Livres
524 456
Membres
542 762

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Christopher Paolini

Auteur

Etats-Unis Né(e) le 1983-11-17 ( 36 ans )
13 811 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par panda 2009-08-19T13:43:57+02:00

Biographie

Christopher Paolini est un jeune écrivain américain, né le 17 novembre 1983 à Los Angeles, Californie, États-Unis.

Christopher Paolini est un jeune auteur américain né le 17 novembre 1983. Il a passé toute son enfance à Paradise Valley dans le Montana. Dès l'âge de quinze ans, ce fils d'un écrivain propriétaire de la maison d'édition "Paolini International LLC" commence un premier roman de Fantasy inspiré de "Dragon Hatcher" de Bruce Coville. Eragon, premier tome de sa série "L'Héritage" est publié en 2003 : Christopher Paolini a dix-neuf ans. La seconde édition, expurgée de quelques longueurs et lancée avec un fort battage, reçoit un accueil chaleureux du jeune public américain. La traduction française paraît chez Bayard jeunesse en 2004.

Le deuxième tome intitulé Eldest est sorti en Amérique du Nord en août 2005, et sa traduction est publiée en France six mois plus tard, le 23 février 2006 sous le nom de L'Aîné.

Le troisième tome, Brisingr, est sorti le 20 septembre 2008 aux États-Unis, et est sorti le 12 mars 2009 en français.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
11 103 lecteurs
Or
13 416 lecteurs
Argent
7 628 lecteurs
Bronze
4 084 lecteurs
Lu aussi
4 239 lecteurs
Envies
5 026 lecteurs
En train de lire
486 lecteurs
Pas apprécié
581 lecteurs
PAL
5 602 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.53/10
Nombre d'évaluations : 8 348

21 Citations 4 460 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Christopher Paolini

Sortie France/Français : 2020-10-14

Sortie USA/English : 2020-09-15

Les derniers commentaires sur ses livres

La Fourchette, la sorcière et le dragon

Une vraie joie de retrouver cet univers. J'ai beaucoup aimé les 3 nouvelles. Même si elles étaient un peu décousues et qu'il n'y avait pas vraiment de trame principale entre les trois. On en apprend + sur l'univers, notamment sur les autres peuples et certains personnages, ça reste intéressant et très prenant à lire.

Afficher en entier
L'Héritage, Tome 1 : Eragon

Bon, je ne sais pas trop par où commencer, alors voilà : j’adooooore les histoires de grande épopée, de voyage à travers des contrées imaginaires, et pour ça, Eragon nous sert bien ! 1er indice de cette réussite : la carte ! C’est simple, un livre qui commence avec une carte est un bon livre ! J’aime la manière dont l’auteur décrit les personnages, les villes et les paysages, j’arrive à me faire une belle représentation sans pour autant être assommée par des paragraphes entiers de descriptions. Le rythme du livre est parfait : les scènes d’action sont là comme il faut, entrecoupées de scènes plus calmes, où Eragon s’entraine et apprend, mais qui ne sont pas barbantes car on en apprend énormément sur l’Alagaësia, les créatures qui y vivent et l’univers qu’à créé Paolini.

Pour ce qui est des personnages, je ne mentionne qu’Eragon, car je veux éviter le spoil, et aussi car mon petit doigt me dit que les autres personnages seront plus développés par la suite. Eragon, c’est un personnage attachant, il a 15-16, ce n’est donc plus tout à fait un enfant, mais pas encore un homme. Il est forcé de grandir trop vite, mais malgré sa curiosité, il arrive à faire montre de discernement et de sagess (enfin parfois ça merde un peu). Je pense que c’est pour ça qu’on peut l’apprécier qu’on soit ado ou adulte.

Bref, j’ai tellement à dire sur ce livre, mais je vous laisse ici !

Afficher en entier
La Fourchette, la sorcière et le dragon

Trois petites nouvelles dans l'univers d'Eragon. Je ne sais pas si elles valent le coup d'acheter le livre, mais si vous avez apprécié Eragon, vous apprécierai avoir de ses nouvelles. J'ai beaucoup aimé les deux premières histoires et j'ai moins accroché à la troisième. On retrouve des personnes qu'on a suivis il y a longtemps. Mais ce n'est pas tout à fait la même écriture... On avait tellement l'habitude de prendre son temps, de le voir poser son récit etc. Le retrouver dans des nouvelles, même si c'est sympa ce n'est pas à la hauteur de ce qu'il a déjà fait.

Afficher en entier
La Fourchette, la sorcière et le dragon

J'ai apprécié replonger dans l'univers d'Eragon mais je m'attendais à autre chose, peut-être plus une suite que trois nouvelles sans forcément de liens entre elles.

On en apprend juste un peu plus. C'est plaisant de retrouver certains personnages même si un peu compliqué aussi de se replonger dans l'histoire après tout ce temps, il manque un fil conducteur, un petit lien..

Afficher en entier
La Fourchette, la sorcière et le dragon

Bon, je préfère le dire dès le début, lisez ce livre uniquement si vous avez lu la saga de Eragon : si vous n'en avez lu aucun, vous n'allez rien comprendre, si vous ne l'avez pas terminé, vous allez être salement spoilés. D'ailleurs, très bonne idée de la part de l'auteur de faire un récapitulatif des évènements des 4 romans, ça aide pas mal pour se remémorer les livres de façon simple.

Nous découvrons donc Eragon, un an après la fin du tome 4, qui est un peu perdu : les journées sont longues, trop remplies, et, disons-le, ennuyeuses. Mais il va découvrir trois histoires de trois personnages différents, qui vont bien le faire réfléchir.

La première histoire est racontée par les dragons, et s'intéresse à une jeune fille qui veut partir de chez elle. Mais l'arrivée d'un étranger va bouleverser ses plans. Spoiler(cliquez pour révéler)J'ai retrouvé avec joie Murthagh dans ce chapitre, bien qu'il ne soit pas là pendant longtemps.

La deuxième histoire consiste en la lecture des mémoires d'Angela la sorcière, et la troisième, bien plus longue, d'une jeune Urgal qui se jure de tuer un dragon.

Si les trois histoires sont en soi intéressantes, le fait qu'Eragon soit très effacé m'a perturbé, et, habituée aux longs romans de Paolini, avec l'approfondissement de son univers, j'ai par moment trouvé l'histoire pas assez longue.

Dans le même temps, j'aurais aimé que l'auteur se concentre plus sur Eragon, puisqu'on aborde une partie de sa vie et de l'histoire de l'Alagaësia très importantes, à savoir le retour des dragons.

J'espère que Paolini se concentrera là-dessus dans un futur roman.

Afficher en entier
L'Héritage, Tome 1 : Eragon

J'ai adoré ce premier tome !!! J'ai redécouvert l'univers d'Eragon car je n'avais vu que le film et il y a beaucoup d'éléments qui ne sont pas présent dans le film et je trouve ça dommage.

Je compte bien me procurer le reste de la saga pour découvrir la suite des aventures d'Eragon et de Saphira.

Je le recommande vivement.

Afficher en entier
L'Héritage, Tome 1 : Eragon

Ce livre est un chef d’œuvre de la fantasy. Le suspense y est bien dosée et les personnages sont très intéressant.Eragon est un de mes personnages préféré tout livres confondu même si j'ai souvent eu envie de le gifler.Spoiler(cliquez pour révéler)comme par exemple quand il s'annonce ouvertement l’ennemi de Galbatorix et que cet abruti laisse filer les urgals en prenant bien soins de s’évanouir juste avant !

Bref je considère ce livre comme étant un livre aussi bien que le seigneur des anneaux (dont il s'inspire beaucoup) mais je trouve les personnages plus intéressant.Spoiler(cliquez pour révéler)notamment Brom qui est mort malheureusement bien trop tôt

Afficher en entier
Idéalis, Tome 1 : À la lueur d'une étoile inconnue

J’ai toujours eu un peu de mal avec les livres de science-fiction. Ce n’est pas quelque chose que j’affectionne particulièrement et je ne pense pas avoir beaucoup de représentants de ce genre dans mes bibliothèques (je ne suis pas sûre d’en avoir tout court, d’ailleurs, mais ça reste encore à voir). Pourtant, quand j’ai appris que Christopher Paolini — auteur de l’Héritage, une saga incontournable dans l’univers de la fantasy — avait écrit une nouvelle histoire et qu’elle allait être publiée en France, je n’ai pas hésité plus de trois secondes. J’ai lu le résumé, évidemment, et le coup de foudre a été immédiat : je voulais en savoir plus ! Plusieurs semaines ont passé et mon souhait a pu être exaucé ♥. Aujourd’hui, je vais donc vous donner mon point de vue (qu’est-ce que j’en ai pensé, qu’est-ce que j’ai aimé, à quel moment j’ai moins accroché..) sur ce bouquin.

Au début de l’histoire nous faisons la connaissance de Kira Navárez, une exobiologiste en mission sur Adrastée, une planète inhabitée qui se situe dans le système Sigma Draconis. Là-bas, son travail et ses recherches la conduiront jusqu’à de mystérieux artéfacts et elle découvrira un organisme vivant d’origine extraterrestre. Mue par la curiosité et son instinct de scientifique, elle va s’en approcher. Malheureusement, cette erreur de débutant va lui coûter cher : l’entité va réagir instantanément, entrer en contact avec elle, la contaminer et envelopper son corps jusqu’à ce qu’ils ne fassent plus qu’un. Dès lors, la vie de la jeune femme va changer pour toujours et prendre une direction terrifiante. Les conséquences de cette trouvaille seront épouvantables, aussi bien pour elle, que pour son entourage ou le reste de l’univers. Elle devra alors se battre contre les autres et, surtout, contre elle-même.

J’ai beaucoup aimé l’héroïne, Kira Navárez, pour une unique raison : elle est loin d’être parfaite et est simplement humaine (bon d’accord, ça fait deux, mais ils vont ensemble et sont complémentaires alors c’est pareil). On vit et ressent toutes ses émotions avec elle. Joie, peur, chagrin, incertitude, angoisse, espoir, colère. Je l’ai trouvée courageuse à de nombreuses reprises, têtue voire obstinée à certains moments, audacieuse à d’autres. Mais, dans l’ensemble, c’est une jeune femme forte, intelligente et sincère. Elle est tout simplement incroyable. Je n’ai qu’un seul regret : le drame qui se produit à un moment bien précis de l’histoire n’a pas l’air de la traumatiser plus que ça. Ses acolytes ne sont pas en reste (clin d’œil à Falconi, Trig, Vishal et Gregorovich, pour ne citer qu’eux) et ils m’ont tous plu, à leur manière. En dehors des personnages, j’ai apprécié plusieurs choses : le concept, la construction du monde, sa richesse, sa quantité de détails, l’écriture / la traduction de Éric Moreau, Benjamin Kuntzer et Jean-Baptiste Bernet, le travail et les recherches fournies par Christopher Paolini, les idées fascinantes et futuristes (voire complètement imaginaires, chacun son point de vue) qui ont été utilisées ici de manière créative.. Enfin, on ressent l’immensité de l’espace et les dangers qu’il recèle grâce aux descriptions.

Idéalis est un livre que je sépare en trois gros points. Premièrement, il est long. Incroyablement long. Croyez-moi, on les sent bien passer, les chapitres ! Pourtant, je ne pense pas que certaines parties de l’ouvrage mériteraient d’être réduites (voire supprimées). À mon humble sens, chacune des 848 pages vaut le détour et apporte quelque chose à l’histoire. En fait, je suis persuadée qu’ajouter des lignes aurait même été plus judicieux. Après tout, je ne suis pas contre un développement plus poussé des personnages.. Deuxièmement, il est complexe et comporte son lot de termes plus ou moins techniques. Fort heureusement, les personnes nulles en matières scientifiques comme moi pourront quand même comprendre les notions abordées puisque l’auteur a pensé à nous laisser un énorme lexique (et accessoirement, une chronologie) en fin d’ouvrage (merci merci merci). Troisièmement, il est riche. Riche en action, en individus, en entités inconnues, en explorations spatiales, en vaisseaux, en rebondissements, en révélations, en batailles, en combats, en poursuites, en suspense, en nouvelles technologies, en civilisations disparues, en voyages entre les étoiles, en humanité, en émotions, en camaraderie et en compassion.

Conclusion, chers amatrices et amateurs de science-fiction pure et dure, ce livre n’a pas de dragons de l’espace (vous saisissez la référence ?) mais, j’en suis sûre, il est fait pour vous. Merci aux éditions Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée. ♥

Afficher en entier
Idéalis, Tome 1 : À la lueur d'une étoile inconnue

Ce livre est une pépite ! Christopher Paolini nous emmène loin des dragons et des magiciens pour nous guider parmi les étoiles et le voyage vaut vraiment le détour. On rencontre Kira, exobiologiste (= qui étudie la faune et la flore extraterrestres) en mission sur une lune, Adrastée. Tout se passe bien jusqu'à ce qu'elle tombe sur un artefact extraterrestre qui se lie à elle.

J'ai beaucoup aimé Kira. C'est une héroïne très humaine, avec ses peurs, ses doutes, ses hontes et ses regrets. La Lame souple est une entité qui a l'air vraiment géniale, même si on a peu d'informations sur elle pour le moment. Comment a-t-elle été créée ? Dans quel but ? Enfin bref, plein de questions dont j'espère trouver la réponse dans le prochain tome.

J'apprécie beaucoup l'équipage de l'Hélix, qui ressemble à une famille hétéroclite très soudée (Gregorovitch étant sans aucun doute possible le meilleur membre de cet équipage !).

J'ai adoré ce voyage dans différents systèmes solaires, sous fond de course-poursuite et de guerre interstellaire. Le rythme est génial, alternant passages effrénés et longues périodes de repos et de calme. Et il y a tellement de détails ! J'avais juste envie de demander à l'auteur à quoi ressemblait un propulseur Markov et comment il était conçu ^^

Et bien sûr, la cerise sur ce délicieux gâteau, c'est Inarë. Dès que j'ai lu sa description (petite femme aux cheveux bouclés avec un chat), j'ai sauté de joie. Angela dans l'espace !!! C'est la meilleure surprise que pouvait nous faire l'auteur !

En conclusion, cette épopée spatiale (enfin le début) est fabuleuse ! J'ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite des (més)aventures de Kira !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Niny7 2020-10-25T12:37:24+01:00
L'Héritage, Tome 1 : Eragon

Cela doit faire près de dix ans que j’ai lu la saga pour la première fois, et ce devait être, je crois, ma première saga de fantasy pure. J’étais alors tombée amoureuse de l’environnement, de tout l’univers avec l’histoire des dragons et des dragonniers, et bien sûr des personnages. Aussi, j’avais un peu peur de m’y replonger. Peur de ne pas me souvenir d’un éventuel aspect jeunesse qui ne me plairait pas autant aujourd’hui. Peur d’y trouver des défauts ou incohérences que mes yeux d’alors, moins critiques, n’auraient pas notés. Peur d’être déçue et que ce vieux coup de cœur me laisse, cette fois, un arrière-goût amer. Finalement, rien de tout ceci ne s’est produit. C’est encore une fois un coup de cœur.

Alors, bien entendu, pas de surprise face aux grosses révélations sur les petits secrets des personnages : je me souviens d’ailleurs de quelques spoilers des tomes suivants que je croyais redécouvrir dans celui-ci. J’ai au moins rafraîchi ma mémoire sur l’ordre des événements et certains détails oubliés. Cette absence de suspense m’aura tout de même permis d’apprécier encore plus les descriptions de l’environnement, nombreuses dans ce volume, et de voyager dans ces lieux que l’on se représente facilement grâce à la plume de l’auteur. Ce dernier semble avoir pris un plaisir immense à construire l’Alagaësia et vouloir nous la présenter dans ses moindres recoins, tant il passe de temps à nous décrire ce qui entoure notre héros. Mais étonnamment, ce n’est ni redondant ni lassant ! Il nous embarque dans le voyage d’Eragon à travers le pays, voyage qui dure plus d’un an rien que dans ce livre, sans nous perdre en chemin. Bien sûr, la carte est plus qu’appréciable dans un univers aussi vaste, mais même sans cela, on se laisse facilement porter par Feu-de-Neige et Cadoc, à écouter les conseils et leçons de Brom et voir le monde d’en haut à travers les yeux de Saphira.

Alors, certes, ce premier tome reste introductif. Eragon y apprend énormément de choses sur l’Empire et son fonctionnement, sur les enjeux politiques au centre desquels il vient d’atterrir comme un cheveu sur la soupe, mais aussi sur l’histoire des Dragonniers, ses prédécesseurs, l’histoire de Brom, et enfin sur la magie. Il est toujours extrêmement curieux et passe son temps à poser des questions pendant le voyage, et ceci a plusieurs avantages pour le lecteur que nous sommes. D’abord, on ne reste pas dans le flou en manquant un échange qui aurait eu lieu pendant une ellipse. On en sait ainsi autant qu’Eragon sur ce qui l’attend, ou presque. En plus, les interactions entre le jeune homme et son mentor rythment le récit, ponctuant le voyage et ses descriptions de dialogues et de duels. On ne se perd donc ni dans une montagne de descriptions, ni dans un trop plein d’informations, et toutes sont réparties au fur et à mesure que l’intrigue en a besoin pour avancer ou qu’Eragon lui-même comprend les choses ou en discute avec Saphira. Il y a finalement assez peu d’action dans ce tome, si ce n’est au début lorsque l’élément déclencheur survient et vers la fin quand tout s’accélère. Le Dragonnier et sa Dragonne se battent peu, doivent surtout se cacher autant qu’ils le peuvent et éviter de chercher un combat tant qu’ils ne sauront pas se battre suffisamment bien. Mais je n’ai pas ressenti de manque face à cette absence de bataille, justement grâce au développement progressif de l’intrigue.

C’est d’ailleurs aussi cela que j’aime dans la série Eragon : le héros n’en est pas un dès le début. Certes, il est chasseur et sait manier l’arc de façon très correcte, mais il est aussi fermier, a passé sa vie dans un village reculé dans la montagne sans jamais en sortir, et n’a jamais eu l’intention de mener une révolution ou ne serait-ce que celle de se mêler de la politique du pays. Il ne sait absolument rien de la magie avant d’être confronté directement à elle à travers Saphira, et ne sait pas non plus se servir d’une épée. Alors en plus de découvrir beaucoup sur l’univers, le lecteur va aussi en apprendre plus sur ce futur héros à travers ses pérégrinations. On découvre sa personnalité persévérante et perspicace, ainsi que sa nature curieuse et un peu trop prompte à la colère en même temps que lui-même se découvre.

En bref, c’est une relecture qui fait du bien. J’ai adoré replonger dans ce monde ; chevaucher de nouveau aux côtés de Brom, voler une nouvelle première fois sur le dos de Saphira, et apprendre la magie en même temps qu’Eragon. C’est un coup de cœur qui se confirme, un univers qui m’appelle et me parle.

Ma chronique est un peu longue, elle est disponible entièrement sur mon blog : https://chroniquessoeursdepapier.wordpress.com/2020/08/25/eragon-christopher-paolini/

Afficher en entier

On parle de Christopher Paolini ici :

[Challenge] Les 26 livres (2018)
2018-12-31T16:07:28+01:00
[Challenge] Les 400 points (2018)
2018-12-31T15:45:03+01:00
Les titres des livres en alphabet
2015-08-29T10:33:49+02:00

Dédicaces de Christopher Paolini
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Bayard Jeunesse : 12 livres

Bayard : 11 livres

Alfred A. Knopf : 4 livres

Random House Books : 1 livre

Knopf Books : 1 livre

Audiolib : 1 livre

France Loisirs : 1 livre

Laurel-Leaf : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array