Livres
504 919
Membres
512 341

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Grégoire Delacourt

2 108 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par TERVERCHANTAL 2018-02-10T13:13:37+01:00

Biographie

Grégoire Delacourt est l'auteur de six romans, tous publiés chez JC Lattès. En 2011, il publie son premier roman avec l'Ecrivain de la famille puis, en 2012, son premier bestseller avec La Liste de mes envies, traduit dans 35 pays.

Suivent ensuite La Première chose qu'on regarde en 2013, On ne voyait que le bonheur en 2014, Les Quatre saisons de l'été en 2015 et Danser au bord de l'abîme, en 2017.

Source/Decitre

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
244 lecteurs
Or
598 lecteurs
Argent
642 lecteurs
Bronze
477 lecteurs
Lu aussi
531 lecteurs
Envies
598 lecteurs
En train de lire
38 lecteurs
Pas apprécié
106 lecteurs
PAL
510 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.19/10
Nombre d'évaluations : 660

8 Citations 446 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Grégoire Delacourt

Sortie France/Français : 2020-05-20

Les derniers commentaires sur ses livres

Danser au bord de l'abîme

Une très belle écriture ! Je trouve toujours épatant ces hommes écrivains qui se glissent à merveille dans la peau d'une femme. Une histoire émouvante mais une atmosphère plombante et j'avoue que je me suis beaucoup ennuyée.... Je reste mitigée...

Afficher en entier
La femme qui ne vieillissait pas

Grégoire Delacourt est un auteur surprenant.

Ses histoires sont simples, simplistes parfois.

Mais les thèmes abordés sont d'une profondeur impressionnante. Ils ne cessent de m'émerveiller.

L'histoire de La femme qui ne vieillissait pas est une histoire improbable.

Une femme qui arrête de vieillir à trente-cinq ans, on sait bien que cela est impossible. On peut en rester là, déçus, incapables d'aller au delà de ce message.

Moi j'ai choisi d'avancer, de me laisser surprendre, d'oser avancer sur le chemin des questionnements.

La femme qui ne vieillissait pas m'a captivée, a provoqué une certaine forme d'introspection et a soulevé en moi des montagnes d'émotions plus incroyables les unes que les autres.

Je ne pensais pas du tout en arriver là au moment d'ouvrir ce livre.

Je pense que c'était juste le bon moment.

Il y a tout d'abord mon rapport face à la vieillesse. Ai-je peur de vieillir ? Quelle image vais-je donner de moi quand ma peau sera flétrie et mon énergie amoindrie ? Quel est le sens de la vie ? Ai-je peur de la mort ?

Et puis, ce texte retrace toute la beauté et la complexité des relations humaines, dans le couple, entre une mère et son fils, avec ses amis.

Et moi, où en suis-je de mes relations aux autres ? Lesquelles sont motivantes et mobilisantes ? Lesquelles sont néfastes ? De quoi, de qui ai-je besoin pour être heureuse ?

Et puis, une émotion encore plus personnelle s'est ouverte à la lecture de ce livre lu deux mois après le décès de ma maman.

J'ai vu en Betty, ma maman.

A mes yeux, pendant longtemps, ma maman n'a pas vieilli. Elle est restée cette femme dynamique qui croyait en ses rêves, qui s'engageait pour eux. Sans concessions. Sa peau est restée jeune longtemps. Elle ne faisait pas son âge. Puis la maladie l'a ralentie. Mais jamais elle n'a été une autre.

Alors même qu'elle était totalement dépendante des soignants, elle est restée elle-même, indépendante convaincue. Son regard me l'a si souvent prouvé. Je suis même certaine qu'elle a choisi le moment de sa mort.

Comment aurais-je pu imaginer en ouvrant ce livre, que j'allais faire un bout de chemin du deuil de ma maman, avec toutes les émotions qui s'y rattachent ?

Grégoire Delacourt dit sans sa postface :

"La femme qui ne vieillissait pas existait. Je la connaissais.

C'est ma mère.

Elle ne vieillira plus. Je possède son dernier portrait. Celui après lequel il n'y a plus rien. Plus de nouvelles rides, de nouveaux rires; plus de câlins ni de jattes de Ricoré les soirs d'enfance où on ne trouvait pas le sommeil parce que les chagrins empêchaient de dormir.

J'ai alors compris que les livres racontaient des choses bien à eux, qu'ils se servaient de nos mots pour placer les leurs."

Ces mots peuvent être les miens.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marggaux 2020-02-28T08:15:06+01:00
Mon père

? Mon père, Grégoire DELACOURT

? Éditions Le Livre de Poche

? 197 pages

? Roman témoignage ?

? Benjamin a 7 ans lorsque ses parents, Édouard et Nathalie, divorcent. A ce même moment, il devient taciturne et mélancolique... ce doit être le divorce, la séparation géographique d’avec son papa qui provoque cet état de mal-être... cet été la, Benjamin était aussi parti en colonie... avec un abbé.

Les nuits peuplées de cauchemars, l’énurésie secondaire, les maux de ventre, la mélancolie... tout cela aurait pu alerter... mais comment soupçonner l’insoupçonnable? Pourquoi imaginer l’inimaginable ou penser l’impensable?

« Nous savions et nous n’avions rien dit parce que dire était faire exister l’horreur, donner une odeur au sang »

Lorsque Benjamin révèle le viol qu’il a subi en désignant le Père et lorsque son papa se retrouve en présence du prêtre pédophile, ce papa va se faire violence pour garder son humanité et ne pas le zigouiller... il veut des aveux et veut des explications. « Dieu m’a fait à Son image, et Dieu ne m’a pas arrêté »...

Ce roman est le cri d’amour d’un père pour son enfant et son innocence bafouée.

« La justice n’est pas faite pour les victimes... elle ne répare pas... elle n’a pas d’enfants »

? Ce roman est glaçant. Il est non seulement bouleversant... mais aussi révoltant voire vomitif par moment.

Les mots que j’ai envie de retenir sont : silence, souffrance, lâcheté et perversion. « Le silence est un assassin qui ne dénonce pas ».

L’auteur dénonce l’amalgame selon lequel le célibat expliquerait la prédation... et rétablit une vérité : la pédophilie est une déviance qui ne s’éteint pas avec ou sans mariage.

Les mots qui résonnent en moi sont : courage et dignité de la part des petites victimes. Je ne peux que leur souhaiter de trouver des ressources pour se reconstruire...

L’avez-vous lu?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sansan83300 2020-03-20T11:15:07+01:00
La Liste de mes envies

toute la définition du bonheur dans 186 pages, une belle leçon de vie d'humilité et d'amour voire de désamour...à lire une fois dans sa vie, nous ramener à l'essentiel et se poser les bonne question...

Afficher en entier
La femme qui ne vieillissait pas

Un peu déstabilisée par ce livre qui nous parle de la jeunesse, de la vieillesse et le fait de ce qu'une personne ne vieillisse pas face à toutes les autres ; les réactions des autres personnes sont multiples.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Entersandwoman 2020-04-09T20:36:06+02:00
Mon père

Roman bouleversant, dur, percutant, étouffant. Cela parle de la pédophilie au sein de l'église mais cela parle également du silence : celui des personnes qui savent mais qui se taisent, celui des victimes qui sert de refuge car ils sont trahis par ceux qui devaient les aimer, les protéger.

#restezchezvous

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zile03 2020-04-28T09:53:09+02:00
Mon père

Un livre remplit de douleurs...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GomT5 2020-04-29T08:47:22+02:00
La liste de mes lectures

Une simple compilation d'extraits de livres qui peut éventuellement donner quelques idées pour une prochaine lecture

Afficher en entier
Danser au bord de l'abîme

Belle écriture cependant un peu longuet ce livre mais une jolie histoire tout de même

Afficher en entier
La Liste de mes envies

Touchant, criant de vérité (ou de mensonges...). A lire absolument.

Afficher en entier

Dédicaces de Grégoire Delacourt
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

JC Lattès : 10 livres

LGF - Le Livre de Poche : 8 livres

France Loisirs : 1 livre

Grasset : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array