Livres
461 586
Membres
418 094

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nicolas D'Estienne d'Orves

265 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilou 2011-04-19T19:25:19+02:00

Biographie

A trente-six ans, Nicolas d'Estienne d'Orves a imposé sa personnalité singulière depuis ses débuts de critique littéraire au Figaro littéraire. Mélomane averti, il a affirmé sa passion pour l'opéra, la musique militaire et la chanson paillarde dans le mensuel Classica et dans l'émission " Etonnez-moi Benoît " de Benoît Duteurtre, sur France Musique, où son passage a marqué les esprits. Son œuvre romanesque, commencée en 2001 avec Le Sourire des enfants morts (Belles Lettres), frappe par son originalité : fils spirituel de Barbey d'Aurevilly et de Reiser, Nicolas d'Estienne d'Orves reste fasciné par le monstrueux et le baroque, mais son humour caustique et la curiosité insatiable qu'il montre pour ses contemporains en font un romancier de la drôlerie et de la légèreté. En 2002, Fin de race (Flammarion) lui vaut un concert d'éloges critiques, et Othon ou l'Aurore immobile (Les Belles Lettres) est couronné par le prix Roger-Nimier. Insensible au sectarisme parisien, Nicolas d'Estienne d'Orves s'essaie au grand roman populaire en 2007 ; Les Orphelins du mal (XO) se révèle un coup de maître - et un best-seller mondial.

Amazon.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
52 lecteurs
Or
75 lecteurs
Argent
51 lecteurs
Bronze
44 lecteurs
Lu aussi
74 lecteurs
Envies
144 lecteurs
En train de lire
3 lecteurs
Pas apprécié
12 lecteurs
PAL
100 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.63/10
Nombre d'évaluations : 59

0 Citations 63 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Nicolas D'Estienne d'Orves

Sortie France/Français : 2018-03-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par zarg 2018-02-11T16:07:30+01:00
Les Orphelins du mal

Des longueurs qui m'ont rebutées dès le début. L'histoire n'est pas si prenante que ça au final. La fin laisse à désirer.

Afficher en entier
Le Silence et la Fureur

Pour ce qui est de l’histoire, je vous laisse lire la quatrième de couverture qui en dit déjà pas mal. J’ai eu beaucoup de mal à y entrer justement dans cette histoire. Je ne sais pas si c’est le style d’écriture au débit délibérément lent ou bien le fait que pendant les 150 premières pages il ne se passe pas grand-chose de plus que ce que l’on sait déjà mais ce n’est qu’à partir de là que cela commence à devenir palpitant, haletant, bref tout ce que j’attends d’un thriller psychologique. Alors une fois immergée c’est glaçant à souhait, les chapitres s’enchainent autour des voix de Luc et de Susan la gouvernante et c’est à une véritable montée en puissance de la tension que nous assistons. Il y a là comme une urgence et l’on sait déjà que le dénouement furieux sera à la hauteur du silence, déchaîné, il ne laissera personne indemne. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est de ne jamais à aucun moment avoir pu prévoir quoi que ce soit, j’ai fini par regarder chacun des personnages comme un coupable potentiel. Il faut dire que le lieu de l’intrigue y est pour beaucoup. Imaginez-vous « Un lac perdu de l’Ontario, et au milieu, une petite île escarpée » Le tempérament insulaire des habitants, les paysages grandioses surtout une certaine falaise et une faune riche en biches et en cerfs ajouter à cela le mauvais temps de la pluie, des orages et des vents violents et vous avez un paradis qui se transforme en enfer. Bonne lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maks 2018-03-16T10:48:33+01:00
Le Silence et la Fureur

"Le silence et la fureur" est un roman avec une ambiance vraiment particulière, apaisant et angoissant en même temps, la phobie du personnage de "Max" envers la musique suite à un traumatisme est vraiment bien travaillée, le rythme a beau être calme, ce personnage impose une tension permanente.

C'est un roman où il y a 3 narrateurs différents, le musicien, son fils et la femme qui aide Max au quotidien.

Toujours sur ce rythme faussement calme, jusqu'à se sentir mal à l'aise avec l'intervention d'un des personnages qui va faire basculer le récit dans la peur et la folie. Au niveau de l'intrigue, les auteurs prennent un malin plaisir à multiplier des soupçons sur plusieurs personnages, jusqu'à en suspecter toute l'assemblée, la fin est bien maîtrisée.

Les décors de cette petite ile canadienne battue par les vents, la pluie et le froid, les falaises, l'eau glaciale et le morne village sont superbement retranscrits et renforcent le suspense ainsi que le sentiment d'étouffement.

La musique (piano) fait partie intégrante de l'histoire, même sans l'entendre elle est omniprésente, tel un personnage à part entière.

J'ai vraiment apprécié ma lecture.

Voir la chronique sur mon blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2018/03/le-silence-et-la-fureur-nicolas-d-d.html

Afficher en entier
Le Silence et la Fureur

La musique était toute sa vie mais maintenant, elle le détruit. Max King n'est plus que l'ombre de lui-même depuis "l'accident" et, dix ans plus tard, le retour de son fils va tout bouleverser.

Un thriller redoutable écrit à 4 mains. Une association mère/fils qui est une grande réussite. Ce duo d'auteurs nous plonge dans une ambiance pesante, limite oppressante. Pourtant, jamais la musique ne nous quitte, elle est toujours là en parfaite actrice du récit.

Impossible de se douter de l'intensité du récit lorsqu'on le commence. L'intrigue est très bien construite, très psychologique. Elle pousse le lecteur à analyser et le maintien sans cesse dans le doute. Que s'est-il passé il y a dix ans? Quel est ce fameux accident? Et puis sur les protagonistes eux-mêmes. Sont-ils vraiment ce qu'ils paraissent? Leurs intentions sont-elles bonnes? Une foule de questions qui nous taraudent. On entre dans l'histoire et on ne veut plus la quitter avant d'enfin avoir toutes nos réponses.

La personnalité elle-même des différents protagonistes a été très bien travaillée. Très différents les uns des autres. Même les secondaires ont cette petite touche de mystère qui vient titiller notre curiosité. Les auteurs sont allés très loin, au point de se demander si la folie ne fait pas partie elle aussi du récit. Certaines réactions pouvant venir chambouler toutes nos certitudes. C'est très profond. Ils nous font ressentir une foule d'émotions. De la peine pour ce qu'ils sont devenus, de la crainte pour ce qu'ils risquent et en même de l'appréhension face à ce dont ils sont capables. Même en suivant les protagonistes de manière séparée, ça reste flou. C'est complexe et en même temps subtil.

Pour décors, un endroit qui a perdu son faste. Un petit quelque chose de lugubre mais qui pourtant nous intrigue. On s'imagine sans soucis ce qu'il a été et ce qu'il est devenu. Une ambiance assez lourde avec des allures de huit-clos parce que l'ensemble est concentré sur un même lieu.

Une jolie touche de magie également mais là-dessus je ne vous en dirais pas plus pour vous laisser la découvrir. Une petite note qui m'a séduite.

La fin du récit m'a beaucoup plu. Alors même que l'on a enfin les réponses tant attendues, une zone d'ombre subsiste. Le lecteur est alors libre d'imaginer en fonction des éléments qui lui sont donnés.

J'ai adoré.

Afficher en entier
Les Orphelins du mal

Fan de thriller et de la Seconde Guerre Mondiale, je suis rentrée très rapidement dans l'histoire. Bien écrit, la lecture est fluide et l'alternance entre le passé et le présent nous laisse en haleine.

Afficher en entier
L'Enfant du premier matin

J'avais déjà lu les derniers jours de Paris de cet auteur j'avais adoré, celui là encore plus malgré une fin un peu rapide je trouve.

L'auteur alterne les chapitres entre 2013 l'histoire avec Valentin et 1891 l'histoire avec Saint-Alveydre.

Valentin à perdu son père, depuis il fait de drôles de rêves prémonitoires, des cauchemars et parle une langue inconnue pour sa mère Lucie et que seul les enfants nés le 11 septembre 20001 semblent connaître.

Quant à Saint-Alveydre journaliste il enquête sur les cercles satanistes de Paris. Il va se retrouver dans le monde de l'occulte et aller jusqu'où jamais il n'est allé de toute sa vie.

Un livre lu quasi d'une traite, j'ai accroché direct à l'histoire. J'adore quand les chapitres sont alternés à différentes époques L'histoire est captivante, émouvante à certains passages et remplie de suspens et rebondissements. J'adore la plume addictive de cet auteur.

Afficher en entier
Les derniers jours de Paris

J'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire. J'ai trouvé le début un peu long. Mais quand on est rentré dans le vif du sujet, le suspens s'est installé et j'avais hâte de connaître le dénouement de l'histoire. L'histoire est originale malgré une fin qui m'a semblé trop vite baclée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emel1ne 2018-09-30T11:59:25+02:00
Les Orphelins du mal

J'ai bien accroché à l'histoire. L'alternance entre passé et présent était bien dosé et cela me faisait tourner les pages sans m'en rendre compte. J'appréciais pleinement ce thriller jusqu'au moment où l'histoire devient tellement rocambolesque que j'en ai été déstabilisée. J'ai été profondément déçue par la fin de ce roman.

Afficher en entier
Les Orphelins du mal

Ce roman fait partie de ceux que je me lasse jamais de relire à l'envie. Je l'ai découvert grâce à ma mère et il demeure, encore maintenant, l'un de mes romans favoris sur cette partie de l'histoire.

Mélangeant vérité historique et imaginaire, l'auteur nous fait découvrir l'univers des Lebensborn, maison de naissance du temps du IIIème Reich, sujet plutôt passé sous silence même encore maintenant.

Ce roman est très bien documenté et l'histoire très bien pensée. Les personnages, par moment insupportables comme Anaïs, nous dévoile les secrets cachés derrière ce programme de naissance tout simplement odieux.

Relire ce roman me permet, avec le temps, de le percevoir différemment à chaque lecture, l'âge aidant à le comprendre de mieux en mieux. J'ai tout de même un bémol à partager et il concerne la fin.

Beaucoup trop folle et fantasque malheureusement. De plus, on se pose beaucoup de questions sur les personnages après les révélations. C'est le seul défaut notable à mon sens.

Afficher en entier
marthe ou les beaux mensonges

Bonjour les lecteurs ….

Bon ben .. Non , non et non

Voici un livre qui était prometteur et que je n'ai pas aimé du tout. Je me suis ennuyée à du 1000 % et ai terminé en grosses ( très grosses ) lecture diagonale.

Cela aurait pu être intéressant, car de Marthe Richard, on connait très peu de choses si ce n'est son combat pour la fermeture des maisons closes.

Marthe se raconte sous la plume de Nicolas d'Estienne d'Orves.

On y apprend qu'elle AURAIT été tour à tour prostituée ( et oui !!!), aviatrice , résistante ou collabo, femme d'affaire, écrivain (?) , politicienne… etc , etc .. etc !!!!!!!!!!!

Sauf que la sauce ne prend pas … Marthe nous mène-t-elle en bateau? a-t-elle une imagination débordante ?

Je n'en sais rien … l'auteur reste neutre, à aucun moment ne prend parti ou donne son avis. Il relate les faits .. point barre !

.

Les faits s'enchaînent les uns après les autres .. Marthe réussi toutes ses conversions ( de la prostitution à la femme politique). A peine croyable !

Est-ce vrai ou nous mène-t-elle en bateau ?

Voici un livre rempli de mensonges .. pas forcément jolis

J'ai trouvé cela gros, lourd , pas addictif ..

Bref pénible pour ne pas dire chiant ….

A éviter

Afficher en entier

On parle de Nicolas D'Estienne d'Orves ici :

10e Festival de la biographie de Nîmes
2011-01-25T23:13:57+01:00

Dédicaces de Nicolas D'Estienne d'Orves
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 3 livres

XO Editions : 3 livres

Albin Michel : 3 livres

LGF - Le Livre de Poche : 3 livres

J'ai lu : 1 livre

france : 1 livre

Actes Sud : 1 livre

Nil : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode