Livres
424 270
Membres
343 552

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Henri Loevenbruck

France Né(e) le 1972-03-21 ( 46 ans )

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Julii 2012-07-09T18:11:52+02:00

Biographie

Henri Loevenbruck, né à Paris en 1972, est écrivain, journaliste, chanteur et compositeur. Ses romans et ses scénarios pour la télévision et le cinéma reflètent son penchant pour le thriller investigatif, la Fantasy et le roman d’aventures en général. La Moïra est le best-seller français de Fantasy vendu à plus de 350 000 exemplaires et traduit en onze langues.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
878 ajouts
Or
1 642 ajouts
Argent
1 238 ajouts
Bronze
784 ajouts
Lu aussi
744 ajouts
Envies
1 583 ajouts
PAL
1 362 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.08/10
Nombre d'évaluations : 513

0 Citations 678 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Henri Loevenbruck

Sortie France/Français : 2015-04-01

Sortie Poche France/Français : 2017-03-29

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par PuckyPotts 2018-06-26T23:35:38+02:00

Un livre entraînant dont on à du mal à se décrocher.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ReineDragon10104 2018-06-28T18:58:25+02:00

Ce roman est un pur chef d'oeuvre. On passe du rire aux larmes d'une page à l'autre. On découvre le monde et toutes ses réalités, qu'elles soient belles ou horribles.

Grosse leçon sur la vie, l'amitié, la liberté et le voyage.

On ne se détache pas du bouquin et les dernières pages sont touchantes. Vraiment touchantes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par beckygirly 2018-07-01T22:25:53+02:00

Andreas Saint-Loup est apothicaire et athée malgré avoir été élevé par un abbé. Un jour il fait une singulière découverte qui va lui changer la vie : une pièce vide dans sa maison et un blanc sur un tableau là où il y aurait dû avoir une personne à ses côtés. Plus étonnant encore, personne ne se souvient de rien, tout comme lui. C’est donc accompagné de son nouvel apprenti Robin qu’Andreas décide de mener son enquête et de découvrir ce que bien signifier ce mystère. Sa quête le mène sur le chemin de Compostelle, à la suite de gnostiques qui le guident. Pourchassés par deux hommes en noir (qui ne sont pas sans rappeler les cavaliers de l’Apocalypse dans leur description) et le grand Inquisiteur, Andreas n’a de cesse de vouloir découvrir la vérité. Sa quête le met sur le chemin d’Aalis, jeune fille qui fuit son passé. Le trio va ainsi vivre des aventures fabuleuses et dangereuses qui, pour le lecteur, sont aussi une épopée fantastique dans le Moyen-Âge.

Le récit est assez long et nous prend quelque peu au dépourvu au début de la lecture avec ce style particulier que possède l’auteur. En effet ce dernier n’hésite pas à partir en digression afin d’apporter de plus amples informations, démontrant par là-même ses connaissances sur la période historique ainsi que sur la religion. Ces informations ajoutées peuvent en rebuter certains mais on s’y fait assez vite, notamment avec la prise à partie du lecteur. Le narrateur use du « le lecteur », cassant de ce fait ce 4ème mur qu’on retrouve au cinéma et au théâtre par exemple et nous ancrant pour de bon dans l’histoire. Cette dernière nous fait découvrir un monde qui nous est inconnu (même si pas totalement on en conviendra) mais surtout elle nous permet d’en savoir plus sur le gnosticisme bien qu’il ne soit pas questions pour l’auteur de nous faire un cours de théologie. Ainsi Andreas et son esprit cartésien se heurte à la religion, quelle que soit sa forme et il est plaisant de le voir répondre avec de belles joutes verbales.

Une fois habitué au style propre de l’auteur la lecture s’en trouve plus fluide et le roman se laisse dévorer. Le chemin parcouru par nos trois héros apporte son lot d’embûches et de découvertes qui entrent dans un schéma qui, une fois le roman reposé, se trouve être quelque peu répétitif sans toutefois tomber dans une lourdeur qui nous ennuierait : ainsi Andreas et ses acolytes marchent, font une découverte et finissent par être attaqués (et sauvés in extremis) avant de s’enfuir pour continuer leur longue route. La diversité des éléments apportés fait que notre curiosité est tout aussi aiguisée que celle d’Andreas qui plonge toujours plus avant dans le gnosticisme et notamment un élément important : un livre. La découverte de cet objet confère encore plus de mystère au récit qui prend une tournure nouvelle.

Mais cette recherche principale n’est pas le seul point important du récit qui narre également les rencontres et poursuites d’autres personnages qui n’ont tous qu’un seul objectif : arrêter/tuer Andreas, chacun pour des raisons qui leur sont propres. Ce changement de point de vue survient à chaque nouveau chapitre. L’alternance entre les personnages fait que le récit garde un rythme soutenu et permet au lecteur de découvrir de nouvelles révélations, plus nombreuses à mesure que l’on s’approche de la fin. On a donc une longueur d’avance sur le héros mais qui se révèle inutile au final. De nombreux points abordés sont laissés de côté ce qui est dommage.

La fin, cohérente avec tout ce qui s’est passé auparavant, est en deçà de ce qu’on pouvait attendre et le manque de réponses à plusieurs questions font qu’on ressort de cette lecture quelque peu déçu.

Les personnages quant à eux sont attrayants et on s’attache à eux. Andreas représente parfaitement le scientifique qui s’oppose à la religion, intelligent et cultivé. Les deux adolescents qui l’accompagnent ne sont pas en reste puisque Robin, malgré sa condition pauvre a reçu une éducation qui lui permet de répondre à son maître. Il représente, avec bien entendu d’autres protagonistes, le côté religieux du récit : en effet il s’oppose à son maître de ce point de vue ci et apporte ainsi des éléments relatifs au catholicisme. Quant à Aalis, elle est cette touche féminine qui rappelle la condition enfermée de la femme de laquelle elle tente de s’échapper à plusieurs reprises. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et agissent en cohésion avec leur rôle dans le récit.

Malgré une fin qui est quelque peu décevante, cette lecture est des plus plaisantes et entraînantes et ce fut une découverte enrichissante que je ne regrette pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LetiLeti 2018-07-19T23:06:08+02:00

Un bon livre, mais je n'ai pas trop l'habitude de lire ce genre d'histoire. C'est innovent, mais j'ai eu un peu de mal à lire. A voir les autres tomes !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mirilya 2018-07-28T18:04:35+02:00

C'est bien simple, je rejoins en tout point l'avis de RedSugar qui résume très bien mon impression générale de l'histoire.

Je me suis également arrêtée au tome 2 car la lecture devenait trop pénible : l'intrigue est lente à se mettre en place. Beaucoup de pages pour au final ne rien développer. Spoiler(cliquez pour révéler)Sans parler de la "bataille finale" du tome deux avec l'armée de loups qui sort de nulle part et la mort presque stupide de deux personnages principaux. Alors certes, au moins cela donne à leur mort un aspect humain, mais qui est vite gâché par Aléa et ses pouvoirs exagérés.

J'ai trouvé les personnages creux, inintéressants et pas travaillés pour deux sous. J'ai eu l'impression de me retrouver devant des images à peine esquissées, ce qui est vraiment dommage car cela n'aide pas à s'attacher à eux. A la rigueur j'appréciais le personnage de Galiad, mais cela ne suffit pas à relever le niveau général. L'héroïne n'a plus rien d'une enfant au fil de l'intrigue et même si l'auteur essaie d'expliquer cela par une pirouette de magie, la pilule est difficile à avaler.

Le style n'a pas convenu non plus ; bien que certains passages soient intéressants, la plupart du temps les changements de point de vue d'un paragraphe à l'autre rendent la lecture dérangeante. Et je n'ai jamais vu quelqu'un s'attarder autant sur les descriptions de nourriture !

Bref, une intrigue qui est très lente et lourde, des personnages fades et un style qui n'a rien d'exceptionnel : je ne poursuivrai pas ma lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Framb0ise 2018-08-06T11:46:27+02:00

Une grosse claque. J'ai découvert ce livre au hasard parce que je cherchais un livre pour mes vacances qui soit un peu dans le thème -roadtrip aux USA-, je n'en avais entendu parler nulle part, je l'ai acheté comme guidée par une intuition particulière, et ça a été la meilleure décision de mon été. J'ai beaucoup aimé ma lecture qui passe près de la liste de diamant -je ne l'y mettrais pas car le côté violences ne m'a pas trop plu- car la fin m'a chamboulé, et tout le long j'y ai retrouvé de magnifiques passages. Je comprends l'engouement pour cette lecture et je la conseille à quiconque cherche une histoire loin des sentiers battus et bouleversante, qui nous fait réfléchir au sens de la liberté. C'est un livre auquel on pense encore longtemps après sa lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lectrice466 2018-08-06T19:06:21+02:00

Je l'ai lu quand j'avais 11 ans et peut être que je ne l'aimerais pas autant aujourd'hui, mais à l'époque sa avait été un de mes livre préférés. Le personnage principale m'avait beaucoup marqué, mais la fin est un peut longue et trilogie séquelle est loin d'être aussi réussie.

L'univers est particulièrement bien construit mais on a vite le sentiment que l'histoire ne raconte plus les aventures d'une petite fille tant l'auteur la fait évoluer rapidement, c'est un peut déconcertant même si ce n'est pas de la littérature jeunesse.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Labrodeuse93 2018-08-07T00:14:16+02:00

J’ai découvert cet écrivain avec ce merveilleux livre.

Dès le début le décor est planté.

Ça commence par le décès du père de Damien. Ce dernier revient en France pour l’enterrement et découvre par la suite que son père avait acheté une maison dans le plus beau village de France « Gordes ».

Quand il découvre le contenu qui se cache à la cave, Damien se demande ce que son père faisait, ce qu’il cherchait.

Après un incendie, tentative de meurtre, Damien rencontre Sophie, journaliste, et ensemble vont décider de reprendre à zéro les recherches que le père de Damien avait commencé.

Mais quel est le rapport entre le tableau de la Joconde et le Melencolia de Dürer ?

Entre Gordes et Paris, leur enquête nous fait traverser 2 000 ans d’histoire religieuse, franc-maçonnique. Une poursuite contre la montre pour retrouver un code secret pour décrypter une plaque secrète que Jesus détenait.

L’écriture est fluide, l’histoire est très addictif et riche d’évènements. Difficile de lâcher cette lecture. Le thème abordé est très intéressant.

Les recherches de l’écrivain sont très poussées. Cela a même ouvert ma curiosité.

Ça me fait pensé un peu aux livres de Giocometti/Ravenne, une très bonne référence pour moi.

Je vous le recommande sans aucune hésitation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LetiLeti 2018-08-08T20:41:06+02:00

Je n'arrive vraiment pas à apprécier cette série et c'est bien dommage, je suis sûr que si j'aimais le style fantaisie, j'aurais beaucoup plus apprécié.

Je ne peux donc pas donner un avis utile étant donné que cette série n'est pas dans mon registre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2018-08-09T10:08:23+02:00

♫ Je vous parle d'un temps, Que les plus de vingt ans, Ne peuvent plus connaître ♫ Les routes en ce temps-là ♪ On les avalait d'jà ♪ Couché sur nos bécanes… ♪

Et si l'humble ville de Providence, Qui nous a servi de nid, Ne payait pas de mine, C'est là qu'on s'est connu, Moi qui n'avait pas d'amis et vous qui m'avez accueilli. ♪

La Bohem, la Bohem… Non les mecs, j'ai pas fait de fautes, ne me faites pas un scandale en Bohème parce que Bohem, c'est le surnom d'Hugo, un jeune gars de 16 ans à qui la vie n'a pas fait de cadeau, que l'école à préféré enfoncer plutôt que de secourir. Comme tant d'autres.

Hugo, il s'est fait trois copains dans cette école privée. Et putain de Dieu, il fallait du talent à l'auteur pour arriver à me faire aimer ces quatre petites graines de blousons noirs ! Sales gamins de merde, mais avec des règles morales : on vole pas les pauvres gars, on fait pas chier les meufs.

Avec eux, j'ai fait les 400 coups, avant que nous ne quittions la ville de Providence, juché sur Lipstick, la bécane d'enfer de Bohem. Mon seul regret sera de ne pas avoir su convaincre mon pote, mon frère, mon ami, Freddy, de nous suivre dans notre périple.

J'ai avalé tellement de kilomètres avec Bohem, La Fouine et Oscar, que j'en ai la gorge sèche, nouée, brûlante. Nous avons bouffé du bitume, dormi à la belle étoile, notre peau a bruni au soleil lorsque nous avons traversé le désert au guidon de nos brêles, tout les trois, puis avec trois autres motards ivres de liberté aussi.

On s'est bouffé quelques mandales dans la gueule, aussi… j'en ai encore les maxillaires tout ankylosés, ils sont tout dur quand j'essaie de faire bouger ma mâchoire.

C'est avec ses mots à lui que Bohem/Hugo nous raconte son périple, son voyage les cheveux au vent, la blanche dans les narines et avec les keufs au cul aussi, souvent…

Et les mots de Hugo, c'est pas du Victor ! Genre que ça ferait même grincer les dents des académiciens car c'est brut comme un arbre à came, noir comme du cambouis, mais ça ronronne comme des moteurs de motos sur la ligne de départ, quand on essore les poignées de gaz.

Roule et ne pense pas aux miles, aux kilomètres… La liberté a un prix et tu as mis le flouze sur la table pour pouvoir la garder, quand d'autres se sont enchaînés à des bars, à des bagnoles, à du fric, malheureux deniers…

Renie jamais ton âme, mon Bohem, ne renie jamais tes serments, ne lâche jamais ton guidon et roule jusqu'à plus soif. Parce quand t'arrêtes de rouler, t'es mort.

Merci à l'auteur d'avoir écrit ce magnifique voyage, ce putain de bordel de merde de coup de coeur, et fais chier qu'il y ait inséré des épluchures d'oignons entre les pages finales parce que je ne vois plus le clavier de mon PC…

Et j'ai pas les mots qu'il faut pour rendre hommage à ce roman qui m'a troué l'âme et perforé le coeur.

C'est pas du Baudelaire, mais putain de merde, qu'est-ce que ça fait du bien à tes tripes. Il t'invente même des mots, le Bohem, comme le faisait le Frédéric Noeud… Non, Dard !! Dard, pas Noeud… "Entrouducuter", fallait le pondre, ç'ui là !

Le voyage avec mes p'tits gars tient plus d'un road-trip que d'une promenade de santé, le dimanche, avec bobonne. Mais bordel de cul, qu'est-ce que ce fut bon de rouler les cheveux au vent, même si j'ai plus d'affinités avec les motos sportives qu'avec les chopper où on a les pieds dans le phare, façon Easy Reader.

Marrant comme les gars qui veulent plus de la société et de ses règles finissent par monter des clubs de motards avec des règles, eux aussi ! Loyauté, Honneur et respect ! Avec une hiérarchie et du protocole. L'homme restera toujours le même et sans règle, c'est le chaos et rien ne progresse lorsqu'on est dans le chaos.

Ce fut un voyage éprouvant, émouvant, beau comme un châssis de moto, fou, un voyage de malade, un voyage que je referais bien encore une fois. Des personnages attachants (pourtant, z'ont rien pour, ces petites teignes que j'ai aimé), profonds, des amis pour la vie, des frères de sang…

De l'amitié, de la vitesse, de la folie, un zeste d'iscariotisme (moi aussi j'invente de mots) et ça donne un cocktail détonnant, une furie.

Fais chier, merde, j'ai les yeux rouges à cause du soleil que je viens de regarder dans les yeux. Merde, une limaille dans mon oeil ! Là, je chiale comme une gonzesse sur la fin du parcours.

Roule, mon Bohem, tu es libres de toutes entraves. Fais rugir ton moteur, mon Bohem, la route est longue et sans fin. Lève la roue avant, mon Bohem, ta moto glisse sur la route de la liberté retrouvée.

Afficher en entier

On parle de Henri Loevenbruck ici :

Dédicaces de Henri Loevenbruck
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

J'ai lu : 18 livres

Bragelonne : 11 livres

France Loisirs : 9 livres

Flammarion : 7 livres

Le Livre de Poche : 3 livres

Fleuve Noir : 1 livre

LGF - Le Livre de Poche : 1 livre

Le Livre de Poche Jeunesse : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode