Livres
494 890
Membres
493 635

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nicolas D'Estienne d'Orves

281 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilou 2011-04-19T19:25:19+02:00

Biographie

A trente-six ans, Nicolas d'Estienne d'Orves a imposé sa personnalité singulière depuis ses débuts de critique littéraire au Figaro littéraire. Mélomane averti, il a affirmé sa passion pour l'opéra, la musique militaire et la chanson paillarde dans le mensuel Classica et dans l'émission " Etonnez-moi Benoît " de Benoît Duteurtre, sur France Musique, où son passage a marqué les esprits. Son œuvre romanesque, commencée en 2001 avec Le Sourire des enfants morts (Belles Lettres), frappe par son originalité : fils spirituel de Barbey d'Aurevilly et de Reiser, Nicolas d'Estienne d'Orves reste fasciné par le monstrueux et le baroque, mais son humour caustique et la curiosité insatiable qu'il montre pour ses contemporains en font un romancier de la drôlerie et de la légèreté. En 2002, Fin de race (Flammarion) lui vaut un concert d'éloges critiques, et Othon ou l'Aurore immobile (Les Belles Lettres) est couronné par le prix Roger-Nimier. Insensible au sectarisme parisien, Nicolas d'Estienne d'Orves s'essaie au grand roman populaire en 2007 ; Les Orphelins du mal (XO) se révèle un coup de maître - et un best-seller mondial.

Amazon.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
53 lecteurs
Or
75 lecteurs
Argent
54 lecteurs
Bronze
48 lecteurs
Lu aussi
79 lecteurs
Envies
142 lecteurs
En train de lire
3 lecteurs
Pas apprécié
12 lecteurs
PAL
109 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.6/10
Nombre d'évaluations : 90

0 Citations 76 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Nicolas D'Estienne d'Orves

Sortie France/Français : 2018-03-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Le Silence et la Fureur

La musique était toute sa vie mais maintenant, elle le détruit. Max King n'est plus que l'ombre de lui-même depuis "l'accident" et, dix ans plus tard, le retour de son fils va tout bouleverser.

Un thriller redoutable écrit à 4 mains. Une association mère/fils qui est une grande réussite. Ce duo d'auteurs nous plonge dans une ambiance pesante, limite oppressante. Pourtant, jamais la musique ne nous quitte, elle est toujours là en parfaite actrice du récit.

Impossible de se douter de l'intensité du récit lorsqu'on le commence. L'intrigue est très bien construite, très psychologique. Elle pousse le lecteur à analyser et le maintien sans cesse dans le doute. Que s'est-il passé il y a dix ans? Quel est ce fameux accident? Et puis sur les protagonistes eux-mêmes. Sont-ils vraiment ce qu'ils paraissent? Leurs intentions sont-elles bonnes? Une foule de questions qui nous taraudent. On entre dans l'histoire et on ne veut plus la quitter avant d'enfin avoir toutes nos réponses.

La personnalité elle-même des différents protagonistes a été très bien travaillée. Très différents les uns des autres. Même les secondaires ont cette petite touche de mystère qui vient titiller notre curiosité. Les auteurs sont allés très loin, au point de se demander si la folie ne fait pas partie elle aussi du récit. Certaines réactions pouvant venir chambouler toutes nos certitudes. C'est très profond. Ils nous font ressentir une foule d'émotions. De la peine pour ce qu'ils sont devenus, de la crainte pour ce qu'ils risquent et en même de l'appréhension face à ce dont ils sont capables. Même en suivant les protagonistes de manière séparée, ça reste flou. C'est complexe et en même temps subtil.

Pour décors, un endroit qui a perdu son faste. Un petit quelque chose de lugubre mais qui pourtant nous intrigue. On s'imagine sans soucis ce qu'il a été et ce qu'il est devenu. Une ambiance assez lourde avec des allures de huit-clos parce que l'ensemble est concentré sur un même lieu.

Une jolie touche de magie également mais là-dessus je ne vous en dirais pas plus pour vous laisser la découvrir. Une petite note qui m'a séduite.

La fin du récit m'a beaucoup plu. Alors même que l'on a enfin les réponses tant attendues, une zone d'ombre subsiste. Le lecteur est alors libre d'imaginer en fonction des éléments qui lui sont donnés.

J'ai adoré.

Afficher en entier
Les Orphelins du mal

Fan de thriller et de la Seconde Guerre Mondiale, je suis rentrée très rapidement dans l'histoire. Bien écrit, la lecture est fluide et l'alternance entre le passé et le présent nous laisse en haleine.

Afficher en entier
L'Enfant du premier matin

J'avais déjà lu les derniers jours de Paris de cet auteur j'avais adoré, celui là encore plus malgré une fin un peu rapide je trouve.

L'auteur alterne les chapitres entre 2013 l'histoire avec Valentin et 1891 l'histoire avec Saint-Alveydre.

Valentin à perdu son père, depuis il fait de drôles de rêves prémonitoires, des cauchemars et parle une langue inconnue pour sa mère Lucie et que seul les enfants nés le 11 septembre 20001 semblent connaître.

Quant à Saint-Alveydre journaliste il enquête sur les cercles satanistes de Paris. Il va se retrouver dans le monde de l'occulte et aller jusqu'où jamais il n'est allé de toute sa vie.

Un livre lu quasi d'une traite, j'ai accroché direct à l'histoire. J'adore quand les chapitres sont alternés à différentes époques L'histoire est captivante, émouvante à certains passages et remplie de suspens et rebondissements. J'adore la plume addictive de cet auteur.

Afficher en entier
Les derniers jours de Paris

J'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire. J'ai trouvé le début un peu long. Mais quand on est rentré dans le vif du sujet, le suspens s'est installé et j'avais hâte de connaître le dénouement de l'histoire. L'histoire est originale malgré une fin qui m'a semblé trop vite baclée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emel1ne 2018-09-30T11:59:25+02:00
Les Orphelins du mal

J'ai bien accroché à l'histoire. L'alternance entre passé et présent était bien dosé et cela me faisait tourner les pages sans m'en rendre compte. J'appréciais pleinement ce thriller jusqu'au moment où l'histoire devient tellement rocambolesque que j'en ai été déstabilisée. J'ai été profondément déçue par la fin de ce roman.

Afficher en entier
Marthe ou les beaux mensonges

Bonjour les lecteurs ….

Bon ben .. Non , non et non

Voici un livre qui était prometteur et que je n'ai pas aimé du tout. Je me suis ennuyée à du 1000 % et ai terminé en grosses ( très grosses ) lecture diagonale.

Cela aurait pu être intéressant, car de Marthe Richard, on connait très peu de choses si ce n'est son combat pour la fermeture des maisons closes.

Marthe se raconte sous la plume de Nicolas d'Estienne d'Orves.

On y apprend qu'elle AURAIT été tour à tour prostituée ( et oui !!!), aviatrice , résistante ou collabo, femme d'affaire, écrivain (?) , politicienne… etc , etc .. etc !!!!!!!!!!!

Sauf que la sauce ne prend pas … Marthe nous mène-t-elle en bateau? a-t-elle une imagination débordante ?

Je n'en sais rien … l'auteur reste neutre, à aucun moment ne prend parti ou donne son avis. Il relate les faits .. point barre !

.

Les faits s'enchaînent les uns après les autres .. Marthe réussi toutes ses conversions ( de la prostitution à la femme politique). A peine croyable !

Est-ce vrai ou nous mène-t-elle en bateau ?

Voici un livre rempli de mensonges .. pas forcément jolis

J'ai trouvé cela gros, lourd , pas addictif ..

Bref pénible pour ne pas dire chiant ….

A éviter

Afficher en entier
Le Silence et la Fureur

Très déçu par ce livre. Je m'attendais à beaucoup mieux

Afficher en entier
Le Silence et la Fureur

♫ Smoke on the water, fire in the sky ♪ Smoke on the water ♫

Non, on ne parlera pas de Deep Purple, mais on va causer musique tout de même car elle est en arrière-fond de ce thriller psychologique en huis-clos.

Une île au Canada, un pianiste de talent, sa femme à tout faire et un silence assourdissant avant que la fureur ne se déclenche…

Un lieu retiré, un village qui a tout du village fantôme depuis que Max King, virtuose du piano qui remplissait les salles encore plus vite que Johnny, Madonna et U2 réunis, a arrêté de jouer suite à une catastrophe arrivée à un de ses concerts.

Notre homme a beau vivre en reclus, être perclus de manies, se comporter comme un enfant, avoir d’un tyran maniaque, il attire tout de même la sympathie car il est incapable de jouer de la musique, de lire une partition, d’écouter de la musique à la radio, sous peine d’avoir l’impression qu’une perceuse lui vrille la tête.

Dans sa maison, la musique est coupée, interdit de la fredonner, pourtant, elle est sans cesse en arrière-plan, jouant à "on m’entend", "on m’entend plus". Lui-même voudrait bien, mais il ne peut point.

L’arrivée d’un visiteur surprise arrivera-t-elle à le sortir de sa gangue de plomb dans lequel son corps, son esprit, son talent, est enfermé, englué, prisonnier ??

Sa femme à journée, celle qui s’occupe de lui constamment, arrivera-t-elle à lui lâcher un peu la bride et à cesser de s’en occuper comme si c’était son enfant, celui dont on ne veut pas qu’il grandisse, des fois qu’il n’ait plus besoin de nous ??

Si on transposait ce roman en film, je recommanderais, en fond sonore, une musique angoissante, celle qui dresse les poils sur les bras (L’exorciste) car tout est fait pour nous donner l’impression que l’on avance à vue, dans la fumée, tâtonnant afin d’en savoir plus, tandis que les auteurs nous guident dans leur thriller psychologique, jouant avec nous comme si nous étions leurs pantins.

Même les personnages sont les pantins des auteurs. On ne sait pas qui ment, qui dit la vérité, si vérité il y a et mensonges aussi. On se pique au jeu, on se prend dans le récit angoissant, bourré de tensions, sans pour autant avoir de l’action, car ici, tout est dans les attitudes, les silences, les paroles, les gestes, des différents personnages.

Le final, lui, il est époustouflant, violent, angoissant, anxiogène, rempli de suspense et tous les secrets enfouis referont surface, pour le meilleur, ou pour le pire.

Un roman qui fait monter la tension et les battements cardiaques.

Enfin, du moins chez moi car Bianca, ma copinaute de LC, n’a pas du tout aimé le récit, n’a pas su entrer dedans et à trouver le final ignoble. Je confirme qu’il est ignoble, mais j’ai adoré.

Afficher en entier
Le Silence et la Fureur

Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=34858

J'ai mis la note de : 16/20

Mon avis : Ce roman à suspens, tel un huis-clos, nous embarque sur une île à la fois macabre et lumineuse, dans un pays froid, le Canada. Le lecteur est souvent mal à l’aise tant l’atmosphère décrite est étrange et pleine de mystères. La description de l’île et du climat apportent un suspens et des sensations sournoises à la lecture. La couverture représente d’ailleurs efficacement ce lieu maudit.

Le lecteur est souvent sur le qui-vive, en attente et même en demande après s’être bien imprégné des personnages et de l’intrigue. Il est difficile de s’arrêter en plein milieu : on veut savoir ce qui va se passer et on veut tout comprendre. Les informations tombent au compte-goutte pour mieux nous asservir jusqu’à la toute fin. Une fin que l’on pourrait qualifier de perturbante, notamment au niveau moral, ce qui n’étonne finalement pas pour un thriller. Une fin qui n’est en tout cas pas décevante, au contraire, malgré le malaise ressenti après avoir refermé le livre. Ce roman n’est ainsi pas à conseiller aux âmes sensibles.

Trois personnages ont leur importance : Susan, Max et Luke. Max est, plutôt était, un grand pianiste qui a perdu son envie et son ambition suite à un terrible accident. La musique le fait maintenant souffrir et ses moments d’angoisse sont fréquents. C’est un personnage très antipathique, que l’on n’apprécie pas vraiment au début étant donné qu’il semble n’aimer personne et être totalement renfermé sur lui-même.

Susan, une jeune femme qui l’aide à vivre et qui s’occupe de sa demeure, est celle qui nous le fait paraître plus humain et c’est d’ailleurs vers elle que va notre attachement. On la plaint rapidement, surtout que de nombreuses scènes nous la font apparaître avec son mari qui se plaint de sa promiscuité avec le musicien et du temps qu’elle passe avec lui et non avec sa famille. L’écriture est telle que Susan nous paraît être le pilier de ce livre. Cette sensation est accentuée par le fait que les auteurs ont séparé le livre en chapitres mais également en parties dont Susan est la narratrice. Suivre ses pensées et ses questionnements nous la font aimer davantage.

Luke, le fils de Max, génie tout comme lui, possède également ses moments de narration, notamment après la première partie du roman, moment où il revient sur l’île. Luke est un personnage que l’on a du mal à cerner étant donné que les visions des autres personnages à son égard changent du tout au tout. Son père, sa mère et Susan ne le considèrent pas de la même manière et cette pluralité nous le font paraître étranger, voire même nous font avoir pitié de lui et de l’éducation difficile qu’il a reçue. Il nous semble être un petit garçon mal aimé, fruit d’un génie et d’une ambitieuse qui lui ont mené la vie dure. Au fil du récit, Luke prend davantage de place et défie souvent Susan. Ses démarches pour aider son père et lui redonner goût à la musique se multiplient et prennent une part importante dans le récit.

Le roman laisse une place non négligeable à la musique et à la poésie qu’elle fait naître en chacun de nous. Le lecteur aura l’impression de vivre un véritable combat dont la finalité est la libération du talent de Max et de toutes les mélodies qu’il bloquait en lui. La musique est réellement l’héroïne de ce roman car c’est autour d’elle que tout tourne. Max ne serait rien sans elle, Susan n’aurait jamais eu la vie qu’elle a vécue et Luke ne serait probablement pas né. De plus, la musique et tout l’argent qu’elle peut rapporter, constituent le gagne-pain des habitants de l’île et des alentours. Jusqu’où seraient-ils prêts à aller pour que Max reprenne du service ?

Le début du roman nous apporte déjà quelques réponses et c’est d’ailleurs un choix étonnant de la part des auteurs que de nous révéler une partie de la fin dès les premières pages du livre. Contre toute attente, cela n’enlève rien au suspens ni à l’envie de savoir comment cela a pu se passer.

La fin est étonnante et malsaine. Les personnages n’étaient finalement pas ce qu’ils semblaient paraître. Le lecteur s’est bien laissé berner grâce au talent de Natalie Carter et de Nicolas D’Estienne D’Orves qui nous ont menés en bateau. On se sent dupés mais contents de l’avoir été. Le rythme lent et l’intrigue sans accroc du début et du milieu, finissent par se transformer en une suite d’évènements plus ou moins tragiques et inattendus qui nous coupent le souffle. Ce n’est qu’arrivé vers la fin que l’on comprend le but du roman ou du moins ce qu’il voulait nous faire comprendre. La bonne majeure partie du livre nous semble être une histoire certes sombre, mais loin du thriller que l’on espérait tant tout se passe finalement plutôt bien et sans encombre. Les dernières pages nous révèlent cependant que l’on avait tort et que ce que l’on avait cru comme acquis, n’était en fait que chimère et fantaisie.

Thriller à suspens et thriller psychologique, Le silence et la fureur est un roman à la fois lyrique et sinistre. Il nous montre jusqu’où l’Homme est prêt à aller pour obtenir ce qu’il désire et nous questionne sur notre propre humanité, sur notre moralité ainsi que sur l’idée que nous nous faisons de la justice. Il apporte également quelques pistes sur la façon de gérer et de se souvenir de drames du passé que l’on penserait avoir vécus. Une réflexion intéressante, menée tambour battant par des auteurs machiavéliques et tenue par des personnages complexes. Un moment de lecture qui ne laisse pas indifférent.

Afficher en entier
Les derniers jours de Paris

Le thème est original et très pédagogique, mais beaucoup trop de longueurs. C'est dommage.

Afficher en entier

On parle de Nicolas D'Estienne d'Orves ici :

10e Festival de la biographie de Nîmes
2011-01-25T23:13:57+01:00

Dédicaces de Nicolas D'Estienne d'Orves
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 3 livres

XO Editions : 3 livres

Albin Michel : 3 livres

LGF - Le Livre de Poche : 3 livres

france : 1 livre

Actes Sud : 1 livre

Nil : 1 livre

France Loisirs : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array