Livres
524 135
Membres
542 242

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ordinator-phantastikos



Description ajoutée par petitspock 2011-11-05T11:12:53+01:00

Résumé

La Maladie, avec un M majuscule tant elle cause de dégâts parmi la population de la Cité-Mère. Diagno : « ATROPATHIE. TABES consécutif à une MENINGITE CHRONIQUE SYPHILITIQUE, avec atteinte des racines postérieures et dégénérescence secondaire des cordons postérieurs de la MOELLE EPlNlERE... »

Réponse de BABAR TZO 88952 : « Impossible mon pote ! La SYPHlLO a disparu de notre planète depuis l'an 2000 ! »

Pour ABEL 6666 — 4 bis AG, le casse-tête commençait.

Afficher en entier

Classement en biblio - 6 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par petitspock 2018-11-14T18:23:59+01:00

Le médecin montra des photographies.

— Regardez : si l’on place les membres de votre fille, ses doigts, ses orteils, dans des positions variées après lui avoir fait fermer les yeux, elle est incapable de dire dans quelle position ils sont.

La femme se mit à pleurer doucement. En très peu de temps, sa fille avait terriblement changé. Ses jambes s’étaient arquées, déformées. Le médecin essayait de la rassurer, mais elle s’était renseignée auprès des parents des autres malades. Plus âgés, touchés depuis plus longtemps que sa fille, ils avaient tous eu les mêmes signes physiques fondamentaux de cette maladie. L’abolition des réflexes des tendons rotuliens et achilléens ; les troubles pupillaires, myosis, inégalité pupillaire et, surtout, perte de la réaction à la lumière, et la persistance du réflexe de l’accommodation.

Elle savait que sa fille était incurable, que ses os finiraient par fondre et qu’elle mourrait en quelques semaines dans le meilleur des cas.

Les médecins faisaient tout ce qu’ils pouvaient : mercure, pénicilline ; injections de vitamine B1 et aspirine contre les douleurs fulgurantes ; diathermie, ondes courtes, radiothérapie. Contre les crises viscérales : injections intraveineuses d’atropine, de bromure de sodium, de novocaïne, etc.

Rien n’y faisait. Les malades mouraient inéluctablement en trois, parfois quatre mois.

Comme toujours en pareil cas, on faisait taire tous les organes d’informations pour ne pas semer la panique. Une centaine de personnes étaient en traitement, une soixantaine avaient succombé à cette maladie que l’on persistait à nommer de son ancien nom mais qui présentait des particularités déroutantes.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Activité récente

Titres alternatifs

  • FNA 1342 : Ordinator-phantastikos - Français

Les chiffres

lecteurs 6
Commentaires 1
extraits 1
Evaluations 2
Note globale 7.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode