Livres
515 725
Membres
529 500

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

John Boyne

1 567 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par 21la 2012-05-16T22:00:11+02:00

Biographie

Né à Dublin en 1971, John Boyne a étudié la littérature anglaise au Trinity College avant de se tourner vers l'écriture. Il est l'auteur, notamment, du Garçon en pyjama rayé (Gallimard, 2006), vendu à plus de cinq millions d'exemplaires dans le monde. Son nouveau roman, La Maison Ipatiev, a été traduit dans vingt et un pays.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
244 lecteurs
Or
460 lecteurs
Argent
351 lecteurs
Bronze
209 lecteurs
Lu aussi
297 lecteurs
Envies
858 lecteurs
En train de lire
26 lecteurs
Pas apprécié
38 lecteurs
PAL
298 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.1/10
Nombre d'évaluations : 479

0 Citations 335 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de John Boyne

Sortie France/Français : 2018-08-22

Sortie Poche France/Français : 2020-01-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Stephanie-232 2020-04-18T09:43:18+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

C'est un très bon et court roman jeunesse avec un narrateur Bruno âgé de 9 ans .Il quitte Berlin et une magnifique maison avec sa famille pour suivre son père , commandant à " Hoche-vite" .

Il est naïf dans sa manière de parler et de ressentir les événements et en même temps très touchant.

C'est une lecture intense qui remue , bouleverse...

Ce livre est excellent pour aborder le sujet des camps de concentration avec les plus jeunes mais accompagné d'un adulte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CathyV 2020-05-10T01:54:08+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

Un de ces livres qui te prend, te marque et te fait réfléchir encore longtemps après l'avoir lu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Julia-57 2020-05-17T10:00:35+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

Un roman marquant, bouleversant. Souvent il revient dans mon esprit même s'il cela fait un petit moment que je l'ai lu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shizi 2020-05-30T11:10:56+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

Bon déjà pour commencer, il faut savoir que j'ai été tout simplement dégoûté des périodes concernant les deux guerres mondiales. Je veux dire, on me l'a tellement rabâché en cours , toujours avec les mêmes infos et les même points de vue que bien je que comprenne l'importance de ce souvenir des ces périodes tragiques, il n'en reste pas moins que je ne peux plus les voir en image. J'ai donc commencé ce livre avec un peu d'appréhension mais poussé par ma mère et les très bons commentaires que j'en avez lu. Eh bien, je peux dire que je regrette pas ma lecture. Enfin, autre chose que les "simples" rapports et textes d'historiens. Le fait de suivre le point de vue d'un enfant, qui n'est absolument pas au courant de la période dans laquelle il vit apporte un réel vent de fraîcheur. Bien que lorsque l'on lit ce livre, nous savons tous ce qu'il en ai vraiment, l'innocence et la naïveté d'enfant avec laquelle il vit son déménagement et essaie de comprendre pourquoi les gens de l'autre côté de la barrière ont le droit de toujours rester en pyjama toute la journée et pas lui nous fait sourire un peu "jaune" par moment. Le fait de pouvoir mettre des visages et des paroles sur certains des acteurs de cette période est tellement appréciable. Et la fin !!! Mais cette chute est juste incroyable... Vous dire que je l'avais deviné serait un énorme mensonge. Je ne m'y attendais tellement pas que je suis restée 30 secondes ébahi après avoir fini le livre. Le pire c'est que jusqu'à la fin, il ne se doute de rien et voit toujours tout d'un point de vue enfantin, avec du bien partout.

Absolument incroyable. Chapeau bas à l'auteur qui a réussi à me faire aimer un livre sur une période devenu un sujet d'ennui (je sais c'est horrible de dire ça) pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sherlocked_666 2020-06-17T11:16:28+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

Bouleversant.

Je me souviens avoir visionné le film il y a bien des années et j'en étais ressorti en larmes. J'ai mis du temps à me procurer le roman original, sans doute car je ne pensais pas supporter me replonger dans cette terrible histoire, et je ne regrette nullement de l'avoir fait aujourd'hui.

Je n'ai d'ailleurs pas pour habitude d'apprécier les romans basés sur le point de vue d'un enfant mais je reconnais qu'ici, l'auteur a réussi à me plonger dans la peau du jeune Bruno dès les premiers paragraphes. Il y avait en ce garçon comme un mélange de maturité et d'innocence réellement délicieux. Si je ne connaissais pas déjà le dénouement, je n'aurais cessé d'espérer au fil des pages que l'issue soit des plus heureuses possibles.

Et lorsqu'un livre me met dans de tels états, c'est qu'il est indubitablement excellent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2020-06-27T11:27:29+02:00
Les Fureurs invisibles du coeur

Dès la première page, on rentre dans le drame de tout le livre. On est en Irlande, en 1945, et tout commence dans une église, pendant la messe. Une famille est réunie sur les premiers bancs, des parents, six garçons et une fille. Le prêtre désigne cette famille et plus particulièrement la jeune fille de seize ans. Celle-ci est enceinte, elle se fait insulter par ce prêtre, maltraitée, il lui demande de donner le nom du père, ce qu'elle ne fera pas, il va alors la jeter hors de l'église en lui commandant de partir sur le champ, de quitter la ville et de ne plus jamais y remettre les pieds. Ce qu'elle fera. Elle, c'est Catherine. Elle partira ainsi en bus à Dublin, elle rencontrera dans ce bus un jeune garçon qui l'accueillera dans l'appartement de son ami. Elle ira jusqu'au bout de sa grossesse, un nouveau drame va alors éclater le jour de son accouchement.

On se retrouve ensuite propulsé sept ans plus tard avec un petit garçon, Cyril Avery, qu'on devinera très vite être le fils de Catherine. Il a été adopté par Charles et Maude Avery, mais comme le dit toujours son père adoptif, « il n'est pas un vrai Avery ». Cette phrase il va l'entendre tout au long de son enfance et de sa vie d'adulte. Il appelle d'ailleurs ses parents adoptifs par leurs prénoms. Charles est un riche homme d'affaires dont les magouilles lui vaudront quelques séjours en prison. Maude est une romancière qui ne veut surtout pas que ses livres aient du succès. Pour elle, un grand écrivain, c'est celui dont on ne parle pas. Cyril va grandir dans cette ambiance, où il ne manquera jamais d'aisance matérielle mais où il manquera cruellement d'affection. Il va rencontrer le fils de l'avocat de son père, Julian, qui deviendra alors son grand ami. Julian est un garçon opposé à Cyril, joyeux, bout-en-train, beaucoup plus déluré que Cyril. Celui-ci va, au fil des années, ressentir des sentiments plus profonds pour son ami, et va ainsi découvrir qu'il est plus attiré par les hommes.

Mais nous sommes en Irlande, dans les années 50, 60 et plus, où l'homosexualité est interdite, punie par la loi, tout comme les avortements. Une femme doit se marier, avoir des enfants, et surtout laisser la place à son mari, elle ne doit pas travailler. Un système tellement rétrograde et créant ainsi de nombreux problèmes dans la vie des Irlandais. Cyril va donc devoir cacher son homosexualité, il ne l'avouera que bien plus tard à son ami Julian et se verra alors rejeté. Il partira d'Irlande, ne supportant plus d'y être ainsi non toléré, il rejoindra Amsterdam puis New York où il pourra enfin vivre comme tout le monde, sans se cacher, bien qu'il y ait de l'intolérance partout. Il ne reviendra en Irlande qu'au début des années 90, où il pourra régler certaines choses du passé. Et on ira ainsi jusqu'en 2015, où Cyril a 70 ans, et a enfin atteint la plénitude dans sa vie, bien qu'elle soit occupée par beaucoup de fantômes du passé.

Ce roman nous fait ainsi traverser soixante-dix ans de la vie d'une personne, d'un jeune garçon à un vieillard, avec tout ce qu'il va pouvoir traverser tout au long des années. John Boyne a ainsi pu dépeindre les mentalités d'un pays et leurs transformations pendant toutes ces années. Il a mis le doigt sur des faits qui semblent tellement inimaginables lorsqu'on les lit à notre époque et pourtant, ils ont bien existé. Comment pouvait-on alors juger et rejeter une personne parce qu'elle était enceinte hors mariage, parce qu'elle ressentait des sentiments pour des personnes du même sexe. Et avec quelle méchanceté ces personnes pouvaient être rejetées, les paroles acerbes et piquantes, les expressions de dégoût sur les visages, tout cela est tellement ignoble et honteux. J'étais horrifiée en lisant de voir de tels comportements, j'avais de la peine pour Cyril, sa mère et tous les autres personnages qui ne pouvaient tout simplement pas vivre comme bon leur voulait. J'ai ressenti tout au long du livre une sensation nauséabonde, pas à cause de l'histoire, mais par ce qu'elle racontait, par ce qu'elle expliquait. Je me sentais vraiment mal vis à vis de ces personnes malheureuses et j'avais honte de ce que les autres pouvaient dire ou faire. Car Cyril ne va pa être épargné dans sa vie d'adulte, même aux États-Unis. Le fait tout simple de tenir la main d'un homme va lui valoir de graves soucis et mener tout droit à un drame qu'il aura toujours du mal à surmonter. Ça me terrifiait de voir de tels comportements..J'ai eu beaucoup de peine pour Cyril et pour tout ce qu'il a vécu. Il a fallu qu'il soit fort pour arriver à mener sa vie, à passer outre tout cela, et à essayer d'être heureux. Et sans le savoir, il croisera plusieurs fois sa mère biologique. Il fut un moment dans le roman où j'étais en attente de ces retrouvailles, ou de savoir ce qui avait bien pu se passer pour Catherine, vu qu'on l'avait quittée à son accouchement à la fin du premier chapitre. J'avais vraiment peur de ne jamais avoir les réponses à ce questionnement, mais si, elles sont arrivées avant la fin, et j'étais très contente de retrouver cette femme courageuse. Mais je n'en dirai pas plus, je ne veux pas tout vous raconter. Il serait d'ailleurs très difficile de tout vous dire, il s'en passe des choses en plus de huit cents pages, comme dans une vie après tout. Ce roman est une belle épopée d'une vie qui aurait pu être si simple si l'environnement l'avait voulu.

Je me suis très vite attachée à Cyril, à Catherine, à Julian, Alice, et tous les autres. L'attachement à Cyril est renforcé par le choix narratif que l'auteur a employé pour raconter l'histoire. Cyril est le narrateur et raconte sa vie. L'auteur a donc employé la première personne du singulier, j'aime beaucoup ce procédé. Ce « je » me permet de mieux ressentir ce que vit ou pense le personnage principal, je rentre dans sa tête, dans sa peau, je me mets à sa place et je vis à travers lui. Et avec tout ce que Cyril va endurer, je peux vous dire que certains moments vont être très difficiles à passer. Les émotions ont été très vivaces, et surtout bien retranscrites par l'auteur. C'est une lecture riche en sentiments de toutes sortes et surtout opposés bien souvent. J'ai été souvent émue, et très souvent dégoûtée, en colère, en révolte même contre ces jugements envers des personnes qui ne demandent qu'à vivre, tout simplement. La religion a d'ailleurs une grosse responsabilité dans ces pensées détestables. John Boyne a bien souligné ce fait et il a eu tellement raison. Quand on connait un peu l'histoire de l'Irlande et son attachement profond à l'église, on comprend combien des gens dans la situation de Catherine ou de Cyril ont dû se battre pour rester en vie.

Je crois que je pourrais vous en parler encore longtemps tellement de tels agissements m'ont indignée. Le principal n'est-il pas d'être heureux et bien dans sa peau, qu'importe la couleur de peau, le pays de naissance, l'orientation sexuelle, ou l'avis personnel, du moment qu'on se sent en adéquation avec notre être le plus profond. Et encore de nos jours, en 2020, certains auraient encore tendance à avoir les mêmes avis...ça me fait froid dans le dos.

Sinon, je ne peux pas finir cette chronique sans vous parler de la construction du livre qui est assez particulière et originale. Il est divisé en trois parties principales qui portent des titres qui collent parfaitement au récit : Honte, Exil et Paix. Dans ces parties, des chapitres qui sont tous liés à des dates, et ce qui est assez ingénieux, c'est qu'à chaque fois sept années les séparent. Généralement, il se passe quelque chose d'important dans la vie de Cyril à la fin d'un chapitre, et lorsqu'on commence le suivant, sept ans plus tard, on se demande ce qui a pu arriver avant, ce qui est expliqué petit à petit par le narrateur, en l'occurrence Cyril. J'ai beaucoup aimé cette façon de faire, c'était un peu déroutant au début, car je me posais plein de questions sur les sept années écoulées, mais au final, j'ai trouvé cela très original et plutôt bien trouvé.

Je pense que vous l'aurez compris, mais ce roman a été une très bonne lecture, et surtout je pense qu'il restera marqué en moi un moment. J'ai même ressenti une certaine tristesse en quittant Cyril à la fin, mais, comme on dit, la boucle est bouclée, il fallait bien le laisser partir. Le final est beau, et porteur d'espoir, malgré les embûches, malgré les soucis, il reste finalement de bons souvenirs de vie et une envie aussi de retrouver les êtres disparus en acceptant sa propre mort. J'ai vraiment été remuée jusqu'à la fin, jusqu'au dernier mot.

Malgré le bon petit pavé que ce livre pouvait représenter, surtout pour un format poche, ma lecture a été rapide et surtout addictive. Je n'avais qu'une hâte lorsque je quittais le livre, c'était de le retrouver au plus vite pour continuer. Je pense qu'une telle histoire est difficile à oublier. En tout cas, moi, je n'oublierai pas de sitôt l'histoire de Cyril. C'est une histoire qui devrait être lue pour ne pas reproduire les mêmes avis, les mêmes choses. Laissons les gens vivre comme ils le veulent, et surtout, occupons nous de nous avant d'aller juger les autres... Comme vous pouvez le voir, je suis vraiment marquée...

J'ai particulièrement apprécié la plume de John Boyne. Je le découvre ici, j'ai vu qu'il avait écrit d'autres romans, beaucoup de jeunesse, mais il est sorti en février de cette année un roman, L'audacieux monsieur Swift, aux éditions Jean-Claude Lattès, le résumé me semble fort intéressant, je le note pour une future lecture. Un auteur de plus à suivre et à continuer d'apprécier.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bscmm 2020-07-13T09:15:28+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

Au côté d'une perspective enfantine, nous accompagnons un personnage presque étranger aux horreurs qui marque cette époque, les préoccupations d'un enfant qui permet l'identification aux personnages et nous emporte avec lui et nous immerge jusqu'au bout. Cela nous fait rentrer par une voix d'axer différente dans l'abnégation de l'existence.

Avec ce roman l'histoire touche de manière poignante et incisive dans un récit cour, direct, et limpide le tout avec simplicité sous le regard d'un enfant qui par ses mots nous fait comprendre ce qui lui est dissimulé. Cet aspect rend l'histoire d'autant plus poignante qui plus ait avec les derniers mots de l'auteurSpoiler(cliquez pour révéler)"Tout cela s'est passé il y a fort longtemps, bien sûr, et rien de semblable ne pourrait plus arriver.

Pas de nos jour." qui marque toute l'importance de la mémoire active. Sans oublier d'observer ce qui se passe dans notre propre temporalité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Justine86 2020-07-20T18:43:32+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

J'ai étudié ce livre en classe. Et j'ai été surprise du thème qu'aborde l'auteur. Je trouve que ce l'auteur aborde le sujet de façon à pouvoir aborder le sujet abexes plus petit et cela peut permette d'apprendre au plus petit ce qui c'est vraiment passer dans les camps de concentrations.

Bravo à l'auteur

Afficher en entier
Commentaire ajouté par goretti 2020-07-21T04:00:43+02:00
Les Fureurs invisibles du coeur

Très belle lecture dans l'ensemble. J'ai beaucoup aimé le personnage de Cyril et de Bastiaan. Les dialogues sont percutant et bien menés. L'Irlande puritaine est très dure pour les filles mères et les homosexuels. Ils n'ont pas beaucoup de chance contre une population et un clergé aussi rigides et avec un esprit aussi étroit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par armel86 2020-07-23T23:57:15+02:00
Le Garçon en pyjama rayé

Une claque. Ce livre est une véritable claque. Nous avons tous et toutes déjà entendu parler de la Shoah, et cette fois-ci, nous découvrons l'horreur de ce massacre à travers les yeux innocents et curieux d'un garçon de neuf ans. Les lecteurs.trices comprennent avant lui ce qui se passe, même si grâce à l'écriture de l'auteur, on a l'impression de retourner en enfance, de ne rien saisir au monde compliqué des adultes. Les jeux de mots notamment, sont d'une excellence, sincèrement, j'ai rarement croisé autant d'intelligence, surtout dans un contexte aussi tendu. L'histoire en elle-même m'a touché, cette amitié entre ces deux êtres humains que tout pourrait séparer, mais finalement le gouffre formé par leurs différences les rapprochent plus qu'autre chose. Ce roman nous prouve que quelle que soit la situation, tout peut arriver. Pour le meilleur ou pour le pire...

Afficher en entier

Dédicaces de John Boyne
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard Jeunesse : 5 livres

Gallimard : 3 livres

JC Lattès : 2 livres

L'Archipel : 2 livres

Pocket : 2 livres

France Loisirs : 1 livre

Penguin Books Ltd : 1 livre

LGF - Le Livre de Poche : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array