Livres
524 160
Membres
542 321

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

De Soleil et de sang



Description ajoutée par x-Key 2011-12-29T16:44:07+01:00

Résumé

♦ En neuf récits, (Pierre Pelot) brosse une fresque de la naissance et de l'essor de la jeune république américaine à travers les habitants successifs de Pawhuska-Town, une cité comme toutes les autres de ce pays où chaque homme vaut son pesant de liberté.

♦ Sommaire :

- Pawhuska, 1804, pp. 5-49.

- Jed Uvehee, 1824, pp. 51-102.

- L'Indien, 1830, pp. 103-122.

- Fièvre!, juillet 1852, pp. 123-149.

- Len, 1860, pp. 151-185.

- Chris Showens, 1866, pp. 187-210.

- Avah-Ovomb, 1873, pp. 211-219.

- Cheek Mudsen, 1882, pp. 221-250.

- Old John, 1891-1959, pp. 251-280.

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par x-Key 2011-12-29T16:45:10+01:00

Pawhuska, l'homme, était heureux. Pawhuska avait le cœur gonflé de joie.

Il talonna doucement sa monture, d'un léger battement de jambes. Le cheval secoua sa crinière noire, ornée de plumes. Il n'accéléra point le pas paisible de sa course, acceptant l'encouragement des coups de talons comme un signe de joie et non comme un ordre pressant de l'homme.

Dans un silence presque complet, les sabots du cheval foulaient l'ancienne coulée de gibier, devenue sentier sous la marque de mille et mille sabots, de mille et mille mocassins.

C'était la première saison de l'année, le début même de cette première saison.

Là-bas, sur les lointaines collines avant la montagne inviolée, la neige d'un hiver dur commençait à fondre. Dans le ciel, le soleil ivre semblait tituber, mais il allait bientôt se reprendre ; cela se sentait quand, au milieu du jour, sa clarté tremblante et déjà chaude dégringolait en centaines de milliers de rayons, zébrant la senteur neuve et fraîche de la forêt, dansant sur un vieux rameau sec, scintillant sur le murmure déjà menaçant d'un torrent, tachant la mousse velue ou le tapis d'épines, accrochant des larmes d'argent au vol des premières mouches. Bientôt crèveraient les premiers bourgeons, bientôt les herbes et les lichens calcinés par le gel retrouveraient leurs verts et leurs jaune d'une acidité à vous crever les yeux.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Activité récente

Afroc l'ajoute dans sa biblio or
2016-03-05T13:45:52+01:00

Les chiffres

lecteurs 2
Commentaires 0
extraits 1
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode