Livres
595 488
Membres
673 567

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nous rêvions juste de liberté



Description ajoutée par BooksFan-ny 2022-01-18T10:59:56+01:00

Résumé

Providence, le grand nulle part.

La bande d'Hugo, dit Bohem, s'englue dans un avenir opaque. Pour s'en affranchir, vivants et libres, ces rêveurs intrépides entreprennent une traversée du pays qui n'épargnera rien ni personne. Guidant leur devoir d'insoumission, trois valeurs tutélaires : loyauté, honneur et respect.

Sur la route, Bohem et les siens feront l'expérience de la vie, splendide et décadente. À la fin du voyage, au bout de l'initiation, un horizon : la liberté.

"Jusqu'où iriez-vous par amour de la liberté ?"

"Un grand livre sur l'amitié, la loyauté et la trahison. Un véritable uppercut. L'Obs

Henri Lovenbruck est né en 1972 à Paris. Il est l'auteur de nombreux polars qui ont rencontré un vif succès, dont Le syndrome Copernic, L'apothicaire et Le mystère Fulcanelli, tous parus aux Éditions J'ai lu. Son dernier roman, J'irai tuer pour vous, est paru aux Éditions Flammarion.

[Source : Éditions J'ai Lu 2019]

Afficher en entier

Classement en biblio - 424 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par anonyme 2015-06-25T22:46:03+02:00

Non, si j'avais toute cette violence à l'intérieur, c'était peut être simplement parce qu'il y avait la place.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Une histoire bouleversante. Ce livre est un énorme coup de cœur, j'ai tourné ses pages à une vitesse ahurissante, l'histoire m'a saisie et impossible de m'en détacher. 

Divisé en trois parties, ce récit nous embarque dans une histoire particulière. On commence à suivre les aventures de la bande dans une petite ville, Providence, où on découvre les personnages ainsi que leur amitié naissante. Ensuite, On suit leur road trip à travers les États Unis, on s'extasie devant des paysages magiques et des moments poignants. Pour finir, on découvre la conclusion de leur voyage et de cette belle aventure.

Ce livre est une Ode à l'amitié et à la Liberté. L'amitié avec un grand A, celle que chacun rêve de connaître une fois dans sa vie. On apprend au fil des rencontres et des étapes ce qu'elle représente vraiment. Comme dirait Bohem ; Liberté, Respect et Honneur. La liberté ça se paye, le respect ça se gagne et l'honneur ça se mérite tout comme l'amitié. 

Un livre sur l'univers de la moto. Des femmes, de la drogue, des bagarres, des motos, des rencontres... Tout est réuni pour nous permettre une immersion totale dans cet univers passionnant. On a envie de se rebeller de partir à l'aventure sur sa moto et de dormir à la belle étoile chaque jour de notre vie. On souhaite se réveiller de la monotonie de nos vies, sortir de sa zone de confort et devenir enfin soi-même, parcourir le pays sans argent avec sa bande de potes des étoiles plein les yeux. On se surprend à rêver de grands espaces et de liberté. Cette Liberté, si difficile à obtenir et au prix tellement élevés que beaucoup renoncent. 

Les personnages sont tous sombres et torturés, chacun à sa petite histoire. Un passé difficile et douloureux, ainsi que de nombreux traumatismes. On s'attache à chacun, on rit avec eux, on pleure aussi. 

Plus les pages défilent, plus les sentiments sont fort et poignants. Le début de l'histoire tout en légèreté et en humour, laisse place à des moments plus sombres et oppressants. L'histoire devient addictive et nous prend aux tripes. Les émotions sont amplifiées et, avec une fin en apothéose, l'auteur a réussi à me bouleverser complètement. C'est sans conteste un des plus beaux livres que j'ai lus.

Afficher en entier
Argent

Ce roman nous raconte la vie d'Hugo, un jeune homme qui rêve de liberté et seulement de prendre la route sur sa bécane avec ses amis. Pourtant la vie est plus dure qu'il ne croit et les mauvais choix vont s'accumuler.

Ce roman est une ode à l'amitié, la vrai celle qui dure trente ans et qui ne s'effrite pas. Pour tout vous dire j'ai dit à l'auteur 'vous m'avez dégoutté de l'amitié' et c'est vrai. Ce roman nous montre toutes les crasses que l'on peut se faire mais aussi l'amour que l'amitié nous amène et c'est magnifique.

Le point fort de ce roman c'est l'émotion. Il est tellement émouvant. Les décisions des personnages m’ont révolté, ils se droguent, ils volent... Et à chaque moment où il leur arrive une crasse je voulais me dire bien fait pour eux et pourtant je n'y arrivais pas. A chaque fois, ils nous rappelaient à quel point leur vie a été dure et je ne pouvais pas leur en vouloir.

Les personnages sont très complexes, ce n'est pas le genre de personnes que j'apprécie et pour tout vous dire pleins de fois je me disais qu'il méritait ce qu'il leur arriver. Mais dans le fond, ils ont eu une vie si dure, je me dis que si on les avait aidé ça aurait été tellement différent.

Hugo, surnommé Bohem, ne veut qu'une chose être libre et rouler. Mais il va devoir faire des choix pour sa bande pas très intelligents mais comme le dit Rimbaud 'On n'est pas sérieux quand on a 17 ans'. Pour lui seul l'amitié compte et ce qui lui arrive est tellement horrible.

Le reste de la bande m'a fait rire à certains moments, je les ai détestés à d'autre moment. Je ne sais pas comment en parler ce sont des gens si spécial. Ils sont grossiers, mal élevés, idiots et pourtant ils sont pleins de rêve de liberté et c'est magnifique.

Et Freddy, c'est une amitié tellement belle entre lui et Bohem. Une amitié presque aussi forte que de l'amour, ce sont des âmes sœur et j'ai trouvé cela magnifique.

L'auteur nous fait découvrir le milieu de la moto et des MC (des clubs de motard) dans les bons côtés mais aussi les moins bons. On voit toute la fraternité, les fêtes mais aussi les bagarres et les trafics. J'ai bien aimé apprendre à connaître ce milieu.

Ce que j'ai aussi bien aimé dans ce roman, c'est qu'on ne peut absolument pas le situer ni dans le temps ni dans l'espace. Les noms de villes sont très françaises mais ça peut aussi être en Amérique et on peut penser qu'il se déroule dans les années 80 mais aussi aujourd'hui. C'est vraiment génial qu'il soit aussi universel.

L'écriture de l'auteur est bonne dans le sens où il a écrit son livre d'une manière assez spécial. En effet, Bohem est le narrateur et parle de la façon d'un garçon de 18 ans sans éducation. Donc il fait plein de fautes (voulus par l’auteur) dans ces phrases... Cette façon d'écrire m'a beaucoup fait penser à Stalinger dans l'Attrape cœur. Je ne suis pas une grande fan de ce style d'écriture, mais dans ce roman il est bien passé.

Un petit mot sur la fin sans spoiler. Je l'ai détesté, elle est super émouvante et elle va sûrement me marquer pendant un bon bout de temps. Mais j'ai été révoltée.

En conclusion, un bon roman initiatique, je vous le conseil si vous aimez le genre ou alors tout simplement si vous aimez Stalinger.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par CindySB 2022-03-31T13:01:54+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par jp69 2022-05-19T13:07:36+02:00
Or

Un très bon livre, assez original et plaisant d'un bout à l'autre.

La fin m'a un peu surpris mais l'ensemble est très cohérent et encore une fois, ça sort de l'ordinaire.

Lisez ce livre, sans que ça soit une merveille, vous ne vous ennuierez pas une seconde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Skj76 2022-04-01T23:54:07+02:00
Diamant

Une pépite !!!! Un road trip, une ode à la liberté et à l'amitié.

Afficher en entier
Diamant

Ce roman est incroyable. Je l’aime énormément.

Il est différent de ceux que je lis habituellement, je pensais donc qu’il ne me plairait pas tant que ça, quelle erreur !

Il était particulièrement touchant et j’ai beaucoup pleuré.

L’amitié dépeinte est très forte, plus encore que l’amour comme on a tendance à le décrire.

J’ai beau le rouvrir de temps à autre pour relire mes passages préférés, mon impression reste la même : super livre.

Il comporte quelques points qui m’ont un peu déçu néanmoins, mais cela est peu important.

Afficher en entier
Diamant

J'ai lu ce livre pour une lecture commune, et parce qu'on me l'a conseillé. C'est le premier livre d'Henri Loevenbruck que je lis, et vu mon coup de cœur, je vais sûrement ne pas tarder à entamer le cycle de la Moira qui est dans ma pile à lire depuis un petit moment !

J'ai vite adhéré à la narration, qui nous introduit dans une histoire pleine de rebondissements, on s'attache et on comprend facilement les personnages, que l'auteur a rendu accessibles. Ils sont très divers et ont tous des histoires différentes, souvent assez tristes, ce qui m'a paru très réaliste. J'ai beaucoup aimé leur vision des choses, leur statut de parias un peu, et j'ai parfois eu envie de leur dire d'arrêter de faire des bêtises parce que ça va mal se finir. J'ai eu peur qu'il y ait trop d'exaggérations et que ça devienne trop redondant, mais au final c'est très bien dosé pour qu'il y ait à la fois du rythme et de la vraisemblance tout au long du roman.

Peut-être qu'au début l'écriture peut paraître un peu tape à l'œil avec Bohem comme narrateur et son langage plus que familier, mais en fait j'ai trouvé qu'elle ajoutait un véritable rythme à l'histoire. J'ai aussi aimé le fait que le thème des clubs de motos soit rendu très accessible et facile à comprendre. J'ai aussi beaucoup aimé la vision que Bohem a envers la liberté et le respect, très puriste et plutôt juste selon moi.

Enfin, si ce livre est un coup de cœur, c'est aussi parce que les cent dernières pages sont plutôt époustouflantes, remplies de plein d'émotions différentes et d'un peu de poésie. J'ai trouvé qu'il y a une réelle évolution du narrateur et de l'écriture qui va avec.

Au final, je ne m'attendais pas à apprécier autant ce roman, c'est un vrai coup de cœur.

Afficher en entier
Or

Une écriture fluide avec la façon de parler des jeunes

Une amitié qu'on aurait penser indestructible mais la vie et les ambitions les rattrape

Un livre a lire absolument, j'en ai eu les larmes aux yeux à plusieurs moment et surtout à la fin

Très difficile de revenir dans la vie réelle une fois le dernier mot lu, on rêve d'une autre fin

Je pense qu'on aimerait tous pouvoir tout quitter comme les protagonistes du livre et vivre libre

Afficher en entier
Diamant

Nous rêvions juste de liberté, c'est un roman d'amitié, un roman sur l'amitié. Hugo est un jeune homme un peu rebelle, qui ne trouve aucun sens à sa vie à Providence. Las de ses frasques, ses parents décident un jour de l'inscrire dans un collège catholique, un collège sévère et strict où pourtant Hugo fera la plus belle rencontre de sa vie : celle de Freddy, l'Italien, d'Oscar le Chinois et d'Axel, la Fouine. Ensemble, ces adolescents vont faire les quatre cents coups. Et puis un jour, Hugo, que l'on appelle désormais Bohem, décide de quitter Providence, sur sa moto.

Bohem est un idéaliste au grand cœur qui ne rêve que d'une chose : de liberté. Cette liberté, il la trouvera sur les routes, sur sa moto, avec ses amis. C'est le début des Spitfires. Au-delà de la notoriété, de la stabilité ou encore de la richesse, Bohem n'a qu'une idée en tête : atteindre la liberté. Mais parviendra-t-il à la trouver ? « La liberté, il y en a partout. Il faut juste avoir le courage de la prendre. »

Stéréotypé, un brin fantasmé, c'est un road trip écrit par un homme pour les hommes. Du moins c'est ce qu'on pourrait penser à la lecture de certains passages. Pourtant, ce n'est pas le cas. Réduire le roman à une dimension macho, ce serait nier l'essence même du récit : la liberté et l'amitié. On se laisse prendre par l'histoire, on se laisse submerger par les mots, par les émotions. On se laisse emporter sur les routes par les Spitfires, à leurs côtés.

L'émotion est présente à chaque page et son intensité va crescendo pour atteindre son point culminant à la toute fin, avec un final intensif. Il en ressort une sensiblerie à fleur de peau à chaque chapitre, portée une écriture juste magnifique, même dans un registre hyper familier. J'avais précédemment découvert l'auteur dans un registre très différent, celui de la Fantasy, avec La Moïra et Gallica que j'avais adoré. J'avais peur d'être déçue par Nous rêvions juste de liberté. Il n'en a rien été et une fois ma lecture commencée, je me suis d'entrée attachée à Bohem et ses amis et je n'ai pas réussi à retenir mes larmes une fois la toute dernière page tournée.

Conclusion

Nous rêvions juste de liberté d'Henri Loevenbruck est un roman intense, sur fond de road trip à moto. Ode à la liberté et à l'amitié, ce roman m'a donné envie moi aussi de partir à l'aventure !

https://flowerpanda04.wixsite.com/pandaflower/single-post/nous-r%C3%AAvions-juste-de-libert%C3%A9-d-henri-loevenbruck

Afficher en entier
Argent

Quelle claque ce bouquin !

Dans la petite ville de Providence, Hugo (dit Bohem, parce qu'il vit dans une roulotte) rêve d'intégrer la bande à Freddy. Comme eux, il est issu d'une famille "de type vachement modeste", s'adonne à la castagne et, bien qu'adolescent, peut déjà affirmer que la vie ne l'a pas épargné. Et puis surtout, il rêve de liberté. Evidemment, il se fait repérer par Freddy et ses deux amis, Alex et Oscar. Mais encore faut-il réussir l'épreuve imposée pour entrer dans la bande... Les adolescents grandissent, leurs bêtises deviennent de plus en plus grosses, ainsi que leurs rêves de liberté. Guidés par la passion de la moto et n'ayant plus aucune attache à Providence, ils prendront la route, semant le chaos sur leur passage.

Le style vous percute dès les premières pages, c'est Bohem qui vous raconte son histoire avec ses mots et ses expressions. Cela aurait pu être dérangeant, car on ne peut pas dire qu'il a un langage châtié. Mais cela rend les personnages si vivants et vous donne même l'impression d'être là à leurs côtés. Qu'est-ce qu'ils sont attachants ces sales gamins : Freddy et son assurance sauvage, Oscar la brute qui ne prend jamais rien au sérieux et qui se réfugie dans les paradis artificiels, Alex le cerveau et ses tendances hypocondriaques,... Ce roman nous plonge aussi dans le milieu des motorcycle clubs avec ses codes, ses usages et ses valeurs (loyauté, honneur et respect). L'atmosphère légère du début se noircit au fur et à mesure, sans retour possible en arrière.

Nul besoin d'aimer la moto ou les road trips pour apprécier ce roman, il suffit juste de se laisser porter par la voix de Bohem.

Afficher en entier
Lu aussi

J'ai refermer ce livre en pleurant 🧡

-découverte de l'auteur

-Facile à lire

-certaine' phrases reviennent souvent j'ai trouvé dommage .

Afficher en entier
Or

Lu dans le cadre d'une lecture commune sur le thème des "cadeaux de Noël", je remercie d'abord mes co-lecteurs/lectrices pour avoir voter ma proposition. Je remercie également le Père Noël sans qui ça n'aurait pas été possible !

Ce livre était dans ma wishlist depuis très longtemps et je suis ravie d'avoir pu enfin le découvrir.

C'est l'histoire d'une bande de gamins, un peu paumés, un peu torturés, souvent livrés à eux-mêmes, sans trop de repères, qui se lient d'une amitié indéfectible jusqu'à former une famille de cœur qui compte plus que tout. Ce sont des voyous à qui on n'a jamais tendu la main, qui se sont inventé leurs propres codes à force de se sentir rejetés. Ils prennent la route sur leur bécane dans l'idée d'atteindre la liberté.

Dans leur parcours semé aussi bien d'embûches que de moments inoubliables, Hugo, dit Bohem, nous raconte tout. Les larcins, les bagarres, la drogue, l'alcool. Les fous rires, les confidences, le lien unique qui les unit. Les motos, la route. Les rêves de liberté.

Je découvre Henri Lœvenbruck avec ce roman et je dois dire que c'est une très belle expérience. Narré à la première personne, l'auteur laisse Bohem s'exprimer tel qu'il revit son histoire, avec ses mots et son langage propre. On ressent, tout au long de la lecture, cette sorte d'idéologie qu'il a pour l'amitié et les LR&H (loyauté, respect et honneur) qui le guidera jusqu'au bout et qui, par conséquent, l'empêchera souvent de voir la réalité des événements et l'influencera dans ses choix et son mode de vie.

"Nous rêvions juste de liberté" est un voyage initiatique qui nous emporte avec lui, une quête difficile et douloureuse qui nous montre le chemin vers la liberté.

La finale est éprouvante mais admirable.

J'ai beaucoup aimé.

Afficher en entier
Argent

Tout d'abord, il faut dire que quand j'avais acheté ce livre, c'était plutôt sans trop réfléchir, car à force de voir des éloges dessus sur des groupes de lecture facebook, ben je me suis dit que je devais tester. J'avais lu le résumé vite fait, mais je m'étais pas penchée plus que ça sur le sujet ! ^^ (et j'adore la couverture... lol)

Bref, en fait, c'est carrément un autre univers / Style de ce que je lis d'habitude du coup j'ai un peu galéré à le lire... Et faut dire que j'ai bossé tout le mois de nuit, du coup j'étais assez KO ! J'ai apprécié la lecture, je l'ai mise en "or", mais j'ai quand même hésité avec "argent". J'ai vu des commentaires du genre "une belle claque", "une fin magnifique", "émouvant", "qui fait pleurer..." etc. Quand j'étais déjà à la moitié de la lecture, j'attendais encore la claque et j'attendais beaucoup de la fin... La dernière partie du livre était plus plaisante pour moi.

Spoiler(cliquez pour révéler)A partir du moment où ils arrêtent de se shooter à la coc, de parler de drogue, alcool, baise non stop... mais la fin.... Même si malheureusement c'est plausible, ben ça m'a juste laissé avec un sentiment d'injustice de malade, et je peux pas dire que j'ai apprécié du coup. J'ai pas détesté le livre, sinon il ne serait pas classé or, mais j'ai du mal à savoir ce que j'ai ressenti. Objectivement, le livre est bien. Après, franchement, j'aime pas vraiment l'univers "motard", mais je me suis dit que le côté voyage me plairait, sauf qu'il n'est pas du tout présent en fait. J'ai aimé par contre les passages avec les liens "spéciaux" que les motards lient entre eux.

J'ai bien aimé le personnage d'Hugo, mais ça a été, avec Freddie malheureusement le seul. J'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux autres et du coup ça a manqué

Par contre, gros point positif pour l'écriture. J'ai adore le point de vue d'Hugo, écrit dans son vocabulaire. Avec la rage que le personnage ressent, tout en restant agréable à lire, même si familier.

Afficher en entier

Dates de sortie

Nous rêvions juste de liberté

  • France : 2015-04-01 (Français)
  • France : 2017-03-29 - Poche (Français)

Activité récente

jp69 le place en liste or
2022-05-19T13:03:39+02:00
CathG le place en liste or
2022-04-30T15:37:52+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 424
Commentaires 123
extraits 83
Evaluations 188
Note globale 9.09 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode