellement que je découvre le cinéma et devient accro… Deux heures de rêves à chaque film, deux heures de folies enivrantes, comment résister ?

1987. Premier voyage aux Etats-Unis, à Portland dans l'Oregon (ça rappellera des souvenirs à certains…). Je découvre, fasciné, qu'il est possible de se sentir encore plus petit dans l'univers. Ici tout est gigantesque : les camions de pompier, les immeubles, les gens, et même les glaces !

Après deux mois sur place, je reviens totalement corrompu :

Cette terre est synonyme d'espoir. Tout y est faisable. Les rêves sont permis là-bas. A partir de là, je " m'américanise ", je souhaite y vivre plus tard. Aujourd'hui je suis en partie d'accord avec ces pensées d'enfants, cependant je vois la cruauté et le cynisme qui habitent également ce pays. Rien n'est parfait. Les rêves y sont possibles… mais tous n'y parviendront pas. Et il y a souvent un prix à payer… .

1988. Je passe Noël dans la jungle Thaïlandaise parmi la tribu Aka. Je me souviens encore de la pleine lune au-dessus des feuilles de palmier (en tout cas ça y ressemblait).

Avec ce périple, le monde devient encore plus vaste et du coup, moi, je deviens encore plus petit.

Je tente ma première expérience avec l'écriture : tenir un journal de bord.

Le résultat tient en 5 pages raturées qu'il faudrait pouvoir traduire en français, il semblerait que je ne maîtrisais pas vraiment l'orthographe et la grammaire.

1990. C'est à cette époque que je visionne le film " Stand by me " tiré d'une nouvelle de Stephen King. Cette histoire d'adolescent me subjugue, c'est exactement à ça que j'aspire, cette amitié fraternelle et ces aventures qui s'ensuivent.

Déçu par la placidité de mon existence, et lucide quant à la morosité du quotidien, je décide donc de me faire vivre des aventures d'une autre manière : l'imaginaire.

J'emprunte la machine à écrire de ma mère et je réécris le film à ma sauce, rajoutant toutes les péripéties qui me font envie. C'est ma première " vraie " expérience d'écriture et c'est ce qui marque un tournant.

Dorénavant, je peux écrire toutes les histoires que je voudrais vivre. On est encore bien loin des romans noirs que je commettrais plus tard, mais les bases sont posées.

A 14 ans, pas particulièrement en avance, je décide de fuir la réalité en tentant d'écouter pour une fois ma chère mère qui me conseille depuis 24 mois de lire ce bouquin énorme qui sent la poussière.

Je découvre la lecture avec "Le seigneur des anneaux". J'en suis tellement captivé que je décide de me lever tous les matins à 5 heures pour passer une heure dans le bain afin de lire avant l'école.

En quête d'une histoire aussi passionnante, je lis un maximum de récits de science fiction, découvrant par accident Lovecraft, Vance, King plus en profondeur, et bien d'autres.

S'ensuit le décorticage méthodique de tout ce que la terre compte de mauvaise littérature gore ces bouquins écrits en 3 jours aux titres aussi évocateurs que " Horreur déliquescente " qui m'amusent beaucoup car ils me foutent une pétoche de tous les diables.

La vie glisse autour de moi, et des autres semble t-il, pendant les années suivantes, ou j'ai la chance de pouvoir voyager et lire.

J'ai beau grandir, vieillir et me rapprocher de ce qui devrait être " l'âge de raison ", je me refuse à tirer un trait sur tous ces mondes imaginaires qui peuplent mes désirs, et je lis et écris toutes ces vies que j'aurai tant aimé vivre.

C'est alors que j'ai l'illumination : si ! c'est possible de vivre tout ça ! comme dans les films : il suffit d'être acteur.

Pendant plusieurs années, j'entretiens l'espoir de devenir comédien. Je suis le Cours Simon à Paris, tout en lorgnant vers l'Actor Studio de New-York, auquel je ne me rendrais finalement jamais.

Avec le recul, je pense que je devais beaucoup ressembler à Joey dans la série " Friends ".

Cette histoire m'aura valu quelques expériences extraordinaires néanmoins. Je me souviens encore de mes révisions du BAC dans les loges du palais des sports lors des préparations d'un spectacle de Robert Hossein sur lequel je faisais de la figuration.

C'est lors de ce spectacle que Pierre Hatet, un comédien dont la voix est célébrissime (" Doc " dans " retour vers le futur " par exemple…), lit les liasses de textes, poésies, nouvelles etc… que j'écris entre deux répétitions et me propose de me mettre à l'écriture d'une pièce de théâtre. Je trouve l'idée intéressante et m'attèle à l'élaboration d'une pièce intitulée " Le Mal ", qui, une fois achevée, sera enfermée à triple tour dans un tiroir par son auteur. En effet, " il manque quelque chose ", songeais-je à l'époque. Tout simplement de la maturité !

Depuis l'article paru dans " Le Monde " en 2002, beaucoup de personne m'ont demandé de lire cette pièce. Après réflexion, et plutôt que de laisser le texte moisir à l'ombre, j'ai décidé de la mettre en entier sur ce site, vous pouvez la télécharger depuis la partie appelée " Le labo ". Pauvres de vous.

"J'aurai ensuite la chance de faire quelques petits rôles pour la télé, dont certains téléfilms passent encore chaque année…

1998. Ma vie sentimentale est similaire à un livre de Dino Buzzati intitulé : " Le désert des Tartares ". En sortant de la projection de " Titanic ", je décide de prendre les choses en mains.

Puisque la vie ne veut pas me donner mes trois jours de bonheur amoureux et mon iceberg, je décide de me l'inventer : j'écris " Le coma des Mortels ", une fable humoristique sur la solitude dans laquelle mon personnage trouve le Grand Amour, celui qui n'existe que dans la littérature, dit-on.

Depuis, je repense souvent à cette période, à cet état d'esprit, à ce livre. J'y combinais ma passion de l'imaginaire avec la création plus " personnelle ", celle qui comble des manques, qui répond aux questions qu'on se pose. Maintenant, j'essaye de ne jamais perdre de vue cette notion lorsque je m'attelle à un nouveau roman. Combiner les deux. Travailler la forme, et le fond, ne jamais sous estimer l'implicite de son récit.

1999. pas mes plus belles années pour tout vous dire.

La comédie abandonnée, j'ère dans les petits boulots pendant plus de deux ans. Je me rappelle que même mauvais acteur je gagnais bien ma vie, et caissier dans un magasin ce n'est pas la panacée même si ça me laisse le temps de rêver à ce que je vais écrire en rentrant le soir.

Je tente de reprendre mes études de Lettres modernes à la fac, sans parvenir à trouver un consensus valable pour nous réconcilier durablement.

J'écris " Le 5éme Règne " à ce moment là (publié en 2003 sous le pseudo Maxime Williams aux éditions du Masque), c'est mon premier thriller, même s'il vire dans le fantastique, et c'est aussi le premier roman que je situe aux USA.

Automne 99 : je quitte mon boulot de veilleur de nuit que je pensais idéal pour écrire mais qui s'avère être un accélérateur de solitude plus qu'autre chose. Dans le même temps, je suppose que si je veux un jour être publié autant connaître un peu le milieu, je deviens donc libraire pour une enseigne connue…

Je n'ai encore jamais envoyé le moindre manuscrit à un éditeur, je ne m'estime pas assez content de leur qualité, je vis donc avec la candeur de ne pas savoir ce qu'est la lettre type de refus.

Fasciné par les romans policiers, l'idée d'un thriller germe en moi. Mais il me faut des bases solides, je voudrais confronter le dernier cri des technologies d'investigation avec le monde obscur d'un tueur en série, l'idée étant de tisser dans mon histoire un climat de roman fantastique sans en être un.

Je parviens à suivre une formation de criminologie pendant un an, ou j'étudie la psychiatrie criminelle, la police technique et scientifique et la médecine légale. J'assiste à des autopsies et rencontre d'éminents spécialistes pour préparer mon roman. Pendant 8 mois je partage mon temps entre ces heures de documentation et mon métier de libraire qui me permet d'en savoir un peu plus sur le monde de l'édition.

Mai 2000 : je passe mes journées en librairie pour consacrer mes soirées et mes week-ends à ce projet de thriller, ma vie sociale devient celle d'une amibe.

Je me souviens que les premiers chapitres de " L'Ame du Mal " sont écrits pendant un violent orage à Thonon-les-Bains, durant ce qui devait être des vacances.

Octobre 2001 : avec une poignée d'irréductibles pour seuls amis, je ressors la tête de ma tanière puisque " L'Ame du Mal " est achevé.

Alors fauché, je ne trouve les moyens de photocopier et relier mon manuscrit qu'à trois exemplaires : reste à bien choisir les éditeurs qui se verront le plaisir de me renvoyer une lettre de refus…

Par un soir de novembre, mon téléphone sonne et le conte de fée commence, puisque Michel Lafon m'invite dans un superbe restaurant où le fondant chocolat me fait presque oublier qu'il vient de me proposer un contrat en or.

In Tenebris " sort en mars 2003 alors que je suis déjà en train d'écrire "Maléfices" tout en préparant le suivant… Une vie rêvée…

Aujourd'hui l'année 2003 s'achève sur le troisième opus de la trilogie : "Maléfices" (à paraître).

C'est en écrivant sa dernière page que je dis adieu à ses personnages. J'ouvre un cahier vierge sur de nouvelles vies tout en ayant un regard affectueux en arrière. Quatre romans, 2000 pages et tant d'existences encrées de maux pour les faire vivre.

Bientôt la magie de la lecture opérera à nouveau : la suite de la bio est en cours, et c'est vous et moi qui l'écrivons, là, en ce moment précis.

J'aurai prochainement la joie de vous présenter de nouveaux chapitres, livres après livres...

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
10 985 lecteurs
Or
15 128 lecteurs
Argent
8 345 lecteurs
Bronze
4 262 lecteurs
Lu aussi
5 855 lecteurs
Envies
10 717 lecteurs
En train de lire
730 lecteurs
Pas apprécié
701 lecteurs
PAL
12 162 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.17/10
Nombre d'évaluations : 10 171

10 Citations 5 382 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Maxime Chattam

Sortie Poche France/Français : 2020-11-05

Interview

Vidéo ajoutée par grissom 2019-11-07T07:21:45+01:00

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Floriane 2021-07-22T14:53:02+02:00
Autre-Monde, Tome 7 : Genèse

Une fin superbe! J’ai vraiment adoré, mis à part les 10 dernières pages qui m’ont déçues. Et toujours le personnage d’Ambre qui, selon moi, est vraiment l’ombre au tableau de cette saga. Je ne sais pas pourquoi je n’ai jamais réussi à l’apprécier.

Afficher en entier
Le Diptyque du temps, Tome 1 : Léviatemps

Franchement, avec Chattam, faut vraiment avoir le cœur bien accroché et ne pas avoir mangé un truc avant de lire, parce que c’est toujours macabre et vraiment flippant.

Et ce bouquin n’est pas différent des autres. Il est intense, le suspens est à coupé au couteau, ça donne souvent des palpitations, ça retourne le cerveau, ça nous balade de droite à gauche, ça embrouille l’esprit, ça induit en erreur, ça donne la gerbe, ça fait peur, c’est angoissant… mais c’est hyper bien écrit.

Le travail de recherche est phénoménal, que dis-je, Chattam maîtrise son sujet à la perfection. C’est même pire que ça, parce que sincèrement, je me questionne sur sa santé mentale. Ne faut-il pas être un peu « déséquilibré » pour écrire et surtout, imaginer des trucs pareils ? Parce que les détails sont si précis et tous les traits psychologiques évoqués à la façon des profileurs sont si justes, que c’est ça qui en fait un récit des plus palpitant, réaliste et terrifiant.

Et cette fin, à nouveau, qui surprend et qui ne connait rien du mot prévisible. J’avoue ne pas avoir aimé du tout ce « Léviatemps », je trouve que Chattam est allé trop loin dans l’impossible et pour le coup, c’est la seule chose qui a manqué de réalisme dans ce récit.

Comprendra qui lira…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lecteurassidu 2021-07-23T23:11:03+02:00
Un(e) secte

Cher Mr CHATTAM, je vous hais moins que je vous aime.

Vous savez jouer de mes peurs, de mes phobies encore une fois de plus.

Vous êtes une chimiste de l'écriture, vous avez la subtile aptitude de doser la réalité et la fiction.

Un(e) Secte encore un magnifique exemple de votre savoir faire.

Afficher en entier
Le Diptyque du temps, Tome 2 : Le Requiem des abysses

J’ignore si vous comprendrez mon point de vue, mais là, tout de suite, après avoir refermé ce bouquin, non seulement, je me sens mal et je sais que je vais faire des cauchemars dans pas longtemps, mais je ne peux pas ne pas être en admiration devant le travail de Chattam.

Je n’ai pas aimé ce bouquin. Voilà, c’est dit. Je n’ai pas aimé. (Le premier non plus, d’ailleurs.) J’ai été choqué par la mise en scène des meurtres et j’en ai encore la chair de poule. Tout m’a fait flipper et j’ai plusieurs fois été obligée de m’arrêter de lire, parce que le récit était trop intense, trop stressant, ou trop effroyable pour que mes yeux continuent à y être accrochés. Et à l’inverse, je ne peux pas ne pas admettre le talent et la maitrise de soi phénoménal, qu’il a fallu déployer pour que ça tienne la route et que ça soit aussi « juste », aussi prenant, aussi macabre, aussi flippant, aussi glauque, aussi précis, aussi palpitant et aussi intense. Ce bouquin est tout bonnement exceptionnel, excellent, complet et malheureusement, réaliste.

Le potentiel psychologie et profilage est à nouveau ultra précis et très bien documenté. Chattam sait de quoi il parle. On sent qu’il a dû baigner dans le truc un bon moment, avant de pouvoir écrire un bouquin comme celui-là. Et en toute honnêteté, c’est ça qui me fait le plus flipper. N’en est-il pas affecté encore aujourd’hui ? Est-ce qu’il dort bien la nuit ?

Bref, je ne vais pas m’attarder sur ce point. Il ne serait pas bon de continuer à mélanger la fiction et la réalité, même si la limite est très fine et que Chattam adore écrire en équilibre entre les deux.

Pour conclure mon commentaire, je dirais qu’à nouveau, le mot prévisible n’a pas sa place dans ce récit, (bon Dieu, je ne l’ai pas vu venir ce salop***!!!!), tout est captivant du début à la fin et vous en aurez pour votre argent.

Âmes sensibles s’abstenir…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maux-Silencieux 2021-07-26T20:54:02+02:00
Le Signal

Une histoire prenante, on ne lâche pas le roman avant de l'avoir fini. On retrouve un mélange de Lovecraft et et Stephen King qui leur rend bien hommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LuniversdeKrystel 2021-07-27T19:29:21+02:00
Carnages

Un roman court, rythmé, qui m'a séduite. Les tueries dans ces lycées font froid dans le dos et l'enquête menée par le gigantesque inspecteur afro-américain Lamar est rondement menée. Le dénouement est surprenant ! Maxime Chattam m'a donné l'envie de tourner les pages de ce roman pour le boucler en quelques heures à peine. Merci pour ce moment intense qui m'a grandement changé les idées !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par altenaissa 2021-07-28T21:07:29+02:00
La Conjuration primitive

Un livre que je peine aujourd'hui encore à commenter. La violence et la surprise qui peuple ce récit me glace encore le sang. L'histoire mais aussi la philosophe qui se cacher derrière m'ont énormément perturbée. Je reconnais de grandes qualités à l'auteur et la l'ouvrage mais je ne suis absolument pas disposée à continuer !

Afficher en entier
Autre-Monde, Tome 4 : Entropia

Il faut savoir que les 3 premiers tomes était un cycle et que Entropia est donc le 1er livre d'un nouveau cycle. J'ai aimé ce tome mais je ne l'ai pas autant apprécié que les tomes précédents. Par contre la fin met l'eau à la bouche et j'ai quand même hâte de suivre les aventures de Tobias, Ambre et Matt dans leur prochaine aventure.

Afficher en entier
Autre-Monde, Tome 6 : Neverland

Je n'avais pas aimé le tome précédent mais j'ai beaucoup plus apprécié ma lecture sur cet avant dernier tome. Et si on devait diviser le livre en 3 parties je dirais que la dernière est ma préférée. La première partie avait trop de longueurs à mon sens, et je trouve qu'il y a beaucoup de similitude entre ce cycle et le cycle précédent finalement... Même péripétie, même méchants, la ville d'Eden remplacée par celle de Neverland, conflit entre les Pans et les Ozdultes : Oui, ça manque un peu de renouvellement à mes yeux. Malgré tout ça reste un livre très divertissant, plein d'aventures et avec un énorme point fort pour la créativité et le suspense. Au point, parfois, que l'action prend le pas sur les émotions des personnages. Dernier point négatif pour moi, ce n'est peut-être pas politiquement correct... Mais punaise !! J'm'explique: Ils ont 16, 17 ans et RIEN! La romance est hyper platonique !!! Alors je ne demande pas du "50 nuances de fesse" : juste une relation réaliste à l'âge où tes hormones s'affolent quoi !!! (C'était la minute : je n'ai pas lu de romance depuis 2 semaines et ça me fait bizarre ... Ne faites pas attention...). Je suis contente d'entamer le dernier tome, parce que j'ai envie de connaitre la fin, parce que j'espère que ça va bien se terminer (je suis une adepte du HappyEnding ^^) mais également parce que je trouve qu'on tourne un peu en rond et que je pense que c'est bien que la saga se termine.

Afficher en entier
Autre-Monde, Tome 6 : Neverland

Ce tome est bien plus addictif que le précèdent et moins noir aussi ! c'est évident que plus on s'approche de la fin plus nos héros sont sombres et tristes mais j'ai aimé leur différentes rencontres et ce moment de répit à Neverland. Une pointe de nostalgie en commençant ce tome 7 tout dernier tome de cette saga !!

Afficher en entier

On parle de Maxime Chattam ici :

Découvrez Le livre de l'année 2020
2020-06-09T22:21:04+02:00
[Challenge] Communautaire 2020
2020-05-01T13:10:18+02:00
[Challenge] Les 26 livres (2020)
2020-01-12T08:11:52+01:00

Dédicaces de Maxime Chattam
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 44 livres

Albin Michel : 22 livres

LGF - Le Livre de Poche : 12 livres

VDB : 10 livres

France Loisirs : 9 livres

Michel Lafon : 6 livres

Audiolib : 5 livres

Le Livre de Poche : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array