Livres
472 897
Membres
446 172

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Robert Jordan

957 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

FantasyMagieAventureHeroic fantasyQuêteProphétieConanAmitiéActionAmourGuerreOmbre
ajouté par Julii 2012-06-10T14:08:59+02:00

Biographie

Robert Jordan est né en 1948, à Charleston en Caroline du Sud. Apprenant seul la lecture à quatre ans, avec l’aide occasionnelle de son frère aîné âgé de douze ans, il se lance un an plus tard dans la lecture de Mark Twain et de Jules Verne. Sortant de la Citadelle, l’école militaire de la Caroline du Sud, avec un diplôme de physique, il participe à la guerre du Vietnam et en revient bardé de médailles. Passionné d’histoire, de théâtre et de danse, il est aussi un grand amateur de pêche, de chasse et de voile. Parmi ses autres centres d’intérêt, on citera les échecs, le poker, le billard et une impressionnante collection de pipes. Robert Jordan est mort le 16 septembre 2007.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 975 lecteurs
Or
2 325 lecteurs
Argent
976 lecteurs
Bronze
612 lecteurs
Lu aussi
556 lecteurs
Envies
1 793 lecteurs
En train de lire
124 lecteurs
Pas apprécié
35 lecteurs
PAL
1 749 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.08/10
Nombre d'évaluations : 194

0 Citations 306 Commentaires sur ses livres

Prochain livre
de Robert Jordan

Sortie Poche France/Français : 2019-11-13

Dernier livre
de Robert Jordan

Sortie Poche France/Français : 2019-06-12

Les derniers commentaires sur ses livres

La Roue du Temps, Tome 1/14 : L'Oeil du Monde

Cette première lecture de cette saga devenue mythique fut pour moi un immense coup de cœur !

Derrière une intrigue qui semble banale, voire qui frise le déjà-vu, se dévoile en vérité un univers foisonnant qui n'attend que d'être étoffé dans les prochains tomes.

L'auteur maîtrise son univers et nous permet de le découvrir aux côtés de notre trio de héros et de leurs compagnons plongés dans une quête qui les dépasse et qui scellera le sort du monde.

J'ai vraiment hâte de lire la suite de cette série qui aura su se faire une place dans mes coups de cœurs dès le premier tome.

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 14/14 : A Memory of Light

C’est difficile de refermer ce tome final. Avec ces quatorze livres, le double grâce à nos éditions françaises, j’ai suivi l’équivalent de deux années dans la vie bien remplie de personnages auxquels je me suis attachée tant bien que mal. Plus de deux mois de lecture continue pour moi. En ressortir est rude.

Ce tome me laisse partagée. Je suis quelque peu déçue par l'écriture de Brandon Sanderson, pour toute la première partie en tout cas. La Dernière Bataille enfin arrivée, beaucoup d'évènements se déroulent simultanément. Hélas, la manière dont ces péripéties sont (d)écrites est précipitée, et ça se ressent affreusement. Trop de choses manquent de sens, et sont combinées avec une curieuse temporalité ainsi que la disparition et la réapparition opportune de protagonistes et la dénaturation du caractère d'autres personnages. Cela appauvri considérablement certains passages de la valeur émotionnelle qu'ils auraient dû avoir. D'autres évènements sont quant à eux survolés voir même mis de côté, juste évoqués par la suite comme ayant eu lieu, alors que le récit aurait vraiment gagné à les voir décrits. C'est d'autant plus frustrant qu'à côté, d'autres scènes n'ont aucun intérêt. L'enchainement des points de vue est aussi parfois saccadé, ce qui rend le rythme inégal.

Et puis on en vient au cœur même de la bataille. Et pour le coup, nous sommes complètement plongés dedans, avec des détails et des points de vue à foison. Cette Dernière Bataille est prenante, parfois déchirante, même si elle contient quelques longueurs. J’ai eu des sueurs froides, des exaspérations et quelques chocs, même si certaines choses étaient prévisibles. Les pages défilent sans qu’on en voit venir la fin. Et puis l’évidence devient réalité. La conclusion, bien que suffisamment bien tournée, est expéditive et nous rejette brutalement dans le monde réel.

Pour moi, il manque un tome. La première partie de ‘A Memory of Light’ aurait pu être mieux développée, et aurait eu plus de sens, dans un tome indépendant. Cela aurait également laissé plus d’espace pour un épilogue lui aussi mieux développé, et qui ne nous balancerait pas hors de ses pages aussi abruptement, laissant beaucoup trop de questions sans réponse.

Petite déception donc, au niveau du développement du récit, de sa forme, mais pas de son fond. Le décès de Robert Jordan aura vraiment été malheureux, et je m’interroge sur l’étendue des notes qu’il a laissé… (A voir en 2023 ?) Mais pour parler du fond, donc, je suis plutôt satisfaite. Quelques surprises au milieu du prévisible. Des peines et des consolations. Tout n’est pas rose, mais tout n’est pas noir non plus. Au final, je m’y retrouve, malgré, toujours, cet épilogue sommaire. (Après recherches, il semble que Brandon Sanderson lui-même ai dit pouvoir écrire trois livres avec le contenu de ‘A Memory of Light’, et que ce soit Robert Jordan lui-même qui ai écrit l’épilogue.)

Avec ce dernier tome, j’aimerais également revenir sur l’ensemble de la série.

La Roue du Temps est une saga qu'il faut être persévérant pour lire. Longue, il vaut peut-être mieux néanmoins la lire d'une traite pour en comprendre tous les méandres. C’est une série très inégale. Il y a des longueurs, des répétitions, des phrases tournées à la mords-moi-le-nœud, des facilités parfois, et certaines choses sont issues de la vieille école. Robert Jordan semble être friand du Deus ex machina, se justifiant par la Roue, l’influence des Ta’verens ou la technologie de l’Ère des Légendes. Pourtant, la mayonnaise prend. Il y a des révélations et des chocs, des moments jouissifs et d’autres véritablement anxiogènes. Au cours de ses années d’écriture, Robert Jordan est parfois sorti des sentiers battus pour glisser quelques petites choses ‘modernes’ dans son récit. Si les débuts semblent un peu naïfs, la suite nous plonge dans plus de noirceur, et j’en suis venue à regretter des temps plus simples.

La saga montre une véritable complexité, avec une profusion de personnages dont les chemins se croisent et se recroisent, dont les actions provoquent des répercutions qui vont parfois très loin. Le noyau dur de ces personnages montre une véritable évolution dans leur caractère, bien que parfois saccadée, issue des évènements auxquels ils sont confrontés. Aucun d’entre eux n’est tout blanc ou tout noir, mais chacun montre de bons et de mauvais côtés, sans pour autant qu’il y ait un clivage. C’est très humain, et c’est ce qui fait que j’ai fini par m’attacher à des protagonistes qui pourtant, dans les premiers tomes, étaient un peu plats.

Les deux personnages qui m’ont le plus dérangés sont Egwene et Tuon. Egwene passe par des épreuves et évolue énormément depuis les tous premiers tomes, développant une volonté et une force de caractère impressionnantes et devenant tout simplement badass. Mais elle devient également froide, sans cœur, égoïste et pleine de préjugés. Tuon, quant à elle, est plutôt sympa dans l’ensemble si ce n’est qu’elle est une psychopathe et une control-freak. J’ai développé une affinité particulière pour Rand, Mat, Perrin, Min et Faile. Rand a ses hauts et ses bas, mais le pauvre est soumis a beaucoup de pression et a la voix d’un fou dépressif dans sa tête. Mat devient vraiment intéressant à partir du moment où il est séparé du poignard de Shadar Logoth, puis quand il dirige la Bande de la Main Rouge. J’ai eu un faible pour Perrin dès le début, bien qu’il mette parfois bien trop longtemps à régler ses problèmes. Min est juste adorable de bout en bout. Faile… Je dois avouer qu’elle m’a déçue quand elle a montré sa tendance psychotique au conflit. Néanmoins, je m’étais déjà accrochée à elle et je n’ai pas pu m’en défaire. Je pense aussi à Birgitte et Loial, ces precious cinnamon rolls que je défendrais jusqu’à mon dernier souffle.

Les premiers tomes sont loin d’être les meilleurs, pourtant ils posent des bases qui sont importantes pour la suite. Robert Jordan glisse bien des indices tout au long de sa saga, et même si certaines choses sont plus que prévisibles, d’autres m’ont scotchées, car je ne les ai pas vu venir alors qu’elles étaient placées depuis longtemps. Du coup, il faut vraiment tout lire, même s’il y a des passages longs et insignifiants, car certains contiennent des clefs pour la suite. Il faut bien ces clefs, parfois, pour ne pas étouffer dans l’enchevêtrement inquiétant de l’intrigue. Il faut donc passer le cap des longueurs et des Deus ex machina pour vraiment profiter de la série.

Le libre-arbitre est une thématique importante dans La Roue du Temps, et qui soutient véritablement le récit. C’est l’irrespect parfois insupportable du libre-arbitre qui provoque bien des conflits, avec des protagonistes qui cherchent à en manipuler d’autres, et d’autres qui y vont carrément de l’assassinat. J’ai grincé bien des fois des dents à cause des actions, bafouant complètement le libre-arbitre, de personnages avides ou égoïstes. Lorsque couplé à des préjugés, on obtient un mélange explosif. Ça donne à réfléchir quand on sait que dans notre société moderne, préjugés et irrespect du libre-arbitre existent toujours. Autre parallèle (un peu poussé peut-être), mais on a, face à la menace de la destruction du monde (pour nous : pollution de l’environnement), une majorité de personnes de pouvoir qui préfèrent s’occuper de leurs petites situations politiques et financières personnelles, et qui sont près à tirer bien des ficelles pour ça, plutôt que de réagir à la menace plus grande de la fin du monde. Heureusement que l’univers de La Roue du Temps a Rand pour sauver l’humanité ! Mais pour nous ?

Je digresse. Il y a tant à dire ! Mais je finirais sur quelques petits points qui m’ont dérangé. Comme je l’ai déjà dit, Robert Jordan, commençant à écrire en 1984, et ayant très certainement déjà les ficelles majeures de son récit alors planifiées, présente une façade vieille école, en particulier dans les premiers tomes. L’une des choses qui m’ont assez agacé, c’est ce problème qu’il semble avoir avec les femmes. Faut-il qu’elles soient toutes belles pour être d’intérêt ? Les femmes quelconques ou laides n’ont soit pas d’importance, ou bien sont des agents du mal. C’est suranné ! Que dire de Rand et de son harem… On va dire que c’était une représentation de relation poly-amoureuse, pour être un peu moderne… ! En parlant modernité, une chose qui m’a vraiment perturbé, ce sont les moments Ère des Légendes. Les descriptions m’ont projeté dans un monde moderne, voir futuriste. Si je comprends l’intérêt, le contraste avec l’époque dans laquelle on évolue, causé par la Destruction du Monde par la Folie des canaliseurs mâles, cela m’a tellement paru relever de la science-fiction que ça m’en sortait du récit. J’avoue avoir eu des sueurs froides en imaginant des révélations finales bien différentes des officielles à cause de ça !

Pour conclure, je suis heureuse d’avoir repris la lecture de La Roue du Temps, que j’avais commencé il y a une dizaine d’années, mais n’avais pas fini à cause des sorties sporadiques des tomes. Malgré ses faiblesses notables, l’histoire se développe bien, nous emportant dans un tourbillon de manœuvres, manipulations, traitrises, alliances fragiles et nombreuses menaces. Les personnages sont divers et si tous ne sont pas appréciables, je me suis véritablement attachée à plusieurs d’entre eux, notamment grâce à leur évolution indéniable, tellement humaine. L’univers de La Roue du Temps est assez développé pour être tangible, même si l’on ne découvre pas tout le continent sur lequel se déroule l’histoire. Si tout n’est pas irréprochable, il y a quand même de bonnes choses à retirer de cette lecture, et un bon moment à passer en compagnie de compagnons sympathiques.

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 3/22 : Le Cor de Valère

L'histoire devient plus intense et l'action se fait plus présente. Nous retrouvons ici nos héros là où nous les avions laissé à la fin du tome 2... Chacun empruntera la route que lui tisse la roue.

J'avais vraiment aimé les premiers tomes et le troisième ne fait pas exception.

J'adore toujours autant les couvertures réalisées la dernière réédition au format poche de cette saga.

Sachez que comme pour les deux premiers tomes, les tomes 3 et 4 ne font en réalité qu'un seul, le troisième tome n'offrant pas la moindre fin à l'histoire.

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 4/22 : La Bannière du Dragon

Dans ce format, encore une fois les tomes sont à lire deux par deux. Et même si je ne peux détacher ce tome du précédent, on découvre ici un peu plus l'univers que souhaite mettre en place Robert Jordan avec notamment le peuple Seanchans, ses coutumes et ses créatures.

J'apprécie vraiment le début de cette longue saga en espérant que le niveau se maintient voire qu'il continu de s'améliorer.

Encore une fois, je trouve que la nouvelle réédition au format poche est magnifique.

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 1/14 : L'Oeil du Monde

Sur la première partie (correspondant au premier poche) :

Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir fait une longue pause pendant ma lecture mais j'ai trouvé les deux derniers chapitres un peu plus prenants que le reste du livre, on rentre un peu plus concrètement dans l'action et j'ai presque été tentée de commencer la suite.

Je pense globalement que j'ai commencé cette monumentale série à un moment où je n'avais pas du tout l'esprit à commencer un tel marathon. L'univers mis en place au fur et à mesure semble bien ficelé et la quête principale, bien que très classique, semble très passionnante mais l'ensemble reste beaucoup trop lent et dense pour la capacité que j'ai à accorder à mes lectures en ce moment. Je reviendrai avec plaisir voir ce que deviennent les divers compagnons quand je serai plus disposée à leur accorder mon entière attention car leurs aventures ont tout de même réussi à piquer ma curiosité.

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 4/14 : Un Lever de Ténèbres

Un personnage principal qui devient aussi dur que la pierre. des personnages secondaires qui s'étoffent de plus en plus. J'adore le personnage de Mat Cauthon.

La confrontation avec la culture aielle est très drôle...

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 3/14 : Le Dragon Réincarné

Après la révélation de Rand à Falme, on le voit endosser le poids du pouvoir. Un rythme calme qui installe bien la trame de l’histoire mais pas trop lent car on passe d'un personnage à l'autre en ayant avant chaque changement de perso un petit cliffhanger qui nous laisse sur notre frustration.

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 1/14 : L'Oeil du Monde

Je crois que c'est l'un des plus beaux univers imaginés en Fantasy depuis le début du genre même. On pourrait pensé en lisant ça, "Oh c'est une fan, elle n'est pas objective". Non, je ne suis pas fan ou en adoration devant un auteur particulier mais je dois avouer que le monde crée par Robert Jordan est incroyable. Tant d'espèces, de races, de pays, de traditions, de légendes, de prophéties, d'histoires et d'évènements majeures que le livre regorge d'un savoir incroyable. C'est une série très complète, on peut suivre seulement rien qu'au tout début l'évolution d'un personnage, et cette évolution ne cesse jamais, une multitude de personnages pour ce premier tome et pour ceux qui suivent.

Ce que j'aime dans ce livre c'est que contrairement au trilogie qu'on nous refourgue de nos jours, avec trois tomes qui décrivent un héros faible qui devient fort en restant tout gentil et gagne contre les méchants, ici on voit de tout, beaucoup de personnages en gris, surtout celui principale qui ne tient pas une position cliché, on ne retrouvera pas dans ces livres un cliché. C'est un auteur en avance sur son temps pour la Fantasy, c'est sûr.

Ce n'est pas une histoire insignifiante avec un Roi méchant ou un Duc complotiste et tyrant, ni avec une mystérieuse force qui attaque le pays. Non, c'est l'histoire d'une bataille qui eu lieu depuis plus de trois milles ans, des forces et des camps qui s'affrontent, les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être, tout semblent dans cette série plus grand, plus profond.

Les personnages féminins sont très bien écrits et défendus, de même que ceux masculins.

L'histoire de cette guerre ne sera pas "réglée" à la fin d'un ou deux tomes, c'est la vrai description d'une bataille qui au fur et à mesure des tomes s'épanchent sur les ans, les forces qu'il faut ressemblait, les camps qui faut convaincre, les alliances qui faut forgés. C'est passionnant.

C'est vraiment un univers complet, qui nous emportent avec chaques personnages.

Avec le résumé du livre on peut croire à un cliché mais passer à côté, plongez vous dans la lecture pour découvrir sa différence.

Je ne peux en dire plus, il faut le lire pour le comprendre, ce n'est pas une trilogie bâclée pour faire des lecteurs, c'est vraiment une série qui crée un univers incroyable. N'hésitez pas !

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 2/14 : La Grande Quête

Un tome deuxième tout aussi passionnant que le premier ! Robert Jordan continue de nous dévoiler son univers incroyablement riche, et c'est une véritable épopée que vont continuer de vivre Rand, Mat, Perrin, Egwene et tous les autres...

La Roue du temps est une saga fantasy époustouflante à découvrir pour tous les amateurs d'héroic-fantasy !

Afficher en entier
La Roue du Temps, Tome 2/14 : La Grande Quête

C’est une bonne suite au premier tome, R.Jordan nous emmène dans son monde pour de nombreuses aventures. J’ai hate de lire la suite .

J’ai été particulièrement content que des personnages qui paraissaient secondaire dans le premier tome réapparaissent et prennent plus d’ampleur.

Afficher en entier

On parle de Robert Jordan ici :

Dédicaces de Robert Jordan
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 45 livres

Bragelonne : 24 livres

France Loisirs : 22 livres

Fleuve Noir : 15 livres

Rivages : 12 livres

Bragelonne Poche : 10 livres

Tor Books : 4 livres

Orbit : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode