Livres
473 178
Membres
446 735

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jean-Philippe Jaworski

606 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Jean-Philippe Jaworski est un écrivain français de fantasy né en 1969. Il est également l'auteur de plusieurs jeux de rôles.

Jean-Philippe Jaworski est né en 1969. Après des études de lettres, il est actuellement professeur de lettres modernes à Nancy.

En 1983, il découvre le jeu de rôles, et devient l'auteur de deux jeux de rôles amateurs : Tiers âge, qui permet de jouer dans l'univers du Seigneur des anneaux de Tolkien, et Te deum pour un massacre, un jeu de rôle historique se déroulant en France au XVIe siècle pendant les guerres de religion. Te deum pour un massacre aboutit à une édition professionnelle en 2005.

Jean-Philippe Jaworski a publié en 2007 un premier recueil de nouvelles de fantasy salué par la critique, Janua Vera (paru chez les moutons électriques et réédité depuis en poche). En 2009, il publie un premier roman, Gagner la guerre, qui remporte le prix du roman francophone aux Imaginales. Ces deux livres se déroulent dans le Vieux Royaume, un univers de fantasy où la magie est assez peu présente, quoique puissante, et qui puise largement son inspiration dans le roman de cape et d'épée et le roman historique.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
341 lecteurs
Or
353 lecteurs
Argent
171 lecteurs
Bronze
73 lecteurs
Lu aussi
75 lecteurs
Envies
789 lecteurs
En train de lire
52 lecteurs
Pas apprécié
22 lecteurs
PAL
469 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.34/10
Nombre d'évaluations : 206

0 Citations 158 Commentaires sur ses livres

Prochain livre
de Jean-Philippe Jaworski

Sortie France/Français : 2020-01-10

Dernier livre
de Jean-Philippe Jaworski

Sortie France/Français : 2019-09-20

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par MarcelleV 2019-07-30T23:44:09+02:00
Gagner la guerre

Excellent roman: picaresque, drôle mais en gardant une dramaturgie nécessaire au développement des aventures du personnage principal: criminel, diplomate et parfois victime de son devoir envers son commanditaire. Ce n'est que du bonheur à lire. Les autres commentaires on tout dit je vais donc pas répéter toutes les qualités; après Janua Vera JPJ nous offre ici une oeuvre digne des plus grandes œuvres littéraires, toujours un style impeccable, un soucis du détail que ce soit au niveau des descriptions que de la personnalité et de l'évolution des personnages, des intrigues et j'en passe, tout est excellent, on adore aimer et détester à la fois les protagonistes... un pur régal! Probablement un livre qui deviendra un grand classique de la fantasy !

Donc même si un livre de 800 pages ça peut en faire fuir certains, surtout n'hésitez pas, lisez-le!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par astridg 2019-07-31T18:35:36+02:00
Gagner la guerre

Ce livre m'a beaucoup plu.

Pourtant, au début, il faut s'accrocher car on est plongé dans un univers inconnu et l'écriture est très recherchée.

Heureusement, l'histoire est intéressante et originale par bien des aspects :

Tout d'abord, le héros est imbuvable. En tant que narrateur, il nous abreuve de son langage fleuri et distingué - il insulte tout le monde ! "donzelle", "moricaud", "truie", j'en passe et des meilleures... J'avoue avoir copieusement ri. Spoiler(cliquez pour révéler)Néanmoins, l'absence de remords et d'empathie de Benvenuto envers Clarissima après l'avoir violée m'a un peu choquée. Par ailleurs, j'ai aimé le fait que le personnage s'adresse parfois directement au lecteur.

Toutefois, je trouve l'oeuvre assez inégale. En effet, si la majorité du roman est captivante, certains passages sont bien plus ennuyeux - notamment toute la partie hors de Ciudalia vers les deux tiers du livre. Il faut dire que j'ai adoré l'atmosphère de cette ville, ainsi que les personnages secondaires (tels que Le Macromuopo, Leonide Ducatore, Clarissima, etc.).

Parlons à présent de la fin de "Gagner la guerre". Les dernières scènes sont haletantes et m'ont permis de comprendre entièrement le titre du roman. C'est exaltée que j'ai achevé cette fabuleuse lecture.

Afficher en entier
Gagner la guerre, tome 1 : Ciudalia

C'est un réel plaisir de retrouver don Benvenuto et la ville de Ciudalia en BD. J'ai adoré le roman "Gagner la guerre" et cette adaptation nous replonge dans son univers ! Les dessins sont superbes ; aussi retranscrivent-ils parfaitement les décors de l'œuvre originale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rowena77 2019-08-11T21:56:28+02:00
Gagner la guerre

Un des meilleurs romans de fantasy que j'ai pu lire, avec un anti-héros d'anthologie et un univers très travaillé !

Je préfère d'ailleurs largement ce one-shot avec cet arrière-plan faussement historique inspiré de la renaissance italienne à sa trilogie plus récente Chasse royale.

On n'est jamais déçu avec Jaworsky, et celui-ci est clairement son meilleur !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Myrajane 2019-08-12T13:44:43+02:00
Gagner la guerre

En commençant la lecture de ce livre, je n’étais pas très enthousiaste car l’ambiance un peu style Renaissance ne me bottait pas plus que ça. Pourtant, au fur et à mesure, je me suis complètement laissée embarquer dans cette aventure. Don Benvenuto est à la fois sans remords et expéditif mais attachant malgré tout. J’ai adoré suivre son histoire. Il faut dire qu’il en passe par un sacré nombre de péripéties, des vertes et des pas mûres...

Superbe ce roman!

Afficher en entier
Rois du monde, Tome 4 : Chasse royale III

Un tome une nouvelle fois guerrier, avec des scènes de combats spectaculaires autour du Gué d'Avara. Bellovèse y apparaît de plus en plus isolé, jusqu'à risquer de se retrouver coincé entre les deux camps adverses. Mais il reste un formidable guerrier et un chef, on le redoute autant qu'on se méfie, se défie de lui. Et l'on sent qu'il arrive à un tournant de sa vie, tout comme le royaume Biturige.

https://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.com/2019/09/ah-par-les-dieux-jaurais-du-men-douter.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mcd30 2019-09-13T10:17:48+02:00
Gagner la guerre

Pauvre Benvenuto, qui de la mer a le mal.

Et pour qui, pas de bol, la geôle c'est pas drôle.

Quand au Podestat et à Ciudalia, que de tracas il y trouvera.

Quel mec, ce Benvenuto ! Quel homme courageux ! Il vit en surveillant ses arrières, ses paroles, toujours un poignard a porté de mains. avec la peur au ventre, à l'idée d'une exécution, d'un empoisonnement et autres réjouissances... Un métier en or jusqu'au bout des dents mais un avenir incertain.

Faire un brin de route avec Benvenuto est tout sauf ennuyeux, on croise le Podestat, Léonide Ducatore et sa vision de la République. Sassanos, un mage aux pouvoirs inquiétants plus toute une cohorte de personnages plus ou moins corrompus, des traîtres, des êtres assoiffés de vengeance, bref que du beau monde.

Je savais que cette lecture me plairait à force de lire des commentaires élogieux et j'ai adoré.

Je n'ai mis que quatre étoiles et demi parce que Benvenuto n'avait pas de contrat sur la mule et que même si il admet tuer sans se chercher des excuses. C'était le mort de trop.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Skritt 2019-09-15T17:31:29+02:00
Janua Vera

Ce livre regroupe plusieurs nouvelles dans un monde médiéval-fantastique. Les différents récits se lient par les lieux que vous reconnaîtrez forcément. Ce livre permet à l’auteur, qui a une plume intéressante, souple et rythmée, de proposer différentes vues dans son univers en étant tantôt dans un voleur, tantôt dans un guerrier.

Les nouvelles sont plus ou moins longues et parfois nous quittons les personnages avec un peu de réticences tellement leur récit est passionnant, et eux attachants.

Le décor est malgré tout violent, avec des mentalités typiques du moyen-âge. Le niveau global est très bon, mais l’auteur a fait ses armes grâce aux jeux de rôles, il y a certainement joué, beaucoup, mais surtout, il a écrit des jeux de rôle dans ce genre d’univers.

Un ensemble très bon qui fait plaisir, des nouvelles non pas fantasy, mais médiévales-fantastiques, ce n’est pas si souvent que ça, et ça fait plaisir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mcd30 2019-09-17T18:41:44+02:00
L'Elfe et les égorgeurs

Un petit conte tiré du roman le sentiment du fer qui permet d'apprécier le style parfois fleuri de l'auteur. Nous tremblons pour un baladin face à une maisonnée d'assassins qui finira par les rouler dans la farine grâce à son esprit et sa répartie. Une invitation à découvrir Jean-Philippe Jaworski et son oeuvre.

Afficher en entier
Rois du monde, Tome 1 : Même pas mort

Segillos et son frère aîné Bellovése, le narrateur, sont les fils de feu le roi des Turons tué par son beau-frère le Haut-Roi qui les a exilés avec leur mère au fin fond du royaume pour qu'ils ne présentent pas une menace pour le trône. Au début dur roman, les deux frères ayant atteint l'âge de devenir des hommes, ils sont envoyés à la guerre. Dés la première bataille Bellovèse est grièvement blessé, presque en train de franchir la limite du royaume des morts, mais à la surprise générale il ne succombe pas à ses blessures et convalescent il est envoyé par un druide consulter les oracles sur l'île des Vieilles.

C'est lui même qui conte son récit qui débute au premier chapitre par l'époque actuelle, puis il remonte dans le temps car aux portes de la mort il revoit en rêve son passé. Si au début du roman les épreuves rencontrées par le héros sont clairement explicitées, il n'en est pas de même pour la suite qui navigue entre le passé et l'instant présent.

Le postulat de départ quant à lui, il se révèle des plus classique et des plus usitées dans le genre puisque l'auteur avec l'histoire de Bellovèse nous entraîne dans une quête initiatique.

L'originalité du roman réside dans l'univers dans lequel le lecteur est plongé et qui échappe au sempiternel moyen-âge. L'univers est très élaboré bâtît sur un monde qui fait référence à la proto-histoire et plus particulièrement dans le cas présent à l'histoire celtique. L'univers développé s'avère très dense et l'auteur qui s'est très bien documenté nous offre un monde fascinant et cohérent.

Les personnages sont bien travaillés, ont chacun une histoire propre, qu'elle soit présente ou passée, et ils ont tous une personnalité qui les différencient.

Certes le vocabulaire est très recherché avec des termes bien adaptés à l'époque, mais le style de l'auteur est lourd, pompeux au début du roman, et la tonalités récitatrice ne favorise pas non plus la dynamique de lecture. L'écriture est déstabilisante pour le lecteur. Un lexique explicatif des termes propres à l'univers aurait été souhaité et aurait évité dans les premiers temps une lecture hachée pour aller chercher des renseignements.

Au final, une histoire pas originale, un univers très bien travaillé, des personnages aux quels on n'arrive pas à s'attacher, un style pesant : on sort de cette lecture avec un avis fort mitigé.

Afficher en entier

Dédicaces de Jean-Philippe Jaworski
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Les moutons électriques : 13 livres

Gallimard : 8 livres

Mnémos : 4 livres

Le lombard : 4 livres

ActuSF : 3 livres

Editions ActuSF : 1 livre

Hélios : 1 livre

Folio : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array