Livres
540 697
Membres
571 486

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nous rêvions juste de liberté



Description ajoutée par vivih 2017-10-04T12:05:39+02:00

Résumé

« Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté. »

Ce rêve, la bande d'Hugo va l'exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l'indépendance et l'amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paie cher. Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d'être à la fois un roman initiatique, une fable sur l'amitié en même temps que le récit d'une aventure. Avec ce livre d'un nouveau genre, Henri Lœvenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road-movie fraternel et exalté.

Afficher en entier

Classement en biblio - 332 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par anonyme 2015-06-25T22:46:03+02:00

Non, si j'avais toute cette violence à l'intérieur, c'était peut être simplement parce qu'il y avait la place.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Une histoire bouleversante. Ce livre est un énorme coup de cœur, j'ai tourné ses pages à une vitesse ahurissante, l'histoire m'a saisie et impossible de m'en détacher. 

Divisé en trois parties, ce récit nous embarque dans une histoire particulière. On commence à suivre les aventures de la bande dans une petite ville, Providence, où on découvre les personnages ainsi que leur amitié naissante. Ensuite, On suit leur road trip à travers les États Unis, on s'extasie devant des paysages magiques et des moments poignants. Pour finir, on découvre la conclusion de leur voyage et de cette belle aventure.

Ce livre est une Ode à l'amitié et à la Liberté. L'amitié avec un grand A, celle que chacun rêve de connaître une fois dans sa vie. On apprend au fil des rencontres et des étapes ce qu'elle représente vraiment. Comme dirait Bohem ; Liberté, Respect et Honneur. La liberté ça se paye, le respect ça se gagne et l'honneur ça se mérite tout comme l'amitié. 

Un livre sur l'univers de la moto. Des femmes, de la drogue, des bagarres, des motos, des rencontres... Tout est réuni pour nous permettre une immersion totale dans cet univers passionnant. On a envie de se rebeller de partir à l'aventure sur sa moto et de dormir à la belle étoile chaque jour de notre vie. On souhaite se réveiller de la monotonie de nos vies, sortir de sa zone de confort et devenir enfin soi-même, parcourir le pays sans argent avec sa bande de potes des étoiles plein les yeux. On se surprend à rêver de grands espaces et de liberté. Cette Liberté, si difficile à obtenir et au prix tellement élevés que beaucoup renoncent. 

Les personnages sont tous sombres et torturés, chacun à sa petite histoire. Un passé difficile et douloureux, ainsi que de nombreux traumatismes. On s'attache à chacun, on rit avec eux, on pleure aussi. 

Plus les pages défilent, plus les sentiments sont fort et poignants. Le début de l'histoire tout en légèreté et en humour, laisse place à des moments plus sombres et oppressants. L'histoire devient addictive et nous prend aux tripes. Les émotions sont amplifiées et, avec une fin en apothéose, l'auteur a réussi à me bouleverser complètement. C'est sans conteste un des plus beaux livres que j'ai lus.

Afficher en entier
Argent

Ce roman nous raconte la vie d'Hugo, un jeune homme qui rêve de liberté et seulement de prendre la route sur sa bécane avec ses amis. Pourtant la vie est plus dure qu'il ne croit et les mauvais choix vont s'accumuler.

Ce roman est une ode à l'amitié, la vrai celle qui dure trente ans et qui ne s'effrite pas. Pour tout vous dire j'ai dit à l'auteur 'vous m'avez dégoutté de l'amitié' et c'est vrai. Ce roman nous montre toutes les crasses que l'on peut se faire mais aussi l'amour que l'amitié nous amène et c'est magnifique.

Le point fort de ce roman c'est l'émotion. Il est tellement émouvant. Les décisions des personnages m’ont révolté, ils se droguent, ils volent... Et à chaque moment où il leur arrive une crasse je voulais me dire bien fait pour eux et pourtant je n'y arrivais pas. A chaque fois, ils nous rappelaient à quel point leur vie a été dure et je ne pouvais pas leur en vouloir.

Les personnages sont très complexes, ce n'est pas le genre de personnes que j'apprécie et pour tout vous dire pleins de fois je me disais qu'il méritait ce qu'il leur arriver. Mais dans le fond, ils ont eu une vie si dure, je me dis que si on les avait aidé ça aurait été tellement différent.

Hugo, surnommé Bohem, ne veut qu'une chose être libre et rouler. Mais il va devoir faire des choix pour sa bande pas très intelligents mais comme le dit Rimbaud 'On n'est pas sérieux quand on a 17 ans'. Pour lui seul l'amitié compte et ce qui lui arrive est tellement horrible.

Le reste de la bande m'a fait rire à certains moments, je les ai détestés à d'autre moment. Je ne sais pas comment en parler ce sont des gens si spécial. Ils sont grossiers, mal élevés, idiots et pourtant ils sont pleins de rêve de liberté et c'est magnifique.

Et Freddy, c'est une amitié tellement belle entre lui et Bohem. Une amitié presque aussi forte que de l'amour, ce sont des âmes sœur et j'ai trouvé cela magnifique.

L'auteur nous fait découvrir le milieu de la moto et des MC (des clubs de motard) dans les bons côtés mais aussi les moins bons. On voit toute la fraternité, les fêtes mais aussi les bagarres et les trafics. J'ai bien aimé apprendre à connaître ce milieu.

Ce que j'ai aussi bien aimé dans ce roman, c'est qu'on ne peut absolument pas le situer ni dans le temps ni dans l'espace. Les noms de villes sont très françaises mais ça peut aussi être en Amérique et on peut penser qu'il se déroule dans les années 80 mais aussi aujourd'hui. C'est vraiment génial qu'il soit aussi universel.

L'écriture de l'auteur est bonne dans le sens où il a écrit son livre d'une manière assez spécial. En effet, Bohem est le narrateur et parle de la façon d'un garçon de 18 ans sans éducation. Donc il fait plein de fautes (voulus par l’auteur) dans ces phrases... Cette façon d'écrire m'a beaucoup fait penser à Stalinger dans l'Attrape cœur. Je ne suis pas une grande fan de ce style d'écriture, mais dans ce roman il est bien passé.

Un petit mot sur la fin sans spoiler. Je l'ai détesté, elle est super émouvante et elle va sûrement me marquer pendant un bon bout de temps. Mais j'ai été révoltée.

En conclusion, un bon roman initiatique, je vous le conseil si vous aimez le genre ou alors tout simplement si vous aimez Stalinger.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par teuck 2021-01-09T03:23:43+01:00
Or

Émouvant et coup de poing

Afficher en entier
Or

J'ai mis un peu de temps avant de réellement me plonger au cœur de l'histoire.

C'est une très belle histoire d'amitié, d'enfance, de loyauté et de trahison, une leçon de vie. Mais il n'empêche que le début était un peu long en mon sens.

Le contexte est directement posé lorsque Bohem intègre "la bande à Freddy".

On sent alors ce lien d'amitié, de fraternité qui se tisse au fur et à mesure des pages qui défilent.

On se sent avec eux, on vit au travers de ces personnages.

Mais le début a été assez compliqué pour moi. Pas de réelle intrigue, on nous pose le décors, mais rien ne bouge.

Et puis à partir de la seconde partie du livre, ça commence à bouger. Mais pour moi, ce roman est un récit de vie, une ode à la liberté. Alors, il faut le prendre tel quel, et ne pas attendre d'énormes rebondissements. il faut le dire : il n'y en a pas.

On suit nos personnages, leur évolution, leur poursuite vers cette fameuse liberté.

Mais l'histoire est racontée d'une telle façon, que l'on ne peut pas s'empêcher de s'attacher à notre joyeuse bande, on ne peut pas s'empêcher de vouloir connaître la suite et de dévorer les pages jusqu'à la dernière.

Je suis passée par toute sorte d'émotions pendant ma lecture. Ca a été un tourbillon dans ma tête; je me suis parfois (souvent) identifiée à Bohem, à sa quête du bonheur.

J'ai vraiment adoré cette lecture, c'est beau, c'est brut et c'est vrai.

Le seul bémol pour moi en dehors de la longueur du début a été le style d'écriture. Il m'a fallut un peu de temps avant de me familiariser avec le vocabulaire utilisé et les tournures de phrase qui ne sont pas toujours en "bon Français" comme ce que l'on a l'habitude de lire. Et c'est voulu, et ça donne un tout autre aspect à cette lecture, que j'ai apprécié.

Alors c'est un faux/vrai bémol…

Et cette fin… Qui m'a fait froid dans le dos, donné les larmes aux yeux, et fait réfléchir sur toute ma lecture en une fraction de seconde.

Bravo, nous emmener si loin avec une histoire si simple, c'est magistral. Tout comme la claque que l'on se prend en refermant ce livre.

Foncez !

Afficher en entier
Or

Un véritable coup de cœur !

Un beau titre qui m'a attirée tout de suite sauf qu' en y regardant de plus près, road-trip, bikers, drogue, sexe, alcool dixit les commentaires, aussi dithyrambiques soient-ils, c'était loin d'être mon univers de lecture et encore moins un choix de vie. Mais on ne peut pas encenser un livre pour rien donc je me suis lancée. Et Merci ! Car derrière ces passions ou dérives, c'est toute la soif de vivre et de découvertes, l'indéfectible amitié, la reconnaissance, le partage d'expériences – parfois non dénuées de risque -, la quête de liberté, la loyauté, c'est de tout cela et bien plus encore dont il est question dans ce livre.

Tout le monde y trouvera son compte ; les jeunes qui vivent cette période où l'amitié est quasiment vitale, où la recherche de liberté et d'indépendance est omniprésente et pour qui cette histoire fera sans doute écho ; mais également les moins jeunes car si cette époque est effectivement révolue pour certains lecteurs elle reste néanmoins ancrée dans les mémoires et cette magnifique histoire est l'occasion d'un retour en arrière le temps de quelques pages.

Henri Lœvenbruck est une première pour moi et une belle surprise. Un style simple (non péjoratif) qui permet une lecture fluide. Un langage parlé, des phrases riches de sens qui parfois vous interpellent alors on les relit par plaisir mais aussi parce qu'elles vous amènent à réfléchir. Un livre empreint d'émotions fortes avec une fin magistrale. On ne peut rester indifférent à cette lecture.

Afficher en entier
Diamant

Waw. Je viens de terminer ce livre et j’en ai les larmes aux yeux. Un roman bouleversant. Sexe, drogue et rock’n’roll. Une histoire mêlée de liberté, de loyauté et de l’univers de MC qu’on connaît peu. Une chute complètement inattendue qui prend aux tripes. Jetez vous sur ce livre, vous ne le regretterez pas!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eduam 2020-10-13T23:46:47+02:00
Argent

En commençant l’histoire d’Hugo et de la bande à Freddy, ces petits voyous rêvant de liberté, des ploucs sans argent comme il dit, volant aux riches pour un peu de liberté, je ne m’attendais pas à avoir le coup de coeur... et pourtant si!

❤️

La tristesse et la violence de la vie entourant ses jeunes les fait se rapprocher, former un clan prêt à tout pour se protéger : deuil, solitude, harcèlement, sévices, famille sont le poids que chacun des membres porte au départ, poids qu’ils ressentent moins ou plus quand ils se retrouvent ensemble, à lutter à leur façon pour s’en sortir, comme ils peuvent, en formant leur club de motards, pensant y trouver cette fameuse liberté qu’ils recherchent.

❤️

La vie (parfois décevante) et les rêves (parfois brisés) suivent les carnets d’Hugo en même temps que ses réflexions et observations sur le monde qui l’entoure, nous faisant voyager avec lui sur la route à partir de Providence, la ville qui l’a vue grandir, entre amitié, violence, malhonnêteté, espoirs, désillusions et aventure.

Spoiler(cliquez pour révéler) Et l’épilogue du point de vue de Freddy était vraiment poignant

Afficher en entier
Argent

Encore un roman qui aborde très bien l'importance d'un bon départ dans la vie, si on veut la finir vieux et en bonne santé. Mais nos jeunes n'ont pas eu cette chance, et dégoûtés de leur enfance ils vont rapidement brûler la vie par les deux bouts. Parmi tout un tas de choix douteux, il est parfois difficile d'avoir de l'empathie pour ces têtes brûlées.

Afficher en entier
Or

Lorsque je repense à mes vacances estivales, une musique, un paysage, un roman, une rencontre, une odeur, un plat, un sourire viennent illustrer mes souvenirs.

En 1991, en Australie, c'étaient R.E.M "Loosing my religion" et Stephen King qui m'accompagnaient dans l'Outback.

En 2015, en Bretagne, c'étaient Sinead O'Connor, Albert Cohen et sa Belle du Seigneur et qui hantaient mes explorations côtières.

En 2020, au Tessin, en cet été particulier "made in Covid", c'est Feu ! Chatterton et Henri Loevenbruck qui inspiraient mes contemplations et mes expéditions montagnardes.

Nous rêvions juste de liberté... Comment ne pas y voir un clin d'oeil en cette période de pandémie et de restrictions sanitaires ?

Comment ne pas avoir envie de rejoindre Hugo et sa bande pour des virées insouciantes, riches de petits larcins, d'amitié, de provocations, de petits plaisirs et d'aventures ?

Nous rêvions juste de liberté est un livre d'hommes. Un livre viril et brut. Un livre violent et sans concessions.

Presque insupportable.

Car lorsqu'on aperçoit enfin un peu de ciel bleu dans ce monde de brutes, un nuage menaçant vient couvrir notre vue, assombrir nos espoirs, arroser et éteindre nos envies les plus fortes.

On tremble, on frissonne, on vibre à fond ! Autant que le moteur maquillé de Lipstick.

Oui ce livre est un coup de poing, un coup de coeur, un coup de chaleur !

Oui, ce livre mériterait la note maximale.

Mais...

Eh oui, il y a un bémol dans cette harmonie (ou cacophonie) de klaxons de moteurs déjantés, dans la folie de cette jeunesse d'une petite ville de bout du monde, dans ce roman pourtant captivant.

Ce bémol, ce sont les longueurs, les redites, l'histoire qui se répète encore et encore. Et un schéma qui revient : une lueur d'espoir - un pépin - une course poursuite avec la police ou une autre bande de motards - une bagarre - une privation de liberté... Et on recommence. On repart pour un tour de piste.

Heureusement, la fin de ce roman est une véritable apothéose d'émotions et de questionnements ! Un feu d'artifice qui ne laisse aucun lecteur sur le côté de la route !

Quelle écriture ! Quelle force ! Quel talent !!!

Nous rêvions juste de liberté : la lecture de mes vacances 2020 !

Sans hésitation.

Afficher en entier
Or

Une belle histoire d'amitié très émouvante. Un road trip de motards liés par leurs espoirs, leur conception de la vie, leur envie de liberté et leur attachement les uns pour les autres. Malheureusement, la réalité de la vie les rattrape. Certains resteront fidèles à leur idéologie et à la fidélité du groupe, quand d'autres...... Je vous laisse le découvrir. Déceptions, trahisons font malheureusement parti de la vie, même pour les plus utopistes. Les personnages sont touchants, malgré leur petit coté "voyou". Car malgré cela, ils trainent leurs blessures et essaient comme ils le peuvent de les oublier le temps de ce voyage vers l'inconnu. Un roman rempli d'humanité avec une puissance des sentiments qui ne laisse pas indifférent et ou les personnages vous embarquent avec eux jusqu'au bout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Liz-1 2020-05-26T04:28:43+02:00
Diamant

Gros coup de cœur. Pour moi, l’auteur dépeint des sentiments très profonds en faisant de gros mots de la poésie... Ça donne un drame aérien. Ça fait rire et pleurer, réfléchir et retrouver la valeur de certaines choses...

Afficher en entier
Diamant

Comment écrire la chronique d’un livre qui en compte déjà tant? Comme je m’en veux d’avoir attendu tant d’années avant d’ouvrir enfin ce monument : j’avais une belle impression de l’écriture d’Henri Loevenbruck mais je me suis cantonnée à tort à la lecture de ses thrillers historiques… Or je m’aperçois que cet auteur sait parfaitement varier les genres et les styles pour notre plus grand bonheur !

Alors oui ! Je l’avoue, j’ai savouré ce road-trip comme il se doit: bien calée à l’arrière de la moto de Bohem, et durant tout ce récit, je ne l’ai pas quitté d’une semelle, plaquée contre son torse, partageant le quotidien de cette équipée sauvage, vibrant sous les trépidations de la machine comme sous les coups du sort… Les grands espaces, terres promises d’une liberté volée procurent bonheurs et espoirs mais abîment aussi, tuent parfois. Car la chute, le choc en atteignant l’asphalte, m’ont rappelée à l’ordre : la liberté oui mais à quel prix !

Nous rêvions juste de liberté est une quête initiatique bouleversante. Le titre en lui-même procure un pincement au coeur et prédit le pire. On rencontre les personnages lorsqu’ils sont gamins, alors forcément on s’attache… Tout commence à Providence, Rhode Island: Hugo, dit Bohem, souffre très jeune du manque d’amour de ses parents et vit dans la roulotte que Papy Galo, un gitan auquel il s’est attaché comme à un grand-père, lui a laissé après sa mort. Pour mauvais comportements, Hugo est envoyé dans une école privée, où il rencontre sa future bande de potes : Freddy, Oscar Le Chinois et Alex La Fouine. A la base, ce sont de bons petits gars et c’est ce qu’ils resteront dans le fond, pour la plupart… Et puis arrive la vie, la vraie vie: celle où on ne fait pas semblant, où l’on prend des coups que l’on rend au centuple, celle où l’on plie et où l’on trahit… Dans ce monde, des règles il y en a peu, juste celles à respecter pour intégrer un MC et ensuite monter son propre club… Trois valeurs sont primordiales : loyauté, honneur et respect. Résisteront-elles au désir de liberté ?

Le récit se lit avec une facilité déconcertante : en langage parlé, le narrateur relate les événements, les épreuves qu’il va vivre, lui et sa bande, leurs bonheurs et leurs peines de façon extrêmement touchante. Son récit nous va droit au coeur. Le lecteur comprend rapidement qu’il connaîtra tout de la vie de Bohem: ses moindres pensées, ses sentiments et émotions, et croyez-moi, le plus souvent c’est très percutant, drôle aussi… Et c’est peut-être là le pire car un sourire parfois appelle les larmes…

J’ai aimé le côté « populaire » de ce livre, dans le sens où le sujet peut toucher un grand nombre: comment résister à cette ode à la liberté, à l’amitié, à la Vie ! De par le style accessible à tous, c’est un titre que l’on peut mettre entre des mains inexpertes, des mains qui ont plus pour habitude de remuer le cambouis plutôt que de feuilleter des pages (mon mari en est un bon exemple: je suis sûre qu’une fois ce livre troqué contre la clé à molette, il sera apprécié de A à Z…)…

En dépit des apparences, ce roman véhicule de nobles valeurs : quelle humanité, comme souvent d’ailleurs, dans les livres d’Henri Loevenbruck… Quelle leçon de vie ! Alors Oui! mille fois oui ! Il serait dommage de se passer de cette belle rencontre : alors foncez !

Afficher en entier

Dates de sortie

Nous rêvions juste de liberté

  • France : 2015-04-01 (Français)
  • France : 2017-03-29 - Poche (Français)

Activité récente

teuck le place en liste or
2021-01-09T03:21:48+01:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 332
Commentaires 93
extraits 53
Evaluations 143
Note globale 9.13 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode