Livres
511 211
Membres
521 779

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Frédéric Beigbeder

2 096 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par schting 2010-02-24T14:44:46+01:00

Biographie

Frédéric Beigbeder naît dans une famille d'origine béarnaise. Sa mère, Christine de Chasteigner de La Rocheposay, est traductrice (elle traduit entre autre les romans de Barbara Cartland) et son père, Jean-Michel Beigbeder, est recruteur (« chasseur de têtes »). Son frère, Charles, est le fondateur de la société de courtage en ligne Selftrade, puis de la société Poweo. Leurs parents divorcent rapidement (vers 1970) et les deux enfants vivent entre deux maisons, essentiellement chez leur mère qui refait sa vie, en 1974, avec le baron Pierre de Soultrait1.

En avril 1979, âgé alors de treize ans, il fait une apparition sur TF1, interviewé sur la science-fiction lors de l'émission Temps X des frères Igor et Grichka Bogdanoff qui fréquentent la maison paternelle et lui demandent de participer1.

Il effectue sa scolarité aux lycées Montaigne et Louis-le-Grand à Paris. Diplômé de Sciences Po Paris (section service public), il achève ses études par un DESS en marketing – publicité au Celsa.

En 1990, âgé de vingt-cinq ans, il publie son premier roman, Mémoires d'un jeune homme dérangé. Il devient ensuite concepteur-rédacteur dans l'agence de publicité CLM/BBDO tout en étant critique littéraire ou chroniqueur nocturne dans les magazines Elle, Paris Match, Voici ou encore VSD. Il fait également partie de l'équipe des critiques littéraires de l'émission Le Masque et la Plume et de Rive droite / Rive gauche sur la chaîne câblée Paris Première.

En mai 1991, il épouse Diane de Mac Mahon avant de divorcer en mars 19962.

Frédéric Beigbeder à Cracovie, en octobre 2004.

En 1994, paraît son deuxième roman, Vacances dans le coma puis, en 1997, L'amour dure trois ans, qui clôt la trilogie de Marc Marronnier. Suit un recueil de nouvelles chez Gallimard en 1999, Nouvelles sous ecstasy.

L'année suivante, Beigbeder est licencié pour faute grave de chez Young & Rubicam, peu après la parution de son roman satirique 99 francs (depuis réintitulé 14,99 €) qui se vend à 380 000 exemplaires[réf. nécessaire] (ce qui en fait le roman contemporain français le plus vendu à l'étranger), roman qui épingle les travers de la publicité. Le roman est adapté au cinéma par Jan Kounen, dans un film sorti le 26 septembre 2007. L'écrivain, qui a participé activement à l'écriture du film et au tournage, y joue également un petit rôle.

Entre-temps, Frédéric Beigbeder obtient sa propre émission littéraire, Des livres et moi, sur Paris Première. En 2002, durant la campagne présidentielle, il s'occupe de la campagne médiatique du candidat du Parti communiste, Robert Hue. La même année, il accepte de co-animer avec Jonathan Lambert une émission quotidienne d'access prime-time sur Canal+, l'Hypershow, qui compte moins de 500 000 téléspectateurs en moyenne et dure moins de trois mois3.

En 1999 naît sa fille Chloé de son union avec Delphine Vallette.

En janvier 2003, Flammarion propose à l'écrivain de passer « de l'autre côté du miroir » et de devenir éditeur. Le premier roman qu'il choisit s'appelle Une fièvre impossible à négocier de Lola Lafon, sur son engagement alter-mondialiste et son appartenance au groupe anarchiste des « Black Blocs ». En trois ans, il publie environ vingt-cinq livres pour le compte de Flammarion, avant de quitter ses fonctions en 2006.

Son roman Windows on the World, qui se déroule dans les tours jumelles du World Trade Center durant les attentats du 11 septembre 2001, reçoit le prix Interallié en 2003, et sa traduction anglaise (par Frank Wynne) est récompensée de l'Independent Foreign Fiction Award en 2005. Il publie en 2005 L'Égoïste romantique et, en 2007, Au secours pardon (suite des aventures d'Octave, le héros de 99 francs).

Entre septembre 2005 et mai 2007, il est chroniqueur dans Le Grand Journal, présenté par Michel Denisot.

Frédéric Beigbeder est également animateur de l'émission hebdomadaire de critique littéraire et cinématographique Le Cercle sur Canal+ Cinéma et est par ailleurs chroniqueur à Lire et intervieweur pour GQ.

Le 28 janvier 2008 à Paris, Frédéric Beigbeder et un ami, sont surpris, penchés sur le capot d'une voiture, par une patrouille de police peu après 3 heures du matin dans le VIIIe arrondissement de Paris. Dans les poches de l'écrivain, la police trouve deux sachets contenant l'équivalent de 2,6 grammes de cocaïne4. Ils sont relachés le surlendemain5. Cet épisode est à l'origine d'une polémique impliquant le procureur de la République de Paris : Jean-Claude Marin est, en effet, placé « en détention non provisoire » au chapitre 27 de Un roman français de Frédéric Beigbeder, paru le 18 août 2009 chez Grasset. Invoquant la peur des conséquences judiciaires, l'éditeur demande à l'écrivain de retirer certains passages du livre6,7.

Récompensé du prix Renaudot le 2 novembre 2009, Frédéric Beigbeder remercie ironiquement Jean-Claude Marin « pour l'avoir mis en garde à vue »[réf. nécessaire].

Frédéric Beigbeder fonde le Prix de Flore en 1994 et préside son jury depuis lors. Ce prix a couronné notamment Michel Houellebecq, Virginie Despentes, Amélie Nothomb, Christine Angot et Guillaume Dustan. Il crée également le Prix Sade en 2001 avec Lionel Aracil et siège dans le jury du Prix Décembre.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
328 lecteurs
Or
654 lecteurs
Argent
646 lecteurs
Bronze
641 lecteurs
Lu aussi
1 037 lecteurs
Envies
729 lecteurs
En train de lire
66 lecteurs
Pas apprécié
258 lecteurs
PAL
727 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.78/10
Nombre d'évaluations : 682

3 Citations 368 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Frédéric Beigbeder

Sortie France/Français : 2020-01-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Leenalee 2020-03-07T14:55:11+01:00
Nouvelles sous ecstasy

L'auteur a un style et un humour bien à lui. Au départ, je suis tombée amoureuse du personnage optimiste jusqu'à ce qu'il prenne de l'ecstasy et qu'il sombre dans l'incohérence et la dépression. L'évolution du personnage montre bien sa descente au enfer liée à son addiction et à sa quête de l'amour.

Afficher en entier
L'Homme qui pleure de rire

Octave Parango signe ici son retour. Après avoir travaillé dans le monde de la publicité, dans celui de la mode, le voilà maintenant chroniqueur pour la radio France Publique. Il va malheureusement se faire évincer en plein direct, puisqu’il est venu sans son papier et s’est risqué à l’exercice compromis de l’improvisation. Bien évidemment, cela ne marchera pas de la manière escomptée.

Je dois avouer que c’est le premier opus de la saga Octave Parango que je découvre ici. J’en connaissais bien évidemment le principe, ce personnage littéraire étant en fait l’alter ego de Frédéric Beigbeder. Impossible de ne pas voir le parallélisme avec l’évincement de l’auteur auprès de la radio France Inter.

Je pensais que j’allais me retrouver en quelque sorte avec un roman critiquant le monde radiophonique et j’ai donc été surprise de me retrouver devant un pamphlet contre la démocratisation du rire.

L’auteur y dénonce cette volonté d’aujourd’hui à vouloir à tout prix fixer des heures fixes pour rire. En effet, c’est lors de la tranche horaire de son espace radiophonique qu’Octave devra tout faire pour faire rire ses auditeurs. La banalisation du rire le fait paraître anodin.

L’auteur a parsemé son récit de réflexions très intéressantes et surtout, le personnage d’Octave Parango est si haut en couleurs que cela donne, bien malgré lui, des moments de rires inopinés.

La plume de l’auteur est franche, directe et emplie d’une certaine fraîcheur. J’avais un peu peur de me retrouver devant un style alambiqué et finalement, cela a été loin d’être le cas. J’y ai retrouvé beaucoup de propos caustiques, et j’ai gardé en vue que derrière Octave, c’est souvent Frédéric qui s’exprimait. Ma première expérience littéraire avec cet univers a été une franche réussite.

Un très bon roman qui sort des sentiers battus, de par une plume acerbe et caustique, des propos emplis d’une vraie réflexion et surtout un personnage principal qui sert indubitablement un roman frais et entraînant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JenniferL 2020-03-21T10:23:32+01:00
Oona & Salinger

Voici un livre qui vous donnera envie de lire Salinger, revoir le cinéma de Chaplin et surtout relire Beigbeder !

Sur 350 pages celui-ci ne parle de lui que 20 pages. j'ai beaucoup aimé !Ce livre est bourré de talent, non seulement j'ai aimé l'histoire mais en plus je l'ai trouvé très intéressant.

OOna Oneil fille d'un père écrivain qui découvre la vie et rencontre Jerry Salinger ; Garçon un peu timide qui se passionne pour la littérature.

Au début l'histoire raconte un récit d'amour de ces 2 ados juste avant la 2eme guerre mondiale.

Beigbeder est arrivé a nous plonger dans cet univers ou l'amour et la haine est paradoxalement liés, retracent certaines anecdotes de la guerre nazis qui arrive a nous émouvoir, comme aussi les lettres échangées entre Oona et Salinger quand Madame rencontra Charlie Chaplin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JenniferL 2020-03-21T10:40:18+01:00
Un roman français

Une biographie originale d 'un écrivain doué et original qui n 'a pas la langue de bois et se livre sans pudeur .Ce livre se lit vite, ses courts chapitres se dévorent facilement et avec plaisir. Le style est clair, sans trop d'effets. Il se dégage une sincérité sur l'ensemble qui est touchante. Les pages concernant son frère, et surtout sa fille, sont parmi les plus belles. Les deux principaux écueils de l'autobiographie : nombrilisme et auto-apologie sont évités grâce au regard qu'il porte sur sa génération et notre société, dont il reconnaît avec une certaine amertume qu'il en est le pur produit, et grâce à la mise en perspective du passé par rapport au récit de sa garde à vue, qui n'est pas glorieuse et dont il n'est pas le héros.Il y a de vraies fulgurances dans le style et une musique générale bien particulière. Comme il le dit en substance, la littérature donne à entendre une voix, rencontrer une personne : pari tenu. Même si ce n'est pas le type de voix et de personne que je préfère, c'est très bien. Il ne faut pas avoir de préjugés, que ce soit envers les pauvres ou les riches.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JenniferL 2020-03-21T10:47:53+01:00
99 francs

Frédéric Beigbeder a-t-il jamais travaillé dans la pub ? Difficile de croire le contraire. Rythme soutenu, formules percutantes, citations omniprésentes (dont beaucoup de Goebbels, maître de la propagante hitlérienne dont la pub s'inspire semble-t-il), ce livre-scandale contient une sagesse paradoxale. Il y aurait des paragraphes entiers à graver sur une plaque au-dessus d'une cheminée, d'un lit.

Au-delà de l'humour, au-delà du cynisme, 99 Francs trace le portrait d'une mascarade, celle du marketing - principe de la vente par le mensonge - que tout le monde admet sans oser le changer. Le marketing, on ne pourrait même plus le pointer du doigt, on vit dedans.

La fin du livre présente une ébauche de solution, puis montre qu'elle échoue, car il n'y a pas de solutions. Le monde dans lequel nous vivons est le meilleur. Le pire. Le seul.

Afficher en entier
L'Homme qui pleure de rire

Règlement de compte d'un incompétent non professionnel se dira le lecteur au fait de l'affaire du licenciement de Fred de France Publique (à moins que ça ne soit un autre nom).

Peut-être, sans doute même, mais comme d'habitude avec l'écrivain que l'on aime détester, car quoi qu'on en pense, le talent est bien là, aussi horripilant soit-il.

Comme toujours, l'autodérision sauve le bonhomme, ne peut que le rendre innocent face à ce dont on aurait bien voulu l'accuser en débutant son autofiction et parvient à rendre pertinente sa charge d'une violence inouïe, à l'humour d'une acidité provoquant un reflux gastro oesophagien contre la société rigolarde. La manière dont il revisite son passé est également savoureuse, et la fin bouleversante.

Un grand bravo.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virgile 2020-04-11T16:18:25+02:00
L'Homme qui pleure de rire

Du Beigbeder comme on aime, avec de l’humour, de l’autodérision, du snobisme et une plume efficace. Tout ce que ceux qui aiment l’auteur aiment y est, ce qui n'était pas forcément le cas avec le livre précédent. Une lecture détente.

Afficher en entier
Vacances dans le coma

Moyen, très moyen honnêtement j'ai pris du plaisir à le lire sans doute à cause du personnage principal qui possède un humour "étonnant" mais une fois le livre terminé et que je me suis pausé la question "t'en penses quoi ?" Je ne savais pas quoi répondre

Si ce livre est dans votre PAL passez votre chemin pour un autre livre ou même un autre de cet auteur puisqu'il a écrit des trucs bien plus intéressant

Afficher en entier
Windows on the World

Vertigineux et tellement bien écrit. On y retrouve les ingrédients propres à Beigbeder.

Afficher en entier
Dernier inventaire avant liquidation

Pour tous ceux qui veulent lire les 50 meilleurs romans du XX Ème siècle en 220 pages et qui apprécient l'humour de Beigbeder !

Afficher en entier

Dédicaces de Frédéric Beigbeder
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Grasset : 16 livres

LGF - Le Livre de Poche : 14 livres

Gallimard : 8 livres

Editions de La Table Ronde : 2 livres

Assouline : 1 livre

Calmann-Lévy : 1 livre

France Loisirs : 1 livre

Le Grand livre du mois : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array