Livres
472 268
Membres
444 224

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jacqueline Carey

1 749 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par smgbuffyliliy 2010-04-30T15:13:18+02:00

Biographie

Jacqueline Carey est née en 1964 à Highland Park (Illinois, États-Unis) Elle est une romancière américaine, spécialisée en fantasy.

Jacqueline Carey a étudié au Lake Forest College dans l'Illinois et y a reçu son B.A en psychologie et en littérature. Pendant ses études, elle travaille six mois dans une librairie londonienne dans le cadre d’un programme d’échange. C’est durant cette période qu’elle décide de devenir écrivain. À son retour, elle commence sa carrière tout en travaillant dans le centre artistique d’un collège local. Dix ans plus tard, en 2001, elle rencontre enfin le succès avec la publication de son premier roman La Marque.

Jacqueline Carey vit actuellement dans le Michigan.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 597 lecteurs
Or
1 157 lecteurs
Argent
500 lecteurs
Bronze
326 lecteurs
Lu aussi
331 lecteurs
Envies
2 699 lecteurs
En train de lire
154 lecteurs
Pas apprécié
149 lecteurs
PAL
2 218 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.6/10
Nombre d'évaluations : 472

0 Citations 541 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jacqueline Carey

Sortie France/Français : 2011-10-21

Sortie Poche France/Français : 2016-08-26

Sortie Canada/Français : 2011-11-04

Sortie USA/English : 2008-06-12

Les derniers commentaires sur ses livres

Imriel, Tome 1 : L'Héritier de Kushiel

Un très bon livre d’aventure fantasy. Les personnages sont très attachants, surtout Imriel.

Afficher en entier
Imriel, Tome 2 : La Justice de Kushiel

Une très bonne aventure fantasy. Imriel est un très beau personnage. Beaucoup d’aventures et de suspense.

Afficher en entier
Imriel, Tome 3 : La Grâce de Kushiel

Une très bonne trilogie fantaisy. J’ai bien aimé Imriel et Sidonie. Beaucoup d’aventures et de suspense.

Afficher en entier
Kushiel, Tome 1 : La Marque

Un bon roman d’aventure fantasy. Phèdre est un grand personnage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mirilya 2019-08-22T11:01:39+02:00
Kushiel, Tome 1 : La Marque

J'étais sceptique une fois ce livre entre les mains : j'avais peur que cela tourne au vulgaire, et que l'intrigue soit noyée sous les ébats sans chercher plus loin.

Au final j'ai été plutôt agréablement surprise. Même si évidemment le thème sur le sexe et les penchants de Phèdre sont très présents, on y retrouve beaucoup de complots, d'intrigues de cour avec des personnages intéressants qui évoluent au fil de l'histoire.

Même si je ne lirai pas la suite, j'ai quand même apprécié ce tome

Afficher en entier
Kushiel, Tome 2 : L'Élue

Une très bonne suite à cette série Fantasy. Ce livre est plein d’aventure et d’action.

Afficher en entier
Kushiel, Tome 3 : L'Avatar

Un très bon troisième et dernier tome de cette série. Beaucoup de moments très sombre, le groupe vit plusieurs aventures dans ce tome.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elycya 2019-09-28T22:46:31+02:00
Kushiel, Tome 3 : L'Avatar

Une saga très dense. Étrangement je me souvenais assez bien des évènements des tomes précédents alors que j'ai fait une longue pause entre le deux et le trois.

J'ai lu plus facilement ce dernier tome de la trilogie. Il y a beaucoup moins d'intrigues politiques et j'étais moins perdue.

Une petite mise en garde pour les âmes sensibles : le passage dans le zénana a été très dur à lire pour moi. Spoiler(cliquez pour révéler)Les tortures que subissent Phèdre, Joscelin et Imriel étaient à la limite du soutenable pour mon petit cœur et j'ai maudit plusieurs fois tous les dieux d'Angelin qui imposent ça à Phèdre.

Ce troisième tome fait la part belle au voyage et on en apprend plus sur les autres cultures.

J'ai trouvé que la conclusion à la saga était belle et je vous laisse la découvrir.

Mais je pense que je ferai une longue pause avant d'entamer la deuxième trilogie !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lildrille 2019-10-10T10:37:58+02:00
Kushiel, Tome 1 : La Marque

Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=27949

J'ai mis la note de : 18/20

Mon avis : Kushiel est une trilogie de fantaisie au goût savoureux et particulier. Le premier tome nous plonge directement dans un univers riche à connotations médiévale et gréco-romaine. On y retrouve différentes religions, monothéistes comme polythéistes, dont les histoires et les implantations ne vont pas sans rappeler notre propre monde, mais aussi des références à des évènements ou à des personnalités hellènes.

Le personnage principal se nomme d’ailleurs Phèdre, qui est la fille du roi Minos, dans la mythologie grecque, mais aussi la protagoniste maudite de la pièce éponyme de Racine. Plus tard dans le récit, il est également question de mythologie nordique et d’Odin, père de toutes choses, associée au peuple des Skaldiques dans le roman. L’auteure en profite aussi pour nous faire voyager du côté du peuple des Pictes, célèbres pour leurs invasions successives et le mur construit pour les en empêcher. Les noms des peuples, des pays et des personnages, ne sont pas anodins dans Kushiel et ont, pour la plupart, des racines étymologiques se rapportant à des faits de notre monde.

Le monde de Kushiel nous est ainsi familier tout en ne l’étant pas, mettant en œuvre des uchronies géographiques et historiques diverses et variées. L’auteure prend le temps de nous expliquer son monde imaginaire en détails et cette découverte est tout à la fois passionnante et fascinante. On apprend ainsi le culte polythéiste d’Elua le Béni et de ses compagnons, dont le dieu Kushiel fait partie. Elua et ses huit compagnons sont aussi considérés comme des anges déchus, Elua le Béni étant né du sang du fils du Dieu unique, tué par les Tibériens, un peuple ancien qui n’existe plus depuis des années. Cette interaction entre les différents cultes est intéressante, nous fait réfléchir et comprendre certains des rites et croyances des personnages.

Le monde est divisé en divers pays, tous illustrés sur une carte en début de livre, ce qui nous permet de mieux suivre les divers évènements. Le début du roman liste également les personnages que nous croiserons dans l’histoire et il y en a beaucoup ! Il n’est pas aisé de tous les retenir, même s’ils arrivent au fur et à mesure du récit et qu’ils sont décrits de manière claire. Les titres de noblesse, les grades militaires, les comtés, les vassalités, les maisons, les hiérarchies politiques, les peuples, les lieux, les croyances, les langues, les tribus, les clans, les bastions, les fraternités, les guildes, les cultes, les familles, les batailles, les religions… autant de termes et de noms à retenir que dans un livre d’Histoire. Cette diversité, bien que complexe, donne au monde de Kushiel une vraie valeur ajoutée.

Ce premier tome, étant donné qu’il met en place tout cet univers, demande une concentration de lecture poussée. Une fois que le décor est posé, la lecture est plus simple, apaisante et nous laisse profiter des personnages et des intrigues qui défilent. Les surprises et rebondissements sont nombreux, mêlant péripéties amoureuses et politiques avec succès. Le lecteur ne se lasse jamais, suivant les aventures de Phèdre avec avidité et enchaînant les séances de lecture avec envie, ce qui est plutôt étonnant avec un livre aussi dense, faisant plus de 1000 pages. Malgré un nombre de pages conséquent, la lecture est rapide et fluide.

Le registre linguistique est soutenu, beau et raffiné. La traduction est tout aussi bien réussie que celle appliquée sur la série du Trône de Fer, écrite par George R. R. Martin. Les intrigues politiques sont plutôt complexes et tous les indices et rouages ne s’assemblent pas tout de suite, ce qui laisse une part de mystère et d’incompréhension à certains moments. Tout finit cependant par se démêler, soit par le sang, soit par l’amour.

Ce roman lie les deux à la perfection. Phèdre est une adepte de Naamah, déesse de l’amour et de la sexualité qui coucha avec plusieurs étrangers pour aider Elua dans sa quête et lui fournir tout ce dont il avait besoin, mais aussi une femme de la lignée de Kushiel, le point rouge dans son regard ne trompant pas. Cette spécificité, que Phèdre n’apprécie pas toujours, lui fait aimer la souffrance dans le plaisir, la jouissance par la douleur et les actes sadomasochistes qui vont avec. Son maître, Anafiel Delaunay, un intellectuel et un poète, se sert de sa dévotion à Naamah* et du fait qu’elle soit une anguissette**, pour soutirer des informations à certains puissants du royaume. Les scènes sadomasochistes ne sont jamais décrites comme telles et, même si l’auteure les romance avec force et détails, elles restent raffinées et loin d’être vulgaires. Phèdre est ainsi plongée dans les intrigues politiques du royaume et sa vie en sera changée à jamais.

Les personnages secondaires sont nombreux et nombre d’entre eux sont attachants. On peut citer Alcuin, le second élève de Delaunay, dévoué à Naamah comme Phèdre, Joscelin, un prêtre de la fraternité cassiline, dévoué à Cassiel, un autre compagne d’Elua, Hyacinthe, un jeune garçon Tsingano du peuple voyageur, Cecilie Laveau-Perrin, une courtisane réputée qui va éduquer Phèdre au plaisir masculin ainsi qu’au plaisir féminin, Ysandre de la Courcel, dauphine de Terre d’Ange*** ou encore Mélisande Shahrizai qui enseigna l’art de la manipulation à Delaunay.

Ici, pas de quête : on suit la vie de Phèdre et ses rebondissements. Un peu de magie se glisse dans certains passages même si cela reste plutôt vague. Les thèmes abordés sont quasi tous sujets à débat, que ce soit l’esclavagisme, la politique étrangère ou la souveraineté. L’héroïne est attachante même s’il n’est pas toujours simple de la comprendre entièrement. Le personnage évolue au fil des lignes, grandissant et développant un courage, une intelligence et des tendances suicidaires admirables. Phèdre nous conte ici son histoire, sa vie et nous confie ses craintes, ses angoisses, ses rêves et ses envies. Il est difficile de ne pas l’aimer ou l’admirer pour ses faits, même si certains sont répréhensibles. Sa personnalité fera chavirer le cœur de bien des lecteurs.

Un livre qui « marquera » à coup sûr mais qui n’est pas à mettre dans n’importe quelles mains.

* Etre dévoué à Naamah, veut dire vendre son corps pour en soutirer de l’argent. Cet argent, s’il est donné librement et en faveur de Naamah, peut être utilisé pour compléter la marque, un tatouage s’étendant dans tout le dos, qui est le symbole des adeptes. Une marque achevée signifie que l’adepte est libre de choisir ses clients et qu’il ne doit plus obéissance à son maître.

** Terme créé par l’auteure pour désigner une femme qui jouit dans la douleur.

*** Pays où se sont établis Elua et ses compagnons et d’où est originaire Phèdre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lildrille 2019-10-10T10:38:57+02:00
Kushiel, Tome 2 : L'Élue

Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=28153

J'ai mis la note de : 19/20

Mon avis : Le tome deux se déroule un an environ après le tome un. Phèdre, devenue comtesse de Montrève, titre qui devait être dévolu à son ancien maître Anafiel Delaunay, commence à se lasser de sa vie tranquille et de l’amour indéfectible que lui porte Joscelin, le prêtre guerrier. Sa nature d’anguissette et d’élue de Kushiel, l’ancien punisseur du Dieu unique, ainsi que ses capacités d’espionne se rappellent vite à elle : Melisande, son ennemie et l’ennemie de la couronne est en liberté quelque part. La jeune femme est bien résolue à la trouver, même si elle sait qu’elle entrera dans un jeu qui finira par lui coûter cher.

Le début du roman est quelque peu douloureux : Joscelin souffre abondamment quand Phèdre lui dit vouloir reprendre du service en tant que courtisane et servante de Naamah, la déesse de l’amour. La jeune femme pense, à raison, qu’elle trouvera les informations souhaitées par ce biais et que son rôle d’espionne est loin d’être déterminé. Joscelin ne l’acceptera pas mais restera tout de même à ses côtés, en tant que servant de Cassiel, le Dieu auquel il a prêté serment. « Je sers et protège. Pas plus, pas moins » seront ses mots. Le personnage de Joscelin est très intéressant dans ce tome et exprime de nombreux questionnements ; des problématiques qui nous touchent et nous font réfléchir. Aimer veut-il dire bafouer ses principes et ses serments ? Est-il stupide de s’éloigner de Phèdre alors que celle-ci l’aime ? Le personnage de Phèdre trouble aussi en prenant du plaisir face à cette souffrance interne qu’elle porte à son bien-aimé. Joscelin s’éloigne ainsi inexorablement, allant chercher un soutien et une libération auprès des Yeshuites, une communauté croyant au Dieu unique et dont les préceptes sont bien différents de ceux de la religion d’Elua le Béni. Y trouvera-t-il le moyen de s’absoudre de ses péchés et d’accepter d’être un parjure pour rester auprès de celle qu’il aime ? Peut-on accepter l’autre quand sa nature profonde nous offense ? La fin du roman répond à ces questions et prouvent, une fois n’est pas coutume, que l’amour peut triompher de tout. Même si ce message peut paraître facile ou niais, les situations pour en arriver là ne le sont pas du tout et la relation entre Phèdre et Joscelin est loin des préjugés classiques. A la fois passionnante et romantique, leur histoire trouble, émeut et nous fait réagir.

Reprenant du service (et des clients), Phèdre, aidée de ses compagnons (trois hommes de la section de Phèdre*) et de Joscelin, découvre de nouvelles choses concernant Melisande et ses intrigues. Les pièces d’un grand puzzle commencent enfin à s’assembler. Tous les passages de recherche et d’enquête sont aussi captivants et envoutants, que les scènes sadomasochistes sont excitantes et cruelles. Ces dernières sont toujours bien écrites ; le vocabulaire bien choisi permet au lecteur d’imaginer comme bon lui semble, sans choquer les plus puristes d’entre nous avec des détails crus et qui n’auraient pas leur place ici. Phèdre est ainsi toujours la même, ses passions et plaisirs curieux sont partie intégrantes d’elle-même. Cependant, la jeune femme a du mal à s’accepter. Ces tiraillements renforcent sa personnalité et la rendent attachantes.

Les intrigues s’enchaînent à un rythme effréné, Phèdre se mettant en danger en dévoilant ses positions. La jeune femme continue également ses recherches à propos du destin tragique de son ami Tsingano Hyacinthe, emprisonné à vie avec le Maître du Détroit, la seule présence magique et indéchiffrable du livre. Ces mystères devraient être levés dans le tome suivant.

Ses investigations sur Melisande vont la mener à voyager de nouveau. Ce roman nous fait ainsi découvrir de nouveaux territoires, totalement inexploités dans le tome précédent. La découverte de la Sérénissima, qui rappelle étrangement et indubitablement Venise, est incroyable et fascinante. Le mode de vie est bien différent de celui de Terre d’Ange, d’où sont originaires no héros, et choque. Phèdre sera aussi amenée à découvrir l’Illyrie, l’île de Kriti et d’autres territoires hellènes dont les descriptions paradisiaques vont en faire rêver plus d’un. Les intrigues politiques sont très nombreuses dans ce tome et enflamment notre esprit.

Ce second tome nous permet d’en découvrir plus sur le monde imaginaire de l’auteure et sur les autres religions en jeu dans son univers. Les descriptions des modes de vie, des religions, des pratiques, des croyances des différents territoires donnent une crédibilité à l’histoire et permettent de mieux nous immerger. Les personnages rencontrés par Phèdre lors de ses péripéties sont charismatiques, marquants et la soutiendront dans ses aventures, pour notre plus grand plaisir. Joscelin, comme le Sam du Seigneur des Anneaux, apparaît comme essentiel et comme le héros sans qui rien ne serait possible.

Le rythme de ce roman est bien organisé : les enquêtes, combats, voyages et révélations s’enchaînant comme il faut, ne lassant jamais le lecteur, étonné d’être arrivé aussi rapidement au bout d’un livre de presque un millier de pages. Le suspense est palpable, chapitre après chapitre et laisse un étrange goût d’histoire incomplète tant que l’on n’est pas arrivé à la fin du livre.

Les personnages secondaires sont toujours aussi nombreux mais nous paraissent bien plus familiers. Le monde étant bien installé dans le premier tome, la lecture de la suite n’en est que bien plus aisée, malgré quelques découvertes en cours de route. L’auteure talentueuse nous fait voyager, rêver, souffrir, rire et nous touche en plein cœur grâce à ses nombreux personnages, ses intrigues ensorcelantes et son écriture bien ficelée.

* Groupe militaire créé et formé à la fin du tome un.

Afficher en entier

On parle de Jacqueline Carey ici :

Dédicaces de Jacqueline Carey
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Bragelonne : 8 livres

Milady : 6 livres

Grand Central Publishing : 3 livres

Orbit : 2 livres

Gollancz : 2 livres

Roc : 2 livres

Kindle Edition : 1 livre

Simon & Schuster : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode