Livres
477 851
Membres
458 923

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Elizabeth Gaskell

446 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Aethra 2011-01-20T09:22:41+01:00

Biographie

Elizabeth Gaskell née le 29 septembre 1810 à Londres, morte le 12 novembre 1865 à Holybourne, près d'Alton dans le Hampshire, était une romancière britannique.

Elle naît Elizabeth Cleghorn Stevenson au 93 Cheyne Walk, à Chelsea le 29 septembre 1810. Sa mère, Eliza Holland, appartient à une famille influente du West Midlands qui est liée à d'autres familles unitariennes connues, comme les Wedgwood (porcelaine) et les Darwin (naturaliste), mais elle meurt quand Elizabeth est enfant. Son père, William Stevenson, est un ministre unitarien, ainsi qu'un écrivain ; il se remarie après la mort d'Eliza.

Elle passe l'essentiel de son enfance dans le Cheshire, où elle vit avec sa tante, Mrs Lumb, à Knutsford, ville qu'elle immortalisera plus tard dans Cranford (et qu'évoque également Épouses et Filles), sous le nom de Hollingford. Ce livre a une vague intrigue mais est surtout une série de tableaux et vignettes mettant en scène les personnages pittoresques de la petite ville.

Elle a également séjourné à Newcastle upon Tyne et à Édimbourg. Sa belle-mère est une sœur du peintre de miniatures écossais William John Thomson, qui peint un portrait célèbre d'Elizabeth en 1832.

La même année, elle se marie avec William Gaskell, ministre à la chapelle unitarienne de Cross Street, à Manchester, qui mène sa propre carrière littéraire. Ils exposent à Manchester, où l'industrie environnante offrirait une inspiration pour ses romans (dans le genre du « roman industriel »).

Les cercles qu'ils fréquentent comportent des dissidents religieux et des réformateurs sociaux, notamment William et Mary Howitt et Harriett Martineau.

Le premier roman de Mrs Gaskell, Mary Barton, paraît anonymement en 1848. Les plus connues de ses autres œuvres sont Cranford (1853), chronique savoureuse d'une petite ville du nord de l'Angleterre, d'après Knutsford où elle avait résidé, North and South (1854) et Wives and Daughters (1865). C'est une amie de Charles Dickens et de Charlotte Brontë dont elle a écrit la première biographie en 1857, livre qui a joué un rôle significatif dans l'essor de la réputation de la famille de Haworth. Elle est également l'auteur de Cousin Phyllis (Cousine Phyllis), paru en 1864, appartenant au genre qu'on appelle en anglais « novella », c'est-à-dire intermédiaire entre le roman et la nouvelle, que beaucoup d'admirateurs de Mrs Gaskell considèrent comme un pur bijou.

Son grand roman Wives and Daughters, an Every-Day Story (Épouses et Filles, une histoire de tous les jours), est publié mensuellement (18 épisodes) par le Cornhill Magazine d'août 1864 à janvier 1866. Certains numéros sont donc posthumes et au dernier ne manque, peut-être, qu'une vingtaine de pages. En effet, Mrs Gaskell meurt brutalement le 12 novembre 1865, à l'âge de 55 ans, en prenant le thé et au milieu d'une phrase, dans le Hampshire, où elle était allée, accompagnée de membres de sa famille, faire restaurer et meubler une vieille demeure pour la retraite de son mari. L'éditeur du Cornhill, Frederick Greenwood, ajouta quatre pages pleines de tact et de discrète émotion, suggérant comment le roman aurait fini.

Elle est enterrée dans le petit cimetière de Knutsford, tous près du porche de l'église. Sa tombe, très simple, est régulièrement fleurie par les admirateurs anonymes de passage.

Mrs. Gaskell se range aujourd'hui parmi les romanciers britanniques les plus considérés de l'ère victorienne.

Source : Wikipédia

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
158 lecteurs
Or
127 lecteurs
Argent
91 lecteurs
Bronze
54 lecteurs
Lu aussi
60 lecteurs
Envies
509 lecteurs
En train de lire
22 lecteurs
Pas apprécié
2 lecteurs
PAL
247 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.35/10
Nombre d'évaluations : 154

0 Citations 85 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Elizabeth Gaskell

Sortie Poche France/Français : 2016-01-13

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Marie-A 2018-09-21T20:13:23+02:00
Nord et Sud

J'ai tout d'abord découvert la mini-série réalisée par la chaîne de télévision anglaise BBC. J'ai beaucoup aimé l'histoire qui reprend les romans de Jane Austen mais plus tard, au 19ème siècle, en pleine révolution industrielle.

Ce roman permet également d'appréhender les différences existantes à cette époque (et peut-être encore aujourd'hui) entre l'Angleterre du nord et celle du sud, séparées par Londres comme s'il s'agissait d'un terrain neutre. On y découvre une atmosphère bien différentes des romans de Jane Austen grâce aux descriptions d'un monde divisé entre patrons et ouvriers dans un climat de révolution industrielle apportant des changements majeurs dans les conditions de travail et de vie des deux parties.

Au milieu de ces tensions, va naître un amour incongru entre un manufacturier, John Thornton, hissé à son statut de patron par la force de son poignet, et Margaret Hale, fille de pasteur élevée à Londres mais originaire du sud. Margaret va peu à peu prendre connaissance du nouveau monde qui l'entoure à son arrivée à Milton et prendre part, à sa manière, conflit patron/ouvrier.

Il s'agit d'une très belle histoire d'amour sur fond historique très enrichissant.

Je recommande vivement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nina-nani 2018-09-23T21:34:19+02:00
Nord et Sud

Nord et sud est un beau roman que j'ai savouré ! Mais qui n'égale pas la splendeur de Jane Eyre ou encore des Hauts de Hurle vent. Je dirait qu'il se rapproche plus du genre de Austen, avec une touche descriptive plus prononcée, et un approfondissement de l'analyse des personnages. Malgré ces deux atouts, ce roman n'a pas été un coup de coeur. L'héroine est agaçante bien que respectable, elle ne dégage pas ce charisme si caractéristique des personnages de soeurs Brontei. J'ai eu du mal à m'attacher à elle et à sa petite personne quelques fois condescente. Bien que l'intrigue soit transportante le rythme est lent et oj a du mal à plonger dans l'histoire au tout début. Pourtant c'était agréable et j'ai apprécié, d'autant plus que l'auteur possède un style gracieux et lyrique. Ce style d'écriture m'a profondément manqué ! Bien que l'intrigue soit intéressante elle n'est pas parfaite et est souvent entrecoupée de longues scènes.Je dirait que ce livre ne se concentre pas uniquement sur un événement mais sur toute une vie : celle d'une famille qui est repartie de zéro. Ce que j'ai le plus apprécié dans cette lecture n'est autre que les longues réflexions des personnages que j'ai trouvé très bien tournées !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JuSE 2019-05-17T19:44:39+02:00
Nord et Sud

Une très bonne lecture ! Pour ceux qui ont aimé Orgueil et Préjugés de Jane Austen je vous invite à lire celui-ci !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Allyssahp 2019-08-25T16:50:27+02:00
Nord et Sud

J’ai d’abord connu Nord et Sud grâce à la mini série réalisée par la BBC qui est magnifique et très bien faite. Comme j’aime lire les livres des films ou séries qui m’ont plu, je me suis lancée.

L’héroïne, Margareth a grandi à la campagne avec son père ecclésiastique et sa mère ou à Londres avec sa tante dans les cercles assez aisés de la bonne société. Suite à un événement inattendu, elle va être amenée à suivre ses parents dans le Nord de l’Angleterre qui est complètement différent de ce qu’elle a connu jusque-là.

On va rentrer dans le monde industriel et ouvrier de la fabrication du coton. C’est un monde beaucoup plus rude et noir, à l’inverse de la vie londonienne. On y découvre des personnages attachants comme la famille Higgins qui essaie de survivre comme elle peut. Bessy m’a beaucoup marqué avec la relation qu’elle entretient avec Margareth.

On va aussi découvrir tout le côté patronal de ses industries ainsi que John Thornton. C’est un personnage avec un fort caractère qui s’est construit tout seul pour devenir son propre patron. Entre Margareth et John, ce sont deux mondes qui vont se percuter. Ils vont devoir dépasser les préjugés et les a priori pour arriver à se comprendre l’un l’autre.

Ce livre fut un véritable coup de cœur pour moi, rien qu’avec la relation du couple principal. Certains passages parlant de politique sont assez longs mais ils ne m’ont pas dérangé plus que ça car ils nous permettent de mieux comprendre la situation actuelle du livre. Ce que je retiens c’est qu’il est dans la même lignée que ceux de Jane Austen mais traitant de sujets beaucoup plus réalistes et poignant. J’ai hâte de pouvoir lire un autre livre d’Elizabeth Gaskell car plusieurs me font de l’œil.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elody92 2019-08-27T00:16:10+02:00
Nord et Sud

A tous les amoureux de Jane Austen ou de littérature anglaise, je recommande vivement!

L'auteur nous transporte avec ses personnages: on vit avec l'héroïne sa prise de conscience sociale et on en vient à se passionner pour les problèmes financiers du heros.

Une histoire d'amour qui a su traverser le temps, à l'image d'orgueil et préjugés

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rosedelin 2019-08-31T21:26:00+02:00
Nord et Sud

J'ai trouvé l'histoire trop lente et les discours des personnages trop longs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Allyssahp 2019-09-10T20:12:01+02:00
Mary Barton

C’est le deuxième tome d’Elizabeth Gaskell que je lis et j’ai aussi beaucoup aimé. L’histoire reste assez proche de Nord et Sud même si on voit beaucoup plus le côté ouvrier. Les personnages m’ont quelques fois énervé avec leurs états d’âmes mais cela reste une très bonne lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ElouanM 2019-10-26T12:05:19+02:00
Nord et Sud

Un "orgueil et préjugés" mais avec un tableau réel des grands bouleversements qui ont marqué la révolution industrielle. C'est bien écrit, structuré, pertinent, humoristique, ...North and South décrit les évolutions sociales d'un monde en plein changement dans la société industrielle anglaise. Une réalité sociale profonde qui reflète parfaitement le vécu des ouvriers et les contraintes des patrons, qui retrace la naissance des syndicats, qui exploite les jeux de pouvoirs et de force.. Bref, vous serez surpris de la modernité de cet œuvre qui aborde l'aliénation au travail, l'exploitation et les grèves, la crise économique, la mondialisation ! C'est saisissant car l'histoire a plus de 160 ans !

Une histoire d'amour sublime et palpitante qui vous tient en haleine du début à la fin. Un genre de Germinal à l'anglaise...avec un peu moins de souffle...Néanmoins c'est très bon !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mellana 2019-10-27T20:16:24+01:00
Femmes et filles

Depuis le temps que j'ai lu ce bouquin (fini le 2 juin), je me décide enfin à rédiger mon commentaire.

Je l'ai bien aimé tout compte fait, mais je dois avouer que j'ai été assez déçue pendant et après ma lecture, par-rapport à ce que j'en attendais. La faute aux excellents romans anglais qui me passionnent depuis quelques années et qui ont peut-être mis la barre un peu haut.

Spoiler(cliquez pour révéler)Le principal reproche que je fais au roman, et duquel découlent quasiment tous les autres, c'est son format feuilleton. Je trouve qu'on le sent énormément dans l'oeuvre, trop.

L'histoire est donc assez longue à démarrer, et le récit me donne souvent une impression de remplissage : c'est dans ces moments que je ressens clairement le format original. L'ensemble a tendance à traîner en longueur pour peu de choses, et ce n'était pas compensé pour moi par le plaisir de lire la petite vie de province anglaise. Je m'aventure peut-être en disant cela mais je pense que l'autrice n'avait pas établi clairement de fil rouge dès le début de sa rédaction, et qu'elle-même erre un peu à son gré au fil des chapitres, chapitre eux-mêmes conçus pour créer du suspense et pousser le lecteur à acheter le numéro suivant. Mais ces mini rebondissements n'amènent pas grand-chose de consistant et ils se font trop au détriment de l'intrigue, qui pourrait avoir un approfondissement incroyable au vu de la durée. Je n'aurais d'ailleurs pas refusé une frise chronologique, car l'histoire se déroulant sur une assez longue période, et étant émaillée de quantité de petits événements sans pour autant qu'il y ait d'indicateurs de temps/date, j'étais quelque peu déroutée.

En ce qui concerne les personnages, ils sont plutôt variés et intéressants.

Le père en particulier, que j'ai pas moments détesté en tant que personne, n'est pas un personnage qui m'a laissée indifférente. Je l'ai trouvé plutôt crétin dans sa décision de se remarier. Il se décide vraiment sur un coup de tête et pour une raison qui ne dure que quelques mois, en comparaison avec l'engagement à vie qu'est un mariage dans cette société. De plus, il laisse faire sa nouvelle femme sans jamais s'opposer à elle et se laisse éloigner de sa fille comme un lâche parce qu'il ne veut pas de conflit.

Par contre s'il ne sait pas tenir tête à sa nouvelle épouse, il ne sait que trop bien être dur avec sa fille, particulièrement lorsqu'il exige d'elle qu'elle appelle sa belle-mère "maman", et de manière générale il la bat froid quand il n'a pas la réponse escomptée, alors que Molly est la plus douce et arrangeante des filles.

La nouvelle Mrs.Gibson a d'abord été difficile à cerner pour moi. Je n'arrivais pas à décider si c'était une marâtre sans nuance, ou si elle allait devenir bonne, ou si elle allait naviguer avec subtilité entre les deux, elle aurait pu par exemple être égoïste dans son quotidien mais en ayant bon fond.

Je l'ai d'abord trouvée vaniteuse, paresseuse et doucereuse, puis complètement pourrie jusqu'à la moelle, notamment lorsqu'elle rénove complètement la chambre de Molly qui contenait tous les effets de sa défunte mère, ou qu'elle ne cesse de s'interposer entre Molly et Lady Harriet, ou Molly et le squire... mais surtout quand elle s'immisce totalement dans la relation de Molly et de son père, même lorsqu'elle-même ne veut pas de cette intimité pour autant. Mais par la suite je l'ai trouvée moins mauvaise. Pas grâce à une évolution subtile et prévue du personnage, mais plutôt du fait d'un changement artificiel, j'ai eu l'impression de ne pas avoir affaire au même entre le début et la fin de l'histoire. C'est un défaut que j'attribue lui aussi à la publication en feuilletons du récit et l'absence d'un fil rouge bien établi du début à la fin. D'ailleurs une des premières conséquences de l'arrivée de la belle-mère est le départ de la vieille servante qui a élevé Molly comme sa fille, mais le lecteur n'entend plus un mot à son sujet par la suite, alors qu'une telle domestique devrait avoir occupé une place prépondérante dans la vie de la famille. Pour moi cela aussi est dû au fait qu'Elizabeth Gaskell ne savait pas vraiment où elle allait à ce stade de l'histoire.

En revanche j'ai adoré le personnage de Cynthia. Elle est vraiment piquante, parfaitement consciente de ses défauts, et même si elle ne cherche pas à s'en amender, elle essaie d'épargner ses proches et ne s'en sert pas comme d'une excuse. Elle n'est pas parfaite mais elle reste gentille, et dieu merci, elle ne se gêne pas pour remettre sa mère en place (au moins un personnage qui le fait !). C'est sa personnalité qui est la plus intéressante, et son passé est mystérieux, alors que la parfaite vertu et moralité victoriennes de Molly peuvent être un peu insipides. J'ai par contre trouvé dommage qu'on n'explicite pas un peu mieux l'amour de Roger Hamley pour elle, j'aurais aimé qu'on suive de plus près sa fascination pour une jeune fille qui ne lui correspond pas du tout, un peu comme ce qu'on voit dans "Mansfield Park".

En parlant de Roger, je suis au regret d'avouer que n'ai malheureusement pas trouvé le personnage séduisant, touchant oui, mais rien de plus (par ailleurs le spoil dans le résumé n'était vraiment pas nécessaire, il n'apportait rien).

Certains personnages auraient mérité qu'on s'attarde plus sur eux : je pense par exemple à Lady Harriet, jeune femme haute en couleur et au caractère bien trempé qui refuse de se marier, ou aux Miss Browning, sortes de Miss Bates très attachantes...

Détail amusant à propos des personnages, c'est la présence d'une Miss Eyre, préceptrice de Molly. Ce n'est évidemment pas une coïncidence et c'est un clin d’œil touchant quand on sait que Charlotte Brontë était morte depuis 10 ans quand l'autrice commence à publier "Femmes et Filles".

En conclusion, je n'ai pas eu de coup de cœur sur ce roman, mais malgré la déception que j'ai pu ressentir à sa lecture, il y a quelques mois je pensais déjà qu'il était possible qu'un jour je l'apprécie mieux, comme ce qu'il s'est passé avec "Nord et Sud". J'étais plutôt clairvoyante car mon sentiment négatif s'est déjà adouci depuis et je prends plaisir à relire des passages du livres, même s'il ne fera jamais partie de mes préférés. J'ai hâte de voir l'adaptation et d'avoir droit à une vraie fin cette fois-ci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Daniela-10 2019-11-04T13:30:19+01:00
Nord et Sud

Un beau roman malgré des longueurs du au style mais on le sait quand on s'attaque à ce genre, des personnages qui m'ont plu. Mais je préfère quand même Jane Austen

Afficher en entier

Dédicaces de Elizabeth Gaskell
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Points : 6 livres

L'Herne : 3 livres

Fayard : 2 livres

LGF - Le Livre de Poche : 2 livres

Herne : 2 livres

Oxford Paperbacks : 1 livre

Oxford University Press : 1 livre

Chapman & Hall : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array