Livres
613 142
Membres
710 397

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Pierre Grimbert

Auteur

1 060 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par mikisora 2011-02-01T13:49:07+01:00

Biographie

Il est né en 1970, fils aîné de parents instituteurs, dans le Nord de la France. Après un bac scientifique, il fait ses études supérieures à Lille et à Bordeaux, se spécialisant dans la branche des « métiers du livre ». Il travaille ainsi comme bibliothécaire, puis comme infographiste dans diverses entreprises de la métropole lilloise, où il réside pendant sept ans.

Après quelques tentatives avortées de scénarisation BD, il commence en 1995 l’écriture de Six héritiers, premier tome d’une tétralogie de fantasy au titre générique du Secret de Ji. Le cycle édité par les éditions Mnémos remporte en 1997 le « Prix Julia Verlanger », décerné par la Fondation de France, ainsi que le « Prix Ozone », décerné par les lecteurs de Science-Fiction magazine.

(Note : la tétralogie originelle est maintenant éditée en deux gros volumes.)

En 1998, Pierre Grimbert décide de quitter la vie salariale pour se consacrer entièrement à ses histoires. Il s’installe en Normandie et entame le cycle de la Malerune, pour le suspendre après un seul volume, suite aux impératifs commerciaux ayant entraîné la modification du projet. À cette même date, il est approché par les éditions Bayard et Degliame pour la création de séries de romans pour la jeunesse : Dragonia et les Aventuriers de l’Irréel. Dix titres sont parus au total, récompensés par quatre nouveaux prix.

Pendant la même période, Pierre Grimbert travaille aussi en tant que scénariste de jeu vidéo, auprès de Hydravision Entertainment.

En 2002, il revient s’installer dans le Nord et consacre alors toute son énergie à la création des Editions Octobre, en compagnie de son épouse, l’écrivain Audrey Françaix. Parallèlement, il supervise l’écriture de la suite du cycle de la Malerune, repris par le talentueux Michel Robert ; ainsi que la scénarisation de la BD Bazardoz (aujourd’hui arrêtée), publiée dans Lanfeust magazine, sous les crayons de l’artiste Philippe Fenech.

Enfin, les Editions Octobre publient leur premier titre en juin 2004 : le Testament oublié, introduction à la pentalogie des Enfants de Ji, faisant suite à ce qui reste le plus grand succès de l’auteur. Avec le Sang du Jal, paru en juillet 2006, Pierre Grimbert ferme une première décennie d’écriture et entame la deuxième avec le Prophétionnel !

Bibliographie

* Le Secret de Ji (Éditions Mnémos ; 2003 - Éditions J’ai Lu: regroupé en 2 volumes, Le Secret de Ji tomes 1&2)

Six Héritiers (1997)

Le Serment Orphelin (1997)

L'Ombre des Anciens (1997)

Le Doyen Éternel (1997)

* La Malerune (Éditions Mnémos)

Les Armes des Garamont (1998)

Les tomes 2 et 3 ont été écrits par Michel Robert supervisé par Pierre Grimbert

Le Dire des Sylfes (2003)

La Belle Arcane (2004)

* Les Enfants de Ji (Éditions Octobre)

Le Testament Oublié (2004)

La Veuve Barbare (2004)

La Voix des Aînés (2005)

Le Patriarche (2005)

Le Sang du Jal (2006)

* Le Prophétionnel (Éditions Octobre)

La Théorie du Bouclier (2006)

Le Trône du Dahu (2007)

* Les Gardiens de Ji (Éditions Octobre)

La Volonté du Démon (18 avril 2008)

Le Deuil Écarlate (17 mars 2009)

Le Souffle des Aïeux (à paraître)

Nouvelles

* Le Guerrier La Mort (1998 - in Fantasy - Éditions Fleuve Noir)

* Elfine (1999 - in Légendaire - Éditions Mnémos)

* Le Pèlerin (2001 - in Faeris n°6 - Nestiveqnen Éditions)

Littérature jeunesse

* Les Aventuriers de l’Irréel (Éditions Degliame)

Prisonniers d'Harmonia (2001 - n°4)

La Formule rouge (2001 - n°7)

La Voie du voleur (2002 - n°24)

Le Guerrier de la tour (2004 - n°43)

* Dragon X > les Aventuriers de l'Irréel révisé par P. Grimbert (Editions Octobre)

* Le Baiser de la Subure (2001 - Bayard Éditions Jeunesse)

* La reine des Amazones(2001 - Bayard Éditions Jeunesse)

* Le Trophée des sorciers (2002 - Bayard Éditions Jeunesse)

* La Haute quête de Dragonia (2005 - Bayard Éditions Jeunesse)

(Sources : Edition Octobre, Wikipédia)

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
929 lecteurs
Or
1 667 lecteurs
Argent
1 050 lecteurs
Bronze
618 lecteurs
Lu aussi
620 lecteurs
Envies
1 188 lecteurs
En train de lire
38 lecteurs
Pas apprécié
51 lecteurs
PAL
943 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.96/10
Nombre d'évaluations : 771

0 Citations 404 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Pierre Grimbert

Sortie France/Français : 2022-08-26

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Pixel-1 2021-12-12T02:13:33+01:00
Le secret de Ji - Intégrale

Le Secret de Ji est le bébé de Pierre Grimbert.

J'avais déjà lu ce premier cycle de "Ji" en quatre tomes il y a une douzaine d'années, je l'ai racheté par la suite aux éditions Mnémos en deux tomes avec leurs magnifiques couvertures mais voilà, à force de tout prêter autour de soi, les romans et autres BD ne reviennent pas toujours forcément.

J'ai donc racheté le premier cycle récemment, en format poche que j'ai lu pour la seconde fois en deux tomes et je suis toujours fasciné par cet univers. Un vrai plaisir de lecture et un émerveillement pour faire travailler l'imagination.

Afficher en entier
La Malerune, Tome 1 : Les Armes de Garamont

C’est avec grand plaisir que je me suis replongée dans un livre de Pierre Grimbert, auteur des cycles de Ji, que j’avais adoré.

Comme je m’y attendais, j’ai aimé ma lecture.

Les mondes de l’AEldo et du Maune, qui se superposent peu à peu, et l’idée de leurs deux runes respectives, la Malerune et la Belle Arcane, me plait bien.

J’adhère toujours au style de Pierre Grimbert et à son organisation « sans chapitre », qui permet de faire des pauses plus souvent, sans forcément devoir attendre 20 pages d’avoir fini un chapitre.

Les personnages sont sympathiques et diversifiés. Comparé à d’autres livres écrits de fantasy français à la même époque, on a le plaisir d’avoir deux femmes parmi les protagonistes, et elles ne s’en laissent pas conter par les créatures assoiffées de sang ! J’aime particulièrement la petite Ariale, très attachante, et j’espère la voir développer son talent en devenir dans les prochains tomes.

Si Le Secret de Ji reste dans le très très haut de mon classement, la Malerune est tout de même un livre très agréable à lire, et je lirai la suite avec plaisir. Et je le ferai vite car cette fin… me laisse vraiment sur ma faim ! Ah, il me faut la suite !

Afficher en entier
Le Secret de Ji, L'intégrale 1

Beaucoup mieux que ce que j'aurais cru, mais c'est de la Fantasy classico-classique. Pourtant j'ai bien aimé les personnages qui évoluent tous de façon intéressante. Le roman manque un peu trop de descriptions pour vraiment se plonger dans l'ambiance, mais il contient beaucoup d'humour, ce qui rend la lecture agréable.

Afficher en entier
La Malerune, Tome 2 : Le Dire des Sylfes

Grosse déception.

J’avais largement préféré le tome 1 qui avait été rédigé uniquement par Pierre Grimbert, et pas par Michel Robert. Je n’ai pas du tout adhéré au style de ce dernier.

Commençons par le positif, il y en a peu : on en apprend enfin plus sur la magie des runes et ses principes. Aussi, l’apparition d’un troisième camp complexifie l’intrigue, c’est bienvenu. Ariale et surtout Lucia continuent à tabasser des Maunes, ça fait plaisir. Voilà pour le positif.

Maintenant le négatif…

Déjà, la précipitation. Comparé au tome 1, tout devient précipité, mais trop. Les moments d’action/danger/tension sont bouclés trop rapidement. Nos héros dégomment les Maunes si vite que c’en est lassant. Je ne me suis jamais inquiétée pour les personnages et je n’ai pas ressenti la même tension et le même suspens que dans le tome 1. De plus, tout devient extrêmement prévisible. L’énorme spoil sur la quatrième de couverture n’aide pas, il gâche toute la surprise en révélant un élément majeur de l’intrigue. De plus, certains événements qui auraient pu être développés et qui sont quand même un peu importants tiennent en un paragraphe…

C’est aussi globalement moins drôle, je ne retrouve pas l’humour subtil de Grimbert. Il y a bien des tentatives, mais franchement c’était bof, ça rendait plus les personnages idiots qu’autre chose.

D’ailleurs, les personnages, dans ce deuxième tome, tombent carrément dans le cliché, surtout Lucia et Zétide, leurs caractères poussés dans les extrêmes. Quand à la romance… je me passerais bien des paragraphes entiers dédiés à la beauté de Lucia et à la puissance de Hogo. Ariale sauve un peu les meubles, mais je me passerais également volontiers des paragraphes dédiés aux pleurs des deux jeunes filles dès qu’on parle de leur papa. Ariale est une enfant, ok, mais Lucia est une guerrière, et elle s’effondre malgré tout dès qu’on aborde le sujet du père, c’est vraiment énervant. Bien sûr, les hommes ne pleurent jamais, vous noterez. Je veux bien qu’on me dise que des enfants pleurent d’inquiétude pour leurs parents, mais est-il vraiment nécessaire que ça se produire genre cinq fois dans le livre ? En tout cas, je n’ai pas aimé la façon dont c’était raconté, ça m’a énervée, et à force de se répéter, ça plombe l’image charismatique/courageuse initiale des deux personnages.

Une autre nouveauté, c’est la violence détaillée. Les « dégâts » infligés aux ennemis sont décrits avec moultes précisions. Je veux bien, mais dans ce cas on ne bâcle pas un combat contre une mini armée de Maunes en deux pages. D’ailleurs, les Maunes. Dans le tome 1, Geyor et le Taurin étaient assez impressionnants, j’avais eu ce sentiment d’ennemis redoutables. Ici, ils passent à l’attaque tellement vite, et se font dégommer tellement vite, que j’ai à peine eu le temps de me dire qu’ils sont quand même un peu nuls, surtout le nécromancien. En bref, franchement pas terribles les méchants. J’ajouterai que de manière bien surprenante, malgré des blessures plutôt graves, ça ,ne gène absolument pas nos personnages, que ce soit pour se battre et finir les combats engagés par les femmes, ou pour tracer des runes.

Pour finir, j’ai noté plusieurs choses que j’ai trouvé incohérentes. Un Maune qui tombe dans un fossé alors qu’il a des ailes. Un sorcier qui trace des runes en l’air 5min après avoir perdu un doigts qui s’est mystérieusement arrêté de saigner tout seul. Un nain de la taille d’une fillette qui se trimballe une épée de 96cm. Un Elde qui connait le secret de la Belle Arcane (cf la quatrième de couverture qui explique la révélation majeure du livre, plus besoin de lire le bouquin) et qui, au lieu de prévenir les autorités compétentes, a gardé le secret pendant 5 ans, les laissant patauger dans l’ignorance pendant que les peuples Eldes mourraient au combat ou disparaissent à cause de l’Entropia (dont le peuple du gars en question…).

Tout ça est dommage car l’histoire était très prometteuse.

J’étais contente de me débarrasser du livre après l’avoir fini. Je lirai le tome 3 car je l’ai déjà acheté, et parce que j’ai un minimum envie de connaître la fin, mais je ne recommande pas de se lancer dans cette série, car si le tome 1 est pas mal du tout, j’ai trouvé le tome 2 bof bof, et j’ai peur pour la suite.

Si vous souhaitez découvrir Pierre Grimbert, choisissez une autre de ses séries.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Meivrya 2022-02-18T01:23:13+01:00
Le secret de Ji - Intégrale

Un très bon livre d'héroic fantasy, les personnages sont profonds et bien exploités. L'histoire est bien ficelée et tient la route.

L'auteur a une belle plume.

L'histoire et l'univers sont toutefois denses, ce n'est pas un livre que j'ai lu d'une traite mais c'est une lecture que j'ai beaucoup appréciée.

Afficher en entier
La Malerune, tome 3 : La Belle Arcane

Un tome 3 dans la continuité du tome 2.

Une fois encore, commençons par le peu de positif : le concept de l’histoire est bien, l’idée est bien, le worldbuilding est bien. C’est tout.

Gros problème au niveau des personnages, pas attachants du tout, et surtout de la narration. Je m’explique : sans être professionnelle, mais lectrice assidue de fantasy, je trouve que le texte est rédigé de manière très inégale. Certains passages avec des révélations ou explications sur la magie tiennent en 2 lignes, tandis que les combats et surtout les blessures infligées aux combattants sont décrits avec beaucoup de détails, au point de prendre plusieurs pages (on sent que ce sont ces passages que l’auteur a pris plaisir à écrire). La violence est vraiment très mise en avance, au détriment du reste qui m’a donné le sentiment d’être bâclé. Certaines phrases essaient de mettre en place un certain suspens, mais le texte est rédigé de telle façon qu’on sait dès le tome 2 qui va utiliser la Belle Arcane : le personnage est tellement mis en avant pour son talent inné, il n’y a aucune surprise. On sait également que quoi qu’il arrive, les personnages vont s’en sortir magistralement, même à 4 contre une armée. Aussi, pas d’inquiétude, les héros sont des génies qui s’en sortiront forcément.

Il y a du progrès sur les personnages « gentils » par rapport au tome 2, ils sont un peu moins clichés, mais j’ai eu du mal à passer outre mon horrible ressenti du Dire des Sylfes. Je n’ai pas compati, et je ne me suis pas inquiétée du tout pour eux.

Les méchants, eux, sont toujours aussi nuls. Geyor est le pire de tous : charismatique dans le tome 1, depuis la reprise par Michel Robert, il est devenu tellement pitoyable que je me suis sérieusement demandée si ce n’était pas censé être un personnage comique, sans en être vraiment sure. Quant au grand méchant de l’histoire, franchement bof. Si encore on avait eu plus d’informations sur lui avant de le rencontrer, peut être aurais-je ressenti quelque chose, mais là ça ne m’a rien fait.

Outre un certain nombre de ponctuations et de mots mal écrits (fautes de frappe ?), il y a pas mal de choses qui ne tiennent pas la route. A savoir :

- un personnage qui a traversé le continent à cheval prend une leçon d’équitation. Vraiment ?

- un personnage refuse catégoriquement de livrer les secrets de la Belle Arcane, mais à peine s’en prend-on à son compagnon qu’il demande grâce sans même chercher à gagner du temps !

- un certain personnage se plaint de ne pas avoir eu d’amant depuis longtemps… alors qu’avant la quête, elle était dans une pension pour jeunes filles de bonne famille !

- tous les méchants, mais vraiment tous, se sentent obligés d’expliquer leurs plans aux gentils. Et après ils s’étonnent d’échouer…

- les gentils révèlent les secrets de l’Arcane en présence d’un personnage dont ils se méfiaient, et surprise, c’est bien un méchant et les secrets de l’Arcane sont dévoilés…

- Geyor prend un certain personnage en otage pour s’assurer que Zetide ira bien dans le Maune, alors que de toutes manières, il doit y aller pour trouver la Malerune… ce que Geyor sait, puisque Zetide l’a dit devant lui moins de 5 minutes avant !

- on apprend que le grand méchant de l’histoire est « réputé » (parmi les gentils) pour toujours être dans son palais, alors que dans le tome 1, on était étonné de découvrir que les Maunes étaient dirigés par un seul maître…

- Zetide peut subitement utiliser la magie en cas d’urgence alors que depuis la partie précédente, la magie ne marchait plus pour personne…

- comme par hasard, les dieux sont bien gentils, ils ont laissé un portail de voyage magique près d’une rune…

- Eras de Garamont débarque de nul part pour sauver tout le monde de l’annihilation. Et on ne saura jamais comment il a trouvé ses informations sur les runes.

- et mon reproche favori : nous lecteurs avons de la chance, car Lucia, la seule femme du livre, se trouve être la belle parmi les belles, même balafrée !

Dernier détail qui n’en est pas un pour moi : j’ai lu les 3 livres de l’édition « Points ». Sur la première couverture, on avait droit à Zetide, Lucia et Hogo. Sur la deuxième, Hogo. Sur la troisième, Lucia et deux humains non identifiables. Donc je note déjà que la pauvre Ariale, tant pis pour elle, ce n’est après tout qu’une fillette, et son rôle n’est manifestement pas si important que cela aux yeux de l’éditeur. Mais les deux humains derrière Lucia, c’est qui ? Eras pourrait correspondre à l’un deux, mais l’autre ? Il n’y a pas d’autre humain dans le livre, à moins que Zetide ait mystérieusement rajeuni de 40 ans !

Je ne recommande pas cette série. Je suis triste de le dire, car la série a été entamée par Grimbert, et parce que le tome 1 offrait beaucoup de potentiel pour la suite selon moi. Pour ma part, je reste grande admiratrice du travail de Grimbert, dont je recommande les livres sans réserve, mais je ne lirai pas les oeuvres de Michel Robert, c'est une certitude. Cependant, tentez votre chance, ça peut certainement plaire à certains vu les notes sur ces livres.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bookosaurus 2022-08-10T19:51:12+02:00
Le Sang des Parangons

Que chacun choisisse le héros qu'il souhaite incarner.

Quelle arme ou talent choisirez-vous?

Quel représentant.e vertueux.se des dernières heures de la civilisation serez-vous?

Êtes vous prêts à quitter la lumière pour gagner l'obscurité?

A vous laisser engloutir par la montagne sacrée et son insondable labyrinthe?Parviendrez-vous au bout de votre quête?

Saurez- vous raisonner les Dieux et les convaincre d'empêcher le monde de se disloquer?

J'ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de ce One Shot.

On y trouve vraiment une dynamique de jeu de rôle au tour par tour, où chaque émissaire de l'humanité, de part ses capacités et ses talents, doit permettre au groupe d'avancer, le plus loin possible, dans un donjon plein de pièges, pour aboutir au trésor caché.

Chaque chapitre aborde le point de vue d'un des nombreux personnages, sa fonction dans la troupe, des bribes de son histoire et son ressenti concernant sa place dans la compagnie.

Moi qui ai habituellement du mal avec les narrations multiples, on peut dire que j'ai été servie, et j'ai au final été ravie de sortir de ma zone de confort.

On y est confronté à la dissension et l'opposition des volontés fortes et propres des différents protagonistes, tous d'origines et de statut différents, de la voleuse au prince héritier, du plus dévot au plus septique.

On pourrait se dire qu'au vu de leur but commun, les guerres d'égo n'auraient pas leur place, que nenni, on a ici un huis clos oppressant où l'humanité et ses failles sont sans aucun doute les plus gros épreuves qu'ils devront affronter.

Une aventure humaine où chacun révélera le meilleur ou le pire de lui-même

En bref: J'ai adoré cette ambiance de donjon, avec le point de vue de chacun, qui crée une dynamique originale, prenante, attisant la curiosité, à prendre les paris sur qui survivra assez longtemps pour aller au bout du chemin.

L'auteur se pose ici en excellent maître du jeu!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aliciamasson 2022-08-13T18:56:15+02:00
Le Sang des Parangons

L'avis complet et d'autres chroniques sont disponibles sur mon Instagram : @obf_chroniques n'hésitez pas à y jeter un coup d'oeil !

Cette lecture était une expérience assez particulière et je n’ai rien lu qui y ressemble !

Honnêtement, je pense que le résumé m’a induite en erreur, ce qui m’a empêchée d’apprécier pleinement ce livre.

Si j’ai tant été déroutée, c’est parce que je ne m’attendais pas à ça ! Le résumé m’avait orientée sur une confrontation avec des dieux que j’ai longtemps attendue avant de me raviser, et je ne pensais pas que l’aventure menée par nos Parangons prendrait autant de place dans le texte.

Alors si vous voulez un conseil, lancez-vous à l’aveugle pour ne pas vous créer d’attentes.

Concernant le style, c’était très original. Chaque chapitre se déroule presque du point de vue d’un Parangon différent, champion envoyé dans la Montagne sacrée pour supplier les dieux de sauver leur monde !

Je pense d’ailleurs qu’il s’agit là du point fort de l’auteur qui a su, en quelques pages seulement, nous fournir une vue détaillée du personnage. Et en terminant un chapitre, j’avais la conviction de connaitre moi-même le personnage de fond en comble ! Néanmoins si je les connaissais bien, la trop grande multitude de points de vue m’a éloignée du texte, et ne m’a pas permis de m’attacher aux personnages.

Au contraire, parfois j’oubliais certains prénoms et je trouvais que certains chapitres n’étaient pas utiles au déroulé de l’histoire puisqu’ils étaient concentrés sur des personnages qui n’apportaient pas grand chose.

Concernant le décor, il est lent, pesant, lourd, basé sur l’incertitude et la crainte que le pire n’arrive. Et si le but de l’auteur était de nous plonger en immersion dans ces lieux, de nous faire ressentir cette lenteur, alors son pari était réussi !

Pour autant, je suis habituée à des rythmes plus rapides et plus soutenus en fantasy, alors j’avoue que sur ce point j’ai été déçue. Bien que la plume soit très belle et symbolique, elle m’a paru lourde et j’avais l’impression d’être restée bien trop longtemps sur cette lecture…

Mais pourtant, alors que je n’attendais plus un décollage du rythme, j’ai retrouvé un attrait à ma lecture. Des mystères se mettaient en place, de l’action s’installait et je finissais par comprendre que la Montagne avait un rôle bien plus important à jouer. J’ai beaucoup aimé la voir jouer avec les Parangons et ceux-ci tenter de démêler les pièges qu’elle installait, même en eux…

Néanmoins, c’est arrivé trop tardivement et quand le rythme commençait à me convenir, l’auteur revenait soulever l’aspect « psychologique »… Et cela m’a coupée dans mon élan, faisant souvent retomber mon excitation.

Pour être totalement honnête, si je m’étais basée uniquement sur mon ressenti, j’aurais mis à cette lecture un 2/5. Mais c’est sans compter sur l’épilogue.

Car l’épilogue remet tout en perspective. L’épilogue permet de voir cette histoire sous un angle nouveau, mythique. Et si vous voulez vous dire « c’était pour ça ! » en terminant votre lecture, mais en même temps vous poser 1000 questions sur ce que vous avez lu, alors ce livre pourrait vous plaire !

J’ai fini par comprendre la nécessité de montrer que cette quête était lente, lourde ; et surtout tous ces points de vue. Et au final, je pense avoir lu une histoire bien différente !

Au-delà de ça, l’auteur nous distille de nombreux messages dans ce texte qui m’ont plu : l’existence de motivations propres à chacun, la foi, les qualités mais surtout les défauts de l’homme, etc.

Mais malheureusement, j’aurais préféré davantage me laisser porter.

Alors objectivement, cette lecture vaut bien un 3/5 si vous n’avez pas peur de longueurs, lenteurs et l’accent mis sur la réflexion.

En résumé : si vous recherchez le rythme, l’action, l’attachement à des personnages, vous risquez de subir votre lecture alors que si vous voulez des raisonnements, des axes de réflexion, une psychologie très développée et une histoire véritablement mythique, alors n’hésitez plus et foncez !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesFantasydAmanda 2022-09-01T09:00:54+02:00
Le Sang des Parangons

Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

Ayant adoré la saga Gonelore, c'est sans crainte que je me suis lancée dans le dernier Pierre Grimbert. Cette fois, son génie s'exprime par le développement de différents points de vue, nombreux pour un one-shot de 320 pages, mais jamais je ne me suis sentie perdue. Au contraire, j'en redemandais, tant les personnages se révélaient intéressants.

J'ai également obtenu des réponses quant à ce que cache la montagne sacrée, et je ne sais toujours pas si elles me conviennent. Ce que je sais, en revanche, c'est que Le Sang des Parangons fut une lecture fascinante !

Afficher en entier
Le Secret de Ji, Tome 2 : Le Serment orphelin

Ce 2ème volume du Secret de Ji est doté d'une bonne intrigue, et je conseillerais de le lire dans la foulée du 1er tome, contrairement à ce que j'ai fait, car les 2 se suivent en toute harmonie. L'univers fantasy créé par Pierre Grimbert est prenant, et les personnages, qui se dévoilent peu à peu sont attachants. Petit bémol sur l'accélération finale du tome, bien menée, avec des retournements pleins d'imagination, mais dans laquelle le comportement des personnages perd parfois en réalisme. Ce que j'ai le plus apprécié est sans doute le côté mystique de l'univers dans lequel évoluent les aventuriers, rencontrant des dieux, des démons et des hommes qui se cherchent, tous soumis à des destinées imprévisibles liées les unes aux autres. L'écriture de cet auteur français offre une lecture agréable. Un bon roman de fantasy.

Afficher en entier

Dédicaces de Pierre Grimbert
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Mnémos : 21 livres

J'ai lu : 16 livres

Octobre : 13 livres

France Loisirs : 10 livres

Editions Octobre : 8 livres

DEGLIAME : 4 livres

Bayard Jeunesse : 4 livres

Seuil : 3 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode